PATRIMOINE/Horloges et horlogers dans la Cité

Une brève histoire du TEMPS

« Relier les occupations humaines à l’ordre céleste »
(Yao – 2300 av. J.C)

La course des astres selon Newton © DR

Il y a 5000 ans, le cercle mettait les astres à notre portée, leur course devenait l’alphabet des heures et des minutes.
Les hommes cherchèrent dès lors, inlassablement, du gnomon à l’horloge, à mesurer le temps.
Reflétant les connaissances des scientifiques et l’habileté des artisans, les premières horloges connues apparurent vers le fin du XIIIe siècle. Elles étaient astronomiques, c’est-à-dire qu’elles reproduisaient le mouvement de la sphère des fixes. Le cercle et les divisions du cadran de nos montres, autour duquel les aiguilles tournent à l’instar des planètes sur notre voûte céleste, sont le fruit de millénaires d’observation du cosmos.
Tel fut l’héritage des horlogers lyonnais, qui, au cours des siècles, entreprirent de construire les joyaux de la primatiale Saint-Jean-Baptiste ou des églises Saint-Nizier et Saint-Paul.

La mesure du temps, de Lugdunum à Lyon

Fabricant d’horloges sous la Renaissance Gravure d’après Jan van der Straet, dit Giovanni Stradano-Stradanus (Bruges, 1523 – Florence, 1605)

Les premiers horlogers dont on mentionne la venue à Lyon étaient italiens ou plutôt romains. Vers la fin du Ve siècle, correspondant à l’éclatement de l’empire, le roi des Bourguignons, Gondebaud, appris que Théodoric, roi des Ostrogoths, son allié, possédait des instruments qui marquaient l’ordre du temps. Il le pria de lui en envoyer. Théodoric chargea Boèce de faire exécuter deux « horologium », en l’occurrence un cadran solaire et une clepsydre que Gondebaud reçut à Lyon.

Le terme horologium, jusqu’au Moyen Âge, englobait toute sorte d’instruments de mesure du temps. Cependant, durant les huit siècles qui suivirent, aucun document mentionnant un travail d’horlogerie n’a été retrouvé.
En 1381, le ”Maîstre orologier” Claireveaux fut chargé par Charles V pour la Ville de Lyon de construire une horloge sur une tour du Pont de Saône. Mais le projet ne fût pas réalisé.

Détail du cadran astronomique de l’Horloge de la Primatiale Saint-Jean de Lyon (1379) © Philippe Carry

 

Deux années auparavant, en 1379, était construite la première horloge dite « aux petites cloches » de la primatiale Saint-Jean-Baptiste, à l’emplacement où se trouve l’actuelle horloge astronomique considérée comme étant la plus ancienne au monde en fonctionnement à l’intérieur d’une église. A cette date, le chapitre de Saint-Jean nomma « Le Sieur Loyat, recteur et gouverneur de l’horloge de l’église, aux gages de huit florins d’or et d’un habit par an ».

 

Lyon, capitale européenne de l’horlogerie au XVIIème siècle

Traditionnellement ville d’art, de penseurs et d’inventeurs, Lyon fut le laboratoire idéal qui permit à nombre d’artisans d’exercer leur métier, à un niveau de recherche technique et artistique tel qu’ils contribuèrent à l’essor économique de la cité à partir de la Renaissance.
De même qu’à Paris et à Blois, dès le milieu du XVIe siècle, l’horlogerie se développa à Lyon.
Cet essor fut provoqué par une clientèle de princes et de grands seigneurs qui contribuèrent à l’apparition d’ateliers qui devinrent assez nombreux pour former un véritable pôle d’activité du métier d’horloger.
Six ou sept horlogers travaillaient à Lyon entre 1550 et 1560. Dix ans plus tard, ils étaient treize.
C’est durant les deux premiers tiers du XVIIe siècle que l’horlogerie lyonnaise connut sa plus grande progression. A la fin du règne de Henri IV (1589-1610), la ville comptait seize horlogers.
Ce nombre s’éleva à dix-neuf sous Louis XIII (1610-1643) et à vingt-six au milieu du siècle.
Ces chiffres montrent bien la progressive évolution de cette profession au XVIIe siècle, avant l’invention en 1656 du balancier cycloïdal de Christiaan Huygens, physicien hollandais (1629-1695).

Le métier d’horloger demeura libre à Lyon jusqu’en 1660, année de la création d’une corporation.
Le nombre des artisans, sans cesse croissant, leur faisait en effet craindre une concurrence de plus en plus dure. Une assemblée de vingt-huit horlogers prépara les statuts et chargea trois des siens (Guillaume Nourrisson, Joachim Villette et Louis Arthaud) de faire enregistrer et homologuer le règlement qui fut approuvé par le Consulat le 27 février 1659. Mais en juillet, vingt d’entres eux se rétractèrent, semble-t-il à juste titre, à cause des règlements difficiles à exécuter qui leurs feraient plus d’inconvénients que d’avantages et “ne les plongeassent dans des procès à tout momentz”.

Néanmoins, le Roi approuva les statuts proposés, et les lettres patentes, promulguées à cette effet, furent enregistrées par le Parlement, le 4 septembre 1659.

« L’invention des horloges a esté trouvée pour veoir et se conduire en reigle et ordre de vertu »
Statuts des Horlogers de Blois, 1598

Le déclin des industries d’art

En 1670, le déclin de l’horlogerie et des industries d’art de Lyon (tissage de la soie, imprimerie, orfèvrerie) étaient imminent. Plusieurs facteurs historiques peuvent l’expliquer :
– la concentration des activités artistiques et artisanales à Paris,
– la crise économique générale de la fin du règne de Louis XIV (1643-1715),
– la sclérose de ses règlements corporatifs,
– et surtout les persécutions religieuses contre les huguenots. La révocation de l’Édit de Nantes en 1685 conduisit à la ruine de l’horlogerie en contraignant de nombreux ouvriers et maîtres d’art lyonnais, si réputés pour leur savoir et leur virtuosité, à l’exil vers des villes hollandaises, allemandes, suisses et Anglaises.

Cependant, on garde de cette période quelques précieux objets, tant il est vrai que les horlogers de la rue de Flandre ou de la Place du Change créèrent de véritable chefs-d’œuvres qui n’ont rien à envier aux pièces genevoises et parisiennes et qui ont leur place dans les plus beaux musées du monde.

Orologeurs et orlogers Lyonnais au XVIIème siècle

Parmi les plus fameux horlogers lyonnais actifs dans les deux premiers tiers du XVIIème siècle, citons :
– Jean Blancheton, originaire de Saint Etienne, établit en 1607 et dont la collection Spitzer renfermait une montre,
– Louis Arthaud, célèbre pour ses montres astronomiques qui se trouvent aux British Museum et au Victoria and Albert Museum (1612-1662),
– Jean Vallier, établi comme maître en 1602, mort en 1649. Ses montres octogonales, en forme de coquilles et de croix figurent dans diverses collections, notamment celle du Musée de Munich,
– Hugues Combret (1596-1669), fils de Pierre Combret. Entretint l’horloge de la place du Change en 1624. Fit de nombreuses montres dont celles en forme de tulipe, astronomiques et des horloges,
– Guillaume Nourrisson, qui s’installa sur Lyon en 1650. Horloger attitré de la ville, restaurateur de l’horloge de l’Hôpital de la Charité en 1656, de l’horloge astronomique de la Primatiale Saint- Jean-Baptiste en 1662 dont il modifia l’extérieur et ajouta le cadran ovale des minutes sur le coté. Il fût le constructeur de la seconde horloge de l’Hôtel-de-Ville, avec son frère Antoine, en 1674. Sa réputation incita certains auteurs à lui attribuer des horloges qu’il n’avait pas construites, même celle de Strasbourg.
– Jean Archimbaud, qui demanda en 1653 un privilège au roi pour la construction des machines et  pompes pouvant servir à “l’élévation d’eau du fleuve du Rhôsne », au moyen desquelles il fournirait l’eau en plusieurs quartiers de la ville qui sont en disette. Ce privilège lui fut accordé mais on en ignore les résultats,
– Pierre Debombourg, pour une horloge fin XVIIème qui se trouve au Musée d’Histoire de Lyon (Musées Gadagne),
– Bellard, pour une montre à sonnerie fin XVIIème qui se trouve au Musée du Petit Palais. Il était chargé de l’administration de la communauté des horlogers,
– Nicolas Bouquet, pour ses montres conservées aux British Museum dont l’une est de facture anglaise. Étant protestant, il quitta Lyon pour Genève puis Londres après la révocation de l’Édit de Nantes. Une autre de ses montres est conservée au Musée de Besançon,
– Charles Faure pour un mouvement de montre “oignon” fin XVIIème conservé au Musée de la Chaux-de-Fond,
– Joseph de Foisny, qui abjura en 1692 et dont une montre réveil-matin est conservée au Musée de l’émaillerie de Genève,
– Daniel Gom, qui fut d’abord arquebusier et exerça le métier d’horloger à partir de 1630 sur la place des Changes. Il fut chargé en 1650 de la construction de la première horloge de l’Hôtel-de-Ville détruite en 1674 par l’incendie qui consuma une partie de la façade du bâtiment,
– Bertrand Gonon, qui travailla en 1654 “au grand orloge de l’Église Saint-Jean », puis en 1656 à “l’orloge de la Tour du Dôme de l’Hôtel-Dieu”,
– Antoine Rousseau, établi maître en 1672, qui construisit des horloges lanternes et, en 1676, l’horloge de l’Église Saint-Paul.

Le mécanisme d’Antoine Rousseau dans l’Église Saint-Paul (1676) © Philippe Carry

Projet d’une restauration, l’horloge de l’Église Saint-Paul

A l’occasion des  travaux de l’église achevés en 2004, un mouvement mécanique dont l’origine remonte à 1676, a été remis à jour dans un remarquable état de conservation. Cette œuvre de l’art horloger lyonnais du XVIIe siècle est néanmoins arrêtée depuis 1953.

Le Maîstre-horlogeur Antoine Rousseau, personnalité reconnue de son temps pour l’intelligence de ces réalisations mécaniques, fut sollicité pour la construction de l’horloge. Vieille de 341 ans, celle-ci est aujourd’hui la deuxième plus ancienne après celle de la Primatiale Saint-Jean de Lyon.

La plus grande partie de son mécanisme existe encore même s’il a quelque peu été modifié. Sans cette modernisation de l’horloge, à l’instar de celles de la Primatiale et de l’Église Saint-Nizier, visant notamment à les rendre plus précises, il est fort probable qu’elles auraient disparu comme tant d’autres qui n’ont pas été adaptées aux exigences de leur temps.

Il est fort logique que, dans la durée, on cherche à transformer aussi l’aspect extérieur des horloges en imitant les grands courants artistiques de l’époque, savamment « digérés », tels qu’on les découvre, par exemple, dans l’architecture.

La restauration de l’horloge, qui est à l’étude, donnerait encore plus de prestige et de sens aux travaux de restauration du bâti de l’église Saint-Paul dirigés par Didier Repellin. Valorisation, d’une part architecturale et artisanale, d’autre part scientifique et pédagogique puisque l’horloge “vivante” serait rendue entièrement visible derrière une baie vitrée.

Le parcours des horloges dans Lyon et sa région

– Horloges astronomique de la Primatiale Saint-Jean-Baptiste (intérieur de l’édifice) et cadran extérieur en façade (1379) dont la restauration interviendra d’ici deux à trois ans,
– Horloge plafonnière de l’Église de Saint-Nizier (voûtes de la nef) et cadran en façade  fonctionnant à partir du même mécanisme d’époque (1684) très bien préservé,
– Horloge de l’Église de Saint-Paul et son carillon,
– Horloge du Dôme de l’Hôtel-de-Ville de Lyon. Son carillon proviendrait initialement de l’Église Saint-Nizier,
– Cycloscope et horloge du Temple du Change dites « Les Horloges idéales de Soufflot » construites à l’occasion de l’An 2000 d’après le dessin de Germain Soufflot en 1749. Visuellement spectaculaire mais silencieuse, l’installation serait avantageusement complétée par la remise en route de ses sonneries,
– Horloge publique à automates signée Charvet dite « Carillon aux Guignols » de la rue de la Poulaillerie dans la Presqu’ile (1852). Cette dernière devrait être transférée sur un mur pignon des Musées Gadagne après sa remise en état,
– Horloge de l’Hôpital du Grand-Hôtel-Dieu avec son carillon. Il y encore peu, son mécanisme était sous le Dôme, à l’abandon.

Beaucoup de cadrans d’horloges subsistent ou ont été refaits. Cependant, bien que leurs aiguilles fonctionnent électriquement, ils ont non seulement un intérêt esthétique remarquable mais sont aussi liés à l’usage « public» du bâtiment qui les reçoit.
– Cadran extérieur (remarquez le chiffre IV (?)) et horloge intérieure intégrée à l’orgue de l’église Saint-Polycarpe (Pentes de la Croix-Rousse),
– Horloge «  Aux trois muses » du Palais de la bourse,
– Horloge de la tour de l’ancien Hôpital de la charité,
– Horloges du Palais de Justice Historique (façade principale et Salles d’Audience(s) (fin XIXème),
– Horloge dite « Républicaine » de Tassin-la-Demi-Lune,
– Horloge de l’ancienne Prison Saint-Joseph,
– Horloges des gares de Perrache, des Brotteaux, de Saint Paul (1876) et de la Part-Dieu (1973) dont l’effet de superposition et d’encastrement des éléments esthétiques dans l’architecture de l’édifice est surprenant,
– Horloge « Lanterne » de la Manufacture des Tabac,
– Horloge à quatre faces du pont du Maréchal Juin,
– Horloges du restaurant « L’horloge » (Boulevard des Belges) ou du « Billard Charlemagne », (Boulevard Charlemagne) qui sont des exemples de réalisations en lien avec l’image commerciale des entreprises.

De plus, une approche complémentaire permet une véritable mise en synergie entre des sites tels que :

– le Palais de Justice historique qui renferme une collection d’horlogerie mécanique de vingt-huit pendules et un régulateur de 1750 à 1890 situés dans les bureaux et pièces de prestige,
– le Musée des Arts décoratifs de Lyon, hélas menacé de fermeture, pour sa très belle collection d’horlogerie à mettre en parallèle avec celle du Musée d’Histoire de Lyon,
– le Parc de la Tête d’or et son cadran solaire monumental,
– les principaux autres cadrans solaires qui sont situés dans la Cour de l’Hôtel-de-Ville, à Fourvière sur la maison d’un marbrier et au 7ème étage d’un immeuble de la place Maréchal Lyautey,
– l’Observatoire astronomique de Lyon pour la recherche astrophysique, situé à Saint Genis-Laval,
– la « Fresque lumière » de l’avenue Jean Jaurès, fresque murale de vingt-neuf mètres de hauteur dont l’horloge s’anime de décors alternant dix tableaux représentant une allégorie au temps qui passe.

« Fresque lumière » de l’avenue Jean Jaurès (7ème) © Philippe Carry

A Lyon, depuis les Capétiens, le temps des horloges n’est-il pas associé aux mouvements des astres ?

Comment alors ne pas de nouveau citer ici (voir l’article du 12/11/2016 publié sur ce Blog) l’horloge astronomique à automates dite « Château aux Guignols » de Giovanni Giordano Vantusso, dont la double culture italienne et « lyonnaise » est le reflet d’une ville qui puise depuis des siècles ses fondements dans les échanges culturels et humanistes au delà des frontières.

La référence au « Castello » n’est d’ailleurs pas sans rappeler le voyage que fit Laurent Mourguet en Italie, s’inspirant du fameux « Guignolo » en l’adaptant au personnage de « Guignol » mondialement interprété. Cette horloge extraordinaire, construite entre 1949 et 1960 par un migrant d’origine, inscrite au titre des Monuments historiques, est actuellement installée dans la vitrine de l’Horloger de Saint-Paul, rue Juiverie dans le Vieux-Lyon.

Conclusion

Pour qui sait lire les symboliques d’intégration de la mesure du temps dans l’environnent, les horloges sont une source d’inspiration inépuisable. Qu’elles investissent l’espace urbain ou résonnent avec l’architecture d’un lieu, elles deviennent un repère temporel  indispensable qui rythme toute une organisation de la vie sociale et économique locale.

Comme nous le voyons particulièrement à Lyon, les horloges ne sont pas que de simples objets. Historiques ou modernes, elles participent de la mise en récit d’un patrimoine rendu « vivant », fondateur de dialogue et de sociabilité, dans les quartiers où elles se trouvent.

Au XXIe siècle et à l’heure de la globalisation, elles nous rappellent que la vie quotidienne s’inscrit d’abord dans une histoire et un territoire, lesquels contribuent fortement à forger l’identité de chaque individu et de la communauté qui l’accueille.

Par Philippe CARRY, horloger

Sources

« Horloges astronomiques au tournant du XVIIIème siècle » – Thèse de Charles-Henri Eyraud, Université Lumière Lyon II, 2004
« L’Horloge Astronomique de la Cathédrale Saint-Jean de Lyon » – François Branciard, ANCAHA, 1993
« Les Horlogers Lyonnais de 1650 à 1800 » – Mémoire d’expertise de Luc Baudry, 1995
« La montre, des origines au XIXème siècle » – Catherine Cardinal, Flammarion, 1995
« Quartier Saint-Paul Lyon » – Max Bobichon, Hervè Chopin, Maurice Vanario, Nicolas Reveyron, Ghislaine Macabéo, Amis de L’Église Saint-Paul, 2003
« Histoires du Temps » – Jacques Attali, Fayard, 1982
–  DRAC Auvergne-Rhône-Alpes – Conservation régionale des Monuments historiques
– Archives Municipales de Lyon
– Didier Repellin – Architecte en chef des Monuments historiques


Philippe CARRY

Philippe Carry est "L'Horloger de Saint-Paul", maître horloger d'art, restaurateur, conservateur du patrimoine agréé Monuments Historiques. Membre de l'Institut National des Métiers d'Art de France, il est par ailleurs passionné d'art vivant, d'histoire sociale, de mémoire urbaine et auteur.

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. MOAT dit :

    Merci Philippe pour cette étude très intéressante sur les horloges à Lyon.

  2. Franca Potapieff dit :

    merci pour toutes ces informations sur l’horlogerie lyonnaise. J’ai lu l’ensemble avec plaisir et je te félicite.

  3. Merci Philippe, c’est formidable d’avoir toutes ces informations à portée de main !

  4. Meci, Philippe, pour toutes ces infos passionnantes sur Chronos !
    Pour une prochaine rubrique, je te suggère Aion et Kairos ! 😉🤗💓

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *