ARCHIVES/Documents inattendus des Archives municipales de Lyon…

… Affiches concernant l’occupation franco-belge de la Ruhr (1923-1925)

Les Archives municipales de Lyon (AML) conservent un important fonds d’affiches, librement accessibles sur le site archives-lyon.fr pour les affiches antérieures à 1946. En soi, cette information n’est pas étonnante. La présence d’affiches concernant l’occupation franco-belge de la Ruhr (sous les cotes 6Fi/6932 à 6945) l’est davantage. Nous présenterons rapidement ces affiches et tenterons une hypothèse quant à leur présence dans les fonds des AML.

Contexte de production

A la suite de la Première guerre mondiale, les alliés ont obtenu le paiement de réparations de la part de l’Allemagne. Celles-ci se révèlent un poids insupportable pour la république de Weimar, qui interrompt ses paiements en 1922. En représailles, la France et la Belgique décident d’occuper la Ruhr dès janvier 1923. L’opération dure jusqu’en août 1925 et se heurte à la résistance passive de la population orchestrée par le chancelier Wilhelm Cuno à partir de janvier 1923. En définitive, en août 1925, la France et la Belgique retirent leurs troupes sans avoir obtenu les résultats attendus. Dans cette affaire en tout cas, la ville de Lyon semble n’avoir joué aucun rôle.

Contenu

Les affiches des AML illustrent  tout d’abord la volonté des autorités occupantes de s’attirer l’adhésion des populations. Tantôt sérieuses, tantôt satiriques, on peut les trouver maladroites ; elles témoignent en tout cas d’un climat délétère. Elles ne font pas preuve d’une grande invention graphique. De plus, les textes, très denses, sont généralement didactiques et moralisateurs. Quelques affiches font exception et tentent une mise en récit des événements sous forme de bande dessinée (par exemple 6FI/6933) à travers les mésaventures d’un certain « Michel », figure caricaturale de l’Allemand, reconnaissable à sa houpette, à son bonnet pointu, à sa longue pipe en faïence et à son gilet à pois. Certaines exploitent très clairement la chute du chancelier Cuno suite aux vagues de grève qui secouent l’Allemagne en août 1923.

Un phénomène singulier ?

Comparée à d’autres bibliothèques et services d’archives en ligne (celle de la BDIC, Numelyo et Gallica en particulier), la collection d’affiches des AML semble être unique en son genre, en tout cas dans la sphère francophone. Est-ce à dire que les affiches originales ne sont conservées qu’à Lyon ? Il est plus probable que cette singularité est liée au choix d’avoir numérisé toute la série 6Fi des AML, sans critère restrictif.

Cette grande collection d’affiches administratives municipales a été transmise aux Archives municipales par les services de l’hôtel de ville à une date inconnue, probablement autour des années 1950.

Comment ces affiches sans rapport avec la ville de Lyon ont-elles pu se retrouver dans la collection 6Fi ?

Au sein de la quinzaine d’affiches concernées, trois d’entre elles portent une annotation manuscrite. Parmi ces annotations, deux sont intéressantes ; elles sont écrites au crayon de couleur bleu, en usage dans les bureaux de l’hôtel de ville dans la 1ère moitié du 20ème siècle. La première rectifie une erreur d’impression ce qui montre que son auteur connaissait l’allemand, la seconde porte la mention « chef du 3ème bureau ». Cette indication est précieuse ; en effet, ces affiches parlent de réparations et le 3ème bureau est le bureau qui s’occupe des finances et de la comptabilité municipales de la fin du 19ème siècle à 1950 environ.

On peut, tout en restant excessivement prudent, imaginer que ces affiches ont été transmises pour information aux administrations françaises soit par le préfet, soit directement par le ministère chargé des réparations et que le secrétaire général de la Ville ou l’un de ses adjoints, après en avoir pris connaissance, les ait fait suivre au service dont les missions étaient le plus en rapport avec leur sujet.



Les affiches de propagande et leur traduction

Les traductions ont été réalisées aux Archives municipales de Lyon par Catherine Dormont, conservatrice en chef, directrice adjointe.

Une sinistre comptabilité comparée. [après août 1923]

Qui se rend coupable d’horreurs sur le Rhin et dans la Rhur ?

Depuis le 10 janvier 1923 jusqu’au 15 août 1923 ont été :
– tués : 65 Allemands par les Alliés
– blessés : 90 Allemands par les Alliés

Cela certes par nécessité ou par suite d’une violation des règlements en vigueur

A l’inverse, ont été :
– tués : 20 Alliés par les Allemands
– blessés : 62 Alliés par les Allemands

Au cours d’attentats, explosions et sabotages en tout genre

Outre cela, ont été :
– tués : 95 Allemands par des Allemands
– blessés : 520 Allemands par des Allemands

Presque tous par des tirs aveugles dans une foule affamée que les conséquences de la politique de résistance amenait au désespoir.

Donc
Par les Alliés : 65 morts, 90 blessés
Par les Allemands : 115 morts, 582 blessés

Sans commentaires !!!

 


La paix passe par le paiement des réparations : une démonstration en bandes dessinées. [entre janvier et août 1923].

Joie et souffrance de Michel

A Berlin, Monsieur Cuno dit :
« Je veux pas payer et je ne paierai pas ! »

Michel se réjouit de ces mots :
« Je loue les personnes de cette sorte ”1

Marianne juge l’affaire
Au plus haut point ordinaire.

« Monsieur le Poilu, venez vite ici
A l’Est souffle un méchant vent ».

Michel est transi d’effroi, « Oh ! Seigneur »,
Par l’ordre de Poincaré

De saisir les biens et l’argent de Michel,
C’est ainsi que va le monde2.

Aha ! Monsieur Cuno à Berlin télégraphie
« Tenez bon, résistez » et conseille

Aux hobereaux et à la Patrie
De jeûner en Westphalie.

Leurs dents à tous deux grincent alors,
Dieu seul sait combien de temps cela peut durer.

Cela durera jusqu’à ce que
La patience de Michel soit enfin à bout

Et qu’à Berlin, avec un véritable courage allemand
Il ait envoyé au diable l’engeance de Guillaume.

Ils ne pourront plus cultiver ni haine ni inimitié
Car  partout règnera la grâce de la paix.



Des arguments statistiques et pratiques. [après août 1923]

La direction des chemins de fer alliés
transporte :

Avril 1923
10000
Voyageurs allemands/jour

Juin 1923
36000
Voyageurs allemands/jour

Août 1923
95000
Voyageurs allemands/jour

Berlin dit :
Et quand nous devrions être anéantis, ma politique est :
Résistance passive !
Le principe avant le bien-être du peuple !

Le peuple pense :
D’abord vivre,
Ensuite faire de la politique.
Le bien-être du peuple avant le principe !

C’est à cela que ressemble la résistance passive « spontanée » !


[après juillet 1923]

Il est faux que les Alliés empêchent l’approvisionnement de la Rhur !

Trafic quotidien des trains de ravitaillement dans la Rhur du 1er février (début de la mise en œuvre des postes/barrière) jusqu’au 1er août 1923

Compte journalier des voitures
En 1922
Février 1923
(Baisse consécutive à la nécessaire organisation et adaptation du nouveau régime)
Mars 1923
Avril 1923
Mai 1923
Juin 1923
Juillet 1923

Le chiffre des wagons de ravitaillement entrés dans la Rhur du 1er février jusqu’au 1er  août 1923 s’est monté à 74367

Ce n’est donc pas la nourriture qui manque
Mais l’argent pour la payer !
Qui a dévalué le Mark : le Reich !


s.d.

Non !

Nous, les Allemands, nous ne sommes pas suffisamment riches !

Pour payer nos fonctionnaires, pour qu’ils ne travaillent pas !
Pour payer à nos cheminots davantage d’indemnités de grève que de salaire !
Pour laisser notre coûteux matériel ferroviaire rouiller et pourrir, tandis que nous devons aller à pied !
Pour tous les jours payer tout plus cher, parce que chaque jour des milliards de  papier sans valeur sont imprimés !
Alors à bas la grève inutile qui a été décrétée


[1er semestre 1923]

 

 

Quelques chiffres

Depuis des années les Alliés ont essayé de faire tous les projets imaginables, pour renflouer les finances allemandes.

La réponse du côté allemand a été constamment : persécution, injures.

Désormais Cuno gouverne en toute liberté : le renflouement des finances allemandes ne présente maintenant pour les Alliés plus aucun intérêt.

Cependant il faut remarquer que :

  • 84%  des impôts sur le revenu proviennent des 10 % de réduction des salaires (discours du (?) Loeb au Reichstag),
  • L’impôt immédiat sur le charbon rapporte 25 milliards (Journal de Francfort).

Ces sommes sont soumises à délai de paiement presque depuis fin août/septembre 1922 ; auparavant, le mark s’échangeait à 7000 marks pour un dollar.

Elles ont été payées fin décembre et en janvier quand le Mark s’échangeait respectivement à 7300 et à 49000 marks pour un dollar.

Sont encore dus 2800 millions de Marks (depuis fin novembre). Aujourd’hui ce montant ne représente qu’1/5ème de la valeur d’autrefois.

On peut comprendre que l’industrie lourde soutienne un gouvernement qui lui fait de si beaux cadeaux.

Mais aussi longtemps que le Reich sera ainsi dirigé, il n’y aura d’autre solution pour la France et la Belgique, que de se payer elles-mêmes.

Et elles persévèreront aussi longtemps que cela sera nécessaire.


s.d.

Images allemandes

Les payeurs d’impôts Ceux qui en tirent profit

Le travailleur va à son travail quotidien Pour que monsieur Nouveauriche puisse rouler en voiture

Chez les pensionnaires, l’estomac gargouille Chez les mercantis, on vit dans l’agrément

Le fisc crée la misère des gens3 Le « patriote » gère son commerce avec  prévoyance4

Et que maintenant il soit enfin porté à votre connaissance,

Pour quelle raison il y a une police dans le pays


[1923]

Affiche bilingue.


Une image très ambiguë, dont il n’est pas facile de savoir si elle reflète une vision positive ou négative de l’occupation.

s.d.

La France impérialiste

« Approchez, c’est une croix, ce n’est pas une épée »

Le retrait des troupes françaises est présenté sous un jour favorable.


Septembre 1924

Service des Nouvelles
Transmises par le service de presse français de Düsseldorf

Papier d’information et de recommandations pour la Rhur occupée.

3 septembre 1924
Avec le numéro d’aujourd’hui le « service des Nouvelles » marque son apparition

Le dernier mot :
[Sur la truelle] : Service des nouvelles
Mon travail est terminé…veille, Michel, à ce que le gars là-bas ne fasse pas sauter le pont.


[après mars 1923]

Les coûts de la politique de résistance

1 – Mesures générales pour la poursuite de la résistance
L’action de protection du mark a contraint la banque impériale à vendre des devises étrangères à des cours qui, à mi-février, étaient 60% plus bas qu’au 1er février.
L’emprunt de dollars a, malgré son fiasco, accru la dette du Reich de 100 millions de mark-or.
La loi du 22 mars 1923 autorise le gouvernement allemand à toutes les dépenses nécessaires pour la poursuite de la résistance, sans restriction. Résultat, 7,5 billions de coupures en circulation.
En réaction à ces mesures, ont été envoyés en Suisse par la banque impériale 100 millions de mark-or. Sous peu, plus de 300 millions de mark-or se promèneront à l’étranger.
Le peuple allemand peut dire adieu pour toujours aux beaux ducats.

2 – Dépenses dans la Rhur
Chaque semaine le gouvernement livre 400 wagons  de nourriture gratuitement dans la Rhur.
Les 120 000 cheminots engagés reçoivent 40 milliards par mois.
L’aide au crédit à l’industrie a exigé jusqu’à maintenant plus de 1200 milliards.
Viennent par là-dessus les importantes indemnités  qui vont être octroyées aux employés ou particuliers lésés par l’occupation.

3 – Dommages indirects de la résistance

  1. la hausse des importations occasionne une dépense mensuelle de plus de 130 milliards de mark-or.
  2. L’exportation est restée stationnaire.
  3. Le travail productif est suspendu. Les usines doivent fermer ou réduire leur activité. Les acheteurs annulent leurs ordres d’achat.

Tout dans tout, Quand on considère que les postes de pertes les plus importants ne peuvent pas encore être établis  provisoirement de manière chiffrée, on en vient à la conclusion que la politique de résistance a gaspillé inutilement en 3 mois la bagatelle de  2 milliards de mark-or. Au terme de cette fausse route, il y a l’abîme


s.d.

Michel et la résistance

Quand Michel fut devenu hardi, Il partit aussitôt vers le nord de la France.

Mais quand il revint, Il s’appuyait tristement sur des béquilles.

Cependant, il recommença
Dès qu’il put de nouveau se tenir debout.

Le Français trouva cela impudent et, en un clin d’oeil,
Il ferma tout simplement la porte de Michel à clé5.

Michel devint fou furieux
Cela ne donne pas une bien belle image.

Tout cela est bien égal au Français
La bêtise de Michel est gigantesque.

Chez Michel, tout va de mal en pis
La soupe s’éclaircit, n’ayant plus de la viande que le reflet.

Tout cela est bien égal au Français
Il n’y a que pour Michel que c’est fatal. Madame « Résistance ”6, l’ange de la maison,
Attrape furieusement le manche à balai.

Il arriva ce qui devait arriver,
Car un jour il y mit fin. « Toi, mon bon ami, écoute, je suis guéri
Pardonne-moi…ce qui s’est passé jusqu’à maintenant ! »

Alors le Français sourit avec indulgence,
Que cela soit la belle image de l’avenir.
Et la morale de l’histoire…ne te fie pas à la « résistance » !


s.d.

La résistance en mots et en images

La pluie est mouillée, l’époque est dure ;
Dans le train, ce serait plus confortable.

Une bombe ! Quel malheur ! C’était sûrement un saboteur.

Le chemin de fer est bondé, La  « résistance » n’est pas une illusion.
Nous « tenons » grâce au Champagne
Jusqu’au dernier homme sur le Rhin.

La pauvre rosse tire la charrette,
Dans la misère du Reich, un cher sauveur.

Cependant, il est assis là, mollement et ne fait rien
Le patriotique cheminot.

La postérité demandera alors plus tard : Mais qu’a-t-il donc fait alors ?


[Après août 1923]

Les directions des chemins de fer alliés de Rhénanie
transportent
Avril 1923
10000 voyageurs allemands/jour !
Juin 1923
36000 voyageurs allemands/jour !
Août 1923
95000 voyageurs allemands/jour
C’est à cela que ressemble la résistance passive spontanée ininterrompue !

 

Par Catherine DORMONT, Archiviste et Directrice adjointe des Archives municipales de Lyon

  1. Affiché sur le mur : « Payer, non, jamais ! (signé) Cuno ». []
  2. Sur la porte : « Armurerie » et en travers de la porte « Saisi ». []
  3. Sur le mur ; « Bureau de la Paie, ici » et sur la casquette de l’employé « impôt ». []
  4. Sur les caisses : « Destination Amsterdam Hollande », « Destination Stockolm Suède » []
  5. L’étiquette accrochée à la clé porte l’indication « Rhur ». []
  6. Le bas de la jupe de madame Résistance porte l’indication « Widerstand », Résistance. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Exceptionnel. A valoriser et diffuser nationalement et plus.
    Mérite un article dans la presse au delà de la régionale (si celle-ci est intéressée)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.