EVENEMENT/L’assassinat du Président Sadi Carnot

…le 24 juin 1894 rue de la République

L’an 1894 est attendu avec impatience par Lyon, qui veut montrer à la France la grandeur de son industrie, de son commerce. Mais alors qu’elle s’attend à être le centre de la France quelques mois, ce n’est pas pour son exposition universelle internationale et coloniale qu’elle devient mondialement le centre de l’actualité, mais pour l’assassinat, par un anarchiste italien, du Président de la République Sadi Carnot le 24 juin 1894.

Statue de Sadi Carnot à Lyon (Photo Alaïs RAMBAUD.)

Il avait été baptisé Sadi en mémoire du poète perse Abu-Muhamad Muslihal-Din bin Abdallah Shirazi, mieux connu sous le nom de Saadi ou Sadi. Ce poète, l’un des plus grands auteurs persans de la période médiévale, a écrit le Jardin des roses, recueil de poésie qui a particulièrement touché Lazare Carnot, membre du Directoire en 1795 et grand-père de Sadi. Marie François Sadi, 4ème comte Carnot, embrasse, par atavisme familial, la carrière politique.

Républicain modéré, il devient Président de la République le 3 décembre 1887 à la suite du scandale qui touche son prédécesseur Jules Grévy mis en cause dans l’affaire des décorations, parce que de son gendre monnayait les nominations de la Légion d’Honneur. De nombreux scandales ont émaillé les débuts de la IIIème république. Cependant, malgré la crise boulangiste, malgré le scandale de Panama, Sadi Carnot effectue son mandat sans problème majeur.

L’exposition universelle de Lyon est un événement exceptionnel.

Le Président, pendant la dernière année de son mandat présidentiel, décide de venir passer trois jours à Lyon. Il arrive par train présidentiel le samedi 23 juin à 6 h 15 du soir.

Les itinéraires précis des trois jours sont publiés dans la presse afin que les Lyonnais puissent aller saluer leur Président. La presse lyonnaise se fait l’écho de ce voyage exceptionnel.

Le Nouvelliste fait remarquer que « Fait probablement unique dans l’histoire des voyages de M. Carnot, il n’a pas plu hier… »1. La ville est pavoisée officiellement, avec des mâts plantés à 10 m les uns les autres sur la rue de la République, de Bellecour à l’Hôtel de Ville, même si le Nouvelliste tente de minimiser l’enthousiasme général des habitants en le comparant avec la ferveur toute particulière de la fête de Jeanne d’Arc du 30 mai précédent.

Les honneurs militaires sont rendus sur tout le parcours du Président, avec escorte, de Perrache à l’Hôtel de ville. C’est la seconde fois que le Président vient à Lyon. Après l’accueil à la mairie, il écoute, au balcon, un concert de 900 choristes et musiciens, un «Hymne à la Patrie» puis «la Marseillaise». Alors qu’il prend ses quartiers à la Préfecture, une retraite aux flambeaux est organisée pour les Lyonnais à partir de 9 h du soir. Le Nouvelliste évoque les mesures de police prévues pour éviter tout débordement.

Le dimanche matin est réservé aux réceptions officielles des autorités. Le Président visite l’exposition universelle durant tout l’après-midi, avec près de 200.000 visiteurs ce jour-là.

Sadi Carnot assiste à une projection de photographies en couleur effectuée par M. Lumière. A 6 h est prévu le banquet au Palais de la Bourse. Plus de mille invitations ont été lancées.

La visite d’un Président était à cette époque un événement considérable. Au dessert, un toast est levé à la santé du Président par M. Gailleton, Maire de Lyon. Mais les convives préfèrent commenter la phrase du Président Carnot faisant allusion à l’alliance franco-russe par ces mots : « C’est l’union de deux grands peuples frères, bien faite pour assurer la paix ».

Le cortège quitte les lieux en traversant une marée humaine, « curieux serrés comme des anchois » nous dit le Nouvelliste. Sadi Carnot monte, avec le docteur Gailleton et les généraux Voisin et Borius, dans un landau tiré par quatre chevaux montés. Est prévue à 9 h une représentation de gala au Grand théâtre pour y voir une représentation d’Andromaque, joué par une troupe parisienne. Une fête vénitienne est prévue sur la Saône.

