INSOLITE/Le Labour en Toscane, à propos d’une sculpture disparue de l’Université Lumière Lyon 2″

Le Labour en Toscane, bronze, Jacques Froment-Meurice. Reproduction d’une photographie [d’Eugène Druet ?], collection privée

Le Labour en Toscane, bronze, Jacques Froment-Meurice. Reproduction d’une photographie [d’Eugène Druet ?], collection privée

Le sculpteur Jacques Froment-Meurice fait don à la Ville de Lyon en septembre 19341 d’un groupe sculpté en bronze Le Labour en Toscane (43 cm de hauteur, 130 de largeur et 38 d’épaisseur).
Le groupe est signé sur la base à l’arrière J. FROMENT MEURICE et à l’avant Joret fondeur2. Il est probablement réalisé vers 1905 alors que l’artiste a une quarantaine d’années.
Le groupe repose sur une fine plaque de marbre foncé aux veines claires. Le plâtre patiné est présenté à la Société nationale des Beaux-Arts en 1907 tandis que le bronze est exposé à Rome en 19113. L’œuvre est mise en dépôt en 1935 à l’université Lyon 2, et orne la cheminée de la salle des colloques. Elle disparaît avant 1997, probablement volée.

Le faible nombre de photographies anciennes connues empêche toute analyse fine de l’œuvre. Un paysan guide la charrue tirée par deux bœufs aux longues cornes recourbées vers l’arrière. La tenue moderne de l’homme participe du caractère réaliste de l’œuvre. Les diagonales des mancherons de la charrue, celles des museaux tendus par l’effort, des membres inférieurs et supérieurs tant de l’homme que des animaux confèrent à l’ensemble dynamique et idée de mouvement. Les trois êtres sont tout entiers dans la tâche qu’ils exécutent.

L’artiste4, dessinateur et sculpteur, notamment animalier, est également l’auteur de plusieurs textes5, hommages à certains de ses contemporains ou bien récits de la genèse de ses œuvres6. Ils témoignent du souci viscéral de l’artiste de consigner les faits marquants de sa carrière, d’en transmettre la mémoire par des notes soigneusement rédigées, relues, mises au propre, conservées. Il s’avère en outre que Jacques Froment-Meurice fait preuve dans ses écrits d’un certain talent de conteur7. Trois de ces textes concernent des modèles bovins : Les Maremmanis , Le Bœuf Boby et Têtes de veau. C’est dans le premier, qui traite essentiellement du groupe sculpté Transport du marbre à Carrare 8, qu’est évoqué le Labour en Toscane.


Les Maremmanis
Texte de Jacques Froment-Meurice. Archive privée, sd [vers 1930]

 

Récit mis en voix par Roland David, association Lecture et partage, et Christophe Annequin, ingénieur du son, Région Auvergne-Rhône-Alpes

 


Transcription

J’avais en cours d’exécution un grand haut-relief que j’avais conçu et composé à Carrare le Transport du marbre à Carrare, aujourd’hui au musée de Grenoble.

J’avais longuement étudié, dans les carrières de marbre, le travail de ces bœufs Maremmanis si décoratifs avec leurs longues cornes, leurs ossatures aux magnifiques rayons, leurs carcasses puissantes et décharnées.

Avec ces prestigieux modèles, j’avais aussi établi mon groupe du Labour en Toscane que Mr Herriot9 accueillit au Musée de Lyon.

Mon travail avançait et Hébrard10 devait réaliser l’œuvre en bronze, quand elle serait terminée. Mais un accident survint.

Nous étions à la fin de décembre, temps légèrement froid et pluvieux. La veille du 1er janvier, un samedi, avant de quitter l’atelier, je recouvris mes terres de linges humides, puis je rentrai chez moi.

Le dimanche matin, j’allais en général faire un tour à mon atelier.

Ce dimanche-là, jour de l’An. Oh ! il m’en souvient, je n’eus pas le courage d’abandonner ma famille et particulièrement ma marmaille dans la joie si joliment exprimée que lui procuraient les cadeaux du 1er de l’An – chevaux de bois (heureusement l’on n’en était pas encore aux automobiles11 ), poupards, poupées, ménages, cuisines etc… Donc, je restai à la maison.

Le lendemain matin, je prends l’omnibus et je file à Auteuil où mon atelier voisinait avec ceux de mes amis Lenoir12, Gardet13, Laporte-Blairsy14.

Mon feu était éteint, car le concierge qui l’allumait d’ordinaire chaque jour pendant l’hiver avait jugé que vraiment ce n’était pas la peine d’entretenir le feu, un jour de fête, par un temps qui ne semblait pas menaçant.

J’entre à l’atelier, et, au moment où je m’approche de mon haut-relief, je vois des glaçons éparpillés sur les linges qui le couvraient et ces linges gelés et raides comme les bicornes des gendarmes.

Bien inquiet, j’arrache les linges transformés en cartons et je vois mes bœufs, mes bouviers, mes rocs de marbre réduits en boue. En boue tout le travail d’une année !

Pas fier, le pauvre sculpteur !

Abandonner son projet ? Enterrer toutes les études, tous les efforts, tous les espoirs ? Recommencer ? Eh bien oui, il faut recommencer.

Sans fausse modestie, je puis dire que jamais un labeur ne m’a rebuté et que jamais je n’ai été découragé. J’aimais trop passionnément mon art pour être faible.

Mes études sur les Maremmanis me permettaient au reste de bien réaliser leur caractère et d’en affirmer le style. Les études étaient là, en plâtre, en dessins. J’avais, au surplus, pour me guider mes études du Labour en Toscane.

Mais, quand même ! je ne pouvais travailler utilement sans me pencher vers la nature.

Je m’en fus donc aux Abattoirs dans le but de trouver quelque bœuf bien, bien maigre et susceptible par sa construction de rappeler mes Maremmanis.

Je trouvai un brave animal répondant à mon désir. Ne valant rien pour la boucherie, je le payai un prix infime et je le fis conduire à mon atelier où j’avais un petit box destiné à mes modèles de prédilection : chiens, chevaux ou bourricots.

Je donnais chaque matin une bonne botte de foin à l’animal en sorte que nous devînmes vite de bons amis.

Une fois, le ruminant me donna grand souci, une autre fois, il accomplit un prodige, une troisième fois il me donna profit.

Le geste qui me donna souci fut causé par un fait auquel je n’avais pas prêté attention à savoir l’invasion d’une horde de mouches autour du bœuf dans l’atelier où il posait. J’étais tranquillement et béatement occupé à mon travail, quand je vis mon modèle, sans doute piqué par un taon, gratter le sol, puis s’élancer en trombe au milieu de l’atelier. Gros émoi ! comme vous pensez ! Enfin, la porte ouverte mon bœuf alla exécuter ses gambades dans ma petite cour, se débarrassa de la mouche importune, puis rentra sans avoir causé le moindre dégât dans son box.

Le prodige ? Le voici :

Je déjeunais chaque matin ou à peu près dans un petit restaurant voisin de l’atelier et revenais vers une heure. Je donnais à ce moment du fourrage à ma bête. Rentrant ce jour-là un peu plus tard, j’entrai d’abord dans mon atelier et me préparais [sic] à servir à mon animal sa botte de foin coutumière quand j’entendis un bruit de chute et des beuglements. Je me précipitai dans la cour pour voir ce qui était arrivé, et je trouvai mon bœuf debout, dehors, le mufle appuyé contre la porte du box.

La porte du box était faite en deux parties superposées de façon à pouvoir ouvrir celle d’en haut à volonté. J’avais ouvert cette dernière en revenant à l’atelier. La partie du bas avait une hauteur de 1m50, la partie du haut, une hauteur de 0m80.

Mon bœuf n’avait rien, la longe qui l’attachait à sa mangeoire n’avait rien, le vantail n’avait rien, la porte fermée n’avait rien. Pas une éraflure sur la porte, pas une écorchure sur le bœuf.

Le bœuf qui mesurait au garrot plus de 1m50 et dont les cornes avaient une envergure imposante avait trouvé moyen de franchir de pied ferme une hauteur de 1m50 en passant tête et cornes, puis son corps puissant au travers d’une ouverture de 0m80 de hauteur sur 1m20 de largeur.

Le bond était vraiment prodigieux et d’une adresse invraisemblable.

Dauzats du Figaro qui, précisément, venait me voir à l’atelier, me trouva tout ébaubi devant mon bœuf et fut stupéfait de cette extraordinaire aventure.

Ce bœuf, enfin, fut bien le seul modèle dont je réalisai quelque profit autre que les services rendus à ma sculpture.

Je l’avais acheté impressionnant de maigreur. Nourri et paressant à l’atelier, il était devenu rond comme une pomme. Je le revendis à la Villette un prix très rémunérateur.

 

par Véronique BELLE, Inventaire général du Patrimoine culturel, Région Auvergne-Rhône-Alpes

Notes

  1. Né à Paris le 7 octobre 1864, décédé à Maisons-Laffitte le 16 décembre 1947. []
  2. Musée des Beaux-Arts de Lyon, dossier d’œuvre B 1760. Une photographie (peut-être due à Eugène Druet, photographe, 1867-1916) de l’œuvre appartenant à la famille de l’artiste est cependant ainsi annotée : « fonte de Fr. Rudier » []
  3. Fiche technique de l’œuvre communiquée par Monsieur Stéphane Paccoud, conservateur en chef, Musée des Beaux-Arts de Lyon []
  4. Fils d’Émile et petit-fils de François-Désiré Froment-Meurice, tous deux orfèvres renommés. []
  5. Nous remercions Monsieur Olivier Poydenot qui a eu la bienveillance de nous donner accès à ces archives. []
  6. Ces récits sont rédigés par l’artiste vers la fin de sa vie au moment où il connaît des revers de fortune qui le contraignent, avec sa femme, à vivre ses dernières années chez l’une de ses filles ; le déménagement de l’atelier est pour lui douloureux  et il a le souci de placer ses œuvres plutôt que de les vendre à bas prix ou de les lancer dans le circuit commercial qu’il exècre. []
  7. BELLE Véronique, “ Des crocodiles dans l’atelier. Un texte inédit de Jacques Froment-Meurice ”, Histoire de l’art, n°45, décembre 1999, p. 127-130. []
  8. L’artiste a fait don du haut-relief en bronze à la ville de Grenoble en 1934. Archives privées, et Chevillot, Catherine (dir). Peintures et sculptures du XIXe siècle. La collection du musée de Grenoble. Réunion des musées nationaux / Musée de Grenoble, Paris, 1995, p. 505. []
  9. Edouard Herriot (1872-1957), maire de Lyon de 1905 à 1957. []
  10. Adrien-Aurélien Hébrard (1865-1937), fondeur et éditeur. []
  11. Le caractère de Jacques Froment-Meurice se distingue par un passéisme forcené. []
  12. Alfred Lenoir (1850-1920), sculpteur. []
  13. Georges Gardet (1863-1939), sculpteur animalier. []
  14. Léo Laporte-Blairsy (1865-1923), sculpteur et graveur. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *