DÉCOUVERTE/I.CHENEAUX – Une estampille lyonnaise

Le Musée des Arts décoratifs de Strasbourg est le seul musée français à conserver dans ses collections un siège portant l’estampille I. CHENEAUX.

Fauteuil de bureau en noyer d’époque Louis XVI – Musée des Arts décoratifs de Strasbourg – Photographie par Mathieu Bertola

 

Estampille I. CHENEAUX sur la barre de renfort de l’assise du fauteuil de bureau – Musée des Arts décoratifs de Strasbourg Strasbourg – Photographie par Mathieu Bertola

André Theunissen, dans son ouvrage sur les menuisiers et ébénistes du XVIIIe siècle1, référence ce siège, illustré par un dessin, comme une production du menuisier parisien Jacques Chêneaux.

Régulièrement des sièges français du XVIIIe siècle portant l’estampille I.CHENEAUX apparaissent dans les ventes publiques. Cette marque est le plus souvent associée au menuisier parisien Jacques Chêneaux mais aussi, parfois, à Jean Nicolas Cheneaux, un menuisier ayant exercé à Lyon. La découverte de documents inédits a permis de faire la lumière sur ces deux menuisiers méconnus et souvent confondus.

Origine de la confusion

En 1923, le comte François de Salverte publie dans son répertoire des ébénistes du XVIIIe siècle une notice sur Jacques Chêneaux, « menuisier en meubles à Paris, reçu maître le 24 mai 1756, demeurant rue du Bout-du-Monde, où il avait succédé à son père Nicolas. Il mourut vers 1782. […] ”2. Dans la deuxième édition de son ouvrage3, en 1927, l’auteur complète sa notice avec une représentation de l’estampille.

Estampille de Jacques Chêneaux publiée par le comte François de Salverte en 1927

A la même période, André Theunissen recueille lui aussi des informations sur les menuisiers et les ébénistes français du XVIIIe siècle. Ainsi, dans un article de 1926 publié dans l’Annuaire de la Curiosité des Beaux-Arts et de la Bibliophilie4 se trouve une référence au même Jacques Chêneaux accompagnée d’une illustration de l’estampille I.CHENEAUX découverte sur plusieurs sièges et identique à celle que publiera le comte François de Salverte un an plus tard. André Theunissen étoffera sa notice sur Jacques Chêneaux, toujours accompagnée d’une représentation de l’estampille (figure 4), lors de la publication de son répertoire des menuisiers et ébénistes du XVIIIe siècle en 1934.

Estampilles de Jacques Chêneaux publiées par André Theunissen en 1926 et 1934

Les répertoires de Theunissen et de Salverte sont devenus rapidement les ouvrages de référence pour qui s’intéresse à l’histoire du mobilier français du XVIIIe siècle. La majorité des études publiées par la suite se sont systématiquement référées, dans le cas de l’estampille I.CHENEAUX, à l’un des deux auteurs sans vérification particulière. A titre d’exemples, Jacques Chêneaux se trouve cité par Pierre Verlet5, Jean Nicolay6, Madeleine Jarry7 ou encore Pierre Kjellberg8.
Dans le dictionnaire de Jean-Michel Franc9 Jacques Chêneaux est aussi référencé, toujours associé à la même estampille, avec cependant une variation dans l’orthographe « Jacques CHESNEAU ou CHENEAUX » ; Salverte précisait déjà que Jacques Chêneaux pouvait avoir une orthographe variable dans les documents d’époque (Chesneau, Chesnot, Chenaut…). Nous trouvons en outre une notice supplémentaire, dans le même ouvrage, pour Jacques Chesneau, maître le 14 mars 1757 et demeurant lui aussi rue du Bout du Monde à Paris, « Artisan dont la production reste à découvrir. ». Jean-Michel Franc reprend très probablement ces informations sur Jacques Chêneaux dans les ouvrages de Salverte ou Theunissen. Concernant la notice de Jacques Chesneau, son origine est différente comme nous allons le voir.

Dans les années 1880, Alfred de Champeaux avait consigné dans ses manuscrits10 sur les ébénistes du XVIIIe siècle le nom de Jacques Chesneau demeurant rue du Bout du Monde complété par une date, le 14 mars 1757. Ses recherches ont ensuite été reprises par Vial, Marcel et Girodie en 191211. Ces derniers notent pour Jacques Chesneau « Le 14 mars 1757, il fut reçu maître. Il habitait rue du Bout-du-Monde d’où il disparut vers 1785 ». Henri Clouzot12 référencera Jacques Chesneau avec ces mêmes données. Il est intéressant de noter que Guillaume Janneau, dans son ouvrage sur les ateliers parisiens d’ébénistes et de menuisiers13, n’a jamais fait mention d’un Cheneaux.

En vérifiant directement les références données par Salverte et Vial, Marcel et Girodie, à savoir respectivement le registre des maîtrises14 et les tableaux de la communauté des maîtres menuisiers-ébénistes15, nous pouvons affirmer que Jacques Chêneaux (ou Chesneau), maître menuisier demeurant rue du Bout du Monde à Paris, a été reçu maître le 14 mars 1757, date inscrite dans les tableaux de la communauté. Il a ensuite fait enregistrer officiellement ses lettres de maîtrise au Châtelet de Paris le 24 mai 1757 (et non 1756 comme l’indique Salverte, erreur probablement due à une mauvaise lecture de l’année). Cet enregistrement nous précise qu’il a été reçu maître menuisier à Paris comme fils de maître.

En 1980, dans l’ouvrage16 publié d’après sa thèse, Bernard Deloche évoque pour la première fois l’ambiguïté de sièges manifestement lyonnais avec l’estampille I.CHENEAUX attribué au parisien Jacques Chêneaux. La publication en 1992 des Ateliers Lyonnais de menuiserie en meubles et d’ébénisterie va déclencher des confusions dans les catalogues de vente. Bernard Deloche a mis au jour l’existence d’un menuisier lyonnais, Jean Nicolas Cheneaux17, dont l’estampille a été retrouvée sur plusieurs sièges du XVIIIe siècle incontestablement de style lyonnais. Cette estampille est identique à celle publiée précédemment par Salverte et Theunissen pour le menuisier Jacques Chêneaux.

Estampille de Jean Nicolas Cheneaux publiée par Bernard Deloche en 1992

Bernard Deloche, dans son livre sur le siège lyonnais18, signale déjà l’existence d’une confusion avec le menuisier parisien Jacques Chêneaux.

Il y a donc bien un menuisier parisien, Jacques Chêneaux (ou Chesneau), et un menuisier lyonnais Jean Nicolas Cheneaux, pour une seule et même estampille. Si l’origine de la confusion est désormais bien identifiée, il nous faut maintenant la lever.

Jacques Chêneaux, menuisier à Paris au XVIIIe siècle

Lors des recherches dans les documents d’archives, nous avons trouvé plusieurs orthographes pour ce nom propre. Par ailleurs, chaque membre de la famille s’était choisi une orthographe qui pouvait être différentes des autres. Concernant Jacques, nous avons donc décidé d’écrire son nom comme il le faisait (figure 6) à savoir CHESNAU. Dans les différents actes que nous avons pu consulter, le nom propre n’a jamais été orthographié CHENEAUX et, dans les différentes orthographes découvertes, il n’y a jamais eu de X final. Cela constitue donc un premier point de divergence avec l’orthographe de l’estampille I.CHENEAUX.

Signature de Jacques Chesnau

Jacques Chesnau est né en 1723, il était le fils de Nicolas Chesnau, maître menuisier, et de Marguerite Mathurine Lefevre. Sa réception à la maîtrise date du 14 mars 1757. Il se marie avec Jeanne Françoise Petit entre le 22 janvier 1757 et le 1er février 175719 comme l’indique son contrat de mariage. Il est alors dit maître menuisier à Paris, sa réception à la maîtrise datant de mars 1757, il en avait sans doute déjà connaissance et pouvait donc s’en prévaloir. Son contrat de mariage nous donne une information cruciale sur sa vie professionnelle. Les parents de Jacques Chesnau lui ont cédé leur fonds de commerce contre 200 livres de rentes et une pension viagère à vie pour ses parents. Il prend donc la suite de son père en cette année 1757.

Des détails sur le métier de Jacques Chesnau nous sont donnés dans une convention du 23 janvier 176020 entre Mathias Goudin, conseiller du Roi à la Cour des Aides et à l’hôtel de ville de Paris, propriétaire d’une maison rue Montmartre, paroisse Saint Eustache, et un locataire Jacques Antoine Lenoir conseiller notaire du Roi. Ce document concerne le paiement de travaux effectués dans l’appartement du 1er étage de la maison par « le Sieur Bourgeois architecte expert entrepreneur de bastiments, le Sieur Chesneau menuisier, le Sieur Poulain serrurier, le Sieur Adam marbrier, le Sieur Fouet vitrier et le marchand de plaques de cheminée ». Il s’agit ici de la réfection de l’intérieur de l’appartement par une équipe d’ouvriers dont faisait partie un Chesneau menuisier, sans aucun doute Jacques Chesnau qui avait alors reprit la suite de son père. Au vu des travaux décrits dans ce document d’archives, Jacques Chesnau intervient comme menuisier en bâtiment et non comme menuisier en sièges.

Il a habité rue du Bout du Monde, paroisse Saint Eustache, jusqu’à sa mort le 4 décembre 178221.

En prenant en compte l’orthographe de son nom et son activité de menuisier en bâtiment, nous pouvons conclure que Jacques Chesnau n’a probablement jamais produit de sièges estampillés I.CHENEAUX. Comme le précise l’article 36 des règlements et statuts des maîtres menuisiers ébénistes, les ouvrages de bâtiment sont dispensés d’estampille :

« Article XXXVI

Chaque Maître sera obligé d’avoir sa marque particulière, & la Communauté la sienne, les empreintes desquelles marques, seront déposées au Bureau sur une nape de plomb qui y sera à cet effet, & ne pourront lesdits Maîtres délivrer aucun ouvrage, excepté ceux des bâtimens qui n’en sont pas susceptibles, qu’ils ne les ayent préalablement marqués de leur marque, à peine de confiscation & de 20 liv. d’amende par piece d’ouvrage non marquée, applicable comme ci-devant; & ceux qui se trouveroient avoir contrefaits la marque d’un Maître, outre l’amende de 300 liv. seront poursuivis extraordinairement, ainsi que ceux qui sciemment y auroient prêté leur ministere. ”22

L’estampille I.CHENEAUX est donc bien celle de Jean Nicolas Cheneaux, menuisier en sièges à Lyon au XVIIIe siècle.

Jean Nicolas Cheneaux, menuisier à Lyon au XVIIIe siècle

L’orthographe du nom de Jean Nicolas Cheneaux varie dans les documents d’archives (Cheneaux, Chêneau, Chenaux ou Chenaud) cependant Jean Nicolas l’écrit invariablement CHENEAUX comme le montre sa signature.

Signature de Jean Nicolas Cheneaux

Jean Nicolas Cheneaux est né le 3 mai 1734 à Noyant-la-Plaine23 (nommée simplement Noyant dans les documents d’archives et pouvant donc porter à confusion avec les villes de Noyant et de Noyant-la-Gravoyère). Il était le fils de René Cheneaux, maître menuisier, et de Perrine Obereau (ou Oberau). Nous ne connaissons pas le parcours qui l’a mené jusqu’à Lyon pour s’y marier en la paroisse de Saint-Nizier le 18 février 176524 avec Jeanne Petronille Chenal née le 27 janvier 1737 à Naves25 dans le département du Mont Blanc (ville aujourd’hui rattachée à la commune de La Léchère). L’acte de mariage le dit menuisier, les témoins sont François Girard (1713-1779, maître en 1742) et Nicolas Parmantier (1736-1801, maître en 1768). Le contrat de mariage daté du 2 février 176526 précise qu’il était compagnon menuisier demeurant chez François Girard comme le furent Nicolas Parmantier et Pierre Nogaret.

Jean Nicolas Cheneaux obtient sa maîtrise en 177227, une note à côté de son nom précise « enregistré par brevet ». Dans la liste des maîtres d’autres menuisiers ont ce qualificatif comme Martin Jardin ou François Noël Geny dont la production en sièges est parvenue jusqu’à nous. Ces menuisiers semblent avoir pour point commun d’être arrivés à Lyon à un âge avancé ; ils ont donc probablement effectué leur apprentissage dans une autre ville. Les statuts de la communauté dédient des articles au traitement des menuisiers ayant effectué leur apprentissage en dehors de la ville de Lyon :

Article X :

« Ceux qui n’auront point fait Apprentissage en cette Ville, mais seulement dans quelqu’autre Ville du Royaume, & qui voudront parvenir à la Maitrise de Menuisier & Ebéniste, seront tenus de produire leur quittance d’Apprentissage, bien & duement légalisée du Châtelain, Maire ou Curé du lieu où ils auront fini leurdit Apprentissage avant que de se présenter aux Maitres-Gardes pour être enregistrés en qualité de Compagnons, & paieront la somme de douze livres pour leur enregistrement, le Compagnonage ne commençant que dudit jour. »

Article XI :

« Ceux dudit Art qui auront fait leur Apprentissage hors de la Ville, ne pourront être reçus Maitres qu’après avoir fait quatre année de Compagnonage, & en payant la somme de deux cents cinquantes [contre 3 ans et 150 livres pour les apprentis de Lyon] livres, sur laquelle sera prélevée celle de vingt livres pour les deux Hôpitaux, & lesdits Maitres-Gardes en Charge. »

L’enregistrement par brevet était probablement un moyen plus rapide pour un menuisier ayant effectué son apprentissage en dehors de la ville de Lyon d’accéder à la maîtrise.

Dans une annonce de la rubrique « Avis divers » des Affiches de Lyon du 18 septembre 1771, Jean Nicolas Cheneaux est dit maître menuisier, il avait probablement déjà connaissance de son accession à la maîtrise au moment de la publication de cette annonce :

« Cheneaux, maître menuisier à Lyon, rue Luizerne, près de la petite rue de l’Ane, fait Chaises, Fauteuils, Sofas, Ottomanes en canne, & des bois pour être garnis, de même que pour garnitures ; Lits à la Turque, à la Duchesse, & à Baldaquin, le tout le plus à la mode, & à juste prix. ”28.

Nous apprenons qu’à cette date il demeure rue Luizerne, devenue rue Major Martin, proche de la rue de l’Ane, devenue rue Valfenière. En 1776, il n’a pas déménagé comme le prouve une procuration29 du 28 août 1776 enregistrée chez Pierre Moreau, notaire à Lyon de 1750 à 1777. Cette procuration entre Jean Nicolas Cheneaux et le Sieur Ansart, tapissier du Roi de Sardaigne à Chambéry, est riche en informations. Nous y apprenons que Jean Nicolas Cheneaux se procurait son bois au royaume de Savoie. Le bois transitait par Aix (Aix-les-Bains) avant d’arriver dans son atelier de Lyon. Le document précise que cette permission lui avait été accordée par le Roi de Sardaigne pour les ouvrages faits et fournis par lui pour le château royal de Chambéry. Jean Nicolas Cheneaux avait donc comme prestigieux client le Roi de Sardaigne.

Lors de la publication de la Liste des Citoyens éligibles30, en 1790, Jean Nicolas Cheneaux (référencé sous le nom Chenaud) demeure place Saint-Pierre (devenue la place Meissonier, toujours dans le même quartier mais relevant de la paroisse Saint-Pierre et Saint-Saturnin). En 1791, il effectue quelques réparations de chaises pour l’Hôtel Commun de Lyon31 :

« Cheneaux, menuisier, pour les réparations par lui faites à plusieurs chaises étant dans la salle de l’Hôtel-Commun, suivant son compte montant à 12 livres, modéré par M. Charmetton à 10 livres (mandat du 14 mai 1791) »

Au décès de sa femme, Jeanne Petronille Chenal, le 26 vendémiaire de l’an VIII (18 octobre 1799)32 Jean Nicolas Cheneaux est toujours dit menuisier, il vit alors au 118 rue de la Convention (ancienne rue Royale renommée ainsi après la mort de Louis XVI). Il se remarie peu de temps après, le 20 ventôse de l’an VIII (11 mars 1800)33, avec Françoise Ferraris, tailleuse d’habit (née le 20 juillet 1771 à Lyon dans la paroisse Sainte-Croix34 ). L’acte précise que Jean Nicolas Cheneaux demeurait au 118 quai Saint Clair (devenu le quai André Lassagne).

De ce mariage naîtront quatre enfants, Claudine Suzanne le 12 frimaire de l’an IX35 (3 décembre 1801), Jeanne Antoinette Marie le 23 thermidor de l’an X36 (11 août 1802), Etienne Aubin le 16 février 180737 et Françoise le 1er juin 181038.

Une nouvelle annonce dans la rubrique des « Avis divers » des Petites Affiches de Lyon du 26 juillet 1809 nous apprend que Jean Nicolas Cheneaux essayait de vendre son fonds :

« Le Sr Cheneaux, Menuisier, ci-devant maison des Médaillons, actuellement rue Royale, N°114, continue de vendre son Fonds, consistant en outils, établis, lits de tout genre, chaises et fauteuils pour garnir. ”39

En 1810, il lui reste toujours des sièges à vendre comme l’indique son annonce dans la rubrique des « Effets à vendre » des Petites Affiches de Lyon du 18 avril 1810 :

« Vingt-quatre Chaises à petites colonnes, à lyre dans le dossier, et fond en canne, propres pour une maison de campagne : s’adresser, rue Royale, N°.114, à M. Chenaux, menuisier, qui a aussi plusieurs autres Chaises et Fauteuils à vendre. ”40

Le recensement du 118 quai Saint-Clair de 180841 indique que Jean Nicolas Cheneaux n’avait pas d’ouvrier, celui de 180942 nous précise qu’il héberge un apprenti. Les autres recensements du 114 rue Royale (1810, 1811 et 1812)43 ne nous apportent pas de nouvelles informations, jusqu’à celui du 8 rue Royale et du 7 rue des Deux Angles de 181544 dans lequel les observations nous apprennent que Jean Nicolas Cheneaux est devenu aveugle et qu’il va entrer à l’hôpital de la Charité. La colonne des observations du recensement de 181645 nous confirme qu’il est désormais à la Charité et que sa femme vit désormais seule avec ses quatre enfants.

Jean Nicolas Cheneaux décède le 25 juillet 1820 à l’hôpital de la Charité.

Par Eric DETOISIEN

 

  1. André Theunissen, Meubles et sièges du XVIIIe siècle – Menuisiers, ébénistes, marques, plans et ornementation de leurs œuvres, Paris, Le document, 1934, p. 30 []
  2. Comte François de Salverte, Les ébénistes du XVIIIe siècle – Leurs œuvres et leurs marques, Paris et Bruxelles, G. Van Oest et Cie, 1923, p. 51 []
  3. Comte François de Salverte, Les ébénistes du XVIIIe siècle – Leurs œuvres et leurs marques, Paris et Bruxelles, G. Vanoest, 1927, p. 57 []
  4. André Theunissen, « Les principaux meubliers du XVIIIe siècle – Leurs estampille et marques », Annuaire de la Curiosité des Beaux-Arts et de la Bibliophilie, 1926, p. 57 []
  5. Pierre Verlet, Les meubles français du XVIIIe siècle – I Menuiserie, Paris, Presse Universitaire de France, 1956, p. 100 et p. 110 []
  6. Jean Nicolay, L’art et la manière des maîtres ébénistes français au XVIIIe siècle, Paris, Editions Pygmalion, 1976, p. 600 et p. 745 []
  7. Madeleine Jarry, Le siège français, Office du Livre, 1973 []
  8. Pierre Kjellberg, Le mobilier français du XVIIIe siècle, Paris, Les Editions de l’Amateur, 2008, p. 192 []
  9. Jean-Michel Franc, Dictionnaire des menuisiers, ébénistes, sculpteurs, tourneurs et doreurs du XVIIIe siècle – Paris & Province, 200, p. 350 []
  10. Alfred de Champeaux, Manuscrits – X52 – Notes sur les ébénistes de la fin du XVIIIe siècle – Fiches d’ébénistes (fin XVIIIe s.), Bibliothèque des Arts Décoratifs, Paris []
  11. Henri Vial, Adrien Marcel, André Girodie, Les artistes décorateurs du bois – Répertoire alphabétique des Ebenistes, Menuisiers, Sculpteurs, Doreurs sur bois, etc., ayant travaillé en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Bibliothèque d’Art et d’Archéologie, 1912, p. 103 []
  12. Henri Clouzot, Les meubles du XVIIIe siècle, Editions Albert Morancé, 1922, p. 237 []
  13. Guillaume Janneau, Les ateliers parisiens d’ébénistes et de menuisiers aux XVIIe et XVIIIe siècles, Editions S.E.R.G., 1975 []
  14. Archives nationales – Y 9328 []
  15. Tableaux de la communauté des maîtres menuisiers-ébénistes-tourneurs et layetiers de la ville, faubourgs et banlieue de Paris – Pour l’année 1782 – A Paris, de l’imprimerie de Chardon, rue Galande – p. 55 []
  16. Bernard Deloche, L’art du Meuble. Introduction à l’esthétique des arts mineurs, Lyon, L’Hermès, 1980, planche XVI []
  17. Bernard Deloche, Les Ateliers Lyonnais de menuiserie en meubles et d’ébénisterie, Editions lyonnaises d’art et d’histoire, 1992, p. 49 []
  18. Bernard Deloche, Jean-Yves Mornand, Nogaret et le siège lyonnais, Lyon, Jacques André Editeur, 2008, p. 74 []
  19. Minutier central des notaires de Paris – MC/ET/XXXVI/485 []
  20. Minutier central des notaires de Paris – MC/ET/XXXVI/495 []
  21. Minutier central des notaires de Paris – MC/ET/XIII/424 []
  22. Statuts, privilèges, ordonnances, et règlemens de la communauté des Maîtres Menuisiers et Ebénistes de la Ville, Fauxbourgs et banlieue de Paris, A Paris Chez J. Chardon, rue Galande, près la Place Maubert, à la Croix d’or, 1751, p. 44-45. []
  23. Archives départementales du Maine-et-Loire – Registres paroissiaux et d’état civil de Noyant-La-Plaine 1663-1739 []
  24. Archives municipales de Lyon – Registres paroissiaux et d’état civil de la paroisse Saint-Nizier – Cote 1GG193 []
  25. Archives départementales de la Savoie – Registres paroissiaux et d’état civil de Naves 1631-1792 – Cote 3E589 []
  26. Archives départementales du Rhône – Contrat de mariage de Jean Nicolas Cheneaux avec Jeanne Pierrette Chenal- Cote 3E3443 []
  27. Règlements et Statuts des Maîtres Menuisiers et Ebénistes De la Ville, Faubourgs & Banlieue de Lyon, A Lyon, De l’Imprimerie d’Aime de la Roche, Imprimeur de la Ville, aux Halles de la Grenette, 1773, p. 131 []
  28. Affiches de Lyon, Annonces et Avis Divers – Trente-huitième Feuille Hebdomadaire – Du Mercredi 18 Septembre 1771 – p. 179 []
  29. Archives départementales du Rhône – Procuration entre Maître tapissier de Chambéry et Maître menuisier à Lyon – Cote 3E6615 []
  30. Liste des Citoyens éligibles aux places municipales de la ville de Lyon – A Lyon – Chez Aimé de la Roche, aux Halles de la Grenette – 1790 – p. 23 []
  31. 1791 – Chapitre Deuxième – Dépenses d’administration – Article Premier – Entretien des meubles, tableaux, peintures, sculptures, décorations, etc. et diverses menues dépenses – p. 39 – Compte rendu de la municipalité de Lyon, à ses concitoyens ; contenant l’arriéré de 1790 et l’année 1791 – A Lyon – De l’imprimerie d’Amable Leroy, place Saint-Jean – 1792 []
  32. Archives municipales de Lyon – Registres paroissiaux et d’état civil – Lyon – Division du Nord – Cote 2E36 []
  33. Archives municipales de Lyon – Registres paroissiaux et d’état civil – Lyon – Division du Nord – Cote 2E35 []
  34. Archives municipales de Lyon – Registres paroissiaux et d’état civil de la paroisse de Sainte-Croix– Cote 1GG427 []
  35. Archives municipales de Lyon – Registres paroissiaux et d’état civil – Lyon – Division du Nord – Cote 2E37 []
  36. Archives municipales de Lyon – Registres paroissiaux et d’état civil – Lyon – Division du Nord – Cote 2E40 []
  37. Archives municipales de Lyon – Registres paroissiaux et d’état civil – Lyon – Division du Nord – Cote 2E130 []
  38. Archives municipales de Lyon – Registres paroissiaux et d’état civil – Lyon – Division du Nord – Cote 2E139 []
  39. Petites Affiches de Lyon n°59 du Mercredi 26 juillet 1809 – p. 3 []
  40. Petites Affiches de Lyon et annonces judiciaires n°31 du 18 avril 1810 – p. 3 []
  41. Archives municipales de Lyon – Recensements annuels – Cote 921 WP 010 []
  42. Archives municipales de Lyon – Recensements annuels – Cote 921 WP 012 []
  43. Archives municipales de Lyon – Recensements annuels – Cote 921 WP 016 / 921 WP 019 / 921 WP 020 []
  44. Archives municipales de Lyon – Recensements annuels – Cote 921 WP 023 []
  45. Archives municipales de Lyon – Recensements annuels – Cote 921 WP 026 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *