PERSONNAGE/Hommage à André Gamet, photographe

André Gamet, photographe, était né à Oullins en 1919.

André Gamet en 2005 – Archives municipales de Lyon

Formé par le peintre lyonnais de renom Pierre Combet-Descombes dans les années 20, André Gamet découvre rapidement la photographie. Devant l’émerveillement ressenti par la manipulation de son premier appareil, un reflex 3×4, il se donne pour mission de saisir les bribes d’histoire qui lui semblaient les plus signifiantes.

André Gamet était de son temps. Il en a épousé l’atmosphère et a su décrire avec justesse des situations qui font désormais partie de notre mémoire collective.
Mais ce qui forme la singularité de son travail est précisément sa longévité. Ses photographies accompagnent le changement d’une époque, le basculement d’une France d’un monde à l’autre. C’est ainsi que son œuvre nous aide à comprendre l’évolution que la société a connu en 50 ans. Ces images abondent de descriptions délicieuses de la vie quotidienne. Pas d’apprêt inutile dans son approche, mais toujours une attention discrète, qui respecte l’intimité de l’autre, tout en lui soustrayant un léger parfum de tendresse. André Gamet n’a cherché à fixer sur pellicule que la simplicité des événements ordinaires saisis dans leur lumière originale.

Exposition « André Gamet » aux Archives municipales de Lyon en 2005

Les Archives conservent dans leurs fonds des tirages photographiques d’André Gamet, principalement de la période d’occupation et de la Libération à Lyon. Pendant la guerre, il n’a qu’une petite vingtaine d’années et travaille encore pour une entreprise de chimie quand il anticipe sa future carrière de photographe reporter, pour l’agence Rapho, en chroniquant l’arrivée des troupes allemandes à Lyon. En juillet 1944, il sera l’un des rares photographes à suivre, pendant une semaine, la vie d’un groupe de maquisards dans la Drôme.

Ses photographies de guerre jalonnent le parcours permanent du Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation.

Exposition « André Gamet » aux Archives municipales de Lyon en 2005

En 2005, à l’occasion de ses 70 ans de carrière, les Archives municipales de Lyon lui consacraient une exposition.

 

C’est aujourd’hui avec une très grande tristesse que nous apprenons sa mort survenue à Lyon ce 17 mars 2017.

 

Par Isabelle Doré-Rivé, Directrice du Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation et Aurélie Chalamel, chargée de communication pour les Archives municipales de Lyon


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *