DECOUVERTE/L’horloge « Château aux Guignols » de Giovanni Giordano Vantusso

L'Horloge "Château aux Guignols" © Philippe Carry

L’Horloge « Château aux Guignols »
© Philippe Carry

Le fabuleux destin d’un migrant italien

Giovanni Giordano Vantusso © Famille Vantusso

Giovanni Giordano Vantusso
© Famille Vantusso

Giovanni Giordano Vantusso naît en 1907 à Fagagna dans la région de Frioul en Italie du nord. Deuxième enfant d’une famille pauvre, il apprend le métier de forgeron et arrive à Lyon aux début des années 1930, accompagnant son père et l’un de ses frères qui, comme nombre de migrants d’italiens de l’époque, fuyaient la crise de l’emploi et la dictature naissante.

 

 

Il travaille chez Berliet, puis sur le chantier de l’Hôpital Édouard Herriot avant de créer un atelier d’étamage montée de la Grande Côte. Il apprend par la suite le métier d’horloger et ouvre un commerce montée des Carmélites avant de s’agrandir en achetant, en 1938, un local montée Saint-Sébastien sur les Pentes de la Croix-Rousse. Le magasin sert alors de boutique, d’atelier et d’habitation pour toute la famille.

L’Horloge « Château aux Guignols », hommage à Lyon et à son patrimoine

Giovanni, le « padre », a toujours été reconnaissant à la France et à Lyon de l’avoir accueilli, lui et sa famille. De 1949 à 1960, ce « Facteur Cheval » de l’horlogerie confectionne un joyau de technique, de patience et de dextérité en hommage autant à son pays d’origine qu’à sa ville d’adoption.

Il travaille sans relâche jour et nuit dans son atelier encombré de machines et d’outils, passant du métal brut à la réalisation du chef-d’œuvre de sa vie. À l’instar des Compagnons, il parvient à réunir en une seule construction l’ensemble de ses connaissances techniques, exprimant dans une harmonie parfaite la double influence de sa culture italienne et française.

Ainsi naît de ses mains une horloge-château extraordinaire dont le décor onirique évoque aussi bien les fameuses tours d’horloges de l’Italie du nord, construites à partir de la fin du XIII° siècle, que le patrimoine lyonnais populaire. Le corps central est une tour « carrée » équipée d’un cadran des heures à chiffres romains avec, au-dessus, la lune et le soleil dominant tour à tour un paysage de montagnes.

La Tour d'Horloge à Udine, avec ses jacquemarts, sa cloche et son lion de Saint-Marc © Alfred Ungerer / Alinar

La Tour d’Horloge à Udine, avec ses jacquemarts, sa cloche et son lion de Saint-Marc
© Alfred Ungerer / Alinar

 

 

Au sommet de l’édifice, deux jacquemarts articulés, sonnant les heures et les quarts sur une cloche vénitienne, représentent les personnages lyonnais de Guignol et de Gnafron. Ici, le lion de Saint-Marc a été remplacé par celui aux armes de Lyon (avec sa devise). Les armoiries de la ville sont partout représentées. Les chevaux de la Fontaine Bartholdi trônent aux pieds d’un « castelet », ce théâtre de marionnettes lyonnaises qui tire son nom du mot « castello » ou petit château en italien. D’où sa forme qui tient lieu de décor fabuleux pour Guignol et son acolyte, tout contents de dominer ce qui n’est pas sans rappeler un Hôtel de Ville flanqué de tours d’angle, de fenêtres, de portes et de balcons baroques.

 

 

Les mécanismes à complications © Philippe Carry

Les mécanismes à complications
© Philippe Carry

Avec inventivité, l’artisan est parvenu à dépasser les limites de la technique en imaginant des mécanismes complexes : quantièmes des jours, de la date, du mois et du millésime, thermomètre, baromètre, automates, sonnerie des quarts, passage du jour et de la nuit qu’un subtil dispositif d’éclairage met en valeur. Brillant graveur sur métaux, le génial horloger réalise tous les décors entièrement à la main. L’ensemble, placé sous un grand baldaquin posé sur un socle en métal forgé, traduit tout simplement l’excellence.

Après 11 années et 7000 heures de travail (voire bien plus !), enfin achevée, l’œuvre d’art est exposée dans la vitrine du magasin de la montée Saint-Sébastien. Ses dimensions sont imposantes : 2,50 m de hauteur pour près de 100 kg de métaux ouvragés. Elle devient vite une véritable curiosité. Le Maire de Lyon de l’époque cherche à en faire l’acquisition, un dessein aussitôt abandonné face au refus de l’horloger.

« Restaurer la vie, conserver la mémoire »

Après le décès de son auteur en 1988, l’horloge sombre dans l’oubli jusqu’à ce que la famille décide de la faire restaurer.

En 2010, Philippe Carry (« L’Horloger de Saint-Paul » dans le Vieux-Lyon) et Delphine Mast (« Le passé recomposé » à la Croix-Rousse), tous deux restaurateurs du patrimoine et passionnés, relèvent le défi qui leur est proposé et entreprennent dès lors un travail de longue haleine.

Deux années seront nécessaires. Intervention d’autant plus délicate que Giovanni Giordano Vantusso aura été l’un des rares horlogers à avoir poussé le travail manuel au niveau d’une véritable science pratique et de l’art. Sa création originelle témoigne en effet de l’exercice d’un métier pratiqué avec une dextérité, une passion et un dévouement exceptionnels.

Le travail de restauration a également permis de remettre en lumière l’esprit d’une communauté de migrants italiens dont nombre de représentants sont reconnus ici comme des artistes remarquables ayant beaucoup apporté à la culture et aux arts de notre ville durant de nombreux siècles. Preuve que, si Lyon est bien une ville ouverte sur le monde, tolérante, elle est aussi une cité du patrimoine vivant.

L’horlogerie à Lyon

Les premiers horlogers lyonnais était italiens ou plutôt romains. Vers la fin du V° siècle, le roi Gondebaud obtint à Lyon deux « horloges » réalisées par Boëce. A partir de la seconde partie du Moyen-Âge, les horloges-tours virent le jour en Italie du Nord, savoir-faire que les maîtres italiens importèrent, notamment pendant la Renaissance sous la forme de répliques en miniatures de ces dernières tout-à-fait dans l’esprit de celle réalisée par Giovanni Giordano Vantusso.

Lyon a en effet été longtemps le principal centre européen horloger avec Paris et Blois sous les XVI° et XVII° siècles, âge d’or de l’horlogerie française prédominante sur le continent jusqu’à la révocation de l’Édit de Nantes.

L’Horloge « Château aux Guignols », œuvre du XX° siècle, s’inscrit dans la longue histoire des horlogers savants lyonnais dont beaucoup « venus d’ailleurs ». Elle fait partie intégrante d’un ensemble patrimonial par ailleurs reconnu et en partie classé au titre des Monuments historiques.

Par exemple, quatre des vingt-neuf pendules de la collection du Palais de Justice Historique ou « 24 colonnes », remontant de l’époque du Palais de Roanne jusqu’au XIX°, sont classées. Certaines ont probablement été dessinées par Louis-Pierre Baltard lui-même. Cette collection a entièrement été restaurée à l’occasion de l’opération de restauration-restructuration du Palais achevée en 2012. Il en est de même pour quelques spécimens classés ou inscrits de la belle collection d’horlogerie du Musée des Arts décoratifs ainsi que pour d’autres que l’ont peut trouver au Musée Historique de Lyon. On ne présente par ailleurs plus la célèbre horloge astronomique et à automates de la Primatiale Saint-Jean, la plus ancienne au monde à l’intérieur d’un édifice. Sa restauration devrait être terminée en 2017.

Vers une reconnaissance de l’horloger et de son chef-d’œuvre

À l’occasion de la grande exposition « Lyon l’italienne » en 2014, les Archives Municipales ont proposé aux descendants de Giordano Giovanni Vantusso de mettre celui-ci à l’honneur. La Ville valorisait ainsi le parcours exemplaire d’un homme dont le mérite n’a pas été seulement de créer un chef d’œuvre, loin du seul registre de l’art populaire, mais aussi d’inscrire cette création dans l’histoire d’un métier (aujourd’hui en voie de disparition), d’une communauté et d’un pays par delà les frontières physiques et mentales.

Le "Château aux Guignols" et son baldaquin à l'Hôtel de Ville de Lyon  sous le regard de Philibert de l'Orme / Journées Européennes du Patrimoine 2015 © Philippe Carry

Le « Château aux Guignols » et son baldaquin à l’Hôtel de Ville de Lyon
sous le regard de Philibert de l’Orme / Journées Européennes du Patrimoine 2015
© Philippe Carry

Cette horloge fédère, depuis sa renaissance, une attention toute particulière et les citoyen-ne-s les plus divers du fait des nombreuses références patrimoniales qu’elle représente, de sa dimension double culturelle et de l’histoire de son auteur. Exposée à l’Hôtel de Ville de Lyon en septembre 2015, à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, elle fut contemplée par plus de 13 000 visiteurs qui, pour la plupart, la voyaient pour la première fois. Depuis, elle se trouve dans la vitrine de L’Horloger de Saint-Paul, rue Juiverie dans le Vieux-Lyon.

Enfin, le « Château aux Guignols » est inscrit au titre des Monuments historiques, une mesure de protection indispensable et une reconnaissance pour l’artiste, son œuvre et son parcours, pour cet homme humble et son « horloge idéal » qui font désormais partie du patrimoine local et national.

Arrêté portant inscription sur la liste des monuments historiques

Arrêté portant inscription sur la liste des monuments historiques

L’horloger du rêve

« La beauté érigée en dignité,
L’art en étendard de liberté,
Le génie en ode à la création,
Le temps en message aux générations,
Faire de nos rêves des chefs d’œuvres vivants de vérité »

Par Philippe CARRY, Maître horloger d’art

 

Remerciements

La famille Vantusso, Marylou Menant, Georges Vantusso, Agnès et Jean-Marc Valentin, l’association des Italiens du frioul, les Archives Municipales de Lyon, la Ville de Lyon, Jean-Luc de Ochandiano (historien de l’immigration), Jean-Luc Chavent (guide-conférencier, conteur de rues) et Yves Neyrolles (photographe).


Philippe CARRY

Philippe Carry est "L'Horloger de Saint-Paul", maître horloger d'art, restaurateur, conservateur du patrimoine agréé Monuments Historiques. Membre de l'Institut National des Métiers d'Art de France, il est par ailleurs passionné d'art vivant, d'histoire sociale, de mémoire urbaine et auteur.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Josette FROLON dit :

    BRAVO , BRAVO à L’HORLOGER DE ST PAUL, magnifique article pour acter dans la mémoire lyonnaise l’Oeuvre de M. VANTUSSO, article qui traduit bien l’émotion ressentie lors de son exposition aux AML en 2014, en présence aussi de ses descendants : Restaurer la vie, conserver la mémoire – remarquable éthique – en y ajoutant un historique précis de l’Horlogerie à LYON et en portant à la connaissance du plus grand nombre l’arrêté pris par M. Le Préfet du Département du Rhône le 6 MARS 2015 pour l’inscription au titre des Monuments Historiques de cette Horloge « Château aux GUIGNOLS » , je suis sensible pour plusieurs raisons à cette inscription aux MH et aussi parce qu’étant Sociétaire des AMIS DE LYON ET DE GUIGNOL, c’est vraiment pour moi un judicieux hommage à LYON et à son Patrimoine. Mille mercis PHILIPPE, l’Horloger du rêve, Maître horloger d’art.
    Josette FROLON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.