PERSONNAGE/Le Révérend Père Bonaventure BERLOTY, un jésuite lyonnais au service de la science

…né le 25 mars 1856 à Lyon et décédé à Beyrouth le 13 octobre 1934

Le Révérend Père Bonaventure Berloty (Collection particulière)

Il y a parfois des personnalités lyonnaises qui sont oubliées de leurs compatriotes alors qu’elles sont reconnues par d’autres nations comme de grandes figures ayant contribué à faire avancer le monde que nous connaissons.

Le R. P. Bonaventure Berloty est de ceux-là, un jésuite modeste qui, pourtant, va créer des hauts lieux d’études et d’analyse scientifiques, inconnu de nos compatriotes mais reconnu dans le monde entier à tel point qu’il sera revendiqué soit comme un Italien, soit comme un Allemand, alors qu’il est évidemment lyonnais.

Sa famille est éminemment lyonnaise, par ses multiples ramifications au sein du quartier d’Ainay. Fils de Félix Berloty, le notaire de la rue Impériale, et de Jeanne Coste, il est le petit-fils de Benoît Coste (le fondateur de la fameuse congrégation des Messieurs)1 et l’arrière petit- fils de Pierre François de Colomb d’Hauteville (un aristocrate désormais oublié mais qui avait réuni la noblesse du Forez pour qu’elle abandonne ses privilèges dès 1788 ; député à l’assemblée législative de 1791-1792, attaché à la liberté des cultes, mais mis sous mandat d’arrestation à la demande de Robespierre, il sera obligé de vivre clandestinement…). Bonaventure Berloty est également le beau-frère de Joseph Rambaud (économiste et fondateur du Nouvelliste de Lyon).

Mais surtout, descendant également de la famille Jordan, il est le cousin et presque le contemporain de Camille Jordan (à ne pas confondre avec son oncle Camille, le célèbre député au conseil des Cinq cents), le célèbre mathématicien qui enseigne au collège de France, à l’école Polytechnique. Connu pour son travail fondamental dans la théorie des groupes pour ses Cours d’analyseCamille Jordan est à l’origine du « théorème de Jordan ».2

L’amour des mathématiques est donc pour Bonaventure Berloty essentiel à côté de sa vocation religieuse qui l’amène à entrer dans l’ordre des Jésuites, alliant ainsi science et foi, ce que cet illustre ordre a su développer en formant une brillante lignée de savants.

C’est ainsi qu’il publie en 1886 son premier ouvrage intitulé Théorie des quantités complexes à unités principales, l’amenant à être le spécialiste de cette notion mathématique. Cette même année, il devient professeur ès sciences à la Faculté de Paris. Puis, ses travaux étant de plus en plus reconnus, il est nommé professeur d’analyses mathématiques à la faculté catholique d’Angers puis à celle de Lyon, retrouvant alors sa terre natale.

La vie des Jésuites en France est compliquée au XIXe siècle.
En effet, en 1880, Jules Ferry fait voter une loi expulsant les Jésuites, qui força déjà 5.643 Jésuites à quitter la France. Puis la loi de 1901, complétée par celle de 1904, interdit l’enseignement à toutes les congrégations sous peine de prison. Cela oblige les religieux qui se sont engagés exclusivement dans l’instruction, soit à abandonner leur voeux religieux, soit à l’exil. C’est ainsi que le R. P. Père Bonaventure Berloty est expulsé de France en 1901, comme le sont plusieurs dizaines de milliers de religieux (on évoque entre 30.000 et 60.000 exils de religieux enseignants). Ce n’est qu’en 1914, au début de la première guerre, que ces interdictions sont définitivement levées.

En 1902, Bonaventure Berloty est à Alexandrie, en Egypte, puis en 1903 il enseigne à l’université de Beyrouth.
A côté de sa passion pour les mathématiques, une autre passion se développe : l’astronomie. Pour se préparer à la mission qu’on vient de lui confier, la création d’un observatoire en Syrie, il va étudier les observatoires créés par les pères jésuites à Stonyhurst en Angleterre, puis à Tortosa en Espagne. C’est d’ailleurs de ce dernier lieu qu’il étudie l’éclipse du soleil de 1905.

L’ordre de mission officiel de créer un nouvel observatoire en Syrie lui est donné le 4 novembre 1906. C’est ainsi qu’en 1907, il part s’installer en Syrie. Pour placer au mieux l’observatoire d’astronomie, il identifie un site particulièrement adapté à l’observation : il s’agit de Ksara, à 30 km de Beyrouth, situé à l’ouest de la plaine de la Bekaa, sur les contreforts, à 920 m d’altitude, au ciel pur, au climat sain, avec un isolement idéal pour l’observation et proche de la route reliant Beyrouth à Damas. Il décide la construction d’un observatoire d’astronomie et de géophysique, dans lequel il développe un pavillon de magnétisme, de météorologie et de sismologie.

Mais en 1914, du fait de l’entrée de la Turquie aux côtés des Allemands durant la grande guerre, les Jésuites, parce que Français, sont expulsés de Syrie et Bonaventure Berloty doit encore fuir. Il se réfugie alors en Egypte.
A la fin de la guerre, à la retraite des troupes « turco-allemandes », l’observatoire est pillé et quasiment détruit. Le R. P. Berloty revient en Syrie-Liban, désormais sous mandat français. Avec l’aide de son adjoint le Père Combier (s.j), il rassemble les fonds nécessaires et se lance dans les travaux de reconstruction. Ksara devient alors un des lieux de recherche reconnus.

Un matériel scientifique exceptionnel va être installé : un dôme rotatif avec un nouveau télescope équatorial de 20 cm d’ouverture, un sismographe horizontal Mainka de 435 kg de masse, et un variomètre Mascart avec enregistrement photographique.

La renommée du service de météorologie de Ksara sera telle que le Haut-Commissariat français va le choisir comme centre du service de météorologie de Syrie, et nomme le R.P. Bonaventure Berloty en 1921 directeur du service de météorologie. A ce titre, il gère les 14 stations météos au Liban et en Syrie.
Reconnu de son vivant pour ses qualités scientifiques, il est élu le 7 juillet 1924 correspondant à l’Académie des Sciences de l’Institut de France pour la Section de Géographie et Navigation, et la même année est décoré Chevalier de la Légion d’Honneur.
Il laisse quelques communications complexes comme par exemple :
Théorie des quantités complexes à unités principales, Thèse de doctorat Université de Paris, 1886 ;
Sur la localisation des épicentres des tremblements de terre, Comptes-rendus Académie des Sciences, 191, 813, 816, 1930 ;
Annales de l’observatoire de Ksara, 1921, 1934.

Ses principaux travaux autres que mathématiques concernent donc l’astronomie et la géophysique. Il mène d’importantes études sur le soleil, sur la sismologie et sur les observations météorologiques. Il réalise des travaux géodésiques entrepris par le service géographique de l’Armée syrienne. Il détermine un azimut destiné à orienter le canevas géodésique et réalise des mesures relatives au magnétisme terrestre et à la gravité.

Ses travaux sont reconnus dans le monde entier et il y a plus d’écrits sur lui en langue étrangère qu’en français…

Le Père Bonaventure Berloty meurt le 10 octobre 1934 à Ksara, à l’âge de 78 ans. Ce grand scientifique lyonnais, à la longue barbe fournie, serait enterré sur les lieux de ses études scientifiques.

Sur le site de l’Institut de France, il est qualifié d’astronome et de géophysicien «italien » (sic)… et on trouve sur Internet une liste des géophysiciens internationaux dont il revient de commémorer les dates anniversaires, où il figure comme Allemand. Or, il n’est évidemment que lyonnais… mais oublié…

Par Gerbert RAMBAUD, Avocat

Pour aller plus loin :

  1. voir article sur Benoît Coste []
  2. https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9or%C3%A8me_de_Jordan []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.