PERSONNAGE/Louis-Agathe Berthaud (1810-1843)

BOHÈME, ROMANTIQUE ET RÉPUBLICAIN

« C’est le 11 juin 1833; j’allais je ne sais où, devant moi, sans savoir, et comme on va devant soi, la tête plaine de tristesse ou de joie, roulant une idée inconnue, confuse, et qui passe dans l’intelligence comme un noyé dans l’eau du fleuve, ne laissant: l’idée, aucun souvenir; le noyé, pas de trace. Sur la proposition qui me fut faite par mon ami l’éditeur, nous montâmes, lui et moi, sur le plateau de Fourvières. Il s’agissait de voir Lyon de là-haut; Lyon amoncelé, accroupi, maisons sur maisons, jetées pêle-mêle, hautes et basses, noires et grises, blanches et bariolées, tatouées d’enseignes, longues, carrées, octogones, triangulaires; tout cela groupé sans ordre entre le Rhône et la Saône, appelé ville, appelé Lyon… » (Lyon vu de Fourvières, 1833)

Contemporain de Théophile Gautier, de Casimir Delavigne, de Victor Hugo, en tête desquels il fut placé par le caricaturiste Benjamin Roubaud dans le « Panthéon charivarique » des poètes de son temps, Louis-Agathe Berthaud (1810-1843) est un écrivain de la période romantique aujourd’hui totalement oublié.

Premier fils d’un jeune couple de prolétaires, Berthaud naît en 1810 à Charolles, paisible village de Saône-et-Loire. N’ayant pas l’occasion de rêver sur les bancs d’un collège en raison de ses origines modestes, le jeune Berthaud, après avoir travaillé dans l’atelier de son père charpentier et avoir endossé la blouse de vitrier ambulant dans les campagnes charollaises, descend à Lyon au lendemain des Trois Glorieuses de Juillet 1830.

À peine initié au journalisme, il dénonce dans la presse républicaine, alors en plein essor en province comme à Paris, l’hypocrisie du nouveau régime incarné par Louis-Philippe dont il démasque les abus et les corruptions qui renouvellent ceux et celles du précédent règne des Bourbons.

Ainsi introduit dans le monde de la presse d’opposition lyonnaise, entrant notamment à la rédaction de La Glaneuse, il se place résolument du côté de «la canaille» et s’insurge contre la bourgeoisie libérale victorieuse et sans cesse plus riche; contre ces bourgeois à qui l’on «tire de grands coups de chapeau quand ils passent dans la rue, eux qui ne méritent pas plus ces faveurs que nous autres, ilotes, mendiants, prolétaires et gens de rien…»

Bouleversé par l’échec de la tragique révolte des Canuts, les ouvriers de la soie lyonnais, en novembre 1831, Berthaud n’aura alors de cesse de conserver par la littérature, et durant près de treize années, une ferveur intacte dans le combat pour la justice politique et sociale en faveur des masses populaires opprimées et silencieuses.
Ce combat – contre la peine de mort, la prostitution, la corruption des élites, les scandales du clergé, etc. –, il le mène non pas en théoricien, mais en écrivain romantique, en prolétaire des lettres, en poète républicain à l’esprit bohème, incorruptible et indépendant.

« Le bonheur n’est qu’un mot : Tout meurtri sur la Grève,
Et la gueule rouge de sang,
Auprès d’un chien galeux, je vois un chien qui crève,
Et je les envie en passant.
Non pas eux, comme moi, chiens perdus dans la foule,
Mais la mort qui leur tord le cou;
Mais le flot qui les prend dans ses plis et les roule
Libres enfin de leur licou.
Mais le vers dévorant qui dans leurs flancs se plonge,
Et s’y creuse, au feu du soleil,
Un palais de carnasse, une tombe qu’il ronge,
Un lit pour l’éternel sommeil !
Il sont en paix, au moins, les chiens que l’onde emporte,
Jambes raides et ventre en l’air !
Car ils voguent sans crainte et le flot qui les porte,
Oui, le flot est limpide et clair !
Pour eux tout est fini des maux de l’existence,
Des coups de pieds de polisson,
Des crachats à la face et du fouet qui les tance,
Les écorchant d’une leçon !
Plus d’ulcères infects à lécher; plus de boue
A sécher sur un membre bleu;
Car les deux chiens sont mort, et l’onde avec eux joue,
Parcelles maudites de Dieu !
Et moi, je veux comme eux, une pierre à la gorge,
Et les poings sur le dos liés,
M’enfuir vers l’Océan où tout fleuve s’engorge,
Où tant de morts sont oubliés !
Car c’est là du bonheur, de la paix, du silence,
De l’harmonie au sein des eaux;
Lorsque le flot mugit, et monte, et se balance
Aux feuilles vertes des roseaux.
(Pochade, 1832)

Auteur de satires politiques publiées à Lyon en 1832 et 1833, notamment Asmodée et L’Homme Rouge, qui lui vaudront un procès aux Assises du Rhône pour injure à la personne du roi – dans lequel il se défendra seul par une plaidoirie en vers ( ! ), avant de se voir acquitté –, il monte à Paris, comme tant d’autres jeunes auteurs désargentés de sa génération, à la fin de 1833.
Là, il collabore à plus d’une quinzaine de journaux, revues et recueils divers, politiques, littéraires et satiriques, tels que Le Charivari, Le Bon Sens, Le Tam-Tam, le Journal du Peuple, la Revue républicaine, Le National, Les Français peints par eux-mêmes, etc., se montrant toujours, jusqu’à son dernier écrit, attentif à l’actualité sociale et politique du pays.

Mais, atteint de tuberculose, il s’éteint à 33 ans, en juillet 1843…

Par Camille Noé MARCOUX. archiviste, muséographe et écrivain

Aller plus loin

 

« LOUIS-AGATHE BERTHAUD (1810-1843), BOHÈME ROMANTIQUE ET RÉPUBLICAIN » (Choix d’écrits ).
Editions Plein Chant, mars 2017 – Collection Gens singuliers
320 pages, illustrations
Isbn 978-2-85452-329-4 – http://www.pleinchant.fr/

 

L’édition est illustrée de gravures d’époque, notamment d’artistes lyonnais, Gubian et Gareau, mais aussi parisiens, Daumier, Gavarni, Delacroix, Grandville, etc., de documents d’archives et de huit témoignages d’amis de Berthaud parmi lesquels Agénor Altaroche, Philibert Audebrand, Arsène Houssaye, Pierre Joigneaux. Tous nous dévoilent des aspects moins publics de la vie de Berthaud, que l’on découvre haut en couleurs, poète romantique rebelle et marginal, à l’imagination vagabonde et au cœur tendre sans feu ni lieu, mais surtout en prolétaire des lettres républicain, à l’esprit bohème, incorruptible et indépendant.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *