MOBILIER/Les sièges de Jean Nicolas Cheneaux

La production de Jean Nicolas Cheneaux s’étale sur plus de trente années d’activité et couvre les trois principaux styles que sont le Louis XV, le Transition et le Louis XVI. Parmi les sièges estampillés parvenus jusqu’à nous ceux de Jean Nicolas Cheneaux représentent environ 10% de la production Lyonnaise. A titre de comparaison celle de Pierre Nogaret représente 57%1.

Jean Nicolas Cheneaux a utilisé la même estampille tout au long de sa carrière. Celle-ci, illustrée par les photos ci-dessous (figure 1) et par un moulage (figure 2) faisait 5,75 cm de largeur et 0,6 cm de hauteur. Elle pouvait être frappée à froid sur la barre de renfort sous le siège, sur la traverse arrière du plateau, sur l’intérieur d’une traverse latérale de la ceinture ou encore sur le champ de la ceinture.

Moulage de l’estampille de Jean Nicolas Cheneaux

La production de Jean-Nicolas Cheneaux

La période de production des sièges Louis XV semble assez courte au vu du peu de sièges connus (25% des sièges de Jean Nicolas Cheneaux parvenus jusqu’à nos jours). Nous trouvons des sièges à la Reine, principalement cannés, et des sièges garnis en cabriolet. Il s’agit ici d’un Louis XV assagi avec une traverse supérieure du dossier en cintre généralement surmontée d’une sculpture de fleurs, le plus souvent des roses. Les traverses de la ceinture sont sinueuses mais sans complexité pour la traverse antérieure sur laquelle nous retrouvons une sculpture de fleurs similaire à celle du dossier. Nous observons aussi que la traverse inférieure du dossier est systématiquement concave (figure 3 et figure 4). Un autre siège de Jean Nicolas Cheneaux, plus sobre, simplement mouluré et sans sculptures, illustre bien le style Louis XV (figure 5).

Le style Transition est lui aussi faiblement représenté dans la production de Jean Nicolas Cheneaux, avec environ 25% des sièges connus. Les fauteuils à la Reine sont majoritaires, avec un dossier surmonté d’une sculpture de ruban qui se retrouve aussi sur la traverse antérieure de la ceinture. Les pieds fuselés en carquois sont cannelés et rudentés, les dés de raccordement sont arrondis et ornés d’une pastille. Les traverses latérales et la traverse antérieure sont droites avec des créneaux, plutôt étroits, caractéristiques des sièges lyonnais.

Paire de fauteuils à la Reine d’époque Transition – Collection Rudiano Rusconi

Jean Nicolas Cheneaux produit pendant cette période des sièges similaires mais en cabriolet sur lesquels se trouvent les mêmes caractéristiques que les sièges à la Reine décrits précédemment.

Paire de fauteuils en cabriolet d’époque Transition – Vente du 13 octobre 2013 – Lyon – Etude Chenu, Bérard, Peron

Plus de la moitié de sa production est du style Louis XVI, les sièges à la Reine et en cabriolet sont une simple évolution des sièges Transition, les sculptures de ruban, les traverses de la ceinture à créneau et les pieds cannelés et rudentés restent la règle. Le dossier est désormais à médaillon, l’attache est courbée mais la petite volute persiste. Les dés de raccordement, toujours arrondis, sont maintenant ornés d’une feuille d’acanthe.

Canapé d’époque Louis XVI – Antiquités Moinat

Les attaches du dossier vont par la suite se raidir pour devenir droites, les sculptures sont moins présentes et le décor de pastille orne de nouveau les dés de raccordement arrondis.

Paire de fauteuils d’époque Louis XVI – Vente du 22 avril 2008 – New York – © Christie’s Images Ltd, 2008

Un modèle plus tardif, le siège avec un dossier en chapeau et des sommets à plumets, est bien représenté dans la production de Jean Nicolas Cheneaux. Les dés de raccordement sont désormais cubiques, sans ornements ou décorés (pyramide, pastille ou marguerite). Les pieds cannelés ne sont plus systématiquement rudentés.

Chaise à dossier en chapeau et sommets à plumets d’époque Louis XVI – Collection particulière

Enfin, des chaises à dossier en lyre nous sont parvenues, avec une assise en fer à cheval, une ceinture simplement moulurée et des pieds fuselés, cannelés et rudentés.

Chaises à dossier lyre d’époque Louis XVI – Collection Mary Helen McCoy Fine Antiques, Memphis, Tennessee, USA

Les chaises vendues par Christie’s le 21 septembre 2010 (figure 12), avec dossier en lyre et colonnettes à sommets à plumets, correspondent, le cannage excepté, à la description d’une des dernières annonces de Jean Nicolas Cheneaux en 1810 :

« Vingt-quatre Chaises à petites colonnes, à lyre dans le dossier, et fond en canne, propres pour une maison de campagne : s’adresser, rue Royale, N°.114, à M. Chenaux, menuisier, qui a aussi plusieurs autres Chaises et Fauteuils à vendre. »2

Chaises à dossier lyre et colonnettes d’époque Louis XVI – Vente du 21 septembre 2010 – Amsterdam – © Christie’s Images Ltd, 2010

Le 5 décembre 1959 à la galerie Jean Charpentier à Paris, une suite de sept fauteuils à dossier à la Reine d’époque Transition est proposée à la vente (lot 78), les sièges portent pour une part l’estampille de Malbet et pour l’autre de Cheneaux (figure 13). Pierre Malbet (maître en 1769) qui avait acheté le fonds de commerce d’Anne-Marie Waetier, veuve d’Henry Amand (maître en 1749) le 23 mai 17693 cesse son activité le 30 septembre 17734. Dans l’hypothèse où Jean Nicolas Cheneaux n’aurait pas eu à restaurer ces sièges, ces derniers démontrent une collaboration entre les deux menuisiers et sans doute plus généralement entre les menuisiers de Lyon et de Paris. Par ailleurs, Jean Nicolas Cheneaux ayant obtenu sa maîtrise en 1772, ces sièges peuvent être datés de 1772-1773.

Paire de fauteuils à la Reine d’époque Transition (d’une suite de sept) estampillés Malbet ou Cheneaux – Vente du 5 décembre 1958 – Paris – Galerie Jean Charpentier

Un client prestigieux : Victor-Amédée III de Piémont-Sardaigne

Comme nous l’avons déjà mentionné, une procuration de 1776 entre Augustin Ansard, tapissier, et Jean Nicolas Cheneaux, nous apprenait que ce dernier avait travaillé pour le Roi de Sardaigne. Victor Amédée III de Piémont-Sardaigne, né le 26 juin 1726 au palais royal de Turin et mort le 16 octobre 1796 au château de Moncalieri, est duc de Savoie et régnera sur le royaume de Sardaigne de 1773 à 1796.

Dans les archives du château de Chambéry, château des ducs de Savoie, les mandats de la maison du roi du 9 février 1775 au 5 septembre 17825 montrent des relations commerciales étroites entre l’intendance du château et les artisans lyonnais, en particulier les menuisiers. Le premier document attestant cela est un mandat du 24 mars 1775 qui ordonne le paiement de 1200 livres au tapissier Augustin Ansard « pour être employées au payement des bancs, chaises et autres meubles nécessaires pour les appartements de ce château royal de Chambéry dont il va faire emplette à Lyon ». Un autre mandat, directement lié à notre sujet, mentionne explicitement Jean Nicolas Cheneaux :

« J’ai reçu de Mr Viollet agent de S.M. le Roy de Sardaigne la somme de deux mille cent soixante deux livres et dix sols de France suivant les ordres qu’il a reçu de Monsieur Blanchot intendant général du duché de Savoye et à compte des fournitures que je me suis engagé de faire pour le château Royal de Chambery à Lyon le 27 avril 1775 Signé Cheneaux »

Nous n’avons malheureusement pas de détails sur ces fournitures faites par Jean Nicolas Cheneaux. La somme payée est significative et une note, datée du 26 juin 1775, à propos des sommes à payer pour le service de S.M. par Viollet son agent à Lyon, nous apprend qu’en plus des 2162 livres et 10 sols, Jean Nicolas Cheneaux avait préalablement reçu un paiement de 2400 livres. Ces sommes élevées nous indiquent que la ou les commandes obtenues par Jean Nicolas Cheneaux étaient importantes en quantité ou en qualité.

Les archives nous apprennent aussi que Jean Nicolas Cheneaux fournissait d’autres types de marchandises, comme le montre le mandat ci-dessous lorsqu’en mai 1775 il procura de la moquette au chef tapissier Michel Charavèglio, probablement pour garnir des sièges.

« Du 11 juillet 1775

Mr Charavéglio tapissier de S.M. le Roy de Sardaigne doit pour envois à lui faits les articles cy après pour le service du château royal de Chambery.

65 aunes 7/12 moquette cramoisy à         3 15 s               245         18          9
40 aunes moquette cramoisy à                   3 15                 150
20 aunes de jeaunes                                       3 15                    72             0         0
Plus pour l’emballage                                                                   1           15         0
                                                                                                         469           13        9

Lyon le 6 mai 1775 Cheneaux

Je soussigné tapissier du Roy certifie et déclare que le Sr Cheneau habitant à Lyon a fourni toute la quantité de moquette portée par la liste cy dessus aux prix respectifs spécifiés à chaque article, ainsi que j’en ai convenu avec lui lesquels j’ai reçu duement emballés et ont toutes été employées aux appartements de S.M. dans le château royal de cette ville Chambéry le 10 juin 1775

Signé Michel Charavèglio Tapissier »

Cette commande est déjà plus surprenante, il était assez inhabituel pour un menuisier d’honorer des commandes ne concernant pas directement son métier.

Après cette date nous ne trouvons plus de traces de Jean Nicolas Cheneaux. Néanmoins l’apparition d’une exceptionnelle suite de canapés estampillés I.CHENEAUX d’époque Louis XVI lors de la vente Christie’s du 4 février 2015 (figure 14) à Londres soulève de nouvelles interrogations. Au vu de la qualité de ces sièges, ils étaient vraisemblablement destinés à meubler la galerie ou le salon d’une demeure prestigieuse en parfaite harmonie décorative avec les boiseries.

Canapé d’époque Louis XVI – Vente du 4 février 2015 – Londres – © Christie’s Images Ltd, 2015

Ces canapés atypiques semblent être une association de deux styles différents. L’assise, les pieds et les accotoirs sont bien lyonnais, en revanche le dossier, d’une qualité esthétique bien supérieure, est plutôt caractéristique du style piémontais. Les décors sculptés, en particulier les guirlandes de fleurs, se rapprochent de la production du menuisier et sculpteur sur bois Giuseppe Maria Bonzanigo (figure 15). Né à Asti dans le Piémont le 6 septembre 1745, il est nommé sculpteur sur bois du roi Victor Amédée III en 1787. Il meurt à Turin le 18 décembre 18206

Giuseppe Maria Bonzanigo – Miroir d’une paire – 1784 – Musée d’art et d’ameublement de Nichelino

L’étude des inventaires de 1775 du château de Chambéry7 nous apprend que le mobilier était de style Louis XV. En 1786 débutent les travaux de reconstruction de l’aile royale du château de Chambéry, le style est résolument Louis XVI comme le montre les dessins conservés aux archives départementales de Savoie8 (figure 16). Bonzanigo est sculpteur sur bois de Victor Amédée III depuis 1787 et Cheneaux a déjà travaillé pour le château de Chambéry. Même si aucun document d’archive ne peut l’attester, l’hypothèse d’une collaboration entre Jean Nicolas Cheneaux et Giuseppe Maria Bonzanigo pour l’ameublement du château de Chambéry, à la suite des travaux débutés en 1786, nous semble crédible concernant l’origine des canapés.

N°22 – dessin des portes de communication pour la chambre C « Chambre d’audience du Roi pour l’été », n°23 – dessin des portes de communication pour les chambres D « Chambre d’audience de l’appartement » et E « Chambre du lit » et cabinet F

Conclusion

Jacques Chesnau, menuisier en bâtiment à Paris, a pendant de longues années usurpé, à son insu à titre posthume, la production de Jean Nicolas Cheneaux le menuisier lyonnais (voir l’article I.CHENEAUX – Une estampille lyonnaise). Ce dernier, peu étudié jusqu’à maintenant, semble avoir eu une certaine notoriété à son époque jusqu’à pouvoir travailler pour le roi de Sardaigne au château de Chambéry. Comme d’autres menuisiers lyonnais, sa production mériterait d’être connue et mieux représentée dans les musées.

L’unique siège estampillé I. CHENEAUX du Musée des Arts décoratifs de Strasbourg peut désormais être attribué au menuisier lyonnais Jean Nicolas Cheneaux.

Par Eric DETOISIEN

L’auteur souhaite remercier Bernard Deloche sans qui cet article n’aurait jamais vu le jour, Sylvie Claus (Directrice adjointe des Archives départementales de la Savoie) et Philippe Raffaelli (Conservateur en chef du patrimoine, Conseil général de la Savoie) pour leurs précieux conseils sur les archives du château de Chambéry et Roberto Antonetto pour ses lumières sur le mobilier piémontais.

  1. Ces données sont extraites du logiciel Systex créé par Bernard Deloche et Eric Detoisien qui référence plus de 7500 sièges français du XVIIIe siècle dont près de 700 sièges lyonnais []
  2. Petites Affiches de Lyon et annonces judiciaires n°31 du 18 avril 1810 – p. 3 []
  3. Minutier central des notaires de Paris – MC/ET/XXVIII/415 []
  4. Archives de Paris – D4B6 – Carton 49 []
  5. Archives départementales de Savoie – Mandats – Maison du Roi – Commencé le 9 février 1775 et fini le 5 septembre 1782 – côte C 650 []
  6. Roberto Antonetto, Il mobilepiemontesenel settecento, Umberto Allemandi & C., 2010 []
  7. Archives départementales de Savoie – côte C 473 []
  8. Ibid []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *