ARCHIVES/Bref guide de l’héraldiste aux Archives municipales de Lyon

aml _ bb_371_1590

aml _ bb_371_1590

Le 19 novembre prochain, je donnerai une conférence aux Archives municipales de Lyon sur « le blason ». Cette conférence viendra conclure la semaine de la généalogie, organisée par la société de généalogie du Lyonnais et du Beaujolais, qui se sera tenue aux Archives municipales les jours précédents. Ma conférence sera l’occasion de donner à mes auditeurs quelques notions de base en héraldique, et de leur présenter les principales sources disponibles aux Archives municipales de Lyon sur le sujet.

Le lecteur ne trouvera pas ici le résumé de mon intervention, mais une bibliographie et des sources commentées.

  • 1. Un peu de bibliographie

On trouve facilement dans le commerce des ouvrages très simples d’héraldique (1), qui permettent d’acquérir rapidement des notions de base. Au-delà de ces ouvrages d’initiation, la bibliothèque des Archives municipales permet d’aller plus loin(2).

  • 1.1 Quelques ouvrages fondamentaux disponibles aux Archives municipales de Lyon

Parmi les ouvrages disponibles aux Archives municipales, je conseille particulièrement la lecture de :

a) Michel Pastoureau, Traité d’héraldique, Paris, Picard, 1979. (Cote aux AML : 1C 501516)
b) Michel Pastoureau, Les armoiries : lecture et identification, [Paris], 1994. (Cote aux AML : 1C 707937).

Comme l’héraldique a eu une histoire, ce n’est pas tout à fait la même chose de s’intéresser à des armoiries médiévales, modernes ou du 19e siècle.
Voici quelques références classées par ordre chronologique de leur objet :

c) Michel Pastoureau, L’art héraldique au Moyen Âge, Paris, éd. Du Seuil, 2009. (Cote aux AML : 1C 503642).
d) Claire Boudreau, L’héritage symbolique des hérauts d’armes : dictionnaire encyclopédique de l’enseignement du blason ancien (XIV-XVIe siècle), Paris, Le Léopard d’or, 2006. [Ce titre un peu énigmatique cache un dictionnaire du blason, précédé d’une riche introduction historique].
e) Armoiries des villes : couleurs et symboliques sous le Premier Empire et la Restauration, Paris, Archives nationales/Somogy, 2010. (Cote aux AML : 1C 8911).

  • 1.2 Les armoriaux, fruits de l’érudition lyonnaise des 19e et 20e siècles

Le plus souvent, le chercheur non spécialiste de l’héraldique peut avoir besoin de cette science dans deux situations : soit parce qu’il est confronté à des armoiries présentes sur un objet ou un monument, soit parce qu’il aimerait savoir si tel personnage, telle famille ou telle institution ont porté des armoiries. La consultation des armoriaux, qui sont des recueils d’armoiries, est un moyen (éventuellement difficile) de répondre à ces interrogations.

Tous les ouvrages présentés ci-après sont librement accessibles en usuel en salle de lecture aux Archives municipales de Lyon (casiers 148 à 151).

Certains de ces armoriaux sont centrés sur Lyon(3). La ville et sa région ont bénéficié des travaux successifs de plusieurs chercheurs.

1) Jean Tricou, Armorial et répertoire lyonnais, Paris, Saffroy, 1965.

Sept volumes ont pu paraître avant la mort de Jean Tricou, des lettres A à DAT. Le reste est consultable sur microfiches en usuel. Les Archives départementales du Rhône et de la métropole de Lyon ont lancé un projet de numérisation de cet armorial et répertoire, qui rendra de grands services au chercheur.

2) André Steyert, Armorial général du Lyonnais, Forez et Beaujolais, Marseille, Laffitte Reprints, 2002 [1re édition : 1860].

L’oeuvre d’André Steyert, prédécesseur de Jean Tricou, est présentée sur Wikipédia. Cet ouvrage est accessible sur Gallica dans sa première édition (complète) et dans son édition partiellement refondue de 1892.

3) Edmond Révérend du Mesnil, Armorial historique de Bresse, Bugey, Dombes, Valromey et Franc-Lyonnais, Marseille, Laffitte Reprints, 1996 [1re édition 1895].

L’ouvrage de Réverend du Mesnil concerne pour partie le territoire de l’actuelle ville de Lyon, puisque la petite province du Franc-Lyonnais englobait le territoire de la Croix-Rousse, actuel 4e arrondissement. On le trouve aussi sur Gallica (mais parfois il est plus commode de feuilleter un ouvrage traditionnel).

Enfin, certains armoriaux thématiques et lyonnais rendront services au chercheur très spécialisé.

4) Michel Francou, Armorial des Florentins à Lyon à la Renaissance, Lyon, éditions du Cosmogone, 2009.

5) Michel Francou, Armorial historique des archevêques de Lyon, Lyon, édition René Georges, 2009.

6) William Poidebard, Armorial des bibliophiles du Lyonnais, Forez, Beaujolais et Dombes, Lyon, société des bibliophiles lyonnais, 1907 (attention : cet ouvrage un peu ancien n’est pas un usuel ; sa cote : 1C 501281).

Les derniers ouvrages de ma liste ne sont pas exactement des armoriaux, mais ils contiennent des armoiries :

7) Le mémorial de Lyon en 1793, collection du bicentenaire de la Révolution française à Lyon, Lyon, éditions lyonnaises d’art et d’histoire, 18 tomes, 1985-2005.

8) Tony Desjardins, Monographie de l’Hôtel-de-ville de Lyon, restauré sous l’administration de MM. Vaïsse et Chevreau, Paris, Morel, 1867 (Cote : 1C 651585). On y trouvera plusieurs planches reproduisant les armes peintes dans la salle des échevins.

  • 1.3 Un dossier documentaire constitué par les Archives municipales de Lyon

3CP 277
Dossier intitulé « sciences auxiliaires de l’histoire et héraldique »

  • 2. Quelques documents armoriés remarquables

Je citerai quelques cotes dans mon exposé. Afin de faciliter la consultation aux auditeurs désireux d’aller plus loin, en voici une liste établie par provenance. Ma présentation ne suivra pas l’ordre des provenances(4), contrairement à cet article. Le lecteur constatera une grande diversité de provenances, puisqu’aux archives anciennes de la ville s’ajoutent des archives privées, des archives administratives modernes et les archives déposées des Hospices civils de Lyon. En substance on trouve des armoiries :

  • de la Ville de Lyon à travers les âges,
  • des échevins de Lyon sous l’Ancien Régime,
  • de personnes physiques ou morales ou de familles ayant remis des archives à la Ville de Lyon.
  • 2.1 Archives anciennes de la ville de Lyon
  • Série AA – Actes constitutifs et politiques de la commune

AA1
Cartulaire dit d’Etienne de Villeneuve.
Un cartulaire est « un recueil de copies de ses propres documents établi par une personne physique ou morale, qui, dans un volume (…) transcrit ou fait transcrire (…), des titres relatifs à ses biens et à ses droits et des documents concernant son histoire ou son administration, pour en assurer la conservation et en faciliter la consultation »(5).
L’original de celui-ci n’est pas numérisé, mais on trouve sur Gallica son édition du 19e siècle, ainsi qu’une recension critique de ce travail.

AA 144
Pièce 8 Blason royal dessiné et descriptif.
Il s’agit d’une description composée à l’occasion de l’entrée de la reine Catherine de Médicis à Lyon.

  • Série BB – Administration communale

BB 371 et 372
Syndicats de 1593, 1615 et 1626.
Ce sont les procès-verbaux des élections consulaires établis en fin d’année pour l’année suivante. Il s’agit souvent de documents somptueux.

  • Série CC – Finances, impôts et comptabilité

CC 4292
Garbeau de l’épicerie représentant l’assemblée municipale de Lyon en 1519.
Ce document au titre étrange est le recueil des règles régissant le commerce des épices – denrées alors très précieuses – au 16e siècle. Il est numérisé sur le site des Archives municipales de Lyon.

  • Série DD – Biens communaux, eaux et fôrets, travaux publics, voirie

DD 211
Rentes nobles acquises par la ville (1651-1658).
On trouve les armes peintes de Pierre Perrachon de Saint Maurice sur la garde volante en parchemin de ce recueil.

  • 2.2 Archives privées et figurées
  • Série II – Archives privées

1 II 231 1
Armorial consulaire de Lyon
306 armoiries dessinées et légendées à la plume sur des blasons imprimés d’un armorial des Dombes.

  • Série Fi – documents figurés

4 Fi 763
Carte postale représentant un parterre de fleurs armorié au parc de la Tête d’or.
Le lion y est figuré armé ; le chef fleurdelysé est absent de l’écu (en ligne).

4Fi 7522
Carte postale représentant les armoiries satiriques de la ville d’Anse (en ligne)

4Fi 8338
Carte postale en couleur représentant les armes de la ville de Lyon.

16Fi 597
Affiche reproduisant les armes des tisseurs de Lyon

17Fi 129
Armorial consulaire de Lyon
Armorial consulaire de la Ville de Lyon contenant les noms, qualités et armoiries de Messieurs le Prévôt des marchands et échevins de la Ville de Lyon depuis l’année 1595, s.d. (vers fin XVIIIe siècle).

  • Dépôt des Maristes

SM 24 Res.
Pierre-François Chaussonnet, Les fleurs armoriales consulaires de la ville de Lyon…, Lyon, 1779.
Les délibérations consulaires donnent un éclairage sur la constitution de ce recueil (cf. AML, BB 346-1) : « à dater de la présente année (1779), il sera remis à chaque prévôt des marchands et échevin, à son entrée en charge,  » au lieu de la carte armoriale qui a été donnée jusqu’à présent, un livre contenant, non seulement les noms, blasons et époques des nominations aux places consulaires des prévôts des marchands et échevins, depuis 1595, mais encore des conseillers-échevins qui ont régi et gouverné la ville depuis qu’ils ont été décorés de la noblesse par l’édit de Charles VIII, lequel (livre) sera certifié par les prévôt des marchands et échevins en exercice, conforme à l’original déposé au secrétariat de la ville. »

  • 2.3 Archives modernes de la ville de Lyon

1230WP 30
Ecu de l’avion de la ville de Lyon, 1939.
Cette pièce prend place dans un dossier de souscription publique pour offrir à la Finlande une ambulance et au gouvernement français l’avion « ville de Lyon ».

  • 2.4 Archives des Hospices civils de Lyon

Par convention passée avec les HCL, les Archives municipales de Lyon conservent en dépôt leurs archives historiques.

E 115
Registre de comptes aux armes de l’Hôtel Dieu, 1621-1622

E 219
Registre de comptes de la Charité aux armes de l’Hôpital, 1605-1606
.

Ce petit guide est très loin d’épuiser le sujet : il s’agit seulement de donner à son lecteur un aperçu de ce qu’il pourra trouver aux Archives municipales de Lyon et de susciter (qui sait ?) des vocations de chercheurs.

Par Louis FAIVRE D’ARCIER, Directeur des Archives municipales de Lyon

Notes

1 – Par exemple : Claude Wenzler, Le guide de l’héraldique. Histoire, analyse et lecture des blasons, Rennes, Ed. Ouest-France, 2015. Les signets de la BNF (section Héraldique) constituent une bonne introduction aux ressources disponibles en ligne.
2 – 
Elodie Genty, bibliothécaire des Archives municipales de Lyon, a constitué la liste qui sert de base à cette bibliographie raisonnée. Qu’elle en soit remerciée.
3 – Je ne mentionne pas ici les armoriaux plus généraux (Armorial le Breton, armorial des communes de France) ni les armoriaux concernant des provinces proches de Lyon (Vivarais, Dauphiné), également disponibles en usuels.
4- 
Cette partie doit beaucoup aux recherches de Cécile Lonjon-Guiloineau, médiatrice aux Archives municipales de Lyon, responsable du service pédagogique, que je remercie.
5 – 
Maria Milagros Cárcel Orti, éd., Vocabulaire international de diplomatique, Valencia, 1994, p. 35-36.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Roger Barnes dit :

    Messieurs / Mesdames,

    La Société Héraldique de Nouvelle-Zélande tente de faire un relevé complet des armoiries qui ont été utilisés par les Néo-Zélandais ou par des personnes associées à la Nouvelle-Zélande (comme les premiers explorateurs and missionnaires). Nous cherchons à trouver les armoiries de Marie Henriette Suzanne Aubert. Elle est née à Saint-Symphorien-de-Lay, Loire, France, le 19 juin 1835. Elle était la fille d’Henriette Catherine Clarice Périer et de son mari, Louis Aubert, huissier. Âgée de 25 ans, elle a navigué en Nouvelle-Zélande avec Mgr Jean Baptiste François Pompallier et un certain nombre d’autres missionnaires catholiques recrutés lors de sa visite d’un an en Europe.

    Voir: https://teara.govt.nz/en/biographies/2a18/aubert-mary-joseph

    Le livre Armorial Général de J. B. Rietstap a une entrée qui indique: Aubert — Lyonnaise. D’azur au chev[ron] d’or; au chef du même.

    Avez-vous des informations sur les armoiries de Marie Henriette Suzanne Aubert? Est-elle de la famille dont les armes sont mentionnées à Rietstap?

    Avec mes meilleurs vœux,

    Roger.

    Mr D. R. Barnes,
    Secrétaire,
    La Société héraldique de Nouvelle-Zélande / The Heraldry Society of New Zealand,
    4 Atworth Way,
    Burswood,
    Auckland 2013,
    Nouvelle-Zélande.
    gdso@value.net.nz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.