INSOLITE/Petite histoire des toilettes publiques à Lyon

A la mémoire de Denis Meyer (1953-1990)

De la difficulté de nommer l’objet du délit

Toilettes publiques devant la Mairie de la Croix-Rousse (circa 1900) – (Lyon BM : Fonds Michel Chomarat.)

L’histoire des toilettes publiques – notamment à Lyon – reste à écrire. Quelques tentatives ont déjà eu lieu dans notre pays – notamment celles de Claude Maillard en 1967 – avec « Les Précieux Édicules, Les Vespasiennes de Paris », publiée aux éditions de La jeune Parque, ou de Roger-Henri Guerrand en 1985 avec « Les Lieux. Histoire des commodités », éditée par La Découverte. L’intérêt pour ce sujet peut paraître curieux alors que nous avons tous été confrontés – un jour ou l’autre – à la nécessité d’utiliser ces lieux… Il est vrai qu’ils ont souffert d’une réputation interlope en raison de leur fréquentation par les homosexuels en quête de rencontres…

 

 

En 1934, le célèbre roman «Clochemerle » de Gabriel Chevallier, qui narre la future construction de toilettes publiques dans une commune du Beaujolais, est à cet égard tout à fait significatif de la difficulté de nommer l’objet du délit : urinoir ou pissotière ? Le roman débute quand Barthélemy Piéchut, le maire de la commune de Clochemerle-en-Beaujolais, dévoile son projet à Ernest Tafardel, l’instituteur, en déclarant : « Je veux faire construire un urinoir… enfin, une pissotière !…». Des « lieux d’aisance » aux « chiottes » en passant par les « latrines » et les « tasses », le vocabulaire pour nommer ce type de mobilier urbain reste de fait très riche en synonymes…

A Lyon, en 1843, apparition des premiers « urinoirs »

Lyon – comme la plupart des grandes villes de France – est confrontée au début du XIXe siècle, à la question de l’hygiène et à son corollaire, l’organisation des toilettes publiques. Le siècle des Lumières n’avait, semble-t-il, pas encore répondu à cette exigence car d’après le libelliste Théveneau de Morande (1741-1805) : « De par le Roi, il était interdit de satisfaire (sur la voie publique) aux besoins naturels », et qu’en réponse, le Lieutenant Général de la Police, Antoine de Sartines (1729-1801) « fit disposer des barils d’aisance à tous les coins de rue à Paris ». Il faudra attendre la nomination en 1833 – par le roi Louis-Philippe – du comte Claude-Philibert de Rambuteau, Préfet de la Seine, pour voir apparaître en 1841 les premières vespasiennes, désignées « colonnes Rambuteau ». Deux ans plus tard, selon un relevé administratif du 25 avril 1843, il en existait déjà 478 ! A Lyon, pratiquement à la même date – le 8 juin 1843 – le Conseil municipal est appelé à délibérer sur un projet d’urinoirs1 à établir, sur les quais du Rhône et de la Saône, que l’on doit à René Dardel (1796-1871), architecte en chef de la Ville. Il est intéressant de noter que dans ce projet, il est déjà question d’affichage publicitaire…

Projet d’urinoirs à établir sur les quais à Lyon, (8 Juin 1843) – (Lyon, Archives Municipales : 3 S 840.)


Voyage en tassmanie

Vespasienne en forme de tasse Cours Morand
(août 1905) – (Lyon, BM : Fonds Michel Chomarat.)

Parmi les différentes dénominations des toilettes publiques, le terme générique de « tasse » – dans l’argot homosexuel – est en lien direct avec la forme particulière de l’édicule à la fin du XIXe siècle. Par la suite, cette forme évoluera mais le terme de « tasse » restera en usage. A la fois lieu discret de rendez-vous des résistants pendant la Seconde Guerre Mondiale, ou lieu de drague « appartenant aux itinéraires complexes d’une géographie du désir condamné», selon Marianne Blidon2, ces «tasses» ont fait l’objet de nombreuses anecdotes. Ainsi, tour à tour, Marcel Proust, Jean Genet et Roger Peyrefitte ont mentionné, dans leurs ouvrages respectifs, le rôle des vespasiennes dans l’univers homosexuel. Plus récemment, le sociologue (et pasteur) américain Laud Humpreys (1930-1988) a soutenu une thèse de doctorat sur le sujet, publiée en 2007, sous le titre « Le Commerce des pissotières »3, dans laquelle l’auteur insiste sur les risques encourus, liés à la découverte de ces pratiques. A Lyon, ces lieux d’une sociabilité atypique (aujourd’hui disparue), où de nombreuses amitiés et amours se sont noués, se situaient essentiellement sur les quais du Rhône et de la Saône, sur certaines places (Antonin Poncet, Bellecour, Guichard, Maréchal Lyautey), ou au Parc de la Tête d’Or. Antoine Idier, dans son mémoire de master – soutenu en juin 2010 – sur les vies homosexuelles à Lyon dans les années 1970, a longuement décrit ces usages et ces pratiques, ouvrant ainsi le champ à de nouvelles recherches et publications4.

La mémoire des vespasiennes à la Croix-Rousse

Hommage à Magritte Vespasienne décorée par Gérard Mignot (octobre 1985)- (Lyon, BM : Chomarat Est. 19280.)

Que l’on le veuille ou non, les toilettes publiques ont toujours fait partie du patrimoine urbain. Pour s’en convaincre, il suffit de rappeler qu’en février 2005 la Croix-Rousse fut en ébullition – une fois de plus – lorsque la vespasienne de la place de la Croix-Rousse est détruite pour laisser la place à un édifice bien plus fonctionnel. « Le Progrès de Lyon » se fit l’écho – dans plusieurs articles – de cette disparition : «Messieurs, il faudra faire avec ! Installé sur la place principale de la Croix-Rousse, l’édicule destiné à soulager votre vessie, où la nécessité vous conduisait à certains moments de la journée, vient d’être rasé. Certes, la Croix-Rousse n’est pas Clochemerle et possède d’autres bâtiments qui relèvent de son patrimoine architectural, mais quand même, c’est une page de son histoire qui se tourne… Au début du XXe siècle, trônant à la même place, cet urinoir en métal, puis ce fut en matériaux plus solides. Il y a une vingtaine d’années (en 1985), Gérard Mignot, peintre croix-roussien (décédé en décembre 2004), à la manière de Magritte, donna des couleurs à cette vespasienne. On lui adjoint même une sanisette, histoire de respecter la parité homme-femme. Il faut croire que cela n’a pas suffi pour que cette construction perdure… ».5 Une semaine après, « Le Progrès de Lyon » revient sur cette destruction en donnant, cette fois, la parole aux riverains car pour eux cette vespasienne était parfaitement intégrée à leur quotidien. Ainsi, pour Renée, commerçante : « C’est un morceau de la Croix-Rousse qui s’en va ». D’autres ajoutent : «Je suis là depuis 40 ans, je l’ai toujours vue. Ça nous manque, il paraît qu’elle était classée Monument Historique…On en a gros sur le coeur, j’ai vu la pelleteuse qui cassait, j’étais écoeuré ; ça va être remplacé par une payante, ça devient bobo-land ici… »6.

En guise de conclusion, je tiens à citer Julien Damon (professeur associé à Sciences-Po), auteur d’une étude sur « Les toilettes publiques, un droit à mieux aménager » publiée en 2009 dans la revue «Droit Social» : «Le sujet mérite de ne pas être pris seulement à la rigolade et à la légère. Le loufoque et le bizarre rencontrent l’intime et le droit. Un peu d’humour et de la bonne volonté alimentent un cocktail favorable à l’amélioration du cadre de vie urbain, sans aridité conceptuelle…».

Par Michel CHOMARAT

  1. Projet d’urinoirs à établir sur les quais : élévation, plan, coupe, 8 juin 1843 (date de la délibération du Conseil municipal, à laquelle il est fait référence au verso). Feuillet papier, 0,46 x 0,39 cm, échelle 1/20e, manuscrit 5 couleurs. Lyon AM : 3 S 840. []
  2. Marianne Blidon, «La dernière tasse», in EspacesTemps.net, Mensuelles, 01/01/2005 []
  3. Laud Humphreys, «Le commerce des pissotières. Pratiques homosexuelles anonymes dans l’Amérique des années 1960», préface d’Éric Fasssin, traduit de l’anglais par Henri Peretz, La Découverte, 2007 []
  4. Antoine Idier : «La dissidence rose, vies homosexuelles à Lyon dans les années 1970», IEP Lyon Université Lyon 2, 2010. BM Lyon : Chomarat Ms 636 (1). []
  5. «Le Progrès de Lyon», 10 février 2005 []
  6. «Le Progrès de Lyon», 18 février 2005. []

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. croiset A. dit :

    c’est très simple de trouver le plan de situation des « water-open » sur Lyon!!

  2. Philippe CARRY dit :

    MERCI pour cet article original et revigorant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *