ARCHIVES/Filigranes polyamoureux

Comme nous avons déjà eu occasion de dire et de voir, parler d’un filigrane signifie toujours analyser un couple de filigranes au presque même dessin, qui appartiennent chacun aux formes jumelles utilisées à la cuve.

C’est justement le fait qu’ils soient « différemment identiques » qui nous permet de repérer ceux que nous avons appelés les « jumeaux ». Et cela, dans notre imaginaire, prend un sens tout à fait affectif : les jumeaux sont amoureux l’un de l’autre. Un filigrane, nous dirions, n’est jamais monogame. Il peut être solitaire, indépendant, isolé, sociopathe, perdu, abandonné – concrètement, c’est quand nous ne voyons pas de différences parmi les exemplaires dans un manuscrit – mais cela ne doit pas nous faire oublier que, quelque part, même dans un autre document, il y aura toujours son jumeau.

Si la monogamie ne concerne pas du tout les filigranes, cela ne peut pas se dire pour son contraire : la polygamie est tolérée et aussi pratiquée. En fait, ce serait mieux de parler plutôt de « polyamour ». De Wikipédia : « Le polyamour (de l’anglais polyamory), ou pluriamour, est une éthique des relations amoureuses où les partenaires ont la faculté de pouvoir aimer plusieurs personnes en même temps et de manière assumée. […] Le polyamour est parfois confondu à tort avec […] la polygamie, qui est une non-exclusivité conjugale ou matrimoniale. Certaines relations polyamoureuses n’impliquent pas forcément une vie conjugale ou un mariage. […] Les sociétés pratiquant la polygamie réservent souvent, soit aux hommes, soit aux femmes, la possibilité de se marier plusieurs fois ; l’égalité de droits entre les partenaires, principe essentiel du polyamour, n’est que rarement présente dans les mariages polygames ».

Des filigranes polyamoureux ?

Rentrons dans les détails.
D’habitude, nous tombons sur un cas de ce genre avec un type de filigrane courant, très utilisé et dont il y a beaucoup d’exemplaires ; tout cela amène à produire plusieurs rames de papier filigrané au même dessin, qui peuvent venir de formes différentes. Une fois ces rames achetées, sorties de la papeterie et employées, ailleurs, pour assembler les cahiers d’un document, il peut arriver que les feuilles produites à partir de formes diverses soient mélangées.
Et, si le dessin est toujours à peu près le même, comment reconnaitrons-nous les couples originels ?
Nous voyons, donc, les filigranes dans un état qui ne correspond pas à celui de départ. Ils sont maintenant tous ensemble, tous égaux et, pour nous, pas séparables en couples. Voilà nos beaux filigranes polyamoureux.

Quelle analyse propose un bon chercheur ?
Deux voies sont possibles : essayer de rétablir les couples originels ou se limiter à constater et décrire la réalité. La première est courageuse mais hasardeuse, parce qu’il pourrait toujours arriver de mettre en relation des filigranes qui n’étaient pas liés dans un premier temps. La deuxième ne donne pas vraiment de solution, mais offre un cadre neutre et utile à comprendre le phénomène et éventuellement à poursuivre la recherche ; il suffirait, en effet, qu’un jour quelqu’un trouve quelque part, dans un autre document, un couple formé par deux des exemplaires polyamoureux, pour commencer à démêler les choses1


Calques originaux des licornes nos 10073 et 10074 (BIBLIOTHEQUE DE GENEVE, Papiers Briquet nos 75-77). A juger du dessin, la licorne 10073 correspond au type « D grosses lèvres » et la licorne 10074 au type « D cou droit ».

 

Lettre B majuscule

En ce qui concerne le second cas, la lettre « B » majuscule, nous n’avons pas d’album de famille à montrer, la situation étant trop complexe et les membres excessivement nombreux. D’ailleurs, Briquet lui-même dans son répertoire se limite à noter « Lyon 1487-1577 » parmi les « variantes du groupe 8002 à 8025 », qui sont tous du type « Lettre B majuscule ». Il s’agit, donc, d’une fourchette temporelle très large.
Pourtant, il publie déjà beaucoup de filigranes lyonnais : ce sont les numéros 8007, 8011, 8012, 8018, 8019, 8025, 8032, 8043 et 8054. Mais tous ces « B », reproduits ou variantes, que nous trouvons dans une quantité énorme de manuscrits aux Archives municipales et aux Archives départementales, c’est une fois de plus impossible de les coupler. Voire, selon le raisonnement susmentionné, ce ne serait pas sage.
Pour cela, dans tous les cas étudiés où nous avons repéré une « Lettre B majuscule », nous nous sommes limités à noter sa présence et, éventuellement, à indiquer sa distribution dans le document. Nous nous contentons, alors, de constater que le filigrane à la lettre « B » était bien aimé à Lyon.
Et cela nous fait sourire : ce n’est pas un signe ?
Un cri, un écho qui sort des toutes ces feuilles. B(riquet), une trace : « Ne m’oubliez pas ! ».

Par Ilaria PASTROLIN, étudiante en Sciences de l’Antiquité à l’Université d’Udine (Italie)

  1. Voir aussi NEIL HARRIS, Paper and Watermarks as Bibliographical Evidence (2017) : « A word of warning. It happens quite often that in a book or document the inquiry, even if it is conducted properly, finds that there is no
    way of discriminating the pairs of watermarks. Just to give an example, the edition of the De Cardinalatu by Paolo Cortesi published at San Gimignano in 1510 employs, among others, four waterwarks containing a fleur-de-lys. They are easily told apart: two are right-hand and two are left-hand; which however goes with which? On the evidence of this one book there is no way of telling. In the long run, but it would take a certain amount of time and trouble, it might be possible to find another book of the same period, in which the paper came from only one of the two sets involved here and so clearly distinguish the pairs. What specialists often seem to fight shy of, however, is the embarrassment of admitting publicly that they do not know and so they tend to skate over the issue, by blithely omitting any mention of the twin relationship. This tacit untruth in reality helps no one. In a situation such as this, it is much better to admit that one does not know. A graceful admission of impotence is much better than a bumbling attempt to disguise incompetence ». []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *