ARCHIVES/Les filigranes lyonnais du répertoire Briquet 

UN TRESOR A DECOUVRIR

Pour commencer, un tableau :

PRENOM Charles-Moïse Ilaria
NOM Briquet Pastrolin
LIEU ET DATE DE NAISSANCE Genève, le 30 août 1839 Conegliano (Trévise), le 13 janvier 1993
LIEU ET DATE DE MORT Genève, le 24 janvier 1918 /
PROFESSION Fabricant et commerçant de papier, historien du papier Etudiante en Master 2 à l’Université d’Udine
DOMAINE D’ETUDES Papier, paléographie, filigranes. Science de l’Antiquité
OBJECTIFS Créer un répertoire de reproductions des filigranes Etudier les filigranes relevés par Briquet à Lyon

 

Prenez du papier-monnaie et placez-le contre une fenêtre : dès que vous regardez le billet par transparence, il est possible de voir apparaître un dessin sur le papier : il ne s’agit pas de magie mais d’un filigrane, voire effectivement d’une magie qui a caractérisé, par le passé, l’art de fabriquer artisanalement le papier. Le filigrane n’est qu’un fil métallique, très fin, modelé sur un petit socle en bois où l’on crée un dessin avec des clous ou par incision, qui est ensuite accroché sur l’ensemble de fils métalliques qui constituent la forme utilisée pour produire le papier. Pendant le Moyen Age et la Renaissance cette marque permettait de distinguer le papier en indiquant les caractéristiques de sa fabrication, par exemple le lieu et la date, mais aussi le type de papier, son format et sa qualité. Ainsi, grâce à l’étude des filigranes, certains manuscrits ou dessins dépourvus de date peuvent être situés dans le temps. Telle est l’intuition géniale de Charles-Moïse Briquet qui, après avoir remarqué l’absence d’études sur les origines du papier – et notamment sur la papeterie suisse au Moyen Age – commence en 1878 un travail qui l’absorbe jusqu’à sa mort. Débutant avec la publication d’une Notice historique sur les plus anciennes papeteries suisses (1883-1885)1 et comprenant de plus en plus l’importance des filigranes par rapport à la datation du papier, il s’engage dans un projet dont l’objectif est d’établir la période d’emploi des différents filigranes. Cette démarche l’amène à visiter des bibliothèques et des archives dans presque toute l’Europe pour repérer le plus grand nombre possible de filigranes. Sa méthode est simple et rapide mais efficace : ses relevés sont tous faits à la main, sur du papier calque et au crayon à dessin. A Lyon, il analyse une centaine des documents, de préférence administratifs parce que toujours datés. Il en tire des notices. Celles-ci peuvent faire partie des 16 112 reproductions publiées dans son répertoire2 – ou y être citées comme références secondaires – ou bien être retrouvées parmi celles qui sont restées inédites3.

Briquet a consacré la dernière partie de sa vie, même après avoir perdu totalement la vue, à un projet énorme et précieux. On s’explique mal pourquoi, sauf cas isolés4, celui-ci n’a jamais été repris d’une façon systématique en revenant aux documents originaux conservés là où il les avait vus, et en les analysant cette fois avec les technologies modernes. Or, comme Briquet n’avait pas beaucoup de temps pour rester sur place, son répertoire a souvent été critiqué comme incomplet, surtout en ce qui concerne le sujet des « jumeaux », c’est-à-dire le couple de filigranes qui étaient utilisé en alternance dans la même cuve5

Quel rôle puis-je jouer dans cette étude ?
Stagiaire dans le cadre du programme d’échange européen Erasmus +, étudiante en Sciences de l’Antiquité à l’université de Udine dans le nord-est de l’Italie, je profite de ma présence aux Archives municipales de Lyon pour reprendre la recherche de Briquet à Lyon, suivant ses pas et vérifiant ce qu’il a reproduit dans son répertoire. J’essaie aussi d’aller plus loin et d’ajouter les informations qui manquent (notamment l’analyse des jumeaux et des références secondaires, pour lesquelles il a seulement noté le nom de la ville de Lyon et la date sans préciser la cote du document). Le résultat sera un nouveau catalogue, rédigé en français, des filigranes lyonnais de Briquet, qui sera plus fiable non seulement grâce aux technologies employées mais aussi du fait de l’inclusion des couples de filigranes, et qui pourra enfin mettre en lumière au moins une partie du travail de ce savant passionné.

Par Ilaria Pastrolin, étudiante en Sciences de l’Antiquité à l’Université d’Udine (Italie)

  1. Notices historiques sur les plus anciennes papeteries suisses, L’Union de la papeterie, Lausanne, 1883, no 8 et 12; 1884, no 2 à 12; 1885, no 2 à 7. []
  2. Les filigranes, dictionnaire historique des marques de papier dès leur apparition vers 1282 jusqu’en 1600, Genève, 1907 (4 volumes et plus de 16 112 relevés de filigranes avec notices). []
  3. Sa collection de relevés est disponible à la Bibliothèque de Genève, rangée par motifs dans des enveloppes. []
  4. Allan Stevenson, éditeur de l’édition 1968 du Dictionnaire, a parfois repris les originaux et, plus récemment, Neil Harris, professeur de bibliologie à l’université d’Udine, s’est occupé des filigranes d’Udine vus par Briquet en août 1898. []
  5. Dans la fabrication artisanale du papier il y avait toujours un couple de cadres (et donc de filigranes au même dessin) utilisés en alternance par deux ouvriers : pendant qu’un s’occupait de plonger le premier dans la cuve, l’autre renversait le papier à peine formé du second cadre sur la pile. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *