EVENEMENT/Un colloque pour Herriot

 

Caricature d’Edouard Herriot – Sciences Po Lyon

Édouard HERRIOT fut un homme politique de premier plan dans la vie politique française et ce, pendant un demi-siècle.
Si Lyon tient une place fondamentale dans le parcours politique d’Édouard Herriot, son rôle national et international est de tout premier plan, sans oublier que le normalien, agrégé de lettres classiques, est aussi un homme de culture.

Herriot a profondément marqué la contemporanéité lyonnaise.
Son mandat a couvert un peu plus d’un demi-siècle, de 1905, date de son élection en tant que Maire de Lyon, succédant au socialiste Victor Augagneur, à 1957, date de sa mort.
Pendant ce demi-siècle, la municipalité radical-socialiste d’Édouard HERRIOT a marqué profondément Lyon, tant par sa manière de gérer la ville, manière qui a fait école et a permis de parler d’herriotisme, que dans sa volonté de faire de Lyon une ville moderne, une ville du XXe siècle, comme l’ont montré les trente premières années de son mandat, décennies très fécondes sur le plan des mutations du tissu urbain. La ville s’est dotée d’une foire internationale en 1916, d’un stade olympique, de nouveaux quartiers, de logements sociaux, d’hôpitaux, d’établissements scolaires, d’un port fluvial, d’infrastructures…
De plus, entre Herriot et Lyon s’est tissée une union étroite, car il a compris, selon la formule de Maurice Garden, que Lyon est une ville unique et exemplaire. C’est pour cela que le demi-siècle d’Édouard Herriot est pour Lyon un moment fondateur dans la gestion de la ville, mais correspond aussi au temps de la prise de conscience de son envie d’affirmation en tant que métropole.

Outre sa dimension municipale, Herriot a occupé également pendant plus d’un demi-siècle la scène politique internationale.
Nombreux furent ses voyages et contacts à l’étranger pour régler la question des dettes de guerre ou pour oeuvrer en républicain et porter la parole de la France. Sa reconnaissance de l’URSS en 1924 en fait un ami de ce pays qu’il visite à plusieurs reprises. Il se rend également en Espagne au moment de la mise en place de la République. Ses déplacements en Angleterre, aux Etats-Unis ou en Allemagne datent de ses passages au pouvoir en tant que président du Conseil.

Sur le plan national, Herriot fut successivement sénateur, ministre, président du parti radical, président du Conseil, président de la Chambre, tant sous la IIIe que sous la IVe République.
Sa carrière ministérielle commence avec la Grande Guerre, puis s’est révélée au premier plan avec le Cartel des Gauches en 1924.
Acteur incontournable de la vie politique dans l’entre deux-guerres, mémoire politique à l’Assemblée sous la IVe République, il a côtoyé tous ceux qui ont fait l’Histoire de la France dans ce demi-siècle, de Clémenceau à De Gaulle en passant par Blum ou Mendès-France. Certes, il y a eu juillet 1940 à Vichy où Herriot s’est abstenu lors du vote des pleins pouvoirs à Pétain, mais par la suite il a su, en rendant sa légion d’honneur, effacer ce choix. De ce fait, il a beaucoup été caricaturé, parfois fort méchamment.

Enfin, Herriot est un homme de culture. Un fervent défenseur du beau en architecture avec Tony Garnier, un historien avec « Lyon n’est plus », un ami de la musique et des lettres, un brillant orateur, une plume qui sait trouver les formules qui portent. Son élection à l’Académie française en 1947 récompense cette riche palette de talents.

Pour toutes ces raisons, en reprenant une formule célèbre associée à Louis XIV et en l’adaptant à la vie publique d’Édouard Herriot, il est possible de parler « Du demi-siècle d’Édouard Herriot ».
Organiser pour le 60e anniversaire de sa mort un colloque autour de ce personnage semble aller de soi, à un moment où une grande partie de la population de la métropole lyonnaise méconnaît le personnage, excepté le fait qu’il a une rue, un lycée et un hôpital à son nom !
Il est normal que la ville de Lyon, qui lui doit beaucoup, mais aussi le monde universitaire, profitent de ce soixantième anniversaire de sa mort pour remettre Édouard Herriot dans la lumière de l’Histoire.

Par Bruno BENOIT, Professeur émérite d’Histoire – Sciences Po Lyon


Colloque
« Le demi-siècle d’Edouard Herriot »
Les 19 et 20 octobre 2017
>> En savoir plus

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.