C’est rue de la République, devant les portes du Crédit Lyonnais, qu’un individu s’approche du landau avec ce qui semble être un bouquet pour le Président.

Il monte sur le marchepied de la voiture. En réalité, il tient un poignard doté d’une lame d’une vingtaine de centimètres: le jeune anarchiste Caserio frappe le Président, sans que quiconque comprenne ce qui se passe. Sadi Carnot perd très vite connaissance.

C’est la foule qui, alertée par le Général Borius, maîtrise l’assassin qui s’enfuit. Lors de son interpellation, il crie « Vive l’anarchie » après avoir crié « Vive la Révolution ». Le Président, sans connaissance, est conduit à la préfecture. Il décède à minuit quarante.

Caserio, Nouvelliste de Lyon (Archive personnelle.)

Le Nouvelliste du lundi 25 évoque la tristesse de toute une ville : « Mort de M. Carnot. Les magnifiques fêtes données à Lyon en l’honneur de M. le Président de la République ont été attristées hier soir par un épouvantable attentat qui a jeté la consternation sur notre ville et qui causera dans le monde entier une émotion considérable. »2

L’assassin est un jeune Italien de 21 ans, Sante Géronimo Caserio, dit Santo Caserio, qui vient de passer quelques mois à Sète en tant qu’apprenti boulanger, sans doute pour fuir la police italienne. Il quitte cette ville la veille de son acte, achetant le couteau ce même jour. Santo Caserio se dit socialiste révolutionnaire, anarchiste dit individualiste, partisan de la propagande par le fait, en opposition avec les anarchistes partisans de l’action sociale ou collective. Il veut venger la mort d’Auguste Vaillant, condamné à mort le 10 janvier 1894 pour avoir jeté une bombe le 9 décembre 1893 à la Chambre des Députés et blessé quelques élus de la nation. Le Président Carnot refuse sa grâce et, pour ce fait, est particulièrement haï par les anarchistes. Mais il veut aussi venger un autre anarchiste qui a lancé une bombe dans un restaurant. Pour ces anarchistes, « il n’y a pas d’innocents ».3

La nationalité italienne de l’assassin devient cause d’une violence de rue à l’encontre de ses compatriotes. Les commerces Casati sont pillés. Dès le mardi 26 juin Le Nouvelliste appelle au calme envers les Italiens, mais sans grand succès.

En quelques jours, plus de quarante épiceries italiennes sont saccagées aux Brotteaux, à la Guillotière, à la Villette et à Vaise, et plus de 1.000 arrestations ont lieu !
La ville de Lyon décide, le 26 juin, la suppression des festivités du 14 juillet et l’inauguration, ce même jour, place Perrache, d’un monument dont la première pierre avait été posée par Sadi Carnot. Une souscription publique est ouverte pour élever un monument en mémoire du président assassiné.

Le 28 juin, Casimir Périer, originaire de la région grenobloise et lyonnaise, est élu Président de la République. Le 1er juillet ont lieu les obsèques nationales avec une cérémonie religieuse à Notre-Dame de Paris, et une inhumation au Panthéon à côté de son grand-père Lazare Carnot. Il laisse une veuve et quatre enfants.

L’opinion publique va suivre tout particulièrement cette affaire  et un procès record aboutit à la condamnation à mort de l’anarchiste en date du 3 août ; il est guillotiné le 16 août 1894.

 

Par Gerbert RAMBAUD, Avocat

 

  1. Nouvelliste du 24 juin 1894. []
  2. Nouvelliste du lundi 25 mai 1894, n° 176. []
  3. Cri de guerre d’Emile Henry, p. 22, in L’assassinat du Président Sadi Carnot, PUL, 1995. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Teillard dit :

    Très intéressant, il paraît qu’une dalle rouge existe à l’emplacement où le Président Carnot a été assassiné ! Savez-vous précisément où elle se trouve ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *