ARCHIVES/Tirer les cartes, ce n’est pas que pour les voyants…

…le papier nous parle

Tout objet du passé ouvre une brèche sur le monde qui n’existe plus et dont nous sommes les héritiers. Etudier et réfléchir sur ces vestiges nous permet d’apprendre – parfois seulement d’imaginer – comment la vie se déroulait. Est-ce que une feuille de papier peut nous renseigner sur cela, de quelque façon ? Question rhétorique, de la part d’une chercheuse de filigranes. Voici un exemple.

Les Archives municipales de Lyon gardent de nombreux manuscrits anciens, que je feuillette à la chasse des filigranes reproduits par M. Briquet et parmi lesquels il y en a certains qui, pour revenir au point de départ de cet article, révèlent des aspects concernant l’activité d’une papeterie artisanale.

Prenons le manuscrit BB 131, un registre des actes consulaires de 1594.
Comme dit dans ma précédente intervention1, s’occuper de filigranes signifie analyser les couples des filigranes (les « jumeaux ») qui étaient accrochés sur les formes utilisées en même temps. Etrangement, dans ce manuscrit il y a trois filigranes, c’est-à-dire un de plus ou de moins par rapport à un ou deux couples de filigranes.

Comment cela est-il possible ?

Il s’agit d’un filigrane composé par les lettres « B » et « V », surmontées par une couronne sur laquelle se pose une fleur de lys.

Comme le montrent les photos modifiées ci-dessous, remarquons que dans 52,5% des filigranes la fleur de lys et la couronne sont séparées par une chaînette2 (en rouge sur l’illustration) qui coupe à moitié la base de la fleur de lys, tandis que dans les 47,5% restants cette même chaînette passe entre la base de la fleur de lys et la pointe de la couronne (en bleu sur l’illustration). Il s’agit, donc, d’un élément distinctif entre les « jumeaux ».

Lorsque la chaînette passe entre la fleur de lys et la couronne, il y a une nouvelle différence : dans certains cas, le « B » est décalé vers le centre de la feuille et se rapproche de la chaînette, c’est-à-dire que dans les photos ci-dessus il est plus proche de la chaînette à sa droite.

Ce décalage apparaît 8 fois sur un total de 48 filigranes de la typologie « chaînette qui passe sans couper », soit la plus faible récurrence.

Etant donné que cela ne concerne pas la plupart de ces filigranes et que, en revanche, l’autre type de filigrane est toujours le même, on a le droit de supposer qu’il s’agit d’un changement dû au décrochement et à la remise en place du filigrane, en cours de fabrication du papier ou juste après la fin du travail, ou à un coup. Le cadre devant être nettoyé, le filigrane est décroché – ou il se détache tout seul – et est mal remis à sa place. Ou, en amenant le cadre à son collègue, l’ouvrier fait prendre un coup à la forme (il fait beau, il y a le soleil, il regarde dehors, …) et le filigrane subit le déplacement.

Deux points, alors, sont remarquables : tout d’abord, le manuscrit BB 131, qui apparemment ne fait que nous renseigner sur des démarches bureaucratiques concernant la ville de Lyon, devient éloquent en tant qu’objet en soi, indépendamment du contenu. Ensuite, s’il ne constitue pas du tout un cas exceptionnel en ce qui concerne l’analyse des filigranes (effectivement, il est assez facile de distinguer les jumeaux), il nous est précieux en tant que témoignage de la vie et du travail quotidien, avec ses imprévus, dans une papeterie artisanale – ce qui est tout à fait important, compte tenu de la déficience de documentation et d’études concernant l’histoire du papier.

Par Ilaria PASTROLIN, étudiante en Sciences de l’Antiquité à l’Université d’Udine (Italie)

Aller plus loin :
Les filigranes. Dictionnaire historique des marques du papier T1
Les filigranes. Dictionnaire historique des marques du papier T2
Les filigranes. Dictionnaire historique des marques du papier T3
Les filigranes. Dictionnaire historique des marques du papier T4
Papetier et moulin à papier

 

  1. http://lyonnais.hypotheses.org/2577. Voir, en particulier, la note 5 : « Dans la fabrication artisanale du papier il y avait toujours un couple de cadres (et donc de filigranes au même dessin) utilisés en alternance par deux ouvriers : pendant qu’un s’occupait de plonger le premier dans la cuve, l’autre renversait le papier à peine formé du second cadre sur la pile. » []
  2. Les chaînettes sont les lignes visibles verticalement dans les images. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *