PATRIMOINE/Histoire de la place Louis Pradel (partie 2)

(suite de l’article Histoire de la place Louis Pradel – Partie 1)

… Un plan définitif, des sculptures et un ruisseau

Le plan définitif

Les différents maîtres d’ouvrages et maîtres d’œuvres, tant les instances municipales et communautaires que la SERL ainsi que les architectes et urbanistes ont bien conscience que ce nouveau site ne doit pas rester un espace vide ou simplement servir de lieu de passage mais bien remplir toutes les fonctions urbaines et sociales d’une place.

La fin de la décennie 1970 peut se caractériser par une succession complexe de procédures administratives, qui s’explique notamment par le nombre de maîtres d’œuvre. Au vu de l’évolution juridique en matière d’aménagement urbain, la municipalité, la COURLY mais également le syndicat des transports en commun ou encore la société d’économie mixte qui gèrera le parking, ont tous un rôle spécifique et précis.

En novembre 1977, La SERL et la COURLY signent une convention de coordination opérationnelle de l’ensemble des actions engagées en vue de la restauration-rénovation du quartier. Le 23 avril 1979, le Conseil municipal vote cette phase d’aménagement de la place et la convention tripartie COURLY-Ville de Lyon – SERL.

La première version du plan de Charles Delfante a été complètement modifiée, et c’est un espace bien plus lisse, sans renfoncements, et avec une part importante réservée à la circulation piétonne, qu’il propose dans son projet du 8 décembre 1981. Le chantier est prévu en deux phases : la première correspondant à l’espace central, la seconde à la partie ouest.

Projet d’aménagement de la future place Louis-Pradel plan masse, Charles Delfante, (architecte), 8 décembre 1981, AML 405 WP 052.

Le nouvel aménagement de la place est constitué pour l’essentiel d’une plateforme en déclivité et d’un amphithéâtre avec en son centre un signal « sculpture-fontaine » afin de clore la perspective de la rue de la République. Cette forme d’amphithéâtre évoque d’ailleurs celui que Charles Delfante avait également imaginé pour les abords de l’auditorium Maurice Ravel.

Il est également important de comprendre que le projet Martinière-Tolozan a également changé quant à ses objectifs et ses principes directeurs, se mettant progressivement au diapason de l’évolution des mentalités pour les opérations de rénovations urbaines. Les concepts urbains de la tabula rasa ou d’une architecture contemporaine en rupture avec son environnement ne sont plus à l’ordre du jour. C’est principalement sous l’égide de la restauration, avec des interventions moins brutales que de la destruction/reconstruction, que les concepteurs projettent le nouveau site. Aussi, les nouveaux immeubles à construire sont conçus pour s’intégrer davantage avec les bâtiments anciens.

L’avant-projet définitif est déposé le 14 janvier 1982 et les travaux débutent au mois de juin pour s’achever en juillet 1984. La même année, au mois de janvier sont commencés les travaux pour le réaménagement de la station de métro de la Ligne A à l’arrêt Hôtel-de-Ville, afin de raccorder le quai à celui de la crémaillère (actuelle ligne C). Ils sont terminés en avril.

Le revêtement piéton est composé de dalles en pierres de Chandoré et Villebois, avec une finition flammée. Les emmarchements sont constitués de contremarches avec une finition grésée et des marches en pierre de Villebois flammée.

Vue sur les façades aveugles depuis la place de la Comédie, s.d., ca. 1976, AML 111II007.

Le parking souterrain

A l’origine, la DDE avait émis un avis défavorable à l’installation d’un nouveau parking public sous la future place. Au final, c’est le choix de bâtir l’Annexe de l’Hôtel de Ville associé au fait qu’une grande partie du creusement avait déjà été réalisée, qui amène à un revirement de situation. Ce futur parc de stationnement est alors perçu comme un  service rendu aux employés. Les travaux précédemment réalisés sur le site permettent à ceux du parking d’avancer rapidement et il est inauguré le 14 avril 1980.

Les nouveaux immeubles

En janvier 1977, Jean-Gabriel Mortamet, en tant qu’Architecte en Chef des Monuments Historiques (ACMH), remet son rapport pour des propositions de prescriptions architecturales dans le cadre de la première tranche du programme Martinière-Tolozan. Il propose une liste de traitements à respecter pour les façades des immeubles protégés où sont notamment proscrits la pose de volets extérieurs et le respect d’une tradition d’architecture lyonnaise. Concernant les éventuelles constructions nouvelles ou travaux entrepris sur des immeubles préexistants, tout matériau ou peinture d’imitation est proscrit, mais la création architecturale contemporaine, même si les grands pans de verres sont autorisés, n’en est pas pour le moins réellement encouragée : « les matériaux de façade doivent être choisis pour éviter toute rupture de rythme avec l’environnement ». C’est le choix d’une continuité architecturale et stylistique qui est prôné.

Immeuble 13 rue du Griffon façade antérieure place Louis-Pradel, cliché de l’auteur.

La nouvelle façade « pastiche » de Charles Delfante

A première vue, le langage architectural de cet immeuble le ferait dater des siècles précédents. Pourtant une observation plus attentive permet de se rendre compte qu’il s’agit d’un édifice contemporain réalisé à la fin de la décennie 1970. Les chambranles (encadrement) des baies et tous les autres éléments de modénature sont en béton. L’architecte Charles Delfante, qui voit dans sa création un « pastiche réussi », justifie son choix par la demande émise par les maîtres d’ouvrages d’avoir un bâtiment classique qui reprend le vocabulaire des constructions anciennes environnantes. En outre, l’enquête réalisée par la SERL sur l’aménagement de l’espace Comédie-Tolozan en janvier 1977 indique que le public interrogé désirait une série d’arcades pour les nouvelles constructions, dans le prolongement de la rue Puits-Gaillot.

Le « 21 » place Tolozan

immeuble 21 place Tolozan, façade aveugle côté Louis Pradel avant travaux, ça. 1984, AML 111II44

L’agence Sud, avec à sa tête l’architecte Bertrand de Largarde a été chargée de concevoir une nouvelle façade pour couvrir le mur aveugle de cet immeuble sur cour. Le service des Bâtiments de France imposa d’ailleurs la conservation de la façade néoclassique donnant sur la cour. Les travaux débutent en juillet 1985 et s’achèvent en janvier 1987. Pour l’agence, ce bâtiment est « un pari entre le classique absolu et le moderne excessif peu adapté à l’alignement. » Il se caractérise par sa sobriété architecturale et la reprise d’éléments classiques de l’architecture lyonnaise comme le niveau de soubassement qui englobe rez-de-chaussée et entresol et dont le béton imite la couleur grise de la pierre de Villebois. Il s’agit ainsi d’une première tentative d’insertion d’une architecture contemporaine au sein d’un espace patrimonial dense sans pour autant proposer une composition « pastiche ».

Immeuble 21 place Tolozan, façade côté Louis Pradel après les travaux, cliché de l’auteur.

L’immeuble César, ancien immeuble 22-23 place Tolozan

Immeuble 22-23 place Tolozan, pignon côté Louis Pradel après les travaux, ça. 1984, AML 111II44.

L’immeuble faisant l’angle avec la place Tolozan, après avoir été en partie réaménagé par Charles Delfante entre 1981 et 1984, fait l’objet du dernier grand chantier de la place. Il s’agit de remplacer cet immeuble par une création contemporaine afin de marquer le nouveau visage de la place et de lui offrir un point d’introduction en accord avec sa nouvelle apparence. Un nouveau parking de stationnement fait également partie du cahier des charges. C’est l’agence SUD avec l’architecte Bertrand de Lagarde qui est à nouveau en charge de la conception et la société SLYCI de la maîtrise d’ouvrage. Le projet connaît des retards importants, en raison notamment des différentes interventions du service des Bâtiments de France et de la Mairie, qui vont demander à plusieurs reprises à l’architecte de revoir son projet.

 

Les premières études sont réalisées en 1987, mais ce n’est qu’en 1989 que l’agence SUD achève la mise au point du permis de construire. Le projet se caractérise par son « architecture d’accompagnement » avec un compromis entre un bâtiment représentatif de son époque, mais avec une grande importance accordée à l’insertion au sein d’un site riche et complexe.

L’architecte a ainsi repris le rythme classique pour les baies, le soubassement (rez-de-chaussée et entresol) qui fait écho à celui des immeubles lyonnais des XVIIIe et XIXe siècles, des toitures à pans et une couverture en tuiles, mais il a également supprimé l’aspect totalement vitré du premier projet pour des parements en pierre sur la façade.

Immeuble le César, façade antérieure Est, cliché de l’auteur.

Le chantier débute ainsi le 1er août 1989 pour s’achever le 28 février 1992 avec à nouveau plusieurs demandes de modificatif du permis déposées lors des travaux qui visèrent, entre-autre,  à réduire le nombre d’appartements au profit de surface de bureaux.  A noter également que les appartements sont présentés par la presse locale lors de l’inauguration comme étant parmi les plus chers de la ville.

La Mairie Annexe

L’édification de l’annexe de la Mairie centrale trouve son origine dans l’abandon du projet d’un nouvel Hôtel de Ville dans le secteur de la Part-Dieu en 1978 (voir article correspondant sur ce site). En outre, la stabilité des immeubles 17et 19 rue Puits-Gaillot est alors présentée comme précaire. La libération de cet espace doit permettre la construction de ce nouveau bâtiment afin que les services municipaux soient regroupés sur la presqu’île. Cependant, contrairement à ces données, retrouvées plusieurs fois dans les documents d’archives, une lettre de la société de contrôle technique Socratec adressée au directeur de la SEMALY R. Waldmann – elle aussi retrouvée dans les Archives municipales – indique que ces deux immeubles d’habitations sont « stables ». Il est donc permis de penser qu’ils ont davantage été « sacrifiés » que démolis pour un risque d’effondrement. Les démolitions débutent le 15 mai 1980 pour la rue Désirée, en juin pour la rue Puits-Gaillot et s’achèvent à la fin de l’été.

L’ACMH Gabriel Mortamet est désigné en 1978 pour réaliser les travaux. Tandis que différentes esquisses sont soumises à l’ABF et à Louis Arretche, rapporteur de la Commission des Abords, le programme est établi en juin 1979 : un immeuble avec une structure en béton armé édifié autour d’une cour intérieure. Il est prévu que le rez-de-chaussée accueille des commerces ainsi qu’un accès au métro. L’avant-projet sommaire est approuvé lors du Conseil municipal du 10 décembre 1979.

Mairie Annexe, élévation de la façade place Louis-Pradel, APS, J.G. Mortamet, 15 mars 1979, AML, 880WP8

Le service départemental de l’Architecture et Louis Arretche, rapporteur de la Commission des Abords,  étudient le projet la première semaine du mois de février. Le choix d’une façade avec décrochement et venant buter sur la perspective de la rue de la République correspond à la solution proposée par la Commission des Abords afin de fermer légèrement la place de la Comédie pour lui redonner sa forme primitive.

Le chantier débute en avril 1980 (les travaux du gros œuvre en septembre) et la déclaration d’achèvement des travaux est déposée le 7 décembre 1982 alors que l’inauguration est programmée… le lendemain. L’année 1983 est consacrée aux différentes finitions à l’intérieur du bâtiment.

Mairie Annexe, façade sud rue Puits-Gaillot, cliché de l’auteur.

La structure porteuse pour les piliers et les murs est en béton armé, de même que les planchers comprenant une dalle pleine et des poutres. Les façades sur les rues Puits-Gaillot et Désirée, et sur la place Louis-Pradel, possèdent une structure en béton armé avec un parement de pierre de Hauteville, le remplissage entre les éléments de structures se compose de châssis aluminium d’une teinte couleur bronze.

Il est intéressant de mentionner un projet d’extension dans la seconde moitié de la décennie 1980.

Les services municipaux s’intéressent alors aux deux immeubles 13 et 15 rue Puits-Gaillot, décrits dans différents rapports comme vétustes. Leur réaménagement en bureaux est jugé trop complexe et peu rentable et c’est une démolition-reconstruction qui est envisagée. On constate alors que la valeur patrimoniale de ces immeubles du XIXe siècle n’est pas réellement prise en compte puisqu’il est simplement mentionné dans un rapport qu’aucun décor n’a été recensé. Les différents projets présentés en 1986 attestent en revanche d’une tentative d’insertion moins brutale avec une recherche au niveau des volumes généraux. Un seul projet reprend et prolonge la façade de l’Annexe avec son décrochement et un vocabulaire parfaitement identique, tandis que les autres reprennent le profil de la rue malgré une hauteur plus grande que les autres immeubles. Les façades sont généralement en verre avec parfois divers éléments, telles des arcades qui sont comme un rappel des immeubles préexistants. Dans un premier temps il est prévu de commencer les travaux en janvier 1989 avec une livraison en décembre 1990, puis les délais sont finalement allongés de 3 ans.

Mairie Annexe, proposition d’extension rue Puits-Gaillot, J.G. Mortamet, ca. avril 1986, AML, 1602WP31

En octobre 1991, le chantier est encore à l’état de projet et a été modifié. Il est désormais prévu de restaurer et restructurer les deux immeubles car même si la SERL fait alors remarquer que leur démolition aurait un coût inférieur, l’Annexe de la Mairie commence déjà à jouir d’une mauvaise image et l’année suivante débutent les premières réflexions sur l’élaboration d’une ZPPAUP des Pentes de la Croix-Rousse. La combinaison de ces deux causes est à l’origine du maintien des immeubles restants de la rue Puits-Gaillot.

L’année 2000 voit la dernière modification de l’Annexe de la Mairie centrale : le réaménagement complet du rez-de-chaussée et son extension. Les travaux débutent en octobre 1999 pour se terminer en janvier de l’année suivante et sont assurés par Jean-Gabriel Mortamet et Bernard Manevy. L’espace libre du rez-de-chaussée et le péristyle de la rue Puits-Gaillot sont fermés et cloisonnés, totalisant ainsi 760 m² de nouvelles surfaces intérieures. Mais cette opération a quelque peu alourdi l’aspect extérieur du bâtiment en le privant de son ancien péristyle au rez-de-chaussée.

Avec plus de trente années de recul, il est possible d’émettre l’hypothèse que s’il n’y avait pas eu la volonté de tenter une harmonisation avec l’environnement urbain, une plus grande liberté aurait été octroyée à l’architecte et aurait peut-être permit un dialogue ancien/contemporain plus poussé alors que l’édifice actuel est généralement décrié. Il est d’ailleurs curieux de constater que cette mauvaise image trouve en réalité son origine dans une volonté de respect patrimonial.

Derniers projets et le ruisseau

À la fin des années 1980, il est de nouveau d’actualité de procéder à la suite des réaménagements de la place Louis-Pradel. Outre un projet de galerie piétonne en lieu et place des rez-de-chaussée des immeubles de la rue Puits-Gaillot qui ne verra jamais le jour, c’est sous le mandat de Michel Noir, qui désire supprimer l’axe automobile qui traversait la place, que cette dernière entame une nouvelle mue. A l’origine, il ne devait être question que d’un aménagement provisoire de trois à cinq ans pour que les piétons et riverains apprécient davantage la suppression de la circulation automobile. Aussi, les travaux se devaient d’être peu importants. Cette recherche de simplicité se retrouve dans le petit « ruisseau » réalisé, isolé du niveau supérieur de la place par un bandeau végétal et souligné par un filet lumineux la nuit. Les travaux sont engagés en septembre 1993 et l’inauguration du nouveau visage de la place a lieu le 8 décembre 1993.

Projet d’aménagement de la place Louis Pradel avec suppression de la circulation automobile, projet avec le ruisseau de nuit, 1993, AML 1531WP14.

Les nouvelles dalles qui remplacent le bitume de la route pour automobile sont taillées dans un calcaire venant des carrières de Villebois et Richeret et pour la fontaine-ruisseau, un fond pierre est finalement préféré à un fond en béton afin de mieux ancrer ce projet dans la continuité de l’existant.

La nouvelle mise en scène de la place fut dans l’ensemble plutôt saluée par la presse locale et les riverains. C’est en grande partie parce que la rue Puits-Gaillot était alors considérée comme la plus polluée de Lyon, et la rendre aux piétons leur permettait désormais de l’arpenter avec plus de sécurité et de liberté. Au final, le canal peu profond creusé qui suit le cheminement des piétons s’est incrusté de façon durable dans le paysage et ce n’est que récemment que la municipalité a commencé à réfléchir à un nouveau projet de réfection de la place.

Le travail de J. Ipoustéguy

Le sculpteur Jean Ipousteguy (1920-2006) est choisi pour la fontaine ainsi que les autres œuvres à réaliser sur la place en août 1980, après que le concours destiné aux plasticiens se soit avéré infructueux. Son projet est validé par la SERL et la mairie en février et mars 1981 ; l’ensemble des quatre sculptures est ensuite inauguré le 8 décembre 1982.

La Pyramide de l’histoire de Lyon dite Pyramide des Lyonnaiseries, J. Ipousteguy, 1982, place Louis-Pradel, cliché de l’auteur.

La première sculpture est la Pyramide de l’histoire de Lyon, parfois appelée la Pyramide des lyonnaiseries. S’étant intéressé à l’histoire et au patrimoine lyonnais dans son ensemble, Jean Ipousteguy a choisi de donner pour thème à cette œuvre la mémoire lyonnaise, et plus précisément les éléments du « folklore » de la cité. Les arrêtes de ce « monument » sont percées de créneaux dans lesquels viennent se nicher des petites scènes sculptées des figures populaires de Lyon : le dieu celtique Lug au sommet ; Gargamelle en hommage à Rabelais ; la mère Cottivet ; la marionnette Guignol ; les joueurs de boules ; les « trois fleuves de Lyon » sous la forme de sarments de vigne : le Rhône, la Saône et le beaujolais ; Sainte Blandine ; la révolte des canuts ; l’appel du 18 juin 1940 avec la croix de Lorraine et un bouquet de fleurs ; La Dive Bouteille de Rabelais. En guise d’ultime clin d’œil, un métier à tisser est également placé à l’intérieur de la pyramide.

La Pyramide de l’histoire de Lyon dite Pyramide des Lyonnaiseries, J. Ipousteguy, 1982, place Louis-Pradel, détail de l’intérieur : le métier à tisser, cliché de l’auteur.

L’ensemble a été réalisé dans les ateliers COB à Villeurbanne. Il s’agit d’une œuvre prismatique mais également ludique, les lyonnais et les touristes pouvant alors réviser ou découvrir l’histoire de la cité. Le sculpteur affirme lui-même avoir « forgé les reliefs de la pyramide comme une bande dessinée satirique et humoristique. »  La sculpture fait ainsi office de point d’introduction de la place et paraît, du fait de son angularité, lui offrir un sens directionnel en pointant la sculpture de Louise Labé qui représente, elle, le centre symbolique et géographique du site.

Monument à Louise Labé, J. Ipousteguy, 1982, place Louis-Pradel, cliché de l’auteur

Le Monument à Louise Labé est une sculpture en ronde-bosse qui figure la poétesse lyonnaise Louise Labé (1523 – 1566 ?), mais également Maurice Scève (1501 -1562 ?). Dans cette œuvre à laquelle l’artiste a également donné un second titre, le corps du délit, il rend hommage à ces deux auteurs : la sculpture représente tant une femme qui paraît se dédoubler que la fusion de deux corps. Par son déploiement dans l’espace autant agité et violent que subtil et charnel, cette œuvre est une véritable ode à l’amour.

La troisième sculpture, située entre la Pyramide et le Monument à Louise Labé, est un buste de Louis Pradel que l’artiste a offert à la Ville en remerciement du travail commandé. Il s’agit d’une ronde-bosse à deux facettes, l’une représentant le visage de l’ancien maire de Lyon, et l’autre le blason de la ville. L’œuvre a été fondue dans la Drôme par Bruno Cuffini ; il en existe deux exemplaires, le second se trouvant dans une collection particulière.

uste de Louis Pradel, J. Ipousteguy, 1982, place Louis-Pradel, cliché de l’auteur.

La dernière œuvre du sculpteur sur la place se nomme Le Soleil. C’est une sculpture-fontaine qui fait office d’aboutissement à la perspective depuis la rue de la République. Sa structure, de même que celle de la Pyramide, sont en réalité des projets de décors non réalisés que J. Ipousteguy avait conçus en 1974 à la demande du directeur de l’Opéra de Berlin. Elle est composée d’un bassin elliptique de 12.5m de large, d’un disque de 3.5m de diamètre soutenu par un croissant et un socle ressemblant à une feuille de papier repliée à l’arrière et de laquelle on aurait découpé la forme du disque. Sur le disque est collé un vers issu du sonnet XVIII de Louise Labé, dont le recueil des œuvres a été publié à Lyon en 1555 : permets m’amour penser quelques folies. Encore une fois, le sculpteur invite les Lyonnais à s’intéresser et à découvrir des éléments du patrimoine de leur ville.

Le Soleil, J. Ipousteguy, 1982, cliché de l’auteur.

Au pied de ce qui s’apparente à un origami japonais se trouvait un radeau avec deux jeunes filles qui pêchent. C’est un portrait des filles de l’artiste, Céline et Marie-Pierre.

Le Soleil, J. Ipousteguy, 1982, détail de l’élément volé en 2000, photographie extraite du Bulletin de la SEL n°65, novembre 1965.

Cependant au printemps 2000, cet élément a été dérobé. Ce pillage est d’autant plus tragique qu’il arrache à la fontaine les représentations d’enfants qui, de taille presque humaine, faisaient un lien entre le passant et le reste de l’œuvre. En effet, la grande qualité du travail de J. Ipoustéguy est d’avoir su s’adapter aux contraintes d’un « site malheureux ». Si la Pyramide et la fontaine Le Soleil manifestent une certaine monumentalité, ces œuvres demeurent à échelle humaine reflétant ainsi l’évolution des projets urbains en opposition à ceux proposés pour prolonger la rue de la République au XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle.

Conclusion

Le dernier grand chantier de la place reste naturellement le travail de Jean Nouvel sur l’Opéra, dont l’histoire qui commence en 1984 et se termine dix ans plus tard, est bien connue. Il est néanmoins possible de saluer la puissance du geste architectural de Jean Nouvel en rupture complète avec les aménagements urbains qui l’ont précédé. L’Opéra, de par sa monumentalité, est devenu l’édifice régulateur de la place qui a acquis en retour, elle aussi, une forme de monumentalité.

La cohérence de l’ancien Grand Théâtre avec son milieu urbain d’origine avait été perturbée lors de la destruction des immeubles de la rue Puits-Gaillot, et sa modestie architecturale n’en paraissait qu’accrue. Jean Nouvel a su offrir au nouveau bâtiment un impact urbain et visuel bien supérieur à celui de l’ancien édifice, car non seulement l’Opéra donne plus d’ampleur à la place, mais il en est devenu l’élément polarisant. La place offre à l’édifice un cadre d’exposition idéal en étant devenu de façon corrélative un parvis, prouvant la véritable complémentarité qui s’opère entre ces deux éléments urbains et architecturaux.

L’aménagement de la place Louis Pradel a duré presque trente ans. Elle fait désormais le lien entre le quartier du bas des pentes de la Croix-Rousse et le début de la presqu’île, et sert d’introduction à cette dernière. Si la place est aujourd’hui dédiée aux piétons, rappelons que ce ne fut pas sa fonction première. Elle résulte en priorité d’un choix financier pour le métro et fut ainsi presque imposée à la Ville, «en échange» d’un nouveau mode de transport en commun.

Place Louis Pradel, vue générale, cliché de l’auteur.


Par Julien DEFILLON, Chercheur –  service Inventaire et Patrimoine, conseil régional Bourgogne – Franche-Comté, Chargé de cours, Université Lumière Lyon 

Sources et bibliographie (partie 1 et 2)

Archives municipales de Lyon 
404 W 002 ; 404 W 039 ; 409 W 035 ; 880 WP 007 ; 880 WP 009 ; 919 WP 109 ; 930 WP 012 ; 1289 WP 018 ; 1476 W 005 ; 1531 WP 014 ; 1602 WP 031 ; AML, 1630 WP 120 ; 1904 W 030 ; 1918 W 010 ; 1946 WP 037 ; 2018 WP 028 ; 111 II 007 ; 111 II 044

Archives du Grand Lyon,
1841 W 021

Bertin Dominique, Les transformations de Lyon sous le préfet Vaïsse, thèse de doctorat, Université Lumière Lyon 2, 1986

Bertin Dominique, Grande opération au nord des Terreaux par l’ingénieur Jacques-Henri Lambert (1941-1946), in Bulletin de la société historique, archéologique et littéraire de Lyon, t. XXII, Lyon, 1993

Croiset-Veyre Dominique, Ipoustéguy l’oeuvre sculpté catalogue raisonné, 1938-2000, Paris, La Différence, 2001

Defillon Julien, Authenticité et patrimoine bâti, les mutations architecturales et urbaines. Le cas de Lyon au XXe siècle : secteur Tolozan- Louis-Pradel-Terreaux, mémoire de master 2 recherche Histoire de l’Art, Université Lumière Lyon 2, 2011

Servillat Catherine, Les maisons de la rue Puits-Gaillot, Lyon, Université Lumière Lyon 2, 1976

Vanario Maurice, Les rues de Lyon à travers les siècles (XIVe au XXe), ELAH, 1990

Waldmann René La Grande Traboule, Lyon, ELAH, 1991

Robert Brun de la Valette, « du côté de la place Tolozan », in Le Progrès, édition du 9 juillet 1974

Lyon Matin, édition du 5 juillet 1988

Lyon Matin, édition du 12 juin 1980

Lyon Matin, éditions du 19 mai 1993,

Entretien de l’auteur avec Charles Delfante, 2010.

 

 

 

 


Julien Defillon

Chercheur, service Inventaire du Patrimoine - Conseil régional Bourgogne - Franche-Comté Chargé de cours, Université Lumière Lyon 2

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Alla Jacobs dit :

    Merci beaucoup d’avoir partagé cette fascinante recherche! Une question m’intéresse vivement au sujet de la rue du Griffon: la maison où habitait en 1782-1784, le futur conventionnel Jean-Marie Collot d’Herbois, a-t-elle survécu aux travaux d’aménagement? Je ne sais malheureusement pas de quel numéro il s’agit, je sais seulement que son logement à l’époque était dans la rue du Griffon.

    • Defillon dit :

      Bonjour,
      Hélas, je n’ai pas travaillé sur les anciens propriétaires/locataires des immeubles anciens de ce secteur.
      Il existe encore quelques immeubles datant d’avant le XIXe siècle dans l’actuelle rue du Griffon, mais je ne peux pas être plus précis.
      Julien Defillon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *