DECOUVERTE/Hau Kiou Choaan, Histoire chinoise (1/2)

Comment la première traduction d’un roman chinois a vu le jour à Lyon en 1766

Page de titre de l’édition de Benoît Duplain, 1766 Bibliothèque municipale de Lyon

Page de titre de l’édition de Benoît Duplain, 1766
Bibliothèque municipale de Lyon

La Bibliothèque municipale de Lyon abrite sous les cotes 301490 et 811023 la première traduction française intégrale d’une fiction chinoise éditée en 1766 «Avec Approbation & Privilège du Roi» par le Lyonnais Benoît Duplain (1711-1774), deuxième fils de l’imprimeur-libraire Marcellin Duplain1.

L’ouvrage est publié sous l’étrange titre de HAU KIOU CHOAAN laconiquement sous-titré par Histoire chinoise.

Un frontispice dépliant illustre chacun des quatre petits volumes in-12 faisant surgir les fins protagonistes gravés au trait noir.
L’histoire conduite comme un feuilleton « Le lecteur trouvera la suite de cette Histoire dans le Livre suivant »… « On verra dans le troisième volume la suite de son histoire » … « On verra la fin de cette histoire dans le quatrième volume » déroule le cheminement de deux sujets chinois déterminés à atteindre l’Harmonie malgré les contraintes d’une société hiérarchisée : un jeune lettré Tieh-chung-u de Pékin et une jeune fille Shuey-ping-sin de la province natale de Confucius2.
Le quatrième volume mentionne l’Approbation du 2 août 1765 signée du parisien Pierre Rémond de Sainte-Albine (1699- 1778) et le privilège daté du 2 octobre 1765 accordé à M. Eidous qui le cédera le 15 octobre à Benoît Duplain. Marc-Antoine Eidous (1724-1790) est un des premiers auteurs recrutés pour l’Encyclopédie Diderot et d’Alembert inaugurée en 1751, un demi-siècle après l’envoi des Lettres édifiantes et curieuses3 par les premiers jésuites français de Pékin sous la dynastie tartare mandchoue régnante depuis 1644.

L’implication de la famille Duplain dans ce vaste mouvement encyclopédiste s’est trouvée renforcer avec le proche Collège royal jésuite (1565 -1762). Les deux frères Duplain encore associés avaient publié en 1754 Une conquête des Tartares mancheoux4. L’auteur Vojeu de Brunem, alias le jésuite Joseph Jouve (1701-Lyon 1758) alors bibliothécaire du Collège consultait l’important manuscrit alors inédit sur Les Annales de la Chine antique envoyé par Joseph de Mailla5 et présenté ultérieurement par Pierre Poivre en 1764 à deux lettrés pékinois convertis6.

Dans ce contexte d’érudition classique, l’audacieuse édition de B. Duplain de 1766 apparait alors légère comme une chinoiserie artistique. Pourtant, la traduction présentée permet au lecteur français d’entrevoir une singulière fécondité littéraire issue de la tradition orale des menus propos, traduction littérale des deux sinogrammes de «roman», des récits de saltimbanques en langue vernaculaire.
Cette Littérature écrite dite vulgaire largement imprimée après la réalisation de caractères mobiles au XIIe siècle aux côtés d’une Littérature dite noble des Annales de  l’Antiquité vénérée par les empereurs car d’origine cultuelle, suscite en terre confucéenne au temps de l’Encyclopédie une curiosité européenne. L’immuable hiérarchie de La Littérature chinoise respectée des Jésuites s’inverse en Europe. Ainsi, la providentielle édition lyonnaise de B. Duplain des « menus propos chinois » deviendra un fer de lance d’un mouvement de traductions au sein de nouvelles institutions du XIXe siècle vouées à l’étude d’un chinois non encore érigé en langue nationale.

DES COMPTOIRS CANTONAIS À L’IMPRIMERIE LYONNAISE

Sortie des presses de l’imprimerie Louis Buisson, place des Cordeliers, l’édition de B. Duplain annoncée de « l’anglois » par M*** résulte d’une lointaine arborescence linguistique.
Selon la préface (i à xxvij), l’épopée débute en Angleterre en 1736 par la découverte au décès d’un ancien gentleman au service de la Compagnie britannique des Indes orientales d’un manuscrit anglais-portugais daté de 1716 et intitulé Too- sieu Ho-shang. Les fins feuillets reliés à la chinoise «de deux écritures européennes différentes avec de la mine de plomb enduite avec de l’encre» seront remis à un autre «inconnu». Ce dernier après la révision des seize longs chapitres décide de rechercher un éditeur pour une rapide publication.

Un quart de siècle plus tard7, une première édition londonienne de 1761 avec quarante chapitres annonce enfin une « translation from the chinese language » et avertit le lecteur dans la préface (ix à xxxi) qu’il faut pour ce premier essai linguistique «leaves to the critics to decide its merit». Dédiée à la duchesse de Sussex, l’édition intitulée HAU KIOU CHOAAN et sous-titrée The pleasing history8est rehaussée d’une citation du jésuite parisien sédentaire Jean-Baptiste Du Halde, éditeur des Lettres édifiantes9: «Il n’y a pas de meilleur moyen de s’instruire de la Chine que par la Chine elle-même, car par là on est sûr de ne se point tromper, dans la connaissance du génie et des sages de cette nation». Un an après le texte de Jean Le Rond d’Alembert Sur la destruction des Jésuites en France, l’édition anglaise de ce «curious specimen of the chinese literature» rappelle d’emblée le rôle pionnier de la France dans l’étude de cette singulière civilisation millénaire.

La version française éditée cinq ans plus tard par le prompt B. Duplain reprend sans la citation de J. B. du Halde le titre de l’édition anglaise, l’important apparat critique et la bibliographie (xxvijj à xxxij). Après la page 42 du quatrième volume où «se finit Hau Kiou Choaan, ou l’histoire instructive & amusante» apparaît un rapide panorama littéraire du Céleste empire : Argument d’une comédie chinoise jouée à Canton en 1719, alors seul port ouvert aux étrangers, Fragments de poésie avec dissertation sur la poésie chinoise, genre littéraire dit noble présent dans le roman, Proverbes et d’Apophthegmes [sic] chinois comparés avec ceux des langues européennes (latin, italien, portugais, français).
Toutefois, cette édition emplie de précieux renvois au manuscrit anglais-portugais et d’inlassables notes de bas de page ne nous révèle pas dûment le nom du traducteur de la version française. Et, il faudra attendre 1774, après l’arrêt de l’Encyclopédie, pour lire dans la préface d’une réédition anglaise le nom de l’auteur du manuscrit retrouvé, James Wilkinson décédé sans avoir transmis les raisons de son choix littéraire et celui du réviseur providentiel, Thomas Percy, évêque anglais versé en portugais et en chinois10.

UNE CONTRIBUTION LYONNAISE A LA SINOPHILIE DES LUMIÈRES

Cinq ans après la dissolution des Jésuites, cette première édition lyonnaise fait l’objet en 1778 d’une publication fragmentaire dans la Bibliothèque universelle des romans11) sous la rubrique «romans étrangers de toute nation jamais traduits en langue françoise». Malgré la difficulté de mémorisation au fil de la lecture de ces mots asiatiques mis en italique, cet élan éditorial de 121 pages pour ce roman parsemé de figures copiées d’après des dessins chinois symbolise la curiosité naissante pour cette «nouvelle branche de Littérature que notre zèle fait éclore pour la France». Cette publication sous un titre en traits d’union HAU-KIOU-CHOAAN s’accompagne d’une modification de la transcription des mots chinois : le nom du Lettré Tieh-chung-u évolue en Tiéchangou et celui de Shuey-ping-sin en Souhepinsing.

L’édition lyonnaise de B. Duplain va rapidement étoffer les bibliothèques particulières françaises patiemment constituées. Les catalogues établis à des fins de vente mettent en évidence une large diffusion dès la fin du XVIIIe siècle. Les références dans le Catalogue des livres de la bibliothèque du Duc d’Aumont (n°1438), dans celui du Duc de la Valliere (n°10736), du Baron d’Holbach (n°1587), dans celui des livres rares et curieux de l’abbé Hémey d’Auberive, Docteur de Sorbonne (n°1243) ou dans celui d’un amateur (n°7189) témoignent de sa présence quasi systématique12.

L’édition lyonnaise innovatrice traversera également les océans pour se retrouver à la bibliothèque du Pe-T’ang de Pékin créée dès le XVIIe siècle par un infatigable quémandeur de livres européens, le jésuite italien Matteo Ricci auteur à l’ère du padroado du premier lexique portugais-chinois dont l’exploit est relaté en français dans l’édition pionnière d’Horace Cardon de 161613.

« Le lecteur trouvera la suite de cette Histoire dans un prochain post»

par Chantal-Marie AGNES

NOTES

 

  1. Bacconnier B. : Cent Ans de librairie au siècle des Lumières : les Duplain, Lyon, 2007 []
  2. hau kiou choaan, histoire chinoise, traduite de l’anglois par M***, A Lyon, chez Benoît Duplain, Libraire, rue Merciere, à l’Aigle, 1766 []
  3. Lettres édifiantes et curieuses écrites des missions étrangères, par quelques missionnaires de la Compagnie de Jésus, Paris, 1702-1772 ; 36 vol []
  4. Vojeu de Brunem s.j. : Histoire de la conqueste de la Chine par les Tartares mancheoux, A Lyon, chez les frères Duplain, 1754 []
  5. Mailla (de) J. s.j. (1669 – Chine 1703- Pékin 1748) : Histoire générale de la Chine ou Annales de cet Empire, traduite du Tong-Kien- Kang-Mou, Paris, 1785 []
  6. Agnes Ch.-M. : Stage lyonnais de deux pékinois au siècle de Pierre Poivre (1719-1786) []
  7. Adrian Hsia : The Vision of China in the English Literature of the seventeenth and eighteenth centuries, Hongkong, Chinese university press, 1998 []
  8. hau kiou choaan or the pleasing history, a translation from the chinese language, Londres, R. and J. Dodsley, 1761, 4 vol []
  9. Du Halde J.-B. s.j. (1674-1743) : Description de l’Empire de la Chine et de la Tartarie chinoise, Paris, Mercier, 1735 []
  10. Percy T. (1729 – 1811) : Miscellaneous Pieces relating to the Chinese, recueil de Mélanges chinois, Londres, R. and J. Dodsley, 1762 []
  11. Bibliothèque universelle des romans, Paris, Lambert, juin 1778 (p.104 à 225 []
  12. Catalogue des livres de la bibliothèque de feu M. le duc d’Aumont, ‎Guillaume Debure, Paris, 1782 – Catalogue Des Livres de la bibliothèque De Feu M. Le Duc de la Valliere, Paris, 1788 – Catalogue de la bibliothèque de feu M. le baron d’Holbach, Paris, 1789 – Catalogue des livres rares et curieux de la bibliothèque de feu M. l’abbé Hémey d’Auberive, Paris, 1816, n°1243 – Catalogue des livres provenant de la bibliothèque d’un amateur, Lyon, Kindelem, 1817 []
  13. Riquebourg-Trigault (de) D. F. : Histoire de l’’expédition chrestienne au royaume de la Chine, Lyon, Horace Cardon, 1616 – Agnes Ch.-M. : Matteo Ricci (1582-1610) : genèse d’une transmission in Annales de l’Académie des Sciences, Belles-lettres et Arts de Lyon, 2008 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *