PATRIMOINE/Un cheval de bronze à Bellecour en 1792

Louis le Grand, statue équestre coulée en bronze
par Martin Desjardins, inaugurée à Lyon en 1713
et renversée en 1792.
F. Artaud, Lyon, 1826. Photo Jean Burdy.

Au pays de Guignol, le Cheval de bronze, c’est la statue équestre de Louis XIV, place Bellecour.
N’est pas bon Lyonnais qui l’ignore.
Et si tel est le cas, la consultation du Littré de la Grand’Côte s’impose!

La Révolution étant passée par là, deux statues de Louis XIV ont orné successivement la place Bellecour.

La première due à Martin Desjardins (1640-1694), inaugurée le 28 décembre 1713, a été détruite en 1792. Elle a été remplacée en 1826 par celle que nous connaissons, oeuvre de François Frédéric Lemot (1773-1827).

Les deux monuments ont été étudiés à plusieurs reprises, de façon détaillée1 . Néanmoins, il peut être intéressant de revenir sur un épisode, certes souvent et dûment signalé, mais le plus souvent trop brièvement. Un épisode qui mérite qu’on s’y arrête un instant. C’est au premier monument que nous avons affaire.

Les décrets des 11 et 14 août 1792

Le 11 août 1792 un décret de l’Assemblée législative impose la disparition de toutes les effigies royales, symboles insupportables à la Révolution. Le 14 août, il est précisé que le bronze des statues sera converti en canons. À Lyon, le Louis XIV de la place de la Fédération (la place Bellecour) est visé. Il doit être détruit.

Le 19 août, la municipalité crée une commission chargée de mener à bien l’opération « dans la huitaine »2.

Nombreux sont les Lyonnais qui s’émeuvent de la destruction d’un chef-d’oeuvre de la statuaire. Un citoyen propose de l’acheter. Les amis des arts et le maire Vitet plaident pour le sauver. On suggère de coiffer le cavalier du bonnet de la liberté ou, pour le moins, de respecter le cheval.

À l’Académie de Lyon, le 28 août

Le mardi 28 août 1792, M. Boulard étant directeur de l’Académie :

« On a mis sur le bureau et distribué à MM. les académiciens plusieurs exemplaires d’un imprimé ayant pour titre « Idée patriotique d’un citoyen ami des arts relativement à la statue de bronze de la place de la Fédération. Le 22 Août 1792 »3.

Le texte, de huit pages, n’est pas signé.

Abrégeons-le en nous en tenant au plus près de ses phrases. La Nation vient d’ordonner la destruction des statues.

« Tombez vaines idoles, votre règne est fini, nous ne sommes plus esclaves. Mais on aura à regretter des chefs-d’oeuvres [sic] uniques et inimitables. La perte sera immense & capable de nous déshonorer chez la postérité. Pour en faire des canons… mais la France a des métaux, au défaut du bronze elle a du fer… La raison conseille l’économie. Il faut le détruire, & l’arrêt est irrévocable. Mais ce parti pris, il reste le piédestal. Il faut consacrer l’époque de la révolution. Or quel emblème plus propre pour figurer un peuple généreux & fier que le cheval, le plus beau des animaux, le plus intelligent & le plus docile, qui dégagé de son mors, après avoir, par ses bonds impétueux, jetté [sic] à terre le cavalier qui le tenait asservi, déploie un maintien libre, noble & assuré. Cet emblème n’est point nouveau, Carthage et les médailles antiques de la Grèce en font foi.
Or ce monument chez nous est tout trouvé, ce cheval a pour la beauté & pour l’attitude tout ce que l’on peut désirer, qu’on le laisse donc sur sa base. La chose est facile d’en détacher le cavalier, & voilà le plus beau monument que la France aurait pu inventer. Premier monument durable [sic] il serait, accompagné d’une inscription, le plus bel ornement de la place. »

Carthage et Thessalie.
Photos Jean Burdy.

Le texte, qui n’est pas signé, se termine par le P.S.

le basrelief de la maison commune [l’hôtel de ville] ne pourrait-il pas être transformé en Brutus ? L’art est de faire servir au bien les instruments du mal.

L’auteur est l’architecte Catherin François Boulard (1749-1793), le directeur en titre de l’Académie4 . Rien n’y fait, le 28 août 1792, la statue de Desjardins est abattue, brisée, le métal récupéré par deux fondeurs pour en faire des canons5.

Le cheval de bronze.
© François Burdy, à la suite de Catherin François Boulard.

On sait qu’en 1848 la statue de Lemot a failli subir le même sort.
L’académie a dû, derechef, intervenir. Ça c’est mieux terminé.

Avec Louis XIV place Bellecour, les vrais Lyonnais ont heureusement leur Cheval de bronze.

Par Jean BURDY, Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Lyon

  1. F. Artaud, Ancienne statue équestre de Louis XIV à Lyon, Lyon, 1826. – G. Gardes, « La décoration de la place Royale de Louis le Grand (Place Bellecour) à Lyon, 1680- 1793 » dans Bulletin des Musées et Monuments Lyonnais V, 1974, 1-23. []
  2. La question a été traitée intégralement par P. Feuga dans l’article « De la destruction des signes de la féodalité sur les monuments publics de Lyon », Union des sociétés historiques du Rhône, Mornant, 1990, VII, 81-99. []
  3. Bibliothèque Académie, Ms. 266, 242 ; Bibliothèque municipale 350084 (Fonds Coste). []
  4. J. Burdy, « C. F. Boulard (1749-1793), architecte et académicien lyonnais », B.M.O. n° 6042, 10 février 2014 ; et « Un monument expiatoire aux victimes du 29 mai 1793 », B.M.O. n° 6043, 17 février 2014. []
  5. J.-P. Donné, « Du bronze pour le cheval de bronze », B.M.O. n° 5882, 17 janvier 2011. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *