TRANSPORTS/Le Vieux-Lyon voit rouge contre la « zone orange » !

Lyon, 1964 : face à la pénurie de places de stationnement grandissante dans les quartiers centraux de Lyon et pour valoriser ce quartier historique, la municipalité décide d’instaurer une « zone orange » dans le Vieux-Lyon pour réglementer le stationnement. Mais les habitants et commerçants ne l’entendent pas ainsi …

Un système complexe pour éradiquer les « usagers abusifs »

Le principe de la « zone orange » est simple à faire respecter pour les autorités, mais complique considérablement le stationnement dans le quartier : il s’agit d’interdire le stationnement dans le Vieux-Lyon entre 11 h et 12 h, tous les jours du lundi au samedi ! La cible de ce « coup de balai » journalier ? Les « voitures-ventouses », qui restent longtemps à la même place sans bouger et sont considérées comme illégitimes car inutiles. Cette interdiction totale du stationnement pendant une heure force les usagers à déplacer leur véhicule, laissant le champ libre aux autorités pour verbaliser ou mettre en fourrière les voitures restantes. Une solution radicale pour un problème aigu !

Dès le milieu des années 1950, le stationnement automobile devient un problème de circulation majeur à Lyon, difficile à résoudre pour la municipalité : la voirie est saturée de véhicules en stationnement dans les quartiers centraux, des parcs de stationnement souterrains sont étudiés mais les travaux s’annoncent longs et très coûteux. Lyon fait donc le choix, comme bon nombre d’autres villes occidentales, d’adopter des dispositions réglementaires pour tenter de rendre les places de stationnement plus disponibles. Cela implique une distinction entre des usagers considérés comme « normaux » dont il faudrait encourager le stationnement (les touristes, les clients des commerçants et des entreprises) et des usagers dits « abusifs » qu’il faut décourager d’occuper des places centrales : sont ainsi désignés les riverains qui n’utilisent pas leur voiture tous les jours et n’ont pas de garage, les habitants des banlieues qui vont travailler au centre-ville en voiture et le personnel des entreprises pour lequel la voiture n’est pas un outil de travail1. Le but de la municipalité est d’amener ces usagers « indésirables » à  stationner le moins longtemps possible dans les zones centrales saturées.

La zone bleue et son extension de 1962 (Revue de l’Automobile-Club du Rhône).

Pour cela, la municipalité agit dès juillet 1959 avec la définition d’une « zone bleue » dans la Presqu’île de Bellecour aux Terreaux, qui limite le stationnement sur voirie à 1 h 30, avec des contrôles policiers renforcés. Lyon prend ainsi exemple sur Paris, Rome ou encore Strasbourg. Cette zone bleue lyonnaise s’avère plutôt efficace pour libérer des places de stationnement, mais le problème de saturation est reporté dans les zones qui l’entourent. Cela motive une extension de la zone bleue à une plus grande partie de la Presqu’île et à ses quais en 1962, qui aboutit à un report des automobilistes vers le Vieux-Lyon, dont les espaces de stationnement sont déjà rares et saturés. Pour les techniciens municipaux, il n’est pas question d’étendre à nouveau la zone bleue car les maigres effectifs de police ne permettraient pas une surveillance efficace. Ils ressortent alors l’idée d’une « zone orange », qui avait été évoquée en 1959 au moment des débats sur la zone bleue mais écartée car trop radicale2.

Gare à la réaction des automobilistes !

L’idée d’une « zone orange » revient donc dès la fin de l’année 1963 dans les débats municipaux. Le Vieux-Lyon est choisi pour sa « valeur historique, artistique et par conséquent touristique » : il s’agit de soutenir la relance économique de ce quartier avec son classement imminent comme secteur sauvegardé, faciliter le travail des services municipaux de nettoiement et d’entretien des rues et libérer des places de stationnement dans le seul quartier central dépourvu de parc de stationnement. C’est le président de la commission municipale de circulation, M. Mercier, qui remet au goût du jour la solution de la « zone orange » et la fait adopter le 21 novembre 19633. Il s’appuie sur une étude du bureau de recherche opérationnelle qui tente de démontrer statistiquement les bénéfices d’une zone orange mais sans interroger les usagers. Cette solution du « coup de balai », qui n’a jamais été tentée dans une autre ville que Lyon, semble d’autant plus applicable que le fonctionnement du service de la fourrière est en train d’être revu pour une meilleure efficacité.

Cependant, la mise en place de cette zone montre l’extrême prudence dont fait preuve la municipalité face à ce système aux conséquences inconnues : appliquée seulement à titre d’essai sur le quai Romain-Rolland et les rues du Vieux-Lyon, la « zone orange » est annoncée et expliquée dans la presse au mois de janvier, présentée comme une démarche expérimentale susceptible d’évoluer. Lancée le 17 février 1964, elle déclenche dès les premiers jours un tollé chez les usagers. Les courriers d’usagers mécontents affluent au service de la voirie et dans les rédactions, si bien que le maire Louis Pradel se fend d’un communiqué dans « Le Progrès » du 19 février : il précise qu’il était hostile à ce système, qu’il ne l’a autorisé qu’à titre d’essai et qu’il se rendra dès le lendemain dans le secteur pour en discuter avec les habitants. L’adjoint Mercier, le 22 février 1964, réexplique dans le même journal sa démarche et les intérêts du système, en précise certains points et met en avant la volonté municipale de concertation : il réaffirme que ce n’est qu’un essai qui peut être arrêté et invite « tous les intéressés, habitants ou non de la zone orange » à donner leur avis par écrit à la municipalité, parlant de « référendum ».

Réponse d’un usager au questionnaire sur la zone orange, février 1964 (AML 1065WP4)

Les nombreuses lettres conservées aux archives sur cette affaire montrent des usagers majoritairement opposés à la « zone orange » : certains voient l’avantage de disposer de places de stationnement plus facilement, la plupart ne s’opposent pas au principe de la « chasse aux voitures-ventouses » mais déplorent la gêne liée à la nécessité d’aller garer leur voiture loin du quartier entre 11 et 12 h. Ils protestent aussi contre l’absence de parc de stationnement dans le Vieux-Lyon : celui du quai Romain-Rolland, libéré par le départ du marché de gros pour Perrache en 1960, est encore en projet et ne sera ouvert qu’en 1967. Parmi les suggestions, beaucoup de courriers demandent un changement d’horaire pour éviter une longue coupure dans la journée de travail : l’horaire de 8 à 9 heures est plébiscité mais refusé par la commission de circulation car cela ne résoudrait pas le problème des employés venus de banlieue qui stationnent toute la journée. Ces efforts de concertation ne suffisent pas à calmer les automobilistes du Vieux-Lyon, qui organisent une manifestation le 28 février 1964 dans le centre-ville, avec l’intention de provoquer des encombrements place des Terreaux pour protester contre la « zone orange ». Le commissaire de police dénombre une quarantaine de véhicules, qui ont dû être « dispersés » par le service d’ordre et ont été verbalisés pour « usage intempestif de l’avertisseur » (!).

Manifestation d’automobilistes contre la « zone orange », 29 février 1964 (AML 1065WP4).

Cette manifestation, qui semble aujourd’hui bien faible, a frappé les esprits lyonnais par son originalité : la campagne de protestation contre cette réglementation se poursuit, si bien que le maire décide dès le début du mois de mars d’arrêter l’essai et de transformer la « zone orange » en « zone bleue », revenant ainsi à un principe plus conventionnel.

Innovation lyonnaise en matière de stationnement, la zone orange s’est avérée un échec cuisant par la mobilisation sans précédent des automobilistes. Cela contribue à rendre la municipalité prudente sur les questions de stationnement : ainsi, Lyon est une des dernières grandes villes françaises à rendre payant le stationnement sur voirie par la mise en place de parcmètres, à partir de 1974.

Par Louis BALDASSERONI, Doctorant en Histoire contemporaine, Université Paris-Est/Labex Futurs Urbains

Bibliographie

Sébastien GARDON, Goût de bouchons, Paris, Descartes&Cie, 2011.
Jacques PERENON, Transports et déplacements à Lyon en 1960, Lyon, EMCC, 2012.

  1. Archives Municipales de Lyon, 1065WP4, Lettre de l’adjoint Rochat à M. Bethenod, 31 janvier 1964. []
  2. AML 1065WP2, Commission de Circulation du 13 mai 1959, sous-commission Presqu’île. []
  3. AML 1065WP4, Commission Municipale de Circulation du 21 novembre 1963. []

Louis Baldasseroni

Doctorant en Histoire Contemporaine à l'Université Paris-Est Marne-la-Vallée. Thèse en cours : Du macadam au patrimoine, Modernisation de la voirie et conflits d'usages, l'exemple de Lyon, fin XIXe-fin XXe siècles.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *