ARCHIVES/Une maison de mariage à Lyon au 19e siècle

« Et dire que sans Mme D’EST nous ne nous serions jamais rencontrés …. »

En France, la deuxième moitié du XIXème siècle, voit fleurir et se développer les agences matrimoniales se distinguant des simples journaux d’annonces. Ces agences préférant le culte de la discrétion à celui du dépôt d’archives, peu de document les concernant nous sont parvenus.
Cependant, à Lyon au 1 Place des Jacobins, l’une de ces maisons de mariage fondée, dirigée et administrée par Mme Reine D’EST, tel qu’elle-même se nomme, a laissé des traces intéressantes permettant une petite enquête historique tant sur le siège de cet établissement que sur sa directrice.

Mme D’EST édite et fait imprimer chez Pitrat à Lyon 4 rue Gentil une revue éphémère intitulée « HYMEN », dans laquelle l’éditrice ne tarit pas d’éloges sur son établissement, ni sur elle-même, se défendant de faire partie de ces marieuses et autres courtiers sans scrupules.

Les intitulés de la revue des années 1889 et 1890 en sont la preuve :
– Année 1889

« HYMEN – Trait d’Union Universel , Maison de mariages la plus importante  et la plus estimée de France »

– Année 1890 (Changement d’intitulé)

« HYMEN ,  Première maison de mariage du monde – Institution seule estimée, honorée de la confiance et de l’approbation du Notariat presque tout entier qui la qualifie d’œuvre humanitaire ».

Comment ne pas avoir confiance ?
50 centimes suffiront pour obtenir le précieux numéro qui vous révélera l’élu de votre cœur.
Si les offres de mariage occupent une bonne place dans la revue, Mme D’EST ne se limite pas à ces simples annonces comme le feraient d’autres entreprises qui ne se soucient guère du résultat.
Mme Reine D’EST suit sa clientèle, elle l’accompagne dans ses démarches, lui prodigue ses précieux conseils dictés par l’expérience, étudie minutieusement les candidatures, se sentant investie d’une mission : secourir les désespérés.

Mme D’EST se réserve la
composition définitive.
Elizabeth relit les lettres de Jane à Hunsford (Hugh Thomson, 1894_Lilly
Library, Indiana University
Wikipedia Commons

Mme D’EST soumet les candidats à un interrogatoire draconien ; questions patrimoniales  et administratives réglées, elle aborde des sujets plus personnels et intimes, auxquels les candidats devront répondre en toute franchise.
Par exemple : leur manière de vivre, leur caractère, leurs goûts, leur religion, leurs opinons, leur degré d’instruction et leurs talents d’agrément  (broderie, piano, chant, peinture…), sans oublier quelques
descriptions physiques.

Mme D’EST ne se cache pas d’enjoliver quelquefois l’annonce proposée pour la rendre plus alléchante et charmeuse, avec l’accord du client.

L’état de fortune sera toujours mis en avant pour les messieurs et le terme de  beau cavalier  revient très souvent, quant aux femmes, si l’apparence physique est importante, elle ne sera mentionnée qu’après la dot et les espérances, principaux atouts demandés par la gente masculine.
Si Mme D’EST ne refuse personne, sa clientèle se résume à une classe bourgeoise, artisanale et commerçante et quelques nobles que Mme D’EST se réserve. Quelques artistes viennent toutefois compléter son carnet d’adresses mais rares sont les ouvriers faisant appel à ses services.

Mme Reine D’EST reçoit à son domicile situé au 2ème étage d’un immeuble à LYON 1 Place des Jacobins , l’une des places centrales de la ville, ainsi dénommée depuis 1871.

Du côté nord de la place, le n° 1 est un immeuble majestueux et cossu au toit d’ardoises et de tuiles, de « style monumental » style particulier à Lyon qui s’apparente au style haussmannien  ; édifié en 1860 par les architectes Jean- Étienne Frédéric GINIEZ (1813-1867) pour les façades en pierre sculptée et Benoît MOUCHON (1824-1893) pour le tracé des plans.

Place des Jacobins à Lyon vers 1900
Wikipedia commons

La directrice de la maison reçoit de 2 heures à 7 heures. Les présentations ayant lieu à d’autres heures de la journée.
Dans le hall d’entrée de l’immeuble, appelé à Lyon « allée », le point stratégique est la loge du concierge ; Jean SEGAUD et sa femme Pierrette FERRAND, couple originaire de Saône et Loire, gardiens des lieux, surveillent et auscultent les allées et venues tant des habitants que des visiteurs qui empruntent l’escalier principal menant aux étages.
Mme D’EST pratiquant le culte de la discrétion s’est arrangée pour que l’arrivée de ses clients se fasse par l’escalier de service un peu plus dérobé à gauche de l’escalier principal, en vis à vis de la loge du concierge, le retour se faisant par le  grand escalier : ni vu, ni connu.
Chaque étage n’ayant qu’une porte palière, le sens unique limite ainsi les risques de rencontres inopportunes. L’appartement, composé de nombreux salons indépendants, garantie aussi une très grande discrétion.

Pour Mme D’EST la discrétion ne se limitait pas aux allées et venues de ses clients, elle s’appliquait à elle-même une ligne de conduite identique. Dans cette profession, l’usage d’un pseudonyme étant courant, la directrice de la revue HYMEN ne devait pas déroger à la règle.
Exerçait-t- elle son activité sous son vrai nom ? Certainement pas.
Le choix d’un pseudonyme est très souvent lié à la personne elle-même, la dérivation d’un nom et d’un prénom d’un ancêtre étant dans ce cas le plus probable. Le meilleur moyen pour le savoir était une recherche généalogique dans le but de trouver le ou les anagrammes utilisées à sa construction.

Élucider une telle énigme n’est pas chose facile mais pas impossible.
La recherche a commencé avec cinq éléments : Un supposé patronyme « D’EST », un supposé prénom « Reine », une adresse certaine « 1 place des Jacobins à Lyon », les termes « discrétion » et « pseudonyme ».
1/ d’une adresse certaine au patronyme de la directrice.
Les consultations, études et comparaisons de plusieurs recensements se sont révélés utiles ; les anomalies des déclarations rencontrées, éveillant les soupçons, ont permis de découvrir : les nom de jeune fille, prénom et âge de Mme Reine D’EST, éléments indispensables pour démarrer une
recherche généalogique.
2/ du patronyme de la directrice à son pseudonyme.
Cette recherche s’est portée à la fois sur les patronyme et prénom, l’étude de plusieurs branches fut nécessaire. Une seule s’est avérée très intéressante : celle de la grand-mère maternelle de Mme D’EST.

Pour confectionner son pseudonyme Mme Reine D’EST, descendante directe de la famille DARESTE DE SACONAY, par sa grand-mère maternelle Anne Félicité D’ ARESTE épouse Jean Pierre Louis Joseph DE LIMOGES, a utilisé le patronyme de celle-ci et le prénom de sa grande ancêtre de la
12ème génération, Dryène GRAT, épouse Martin DARESTE en procédant ainsi :

a) Le patronyme étant orthographié D ’ARESTE ou DARESTE :
Suppression du « E » final et des lettres « AR » contenues dans DARESTE en gardant ou en ajoutant l’apostrophe.
D ‘ AR EST E = D ’ EST

b) Le prénom Dryene
Suppression de la lettre « D » et inversement des lettres « YE » de DRYENE
D R YE NE. = R EY NE


Compléments généalogiques

Mme Reine D’EST, sous son vrai nom Anne Marie Victorine Joséphine GRASSIS, est née à Lyon 3ème le 29 mars 1853, fille de Joseph Marie Maxime GRASSIS dix Max, rédacteur et gérant du Journal de Lyon, le Salut public et de Thérèse Colombe DE LIMOGES, elle-même fille d’Anne Félicité D’ ARESTE épouse DE LIMOGES.
Anne GRASSIS s’est mariée à Lyon 6ème le 1er mai 1876 avec Paul Marie François LAURE médecin des Hôpitaux de Lyon ; mariage précédé d’un contrat reçu par Me Lombard notaire à Lyon le 29 avril 1876.
Paul Marie François LAURE est décédé à Lyon 2ème le 30 décembre 1891.
Anne GRASSIS avait 3 frères et sœur : Jean Louis GRASSIS, Paul Emile Victor GRASSIS, Anne Louise Marie Marthe GRASSIS,
Si ces recherches généalogiques, confortées par des actes, articles et autres documents d’archives, ont permis de situer une personne souhaitant garder l’anonymat, elles témoignent aussi de l’intérêt
porté d’une part à la généalogie en cette fin du 19 ème siècle et d’autre part au prestige des noms d’apparence aristocrate.
Souhaitons que ces recherches soient porteuses de sens pour les historiens.


Par Chantal BURAIS, Société Généalogique du Lyonnais et du Beaujolais

Sources

Revue Hymen années 1889 (ADRM_PER 1692/1) et 1890 ADRM _ PER 1692/1 (changement d’intitulé)
> Recensement 1886 immeuble Lyon 1 Place des Jacobins (ADRM 6 MP 349)
> Recensement 1891 immeuble Lyon 1 Place des Jacobins (ADRM 6 MP 382)
> Choix d’un pseudonyme : http://fr.wikihow.com
> Mariage LAURE / GRASSIS : Relevés Société Généalogique du Lyonnais et du Beaujolais_ Acte de mariage AMLyon 2E1296 Registre Lyon 6° 1876 vue 87
> Décès de Paul LAURE : Acte de décès AMLyon 2E843 Registre Lyon 2e 1891 vue 213
> Grand armorial de France Henri Jougla de Morenas Tome III Les éditions héraldiques MCMXXXV p 146
Source : palisep.fr/bibliotheque/jougla _ Fonds FRECON ADRM 106 J 4 _ Armorial des bibliophiles de Lyonnais, Forez, Beaujolais et Dombes Auteur : Julien Baudier Edité en 1907 Source: Internet Archive
> Généalogie DARESTE : Archives municipales de Lyon/Archives départementales du Rhône et de la Métropole/Archives départementales de Loire/Archives départementales de la Haute Loire/Bibliothèque
Nationale de France-Gallica/Bibliothèque municipale de Lyon/Société généalogique du Lyonnais et du Beaujolais/Geneanet/112e Colloque des Société savantes 1987 p149.

Aller plus loin

> Le marché de la rencontre 1850-1950 par Claire-Lise Gaillard


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Geneviève Lambertin-Emptoz dit :

    Pour info, les planches de GINIEZ montrant les détails des façades du 1 place de l’Impératrice, parus dans L’architecture moderne en France, de BARQUI, sont consultables en ligne sur le site des AML dans la rubrique Cartes et plans.

    Ma formation de base de matheuse m’incite à me poser des questions sur l’identification de Mme d’EST. Ne faudrait-il pas conforter l’hypothèse en consultant les registres de contributions mobilières?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *