PERSONNAGE/Sophie Grangé : la femme libre de la poésie romantique lyonnaise

Eugène Dufaitelle, « A Sophie », in Le Papillon, mardi 31 juillet 1832, n°9

Fille d’un fabricant de Lyon (les fabricants étant alors à Lyon les patrons de l’industrie de la soie), Sophie Grangé1 publie ses premières poésies en 1826, faisant paraître deux recueils chez l’éditeur lyonnais J.-M. Barret sous les pseudonymes « Mlle S***** » et « Mlle S….. ». Dans ces deux petits recueils se révèle une jeune fille à l’éducation religieuse solide, qui aime lire et écrit dès ses 13 ans2. L’éditeur précise qu’à la publication de ces deux recueils, l’auteure a déjà 22 ans passés3.

En 1832, Sophie Grangé, jeune femme aux cheveux bouclés couleur ébène, se rapproche des saint-simoniens lyonnais, et c’est à cette période qu’elle donne des textes en prose et des poésies au journal littéraire Le Papillon, dirigé par le dramaturge et romancier lyonnais Eugène de Lamerlière (1795- ?). Dans les colonnes de ce journal, elle publie quasiment tous les textes que nous lui connaissons à ce jour, et tous traduisent son attachement à la cause républicaine et son combat féministe, même si le mot n’existait pas encore : elle y dénonce notamment l’institution du mariage et la condition des femmes, y revendique leur indépendance et son statut de « Mlle », et proclame l’égalité et l’autonomie des sexes. « Levez-vous donc, mes sœurs ! », écrit-elle dans un poème daté de septembre 18324. Et son combat de ‘’femme libre’’, tout en le revendiquant dans ses poésies, Sophie Grangé le traduit en actes, revêtant alors sans complexe l’habit masculin dans les rues de Lyon5, « portant admirablement le travesti ”6, provoquant scandales, sarcasmes et humiliations :

« Que m’importe que l’on dise à voix basse
Ou haute : Voyez donc cette femme qui passe,
Un feutre noir au front et des bottes aux pieds !
Je suis libre ! et sans voir si la place est permise,
Sous le frac ou la robe, à l’aise dans ma mise,
Quand je suis lasse, je m’assieds ! ”7

« Que m’importe et la foule et sa voix !
(…) Oui, je viendrai, moi femme, – et d’une main heureuse,
(…) Je le garderai, cet habit ! – Sous la robe
La parole est craintive et tremble à s’échapper ;
Et l’on ose parler ; et triste, on se dérobe.
(…) Et moi, je veux à toute voix qui raille,
Regarder l’homme en face, – et quand le jour a lui,
(…) Je veux porter mes yeux tout aussi haut que lui ! ”8

 

Certains artistes lyonnais, tels que la poétesse Clara Francia-Mollard (1804-1843) ou bien l’acteur Charles Delacroix (?-1868), l’exhortent à quitter son habit masculin – « Quitte ces faux dehors, ô folle jeune fille ! (…) / Reprends ton voile, / Reprends ton sexe et ses erreurs, / Reprends ta robe en blanche toile, / Reprends ton rang, reprends nos cœurs. ”9, tandis que d’autres, tel que le jeune poète Louis-Agathe Berthaud (1810-1843) qui devient son amant, l’encouragent vivement dans sa revendication.

L.-A. Berthaud lui dédie notamment un long poème dans lequel il la soutient moralement dans son action, alors en tout point rebelle :

« Quoi donc ! tu n’as gagné qu’une seule bataille,
Et le corset de fer qui te serrait la taille,
Disloqué maintenant et trop lourd pour ta main,
Comme un sabre en éclats traîne sur le chemin !
(…) Allons donc, ma Sybille, allons donc du courage,
Et dans les jours mauvais faisons tête à l’orage !
Je sais que dans l’arène où ton pas a gravé
Une si forte empreinte aux dalles du pavé,
Je sais que tout n’est pas bonheur et poésie.
(…) Oui, je sais tout cela ; mais qu’importe ! Il est temps
Que les Sultanes soient en face des Sultans,
Que Diane ait son temple, et que la femme, libre,
Aux vieux monde qui craque apporte l’équilibre ! »

A posteriori, Sophie Grangé apparaît bien comme précurseur d’un féminisme naissant au début du XIXe siècle qu’on ne nommait pas encore, s’inscrivant dans cette « voie de l’émancipation qui, tel que l’écrit l’historienne Michèle Riot-Sarcey, fut incontestablement ouverte dans les années 1830 par ces femmes qui, un temps, se sont emparées d’une parole qui leur était offerte10.

Par Camille Noé MARCOUX. archiviste, muséographe et écrivain


MOI

Souvent pendant la nuit, la paupière entr’ouverte
Et les regards errants sur la persienne verte,
J’attends que le jour pointe, et je compte en rêvant
Les heures qu’aux Terreaux sonne l’une après l’une
Le vieux cadran de fer qui fait tourner la lune
Comme un astre vivant.
Alors je me recueille, et ma fraîche pensée
Rassemblant les débris d’une image passée,
Enfante comme un vers tous mes jours d’autrefois.
Alors je vous revois, rêves de jeune fille,
Gloire, Bonheur, Amour, – oh ! ma sainte famille,
Alors je vous revois.
Vous êtes là : – j’entends vos ailes frémissantes,
Vos paroles du ciel aux syllabes puissantes,
Et frôler vos cheveux qui ne vieillissent pas,
Et je vois à vos fronts, comme deux sœurs jumelles,
Deux étoiles briller, – et brillantes comme elles,
Des perles sous vos pas.
Et moi, le cœur empli de vos grandes paroles,
D’un drame souverain j’attaque tous les rôles,
Et tous vont à ma taille ! – Et je suis une enfant ! –
Ce que c’est que rêver dans une nuit profonde
Qu’on a des ailes, – et qu’au-dessus du vieux monde
On s’élève en pensant.
Oh ! que m’importe, à moi, ce monde qui gravite
Ou roule sur des chars ? Hélas ! tout meurt si vite !
Si vite tout s’enfuit des choses d’ici-bas ! –
Je veux toucher les cieux pour mesurer la terre,
Ou me perdre si loin que jamais femme austère
N’y poursuive mes pas.
Gloire, Bonheur, Amour, fantastiques génies,
Bercez-moi : j’aime tant vos douces harmonies,
Vos extases sans fin, votre vol vers les cieux.
Et j’aime que mes nuits de rêves toujours pleines,
S’embaument, ô mes dieux, à vos pures haleines,
Et flambent à vos yeux.
Puis, que m’importe après que l’on dise à voix basse
Ou haute : ‘’Voyez donc cette femme qui passe,
Un feutre noir et des bottes aux pieds !’’ –
Je suis libre ! et sans voir si la place est permise,
Sous le frac ou la robe, à l’aise dans ma mise,
Quand je suis lasse, je m’assieds !

Mlle Sophie Grangé


Bibliographie
MARCOUX, Camille Noé, « Sophie Grangé : poétesse romantique révoltée, un feutre noir au front et des bottes aux pieds », in Autour de Vallès, 2017, n°47, pp.353-360

 

  1. Dont nous ignorons les dates de naissance et de décès. []
  2. Mlle S*****, Recueil de cantiques pour le jubilé, et autres fêtes de l’année, Lyon, Barret, 1826, p.12 []
  3. Mlle S….., Romances et poésies diverses, Lyon, Barret, 1826, p.22 []
  4. Sophie Grangé, « A la femme », in Le Papillon, mardi 4 septembre 1832, n°19 []
  5. « Les Lyonnaises », in Le Progrès illustré, dimanche 3 novembre 1895, n°255 []
  6. Clair et Alexandre Tisseur, Poésies de Jean Tisseur, Lyon, Pitrat aîné, 1885, p.XXXIX []
  7. Sophie Grangé, « Moi », in Le Papillon, mardi 10 juillet 1832, n°3 []
  8. Sophie Grangé, « A M. Delacroix », in Le Papillon, mardi 21 août 1832, n°15 []
  9. Charles Delacroix, « Quittez le feutre ! », in Le Papillon, samedi 18 août 1832, n°14 []
  10. Louis-Agathe Berthaud, « A Sophie Grangé », in Le Papillon, samedi 6 octobre 1832, n°28 ; poème reproduit dans notre anthologie Louis-Agathe Berthaud (1810-1843) : bohème romantique et républicain, Bassac, Plein Chant, 2017, pp.65-68 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *