ARCHIVES/De quelques dessins en bout de table

Les dessins qui suivent sont issus des registres paroissiaux et des tables annuelles de la paroisse Sainte-Croix, à Lyon, entre 1752 et 1765.
L’auteur est anonyme et la qualité des dessins représentés est réelle.

En 1752 et 1753, le coup de crayon est timide.

Puis, en 1754, on découvre un premier paysage.
Peut-on dire qu’il s’agit là d’une vue de la presqu’île ?
En effet, l’ancienne église Sainte-Croix se situait – elle a été partiellement détruite au XIXe siècle – juste à côté de l’église Saint-Jean actuelle, dans le Vieux Lyon, qui borde quasiment la Saône.
Serait-ce donc le quai des Célestins ?

Vue du quai des Célestins ? fin de table annuelle de 1754, paroisse Sainte-Croix.

Vue du quai des Célestins ?
fin de table annuelle de 1754.

Portraits d’un ange et d’un démon, fin de table annuelle de 1755, paroisse Sainte-Croix.

Portraits d’un ange et d’un démon, fin de table annuelle de 1755.

 

En 1755, deux portraits : celui d’un ange, qui semble regarder vers le Ciel, et celui d’un démon aux cornes de bélier et au regard sombre, imperceptible. Il est intéressant de noter que tout sur le personnage du haut semble s’élever, y compris les cheveux, alors que sur le portrait démoniaque, tout est dirigé vers le bas, jusqu’au bouc en pointe.

 

 

 

 

 

En 1756, retour à un paysage, le coup de crayon semble, comme en 1754, quelque pe hésitant. Le dessin nous montre quelques arbres, dont un particulièrement massif.

À gauche, que doit-on deviner ? L’église Sainte-Croix ?

Des arbres et une église, fin de table annuelle de 1756, paroisse Sainte-Croix.

Des arbres et une église, fin de table annuelle de 1756.

En 1757, le trait est beaucoup plus fourni, plus précis aussi. La croix dessinée sur la porte de l’édifice représenté nous montre certainement une église, un édifice religieux en tout cas, avec un clocher attenant. Pour s’y rendre, un pont, en tout cas ce que l’on imagine comme tel. Tout autour, une nature abondante et riche.

Un pont et une église, fin de table annuelle 1757, paroisse Sainte-Croix.

Un pont et une église, fin de table annuelle 1757.

1758, dessin que j’évoquais précédemment sur lequel on retrouve bien une similitude des traits de l’ange dessiné en 1755, ce qui laisse supposer qu’il s’agit bien du même auteur.

Deux anges et un père, fin de table annuelle de 1758, paroisse Sainte-Croix.

Deux anges et un père, fin de table annuelle de 1758.

1759, mon dessin préféré, celui qui me laisse le plus songeur. Je l’ai appelé, sans aucune originalité, Le pêcheur. Vous noterez le double sens. Un homme assis, concentré, tenant fermement sa canne (à deux mains). Devant lui, le strict nécessaire. Entouré d’eau, et d’une nature toujours aussi prégnante, l’homme est positionné au centre de l’image, dans des proportions égales à celles de la végétation. En revanche, la barque, ce qui ressemble à une barque, elle, est étonnamment petite. Je vous laisse être sensible aux éventuels messages que l’auteur a voulu faire passer.

Le pêcheur, fin de table annuelle de 1759, paroisse Sainte-Croix.

Le pêcheur, fin de table annuelle de 1759.

En 1760 et 1761, de nouveau un paysage. Le premier montre deux édifices, le premier me fait penser une nouvelle fois à une église. Une nature toujours là, omniprésente et l’eau qu’on devine couler sous la voûte. Le deuxième en revanche est plus démonstratif : un pont, une entrée – celle amenant au Vieux Lyon actuel ? -, des fortifications en arrière-plan, de l’eau, des arbres et même des oiseaux qui partent ou qui arrivent.
La tâche derrière l’arbre, sans doute involontaire, rappelle même un semblant de soleil.

Puis, en 1762, trois portraits. Les Trois Mousquetaires avant l’heure, très en avance – l’oeuvre de Dumas date de 1844 ! Que veut représenter l’auteur ? Nous ne sommes plus dans l’imagerie religieuse, les anges, les démons, la nature, les paysages…

Les Trois Mousquetaires avant l’heure, fin de table annuelle de 1762, paroisse Sainte-Croix.

Les Trois Mousquetaires avant l’heure, fin de table annuelle de 1762.

En 1763, de nouveau un pont, en plan plus rapproché cette fois. Les détails semblent être plus maîtrisés, la nature toujours omniprésente. Pour la première fois, le dessin apparaît en fin de registre paroissial et non en fin de table annuelle.

Un pont de 1763, fin de registre paroissial de 1763, paroisse Sainte-Croix.

Un pont de 1763, fin de registre paroissial de 1763.

Un germe, fin de table annuelle de 1764, paroisse Sainte-Croix.

Un germe, fin de table annuelle de 1764.

 

 

1764, l’inspiration s’en est allée, où au contraire est-elle en germe ? Le dessin est casé dans le coin inférieur droit de la page, en toute discrétion.

 

 

Enfin, car oui toutes les bonnes choses ont une fin, nous retrouvons pour la dernière fois notre artiste en fin d’année 1765. Le dessin ressemble plus à une esquisse : les trois personnages du haut rappellent les Trois Mousquetaires avant l’heure, ceux du bas semblent plus originaux : la lassitude de celui qu’on devine être une sorte d’ange à gauche illustre un dessin qui, pour la première et seule fois, n’abrite aucun élément naturel explicite. Pour la seconde et dernière fois, le dessin apparaît en fin de registre paroissial et non en fin de table annuelle.

Expressions, fin de registre paroissial de 1765, paroisse Sainte-Croix.

Expressions, fin de registre paroissial de 1765.

Pour en arriver à rédiger un article, j’avoue avoir été un peu plus que interpellé par ces dessins, tous apparaissant entre 1752 et 1765. Dès 1766, on remarque par ailleurs que les tables annuelles ne sont plus tenues par le même auteur si on en juge par l’écriture.

Qui était donc cet artiste ?

Il est très difficile de le savoir : les dessins ne sont évidemment pas signés, plusieurs écritures se succèdent au sein des registres paroissiaux… Après tout, peu importe.

La récurrence des dessins et leur qualité suffisent largement à calmer mes questions sans grand intérêt. En définitive, il n’est pas tellement rare de tomber sur un petit bout de dessin au coin d’un registre paroissial mais de cette ampleur, avec cette régularité, c’est assez exceptionnel.

Par Guillaume CHAIX – Le Grenier de nos Ancêtres 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Briqueloup dit :

    C’est sympa de partager ainsi tes découvertes au fil des pages des registres.
    Quelle bonne idée de mettre en valeur ces dessins cachés dans les pages en nous incitant à les observer en détail ! Merci Guillaume.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *