DECOUVERTE/Hau Kiou Choaan, Histoire chinoise (2/2)

Suite de l’article Hau Kiou Choaan, histoire chinoise (1/2)

UN « LIVRE DE GÉNIE » FER DE LANCE DE LA TRADUCTION SINOFRANÇAISE

Au XIXe siècle, le succès éditorial du Hau-Kiou-Choaan se prolonge.
Une réédition parisienne « ornée de quatre gravures » apparaît en 1828 avec le même titre en traits d’union, un nouveau sous titre et sa catégorie littéraire1.
L’Avertissement reprend des propos de l’ancien bibliothécaire de Napoléon qui évoquait pour la traduction française le nom de « l’intermédiaire des littératures étrangères » alors décédé : « on pourra prendre aussi une idée de la poésie chinoise, dans une espèce de roman traduis par M. Eidous ». Antoine Alexandre Barbier en défendait déjà l’utilité : ce roman « encore trop peu connu est très propre à donner une image exacte des moeurs chinoises dont les voyageurs ne peuvent rendre compte ainsi que pour les autres pays »2.
En 1814, année du rétablissement de la Compagnie de Jésus, est créée la chaire de langues et civilisations chinoises et tartare mandchoues par le Collège de France pour un Abel Rémusat qui « le regarde comme l’un des meilleurs romans de la Chine ». Ainsi, il utilise pour son enseignement public la première traduction française et les dix huit chapitres calligraphiés en colonnes de l’édition chinoise publiée à l’orée de cette dynastie manchoue.

La bibliothèque de Rémusat, très remarquée par le Lyonnais Jean Jacques Ampère3, s’enrichit rapidement d’une seconde traduction anglaise de 1829 réalisée à partir des sinogrammes.
Le traducteur John Francis Davis4, membre de la Société royale anglaise attaché au Comité de traduction orientale instaure un débat linguistique avec le Collège de France autour de l’énigmatique dynamique des phrases chinoises5. Davis préfère sans la transcrire présenter la page de titre de l’édition chinoise utilisée où une des trois colonnes évoque la catégorie littéraire du roman.

Facsimilé de l’édition chinoise utilisée par Davis, 1829

Facsimilé de l’édition chinoise utilisée par Davis, 1829

A droite, huit sinogrammes lus de haut en bas (jīng qiàn ɡǔ běn li ǎ ng cái z ǐ shū) annoncent un ancien « Livre de génie » (cái z ǐ shū).
L’auteur est un des dix génies (cái z ǐ) reconnus, écrivain talentueux resté anonyme sous l’humble pseudonyme confucéen d’ Un Chinois de l’enseignement des noms (mínɡ jiào zhōng rén).

Treize ans plus tard, une première traduction française « sur le texte original » est publiée en 1842 par un membre de la Société asiatique de Paris (fondée en 1822), ancien élève du successeur de Rémusat, Stanislas Julien ( 1799-1873). Sous une nouvelle transcription en traits d’union HAO-KHIEOU-TCHOUAN6, Guillard d’Arcy vient préciser les travaux précédents et suscite l’intérêt d’autres confrères dont l’orientaliste Jules Thonnelier attentif au suivi éditorial de cette fiction chinoise.7.

Au XXe siècle, quatorze ans après l’avènement de la Première République chinoise, surgit en 1925 une seconde traduction française directe effectuée par l’ancien secrétaire interprète de la Légation française à Pékin, futur promoteur de l’acupuncture en France, George Soulié de Morant. Celui ci décide de « couper, çà et là, des répétitions de mots et de phrases, et quelques longueurs, nécessaires en chinois, mais lassantes en français » et d’intituler directement les dix huit chapitres Brise au clair de lune, interprétation du deuxième titre de l’édition chinoise et de mentionner formellement en sous-titre « Le Deuxième Livre de génie ».
Cette édition parsemée de sinogrammes et de dessins d’un peintre du XVIe siècle de la dynastie Ming précédente signale que la catégorie Livre de génie a été distinguée au XVII e siècle Tartare mancheou dans une Collection constituée des meilleurs romans et pièces de théâtre de cette Littérature dite vulgaire par un éditeur lettré Tsinn Chengtrann décapité en 1662.8

Progressivement, ces dernières traductions s’accompagnent de nouvelles références bibliographiques françaises et d’une évolution de la transcription latine des mots chinois si malaisés à prononcer pour un Européen.

Les transcriptions phonétiques toutes personnelles de hau kiou choaan (1766) hau-kiou-choaan (1778, 1828) hao-khieou-tchouan (1848) correspondent à des sinogrammes millénaires précis, référence civilisatrice immuable.

Les trois sinogrammes du titre du roman, présents dans la colonne centrale du facsimilé présenté par Davis

Les trois sinogrammes du titre du roman, présents dans la colonne centrale du facsimilé présenté par Davis

Les trois sinogrammes du titre chinois manifestement très prisés au temps de Wilkinson sont composés de trente traits avec les clés sémantiques du féminin, de l’enfance, de la marche, de l’eau, de l’être humain, d’une unité de longueur, que l’on pourrait traduire par En voie d’une Harmonie.
La transcription officielle depuis 1958 est Hăo qiύ zhuàn selon le nouvel alphabet syllabique accentué chinois effaçant définitivement celle de l’École française d’Extrême-Orient établie à l’orée du XXe siècle. Ainsi, le nom du Lettré de Pékin Tiehchungu se fixe en Tiě Zhōngyù et celui de la jeune fille Shueypingsin en Shuǐ Bīngxīn. Cependant, ce système chinois devenu international n’effaçant pas la difficulté de lecture des innombrables références chinoises de ce roman du XVIIIe siècle impliquerait pour d’éventuelles rééditions de joindre des tableaux de correspondance pour faciliter la reconnaissance des sinogrammes.


Trente ans après la publication de la traduction partielle à Pékin par le jésuite français Prémare d’une pièce de théâtre chinois du XIIIe siècle mongol9, la publication intégrale à Lyon de ce Deuxième Livre de génie se veut être une initiation à la Littérature romanesque chinoise de plano in altum selon la devise gravée de B. Duplain.
Cette version française a rejoint au n° 44104 la collection des livres chinois issus du fonds Mazarin (4 volumes) recensés par Maurice Courant, premier détenteur de la chaire de chinois à l’université de Lyon10. Parmi ces trésors répertoriés figurent quatre romans aux mille personnages dit « Livres extraordinaires ».
Ils seront également graduellement traduits en français sous les titres suivants : Histoire des Trois royaumes (1845), La pérégrination vers l’ouest (1957), Au bord de l’eau (1978) et Rêve dans le pavillon rouge (1981). Ce dernier titre est dû à un ancien pensionnaire de l’Institut franco-chinois de Lyon resté dans la capitale des Gaules pour y mourir centenaire après avoir légué à la Bibliothèque municipale toute sa longue genèse universitaire11. Il rejoint le pertinent Benoît Duplain qui au XVIIIe siècle avait anticipé la conférence au Collège de France d’Abel Rémusat du 16 juillet 1815 intitulée : Discours sur l’origine, les progrès et l’utilité de la culture du chinois en Europe.
Déclaration toujours d’actualité au XXIe siècle où le manuscrit voyageur anglais portugais de Wilkinson, le nom du romancier chinois et l’édition lyonnaise de Duplain sont recherchés dans le cadre d’études multidisciplinaires mondiales de la Littérature comparée.

Tableau récapitulatif des différentes traductions (translittérations, titres, sous titres et éditions) du roman Hăo qiύ zhuàn
DATES TRANSLITTÉRATION / TITRE SOUS- TITRE TRADUCTEUR A PARTIR DE IMPRESSION
1716 Too- sieu Ho-shang James Wilkinson du texte chinois Manuscrit anglais-portugais
1761 Hau Kiou Choaan  The pleasing history Thomas Percy du manuscrit anglais-portugais London, R. and J. Dodsley
1766 Hau Kiou Choaan  Histoire chinoise Marc-Antoine Eidous de l’édition anglaise LYON, Benoît Duplain
1828 Hau-Kiou-Choaan  L’union bien assortie Marc-Antoine Eidous de l’édition lyonnaise Paris, Moutardier
1829 The Fortunate Union John Francis Davis du texte chinois London, Cox
1842 Hau-Kieou-Choaan  La femme accomplie Guillard d’Arcy du texte chinois Paris, Duprat
1925 La Brise au clair de lune Deuxième livre de génie Soulié de Morant G. du texte chinois Paris, Grasset

par Chantal Marie AGNES

NOTES
  1. hau-kiou-choaan ou l’union bien assortie, roman chinois, Paris, Moutardier, rue Git Le Coeur, Imprimerie Giraudet, 1828 []
  2. Barbier (1765-1825) : Dictionnaire des ouvrages anonymes et pseudonymes composés, traduits ou publiés en français, 1806
    Barbier : Nouvelle bibliothèque d’un homme de gout, entièrement refondue, corrigée et augmentée, Paris, 1808 []
  3. Ampère J.J. -Lyon 1800, Pau 1864-: De la Chine et des travaux d’Abel Rémusat, Revue des deux mondes, 1832 – Catalogue des livres imprimés ou manuscrits de la bibliothèque de feu de M. Abel Rémusat, Paris, Merlin, 1833. Les différentes éditions sont mentionnées sous la rubrique Fables, contes et romans des peuples de l’Orient aux n°731 /732 /733 /734 []
  4. Davis J. F. (1795-1890) : The Fortunate Union : a Romance, London, Printed for the Oriental Translation Fund, Cox, 1829 []
  5. Rémusat A. (1788-1832) : in Journal des savants, octobre 1830 ; compte rendu de la première traduction à partir du chinois original par Davis 1829 []
  6. hao-khieou-tchouan ou la femme accomplie. Roman chinois, traduit sur le texte original par M. Guillard d’Arcy, Paris, Duprat, 1842 []
  7. Thonnelier J. : Catalogue de la Bibliothèque d’un Orientaliste, Paris, 1864 ; éditions mentionnées du n° 2039 au n° 2046 – Catalogue de la bibliothèque orientale de Feu M. Jules Thonnelier, Paris, E. Leroux, 1880 []
  8. Soulié de Morant G. (1878-1955) : La Brise au clair de lune, « le deuxième livre de génie», Paris, Grasset, 1925 []
  9. Prémare (de) J. s.j. : L’orphelin de la famille Zhao, Pékin, 1735 []
  10. Courant M. -1865 Lyon, 1935- : Catalogue des livres chinois, coréens, japonais… Paris, Leroux, 1902-1912, 3 vol. []
  11. Cao Xueqin : Le rêve dans le pavillon rouge, trad. du chinois par Li Tche-houa, Paris, Gallimard, La Pléiade n°293, 1981 – Agnes Ch.M. : Li Tche-houa ou Le chant d’un ancien pensionnaire de l’Institut franco chinois de Lyon, Bulletin municipal de Lyon n° 6074 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *