PERSONNAGE/Hommage à Henri Hours

L’équipe des Archives municipales de Lyon en juin 1981. (Henri Hours est à droite de l’image)

Les Archives municipales de Lyon ont appris la disparition d’Henri Hours, père de notre collègue Henri Hours, ancien directeur des archives départementales du Puy-de-Dôme. Elles s’associent à la peine de ses proches.

Henri Hours, né le 4 mai 1926 à Toulon, est décédé le 16 octobre 2017, à Clermont-Ferrand. Il a été directeur des Archives municipales de Lyon de 1958 à 1988.

Fils de Joseph Hours, agrégé d’histoire, professeur en Khâgne au lycée du Parc et l’un des rédacteurs des Cahiers du Témoignage chrétien, il fait ses études à l’Ecole nationale des chartes, obtenant le diplôme d’archiviste paléographe en 1951. Ses travaux de recherche font de lui un moderniste, intéressé par l’histoire événementielle de sa ville d’origine. Sa thèse porte sur le retour de Lyon sous l’autorité royale à la fin des guerres de Religion (1593-1597).

A la sortie de l’Ecole des chartes, Henri Hours obtient un poste d’archiviste adjoint du département du Rhône. Il y reste jusqu’en 1959, date à laquelle il devient archiviste de la ville de Lyon jusqu’à son départ à la retraite en 1988. Celle-ci ne marque pas pour autant la fin de toute activité professionnelle, puisqu’il devient archiviste diocésain bénévole et le reste jusqu’en 2010. Membre de plusieurs sociétés savantes, dont l’ancienne Société historique, archéologique et littéraire de Lyon, l’Académie des sciences, belles-lettres et arts et le Cercle lyonnais de numismatique, il présida pendant de nombreuses années la Société d’étude de Lyon Rive-Gauche, dissoute en 2013 pour former la société d’histoire de Lyon. Henri Hours a reçu les insignes de chevalier de Saint-Grégoire-le-Grand en 2013.

Auteur d’un très grand nombre de publications sur sa ville et sa région (dont on trouvera la liste dans les Mélanges d’histoire lyonnaise offerts par ses amis à Monsieur Henri Hours, parus en 1990), Henri Hours était un remarquable érudit, d’un commerce très agréable. Les collaborateurs des Archives municipales de Lyon qui l’ont connu gardent de lui le souvenir d’un infatigable travailleur, inlassablement occupé à la constitution de fichiers qui restent d’un grand apport pour la connaissance de l’histoire de Lyon, particulièrement le fichier des événements qui se sont passés à Lyon, que les internautes consultent quotidiennement sous sa forme numérisée. Sa vision de la collecte des archives dépassait les archives administratives pour inclure un grand nombre de « traces de civilisation » : on lui doit en partie la grande richesse des fonds iconographiques des AML. Ceux-ci incluent les campagnes photographiques qu’il a fait mener pour garder la mémoire des transformations urbaines, mais aussi des documents plus originaux, comme une étonnante série de sacs en plastique des années 1970-1980, qui sera bientôt remise au Musée de l’imprimerie et de la communication graphique, et dont certains spécimens seront prochainement exposés au Musée d’histoire de Lyon.

La messe de funérailles sera dite ce lundi 23 octobre à 14h au Saint-Nom-de-Jésus.

Par Louis Faivre d’Arcier, Directeur des Archives municipales de Lyon


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *