EVENEMENTS/Le bombardement de Lyon du 26 mai 1944…

… et sa récupération politique

Le bombardement du 26 mai 1944 est, selon le journaliste du Lyon républicain1, un des moments les plus tragiques de l’histoire lyonnaise avec ses centaines de morts. Ce bombardement s’inscrit dans la lignée des heures sombres de l’histoire lyonnaise et fait remonter à la surface de la mémoire collective lyonnaise le syndrome du martyrologe qui, par deux fois, a frappé Lyon2. N’est-ce pas ce que comprennent les Lyonnais dans le discours de Pétain, lors de sa venue à Lyon après le bombardement, lorsqu’il déclare : « Vous êtes d’une ville qui a été martyrisée3 ! Telle une tragédie classique, le bombardement de Lyon va être analysé en trois actes, les faits, le constat et l’exploitation4

Premier acte : les faits
Bombardement, explosion et approximation

Depuis la fin mars 1944, les bombardements ont recommencé. Ils ont lieu la nuit et les sirènes de la défense passive réveillent régulièrement la population. Ce que visent alors les Anglais, qui affectionnent les bombardements nocturnes, sont des entreprises, telles Sigma et Berliet à Vénissieux, voire l’aéroport de Lyon-Bron, mais la ville de Lyon et la dimension résidentielle de l’agglomération ont été jusque-là épargnées. Ces opérations se font dans le cadre du Transportation plan associé à la préparation de l’opération Overlord.

En ce matin du vendredi 26 mai 1944, le ciel étant dégagé et la température agréable, les Lyonnais entendent la sirène à 9 h 40. Ils se rendent alors aux abris, malgré l’heure inhabituelle, car la veille un bombardement sur Vénissieux a fait 15 morts dans la population civile. De son côté, si la défense passive fait retentir la sirène, c’est qu’elle vient d’être avisée, à 9 h 30, qu’une armada aérienne de plus de 700 avions vient de passer la frontière entre Digne et Albertville. La défense passive déclenche donc la sirène dix minutes plus tard. Dans les abris, on s’interroge sur l’heure matinale de cette alerte, surtout que Radio Londres, qui a coutume de prévenir en envoyant le message codé : «Grégoire, nous irons te voir ce soir », n’a rien émis. Rien n’a donc été diffusé et curieusement rien ne vient.

Cette absence d’information peut s’expliquer par le fait que ce n’est pas la Royal Air Force, mais l’US Air Force qui organise ce raid aérien à partir de la base de Giola del Colle, près de Bari en Italie du sud. Or, les Américains préfèrent les bombardements diurnes. Une fois la frontière passée, les avions se sont divisés en trois groupes pour se diriger vers Chambéry, Saint-Etienne et Lyon.

Au moment où les Lyonnais ressortent des abris vers 10 h 40, constatant que le ciel est vide, l’air se met à vibrer du bruit des moteurs de près de 400 avions qui sont, malgré l’altitude, bien visibles, le ciel étant clair. Les spécialistes pourraient même dire que ce sont des B24 Liberator.

Les objectifs qui devaient être visés sont Lyon-sud avec les installations ferroviaires de Perrache, Lyon Guillotière et Vénissieux, mais aussi Lyon-nord avec la gare de Vaise. La sirène se déclenche à 10 h 41 et le bombardement touche Lyon par vagues de 25 à 30 appareils à partir de 10 h 43. La flottille aérienne s’est alors scindée en deux et les vagues se relayent toutes les 20 minutes sur les objectifs. La technique employée par les Américains ce jour-là est celle du Carpet bombing.

Sur Lyon-sud, 247 tonnes de bombes de 250 et 500 kg sont lâchées.

Ces bombes sont du type explosif qui ont, comme effet, en tombant de plus de 4.000 m, de souffler tout ce qui est autour et de faire de gros dégâts avec les éclats qui peuvent percer un mur de plus de 50 cm. À 10 h 46, l’autre escadre s’en prend à la gare de Vaise en lâchant 248 tonnes de bombes du même genre. Ces bombes explosives sont accompagnées de bombes incendiaires qui contiennent du phosphore et de l’oxyde de fer. Leur poids est faible, mais elles sont lâchées en très grand nombre. De plus, parmi le tapis de bombes qui s’abat sur Lyon, il y a même des bombes à retardement. Plus de 1.500 bombes tombent sur Lyon en cette matinée du 26 mai 1944 et ce, en moins de 25 minutes, puisque le bombardement s’arrête à 11 h 05, l’alerte à 11 h 15, et les avions quittent le ciel lyonnais à 11 h 18, sans avoir eu de perte, les Allemands à Lyon n’ayant ni DCA, ni chasse aérienne. Les objectifs n’ont été que partiellement atteints et les résultats, qui plus est, se révèlent peu efficaces. Les raisons avancées pour expliquer cette approximation sont multiples.

Les avions sont trop hauts et leur précision est donc faible, la technique du tapis de bombes entraîne une dispersion et donc une imprécision, la fumée dégagée par les premiers impacts lors de la première vague oblige les aviateurs à élargir leur périmètre d’intervention, ce qui les éloigne de l’objectif initial, certains vont même jusqu’à avancer que les Américains visent moins bien que les Anglais !

Deuxième acte : le constat
Bombardement, dégradation et victimisation

En effet, une fois la violence du bombardement terminée, est venu le temps des sauveteurs et des pompiers. La première chose qu’ils font est de repérer les bombes qui n’ont pas explosé et qui peuvent être des bombes à retardement. Un fanion jaune est posé sur chacune d’entre elles. Si la gare de Vaise est entièrement détruite et, avec elle, la ligne de chemin de fer de Paris qui est coupée en dix endroits, les gares de la Guillotière, de Perrache ou de Vénissieux ne le sont que partiellement. En revanche, les quartiers environnant les gares, mais aussi les canalisations et les infrastructures sanitaires, sont très durement éprouvés. Les Câbles de Lyon, les ateliers de la Mouche et de Gerland, l’usine à gaz de la Mouche qui prive ainsi Lyon de gaz pendant quelques jours, les établissements Olida à Gerland, Milliat frères, Progil et Rhodiaceta à Vaise font partie des usines victimes du bombardement.
Certains îlots d’habitation sont détruits à 100 % : le Grand Trou, l’avenue Berthelot sur plus de 3 km, la place Jean Macé, le quai Perrache et une grande partie du quartier de Vaise. Parmi les immeubles atteints, quelques-uns méritent un éclairage particulier.

Situés le long de l’avenue Berthelot, des bâtiments de l’Ecole de santé militaire, siège de la Gestapo, sont atteints et, en partie, incendiés. Il en va de même de l’École de chimie et de l’Institut Pasteur, distants de plus de 500 m de la gare de triage de la Guillotière. Plusieurs églises ont reçu des bombes, en particulier celles de l’Annonciade à Vaise et de Saint-Michel avenue Berthelot, qui sont entièrement détruites.

La mairie du 7e arrondissement, dont l’horloge s’est arrêtée à 10 h 50, témoignant ainsi du moment de l’attaque aérienne, a pas mal souffert. Le bilan humain fait état de 717 morts5 et 1129 blessés, auxquels il faut ajouter 25.000 sinistrés6. Le cas de l’usine Olida de Gerland est à souligner, puisqu’une bombe, et une seule, est tombée sur l’usine et a tué 68 personnes. Parmi les morts célèbres, il faut citer le syndicaliste résistant de la CGT, Marius Vivier-Merle, mais aussi le professeur Rochaix à l’Institut Pasteur.

Durant ce bombardement des scènes tragiques ont lieu. Des personnes, réfugiées sur les bas-ports du Rhône, sont projetées par le souffle de la bombe dans les eaux du fleuve et se noient. Place Jean Macé, une tranchée d’abri reçoit une bombe de plein fouet tuant tous ses occupants qui sont des passagers du tramway n° 23 ayant trouvé refuge dans cet abri, une fois l’alerte donnée. Les incendies ne sont éteints qu’après plusieurs jours.

Les sauveteurs, pompiers et défense passive payent un lourd tribut avec 2 morts et 13 blessés pour les pompiers et une vingtaine de morts pour la défense passive, en particulier ceux de la défense passive de l’air. Parmi les secouristes, il y a la Croix Rouge, les scouts, les services techniques de la ville de Lyon, des mineurs de Saint-Étienne et de Saint-Bel, des compagnons du tour de France et des bénévoles.

Les blessés, transportés dans les hôpitaux de Lyon, surtout celui de Grange Blanche, ont des plaies sur le corps et la face, des fractures ouvertes, des écrasements de la cage thoracique, des arrachements de membres, voire même des éclatements d’organes par compression. Le bilan final doit être, après plusieurs jours, obligatoirement plus lourd, car de nombreux blessés ne survivent pas à leurs blessures. A l’occasion de l’évacuation des prisonniers de la Gestapo, installée dans l’Ecole de santé militaire avenue Berthelot, vers le fort Montluc, André Frossard, détenu dans cette prison, voit venir des SS chercher des Juifs, dont le champion de hockey Tola Vologe7 , pour exhumer les cadavres des officiers allemands de la Gestapo, dont le commandant Knab et le docteur Schauber. Certains ne reviennent pas, car ils sont abattus par les SS après avoir déblayé les corps dans les décombres.

Troisième acte : l’exploitation
Bombardement, réactions et récupérations

Le bombardement est d’abord exploité par la presse pro-vichyssoise. Le Nouvelliste, journal catholique et réactionnaire de Lyon, utilise les quelques pages dont il dispose encore, compte tenu de la rareté du papier, pour titrer les 27 et 28 mai : « Lyon a été bombardé par l’aviation anglo-américaine. Trois quartiers de la ville ont été détruits. 550 morts, plus autant de blessés et de nombreux sinistrés. Des églises et des dépendances de l’Université ont été atteintes ». Il note que « sur un pan de mur resté debout comme par miracle apparaissent un crucifix et une vierge ». Dieu est du côté des victimes, ceux qui bombardent sont des « Antéchrists ». Jusqu’au 5 juin, jour de prières pour les morts à Fourvière, Le Nouvelliste continue, mais de façon moins nourrie, à évoquer cette litanie autour du drame du bombardement du 26 mai 1944. Quant au Lyon républicain, il place en première page le 28 mai 1944 un article intitulé « Villes martyres » où Louis Darrès, le journaliste, parle « de climat inexpiable pour l’avenir », d’accumulation « de cadavres et de ruines pour un résultat illusoire ». Un peu plus loin, un autre journaliste Victor Duparc, titre son article : « Non, ce n’est pas la guerre ».

Il développe la thèse, qui va faire son chemin après-guerre et alimenter l’anti-américanisme, des bombardements qui n’atteignent pas la puissance occupante, mais condamnent la France à la misère. Il avance l’idée que ces bombardements sont donc plus politiques que militaires !

Les Renseignements généraux confirment cette désapprobation populaire en déclarant : « La réprobation s’élève de tous les milieux contre les aviateurs anglo-américains ». Le lendemain du bombardement, les miliciens inscrivent sur les murs noircis : « Signé RAF “8, ce qui est faux puisque le bombardement vient des Américains, mais qu’importe, cette inscription cherche à conforter une vieille opinion française, celle de la perfidie anglaise tirée de l’histoire des relations franco-britanniques et confirmée par Dunkerque et Mers-el-Kébir. Les obsèques des victimes, qui durent plusieurs jours, entretiennent la colère de la population locale contre les Alliés et leurs bombardements aveugles qui font des victimes civiles. Le débat s’ouvre au sein de la population pour savoir si le sabotage ne serait pas plus efficace et économe en vies humaines ?
Un tel événement avec un tel bilan ne peut, également, laisser sans voix les autorités en place. La municipalité lyonnaise, dirigée par Pierre Bertrand9 nommé par Vichy en janvier 1943, prend des mesures pour marquer l’importance de la tragédie et faire face à la catastrophe : les spectacles sont interdits pendant trois jours pour marquer le deuil, un service d’ordre important est mis en place pour isoler les zones bombardées et éviter les pillages10, mais aussi pour écarter les badauds, voire les occupants qui voudraient récupérer des objets, face aux risques d’éboulement et d’explosion des bombes à retardement11, des centres d’accueil sont ouverts pour les sinistrés dans les 2e, 5e et 7e arrondissements, une indemnisation de 1.000 francs12 est attribuée pour les premiers secours pour l’ensemble des sinistrés, des appartements vacants sont réquisitionnés pour loger les sinistrés, des repas seront servis par le Secours national et diverses organisations caritatives.

La municipalité a fait creuser au cimetière de Loyasse une vaste fosse collective. Le jour du premier enterrement, le 29 mai, soit le lundi de Pentecôte, 388 cercueils sont alignés place Saint-Jean sur le parvis de la cathédrale, couvert de fleurs et de drapeaux. Le cardinal Gerlier, primat des Gaules, préside la cérémonie religieuse. Il fait une homélie où l’esprit de Pentecôte, porteur de salut, s’oppose à l’esprit de guerre, porteur de mort. Il insère dans son message d’amour ces mots : « … Pourquoi tant de sang brutalement versé. Notre raison se déconcerte devant une telle régression de l’humanité ».

Quant au maire de Lyon, Pierre Bertrand, il traite d’assassinat le bombardement des femmes et des enfants à 4.000 m d’altitude, de déshonorantes de telles méthodes et déclare qu’il faut que « s’élève au-dessus des tombes la grande promesse d’une réconciliation nationale ». L’exploitation de ce bombardement par tous les maréchalistes, pétainistes, collaborateurs et autres collaborationnistes prend une plus grande ampleur avec la venue à Lyon du maréchal Pétain, le 5 juin 1944.
Certes, s’il a flétri dès le début les bombardements anglo-américains, sa venue sur le terrain donne à sa condamnation une autre dimension. Il visite les lieux du bombardement, il se rend dans les hôpitaux, à Vénissieux il rencontre Marius Berliet et termine à l’hôtel de ville de Lyon où il félicite le commandant Rossignol, chef des pompiers, en lui disant que « Lyon est une ville exemplaire ». Le soir à 18 h, il est sur le balcon de l’hôtel de ville, place des Terreaux, qui est encore bien garnie par la foule13. Le maire Bertrand, à ses côtés, lui adresse un message de bienvenue où il déclare : « Ralliée depuis des siècles à l’unité française, Lyon dans le malheur veut demeurer digne de vous, digne de la patrie que vous incarnez, digne de la France immortelle14 ».

Le Maréchal s’adressant à la foule déclare à son tour :

…J’ai vu vos quartiers bombardés, j’ai vu les destructions abominables, j’ai déploré l’attitude de nos anciens alliés, il se conduisent comme des adversaires qui sans hésiter massacrent des villes et leurs habitants dans une France sans défense. On peur écraser le pays, mais on n’écrasera pas l’âme de la France15

La condamnation de ces bombardements vient aussi de la Résistance. En effet, à partir de février 1944, le Comité du Rhône de la Libération diffuse ses conseils pour éviter les horreurs d’un bombardement aérien en appelant à saboter la production pour que les aviateurs alliés se concentrent sur l’Allemagne.

Pour ce Comité, le sabotage a le mérite d’être bien ciblé, mais il a le gros inconvénient, outre le fait qu’il perturbe moins durablement, d’entraîner des victimes collatérales, les otages16.
Fort de ce discours, le Comité rédige lors de la dernière réunion du Comité de libération, le 31 mai, juste avant le débarquement, un tract sur les bombardements dont le titre est « Boches et Vichyssois assassins17 ». Le mouvement appelle à la vengeance des victimes du 26 mai 1944 et accuse les occupants et le gouvernement de Vichy de n’avoir donné volontairement l’alerte qu’au moment du bombardement et conclut « On a voulu fournir à Henriot18 un contingent de morts et de blessés ». Quant à Alban-Vistel, il envoie, de son côté, un télégramme à Alger de protestation indignée à « Breton » (Périlhou) du Front national :

«Bombardement Lyon effet moral plus dévastateur encore que matériel. Population douloureusement indignée. Répétons : sacrifices énormes pour résultats insignifiants. Aide résistance plus économique à tous points de vue et plus efficace19

Celui-ci lui répond :

« Je ne pense pas qu’il faille insister sur le découragement des masses et présenter la chose comme une catastrophe irréparable. Même si elles sont mécontentes des Anglo-Saxons, les masses resteront combatives. Je pense que ce câble ne pourra pas être publié, car Vichy s’en servirait. Ou bien si vous avez l’intention de le rendre public, il faut que les formules ne puissent pas être exploitées par l’ennemi20

Cette réponse est assez explicite pour nous indiquer que bombarder les villes pose bien des problèmes aux autorités locales, à Vichy et à la Résistance, plus qu’aux occupants dont on ignore les pertes réelles. C’est bien évidemment les victimes civiles, plus que les destructions, qui créent un malaise chez les résistants et une opportunité pour Vichy.

Par Bruno BENOIT, Professeur d’histoire contemporaine – IEP Lyon – Larhra

 

 

 

  1. Lyon Républicain, 30 mai 1944 []
  2. Pour comprendre cette remarque lire Bruno Benoit, L’identité politique de Lyon. Entre violences collectives et mémoire des élites (1786-1905), Paris, L’Harmattan, 1999, 248 p., et Le Roman de Lyon, ELAH, 2013, 159 p []
  3. Lyon Républicain, 6 juin 1944 []
  4. Bruno Benoit, « Le bombardement de Lyon », dans Cahiers du CEHD n° 37, 2009, pp. 163-17. []
  5. Il y a 700 morts à Saint-Etienne et quelques 400 morts à Chambéry. Le bilan des bombardements à la veille du débarquement est plus de 5.000 morts en 6 jours. []
  6. Ce chiffre est volontairement exagéré afin d’obtenir une aide substantielle du gouvernement. []
  7. Anatole Vologe, dit Tola Vologe, est né à Vilnius en 1909. Sa mère est juive. Arrivé en France avant 1914, il devient un international de hockey, participe avec l’équipe de France aux Jeux olympiques de Berlin en 1936, s’engage dans la Résistance dans le réseau Sport libre, est arrêté, interné à Montluc et abattu le 3 juin 1944 par un officier allemand après les travaux d’exhumation des corps dans les locaux de la Gestapo []
  8. Paul Scherrer, «Le bombardement de Lyon du 26 mai 1944», dans Bulletin municipal officiel de Lyon, n° 5013, mai 1994, pp. 2-3. []
  9. Pierre Bertrand est arrêté à la Libération, mais son dossier d’épuration aboutit à un non-lieu pour fait de résistance. En 1954, Herriot lui fait obtenir, sans qu’il sache qui l’a recommandé, la Légion d’Honneur pour «services rendus à la résistance». Voir Jean-Florent Vuillet, Le maire oublié de Lyon, Pierre Bertrand, mémoire de recherche de l’IEP de Lyon, sous ma direction, 1997. []
  10. En effet, un pillard est arrêté et exécuté sur le champ []
  11. Certaines de ces bombes attendent 15 jours avant d’exploser. Le Lyon républicain titre le 28 mai : «Les engins à retardement sèment de nouveaux deuils» []
  12. Cette somme est assez ridicule car elle correspond au salaire mensuel d’un ouvrier ! []
  13. Le Lyon républicain du 6 juin 1944 avance le chiffre de 20.000 personnes, soit deux fois moins qu’en 1940, mais une foule encore honorable qui prouve que la popularité du Maréchal est encore forte. Le journaliste souligne que cette foule est un plébiscite et que seul le Maréchal peut éviter la ruine et le chaos en France []
  14. Le Nouvelliste, 6 juin 1944. []
  15. Idem. C’est dans le Beaujolais où il couche que Pétain apprend la nouvelle du débarquement. Il se rend à Saint-Etienne avant de rentrer à Vichy. []
  16. Cité dans Evelyne Py, Un été sous les bombes, Givors-Crigny-Chasse 1944, Editions Alain Sutton, 2004, p. 36. []
  17. Idem, p. 65 []
  18. Henriot est assassiné le 28 mai 1944, soit deux jours après le bombardement ! []
  19. Cité dans Eddy Florentin, Quand les alliés bombardent la France 1944-1945, Perrin, 1997, p. 387. []
  20. Cité dans Fernand Rude, Libération de Lyon et de sa région, Hachette, 1974, p. 88. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. ck dit :

    Bonjour.
    Excellent article.
    À noter une tout petite faute : Sain Bel s’écrit sans « t.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *