PATRIMOINE/La loge du Change renaît à l’orée du XXIe siècle

La Renaissance du Vieux-Lyon « (RVL) » présente dans cet article le chantier de restauration des façades principales de l’ancienne loge, aujourd’hui Temple du Change. Un remarquable travail de diagnostic et de réhabilitation a été conduit au cours de l’année 2015 sous la direction de François Peyre, architecte du patrimoine, auteur de la contribution ci-dessous.

Rappelons une initiative soutenue par la RVL : celle du groupement des horlogers lyonnais qui, sous la conduite de Philippe Carry et de Xavier Desmarquest ont reconstitué les « Horloges idéales de Soufflot » conformément à la gravure originale, pour créer un « Cycloscope », calendrier offrant simultanément la lecture de la date du jour, du mois et de l’année. Ce chef-d’œuvre unique du XXe siècle, tant dans sa conception que dans sa réalisation, fut découvert aux Lyonnais 250 ans après que l’architecte l’eut imaginé, lors du passage à l’an 2000

Gravure de Bellicard montrant le dessin de Soufflot, avec ses deux horloges © Archives municipales de Lyon

Gravure de Bellicard montrant le dessin de Soufflot, avec ses deux horloges
© Archives municipales de Lyon

Le premier édifice est construit par l’architecte Simon Gourdet entre 1631 et 1655, sur une élévation inspirée de Serlio. D’après la seule vue connue (plan de Lyon par Guigou, 1659), il a composé une loge ouverte de 4 arcades entre pilastres doriques, un étage carré assez bas et un haut comble « à la française », percé de lucarnes.

À la fin du siècle, un projet de reconstruction est envisagé en raison de la petitesse de l’ouvrage. Francesco Fontana et Robert de Cotte produisent des dessins ambitieux qui ne seront pas suivis de réalisation.

En 1747, le gouverneur signe l’accord de construction d’une nouvelle loge au même emplacement, « suivant les plans et devis estimatifs dressés par J.G. Soufflot ». Les travaux sont exécutés par Jean Baptiste Roche entre 1748 et 1750. Néanmoins, l’intervention semble avoir simplement été constituée d’un aménagement et d’une extension par l’ajout d’une arcade supplémentaire et la reconstruction de l’étage sous attique.

Transformé en Temple protestant au début du XIXe siècle, il n’a pas changé d’usage jusqu’à aujourd’hui.
Cet édifice a subi de nombreuses transformations et divers travaux de restauration, mais son état nécessitait de nouvelles interventions.

Par un arrêté du 3 mai 1913, les façades principales et leurs retours ont été classées au titre des Monuments Historiques. Le reste de l’édifice est simplement inscrit MH depuis un arrêté du 1er juillet 2013.
Le chantier de 2015 a eu pour objet une étude générale de diagnostic et une restauration complète des façades classées.

Les parties concernées par le chantier

La restauration aujourd’hui achevée a concerné quatre opérations principales qui présentaient des interactions fortes : la restauration des parements en pierre de taille constituant la façade et les deux retours ; la restauration des menuiseries garnissant les baies de ces façades (portes pleines mises en œuvre au rez-de-chaussée lors de la fermeture de la loge au début du XIXe siècle, portes fenêtres à carreaux garnissant l’étage dont certains éléments semblaient d’origine) ; le parvis constitué d’un vaste degré droit et de deux paliers latéraux en pierre de taille et garde-corps en fonte et la mise en place d’un éclairage de mise en valeur sur la façade principale.


Les apports du chantier en termes archéologiques

L’examen rapproché des ouvrages, grâce à l’échafaudage complet de la façade et le nettoyage profond des parements et des maçonneries, a amené à faire un certain nombre de constats.

Tout d’abord, l’examen soigné de l’élévation du rez-de-chaussée bâti en pierre rose d’Anse n’a permis de déceler aucune trace de reprise ou de maçonnerie différenciée entre les trois arcades qui auraient été conservées (à gauche en regardant la façade) et les deux arcades qui auraient été ajoutées. L’intervention en ces termes, suivant le projet de Soufflot, ne semble donc pas assurée et la nature même de la façade à la fin du XVIIe siècle paraît à relativiser : ne possédait-elle effectivement que quatre arcades ? Ou bien la reconstruction a-t-elle été plus importante que ce que les archives relatent ? La réponse n’a pas pu être apportée.

Le second point sur lequel on attendait des éléments de réponse résidait dans la nature du parvis actuel, établi en 1831, et sur des éventuels vestiges qui auraient assuré l’existence des degrés courbes visibles sur la gravure de Bellicard et mentionnés au XIXe siècle. Là encore, les dégagements des pieds de façades sous le parvis, pour la réfection de celui-ci, n’ont montré aucun élément crédible ou intelligible : tout a été détruit lors des travaux de reconstruction de ce parvis.

Après la dépose des enduits et badigeons, deux reprises importantes de maçonneries sont apparues au droit des parements concaves de l’étage des retours latéraux de façade. Situés sous d’importants anneaux en fer, ces refouillements peu soignés de l’appareil en pierre de taille ont été bouchés en mauvaise maçonnerie de briques. La disposition de ces encastrements anciens semble montrer un affouillement réalisé pour la pose des socles de statues d’angles telles qu’on les voit sur certaines gravures anciennes.

L’analyse des menuiseries des baies d’étage a été plus enrichissante. Après leur nettoyage, plus des deux tiers des ouvrages sont apparus bien conservés et anciens, remontant probablement aux travaux du milieu du XVIIIe siècle. La restauration des bois et ferronneries a permis de conserver l’essentiel de ces éléments historiques.

Les apports du chantier en termes patrimoniaux

Vue d’ensemble (octobre 2015)  © Yves Neyrolles

Vue d’ensemble (octobre 2015)
© Yves Neyrolles

À la suite des nettoyages et dégagements nous avons pu constater que ces façades avaient subi des dégradations plus conséquentes que ce qui avait été perçu, vu de la rue. De nombreux ragréages et joints en mortier de ciment ont été révélés et cela a nécessité des remplacements conséquents de pierre de taille et des ragréages complémentaires au mortier spécifique de réparation. La sculpture du fronton central a également subi une restauration conséquente avec la retaille de toute la partie basse de l’ouvrage.

Restauration de la sculpture du fronton central  © Yves Neyrolles

Restauration de la sculpture du fronton central
© Yves Neyrolles

Les maçonneries d’étage ont reçu un badigeon d’harmonisation visant à recréer le monolithisme apparent, en vigueur à cette époque de l’histoire de l’architecture. Le niveau inférieur a gardé son aspect rose naturel, marqué de pilastres et de forts bossages.

 

L’ensemble des parties saillantes a été protégé par des revêtements en plomb réalisé avec finesse pour ne pas alourdir les modénatures.

Les menuiseries, restaurées sur la base d’un ensemble entièrement conservé, ont retrouvé leurs volets intérieurs et l’ensemble a été recouvert d’une peinture grise.

Le parvis et l’escalier ont retrouvé leurs structures minérales, permettant un usage sécurisé, et les ferronneries ont été restaurées et complétées par un portillon de service réalisé en continuité.

L’éclairage de la façade sur la place a été revu : les flux lumineux sont plus doux et colorés ; les sources lumineuses, à faible consommation, intègrent le souci d’économies d’énergie.

Vue partielle de la façade, la nuit, le 8 décembre 2015  © Yves Neyrolles

Vue partielle de la façade, la nuit, le 8 décembre 2015
© Yves Neyrolles

Par La Renaissance du Vieux-Lyon
à partir de la contribution de François Peyre, Architecte du patrimoine,
publiée dans le n°145 du Journal de la Renaissance du Vieux-Lyon

« Les parties sculptées situées au niveau des toitures étaient en bien mauvais état. Nous avons proposé de ne pas réparer la partie basse de la sculpture centrale, comme cela était prévu, mais de remplacer les pierres massives et de refaire la sculpture à l’identique. Cette opération a nécessité l’intervention de notre sculpteur, pendant deux mois, pour redonner à ce décor son nerf et son éclat d’origine. »

Emmanuel Bury, tailleur de pierre, entreprise Comte

 

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Verdi dit :

    Toujours très intéressant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *