INSOLITE/Particularités et étrangetés croix-roussiennes

En parlant de ‘’Croix-Rousse’’, on évoque principalement cette partie du 4ème arrondissement de Lyon et plus spécifiquement les lieux délimités par les balmes, le boulevard et la limite Nord la séparant de Caluire et Cuire.

«Col» de la rue Henry Gorjus,point culminant de Lyon 4e.

Cette Croix-Rousse-là est communément appelée ‘’le plateau’’, bien que l’on y trouve des faux-plats. Le terrain présente généralement une pente descendante vers le Nord, à partir de son point culminant à 254 m, au ‘’col ’’ de la rue Henry Gorjus (angle rue Dulaar).

Rappelons brièvement son histoire :

A l’origine le bourg de Cuyres-la-Croix-Rousse, en franc-lyonnais jusqu’à la Révolution, devenant commune lors de la scission avec Cuire qui demanda son rattachement à Caluire (décrété en 1793, mais effectif en 1797 seulement et prenant le nom de Caluire et Cuire), devenu arrondissement de Lyon le 24 mars 1852, malgré les refus de son conseil municipal (La Guillotière et Vaise l’accompagneront).

Pendant des siècles, la frontière avec Lyon était l’enceinte continue reliant le fort Saint-Jean au fort Saint-Laurent, et qui sera remplacée par l’actuel Boulevard de la Croix-Rousse.

Le quartier, s’étant développé depuis cette limite, a maintenu cette origine dans la numérotation des rues qui s’est faite du Sud au Nord.

La Grand Rue étant l’axe principal de cette expansion, la numérotation des rues transversales s’est faite aussi avec cette artère pour origine : d’Est en Ouest côté Saône et d’Ouest en Est côté Rhône.
Pas facile de s’y retrouver pour les non-croix-roussien.

Certains projets de rues ayant fini dans le lac, nous découvrons des choses surprenantes :

– la rue Dumont-D’Urville, étrange rue de 21 m de large, dont la partie Sud devait recevoir le prolongement de la rue de la République, et la partie Nord le raccordement d’un boulevard en corniche ;

– la rue Duviard est en deux parties du fait que l’aboutage ne s’est pas réalisé, suite à des constructions bloquant cette opération ;

– l’avenue Cabias est en trois parties, deux tronçons indépendants de 20 m de large, de 120 m et 60 m de long.  C’était l’amorce du ‘’cours du Midi’’ (axe Nord-Sud) recoupant la rue Hénon (axe Est- Ouest) par une grande place circulaire.

Le troisième tronçon est presque invisible, figurant uniquement sur l’immeuble construit dans la rue Hénon à ce futur carrefour (voir photos).
Casse-tête pour trouver ce 54 avenue Cabias !

– la rue du Nord de la Croix- Rousse (ou rue du Nord) ayant remplacé la très vieille ruelle Caquerelle, frontière de Lyon-Caluire, a disparu car donnée aux HCL ; la véritable frontière est devenue mystérieuse !

Ce plateau concentre dans la dénomination des rues une majeure partie des grands noms qui se sont illustrés dans la soierie : artistes, inventeurs, dont Jacquard, le plus illustre, a sa statue sur la place. Cette statue de pierre a remplacé celle de bronze, victime des refontes de la guerre, et qui trônait sur la place Sathonay.

L’urbanisation accélérée du plateau au XIXe siècle, due à l’obligation de trouver de nouveaux locaux pour loger les métiers à la Jacquard, nous a laissé un grand nombre de ces ‘’immeubles canuts’’.
Ils se reconnaissent facilement : grande hauteur, de 4 à 6 étages, hauteur sous plafond de 4 m, immenses fenêtres mangeant les façades, absence de volets ou rideaux.
N’oublions pas qu’ils étaient équipés avec des ‘’écommuns’’, souvent au demi-étage, et construits en échauguette sur les cours. Ces immeubles de la Croix-Rousse restaient conviviaux, ne fermant pas leurs allées à 9 heures comme à Lyon, ne nécessitant pas la quête d’une ’’clef d’allée’’ pour les gens fermés dehors.

Nous relevons aussi une concentration de dénominations concernant la guerre de 1870 :

– rue de Belfort1 : en souvenir des nombreux Lyonnais défendant la place ;

– rue Denfert-Rochereau : défenseur de Belfort, commandant des Mobiles du Rhône ;

– rue de Nuits : lieu de combats héroïques et meurtriers des légions du Rhône (devenue Nuits-Saint-Georges) ;

– place Commandant Arnaud : victime d’émeutiers de la Commune, suite aux nombreux morts des combats de Nuits fusillé après un simulacre de procès.

Du fait de leur histoire intimement liée à celle de sa voisine du Nord, des rues ont eu la même appellation sur les deux communes pendant de nombreuses années :

– rue de Cuire qui, sur Caluire est devenue rue Pierre Brunier en 1921, en souvenir de cet ancien maire décédé en 1919 ;

– cours d’Herbouville qui, sur Caluire, est devenu cours Aristide Briand en 1934. Il faut noter qu’une certaine ambiguïté persiste sur la localisation de l’éboulement de 1932 (30 morts) : 50, 51 cours d’Herbouville devenus 20, 21 cours Aristide Briand.

Il faut noter un retour en arrière de cette pratique qui s’est manifestée à la création du boulevard des Canuts, où cette appellation se prolonge sur les deux communes.

Le passé des ‘’jardiniers’’ (maraîchers) du plateau est encore visible en certains endroits où se remarquent ces murs de pisé, orientés Est-Ouest, couverts de tuiles creuses, délimitant les clos et permettant des cultures en espalier. Un portail typique de maraîcher est encore visible rue Henry Gorjus, avec le bâtiment d’habitation sur la rue.

Portail typique de maraîcher avec sa maison d’habitation

N’oublions pas que le plateau recèle un local des Meilleurs Ouvriers de France, où sont exposées quelques magnifiques réalisations ; le samedi matin ils vous accueillent et commentent l’exposition.

Nous citerons pour mémoire d’autres particularités locales très connues : la vogue des marrons, le gros caillou, les marchés, les places triangulaires typiques marquant les anciennes fortifications, la vigne et la République des Canuts.

La soierie est présente assez timidement et il faut espérer qu’un jour, un local adapté à ce qui fit la gloire de Lyon permettra de recevoir de la meilleure façon les visiteurs qui, actuellement, sont souvent déçus d’être obligés de se rendre en plusieurs lieux : musée des Tissus, maison des Canuts, Soierie Vivante…

Un pôle muséal de la soierie est indispensable. «On y dit mais on y fait pas», comme dirait Guignol.

Par Henri CHAPOT

Référence :
La colline de la Croix-Rousse de Josette Barre

Photos :
Henri Chapot

  1. ce nom se rapportant à une ville doit bien comporter le de ; pourtant il est des plus fréquents de ne pas le mettre, et nous constatons que sur 37 plaques indicatrices de cette rue, seulement 9 le mettent, et 28 ne l’ont pas ; parfois il est possible de voir ces deux façons sur un même angle de mur ! []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. allamarie dit :

    Bonjour, merci beaucoup pour cet article très intéressant!
    Pourriez-vous me dire si la rue du Griffon fait partie de la Croix-Rousse? Je sais que Jean-Marie Collot d’Herbois habitait cette rue en 1784. Peut-être en savez-vous plus de détails, par exemple quel numéro et si ce bâtiment existe toujours? Merci beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *