PERSONNAGE/Léon Silvain, poilu lyonnais

…la vie ordinaire d’un soldat ordinaire à une époque peu ordinaire…

Nous sommes le 20 mai 1916. Léon, un poilu lyonnais, vient d’arriver à l’hôpital. En attendant de « passer à la radiographie », il écrit à Marie, son épouse.

Collection particulière

« Chère Marie,

Je n’ai pût t’écrire hier suis arriver a l’hopital, on m’a charcuter un peut, mais sais pas finit l’éclat n’est pas encore sortit, panse qu’on va me passer a la radiographie pour savoir exactement l’endroit ou il se trouve, il y aura encore un moment de jouissance quant ils me le sortiront. Suis à Chaumont dans la Haute-Marne sa ne vaut pas le centre c’est la vie de caserne, j’ai un bon petit lit et au moins n’entend plus ce maudit canon. Je vais écrire a un camarade je crois qu’il ne reste plus personne de la Cie. Ton mari chéri qui t’embrasse bien fort ainsi que la nainette.
L.Silvain
Sergent 415 inf. Hopital temporaire C pavillon Baudeins salle 14 Chaumont Hte-Marne

Bonjour a Antonia a tout le monde ”1

Mais qui est Léon ? Que lui est-il arrivé ? Pourquoi cette lettre ? De quoi est-elle le témoin ?

Léon, le civil

Collection particulière

Léon Joseph Noël Silvain est né le 25 décembre 1884 à Chamagnieu, Isère2, à quelques dizaines de kilomètres à l’est de Lyon. D’un père cultivateur et d’une mère ménagère, il est le 2e d’une fratrie de 5 enfants. Antonia, dont il parle dans cette lettre, est sa seule et unique sœur.

En 1904, au moment du recrutement militaire, Léon a 20 ans. Il est ainsi enregistré3:

« Résidant à Chamagnieu
Profession de cultivateur
Cheveux, sourcils et yeux châtains
Front bombé
Nez et bouche moyens
Menton rond
Visage ovale
Taille : 1 m. 64 »

Puis on retrouve la trace de Léon à Lyon au début des années 1910. Il habite alors chez sa tante maternelle rue Garibaldi et est employé de son commerce de vins en gros. Lorsqu’il épouse Marie Brizin en 19124, il est épicier-regrattier5 et ils vivent rue Vendôme, dans le 6e arrondissement. C’est là que naît la petite Antoinette en 19146, quelques mois avant la mobilisation.

Léon, le poilu

Collection particulière

Comme des millions d’autres soldats, Léon est mobilisé le 2 août 1914. Avec le 22e, le 159e puis le 415e Régiment d’infanterie, il est envoyé sur les fronts de la Somme puis de l’Est. Il arrive dans la Région fortifiée de Verdun en février 1916. Le 14 mai, positionné dans le ravin de la Caillette, au pied du fort de Douaumont, il est blessé au bras par un éclat d’obus. Son régiment est décimé en quelques jours. Léon est évacué à l’hôpital de Chaumont en Haute-Marne où il arrive le 19 mai. Il est opéré une première fois. Mais l’éclat n’est pas localisé. Il attend une évacuation sanitaire par train.

Léon, l’auteur des lettres

Bien que d’origine modeste et paysanne, Léon sait lire, écrire et compter. Ses lettres comportent un grand nombre de fautes d’orthographe, de grammaire et de syntaxe. Mais l’écriture est assurée.

Lorsqu’il est sur le front, il écrit à Marie quasi quotidiennement. Au total, 157 lettres, datées de janvier 1914 à juin 1916, ont été conservées par son épouse, puis, jusqu’à aujourd’hui, par sa fille, sa petite-fille et son arrière-petite-fille. Léon y décrit son quotidien, la joie de recevoir des colis (le produit phare : le saucisson !), l’horreur du bruit des canons, la douleur de la blessure, la blessure du manque.

Léon, le témoin

Cette correspondance est intéressante à plus d’un titre.

Elle est tout d’abord un témoignage direct de la vie sur le front. Certainement nuancé par la censure militaire. Mais malgré tout très sensible. Ce type de témoignage n’est pas rare. Nombre de lettres ont été exhumées des greniers en cette période de Centenaire, en particulier dans le cadre de la Grande Collecte7 en 2013 et 2014.

Plus exceptionnel peut-être est l’éclairage médical qu’il apporte. En effet, cette lettre témoigne de la présence, à une centaine de kilomètres du front, d’équipements de radiographie médicale. Sans doute est-ce dû à l’implication d’esprits novateurs qui, moins de 20 ans après la découverte des rayons X, se mobilisent pour que la radiologie s’installe au plus près des zones de combat.

En ce mois de mai 1916, Léon bénéficie donc des techniques de la radiographie médicale naissante. Mais cela n’aura pas suffi. Il succombe à ses blessures à l’hôpital militaire temporaire de Chaumont le 14 juin 19168 à midi.

Léon compte désormais parmi les 11000 Lyonnais « Morts pour la France ».

Par Anne FOREST, archiviste, Archives de Lyon

Documents exposés aux Archives de Lyon dans le cadre de « 14/18 Lyon jour après jour » du 4 octobre 2017 au 23 février 2018.

 

  1. La correspondance et les photographies sont conservées par la famille. []
  2. http://archivesenligne.archives-isere.fr/mdr/index.php/docnumViewer/calculHierarchieDocNum/551321/484590:538609:540347:551321/875/1400 []
  3. http://archivesenligne.archives-isere.fr/mdr/index.php/docnumViewer/calculHierarchieDocNum/578220/575433:578669:578778:578779:578220/875/1400 []
  4. http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ark:/18811/5f235170e87ee6439729e58043357583 -AML- 2 E 2508- []
  5. « Qui faisait le commerce du sel au détail » – http://www.cnrtl.fr/definition/regrattier- []
  6. http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ark:/18811/1554bf41d57f15b97b8ded2a35f82d21 – AML 2 E 3736- []
  7. http://www.lagrandecollecte.fr/lagrandecollecte/?mode=desktop []
  8. http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ark:/18811/a866c1e6569c42bd3d6337c99a8fc090 – AML 2 E 2480- []

Anne FOREST

Archiviste, Archives de Lyon

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.