PEINTURE/Ex-voto de Fourvière

4FI_02415 © Archives municipales de Lyon

UNE PEINTURE DE FRÈRE LUC A FOURVIÈRE

Depuis le Moyen Age, la chapelle de Fourvière, placée sous la double titulature de Notre-Dame et de saint Thomas Becket, est un lieu de dévotion important.
Comme dans un grand nombre de sanctuaires, cet élan dévotionnel se traduit souvent par l’offrande d’un ex-voto. Ceux suspendus dans la nef de la chapelle sont de plusieurs sortes : peintures, broderies, dépouilles militaires, marbres, cœurs d’argent dorés ; les ex-voto peints réalisés au cours des siècles sont les plus nombreux et les plus visibles. Il est difficile d’en évaluer le nombre depuis la reconstitution du corpus après 1805.

Dès le début du XXème siècle, ils ne sont plus guère appréciés ; l’incendie de 1926 est une bonne occasion d’en éliminer un grand nombre endommagés par le feu (Commission du 24 juin 1926).
Après la démolition de la nef de Saint-Thomas en 1930 pour faire place à la grande sacristie, certains sont rassemblés dans la chapelle de la Vierge tandis que d’autres sont détruits. A la fin des années 1950, on pouvait en compter environ 400.

Les ex-voto peints de Fourvière se distinguent par la qualité de leur conception picturale et on ne peut parler, à quelques exemptions près, de peinture naïve. Les artistes ont le sens de la perspective et les personnages figurés sont des portraits, bien que peu soient identifiés, sinon les peintres de fleurs très présents. Dans le chœur de Saint-Thomas réorganisé après la disparition de la nef, Sainte-Marie Perrin dispose deux grands ex voto historiques qui n’ont pu trouver de place ailleurs, l’ex-voto de l’inondation de 1840, réalisé par Camille Martin-Daussigny et celui du clergé lyonnais, offert en 1817.

Après le rétablissement de la paix et le retour des Bourbons sur le trône de France, la population lyonnaise organise des processions en corps constitué ou en paroisses pour remercier la Vierge de Fourvière d’avoir ramené la concorde.

En septembre 1817, la retraite spirituelle des prêtres du diocèse est un des premiers grands rassemblements d’ecclésiastiques. Le 4 septembre, à la fin des exercices, les retraitants montent processionnellement à Fourvière, depuis la place Croix-Paquet où s’élève le grand séminaire. A la fin de la cérémonie, ils remettent solennellement une grande toile représentant une Assomption de la Vierge accueillie par la Trinité entourée d’anges et accompagnée par les images allégoriques de la Foi, l’Espérance et la Charité. La composition place au centre de la toile Marie en prière entourée d’anges et d’angelots. Elle lève les yeux vers le Père et le Fils qui la couronnent. Une inscription latine ajoutée au bas sur un bandeau bleu rappelle la donation : Le clergé du diocèse de Lyon, suppliant pour la religion, le roi et la patrie, le dernier jour des exercices spirituels ecclésiastiques, 4 septembre MDCCCXVII [1].

PEINTURE DE FRERE LUC A FOURVIERE © Collection particulière / Basilique de Fourvière

 

L’auteur de cette magnifique peinture a été découvert tout récemment. Il s’agit de Claude François, dit frère Luc [2].

Après avoir appris un peu du dessin et les premiers principes de l’art de peindre, François se perfectionne à Paris auprès de Simon Vouet dont il garde sa vie durant la manière. De Paris, il va à Rome pour parfaire sa connaissance des grands maîtres du seicento, et c’est là qu’il aurait peint, à l’âge de vingt ans, une Assomption de la Vierge pour le maître-autel de l’église des Jacobins d’Amiens.

 

 

 

 

Revenu à Paris, il ne tarde pas à se faire une réputation flatteuse mais, malgré les avantages que lui promettent ses talents, il prend l’habit religieux, à l’âge de trente ans, chez les Récollets du faubourg Saint-Martin, prononce ses vœux en 1644 et reçoit le diaconat. On raconte qu’étant tombé du haut du pont du Change dans la Somme, à l’âge de douze à quinze ans, il échappa miraculeusement à la mort et que, pour en témoigner sa reconnaissance à la Vierge, il avait promis de se faire récollet. Il peint d’ailleurs l’événement, mettant en scène saint Augustin qui présente un enfant mort à la Vierge et à l’enfant Jésus ; derrière la mère de Dieu, Frère Luc élève un tableau qui le représente tombant du haut du pont dans le fleuve. Il séjourne dans plusieurs couvents, à Châlons, puis, plus brièvement, au couvent des Récollets de Lesneven [3]. Au début de 1670, il se rend à Québec pour plusieurs mois auprès de l’intendant Jean Talon dont il fait le portrait. En Nouvelle-France, il peint plusieurs tableaux religieux et œuvre, comme architecte, à la reconstruction du monastère franciscain de Québec et à l’établissement des plans pour le séminaire diocésain.
De retour en France, fin 1671, il se lie avec Nicolas Poussin et l’assiste pour la décoration de plusieurs salles du Louvre. Séjournant à Sézanne, il orne la chapelle du couvent qui, devenu hôpital, les conserve. Son dernier tableau connu est une représentation de Notre-Dame du Rosaire, peinte en 1680 pour la chapelle de la Salpêtrière [4].
Il meurt à Paris, le 17 mai 1685.

La monumentalité de la composition de l’ « ex-voto » de Fourvière, la noblesse qui se dégage de l’ensemble « viennent de l’Italie et du séjour à Rome de 1635 à 1639 où Frère Luc a pu admirer l’art de Raphael et surtout celui des peintres bolonais Annibal Carrache et le Dominiquin. L’artiste fait preuve d’une belle personnalité et ce tableau d’autel est un des plus beaux de l’artiste réapparus récemment et hisse Frère Luc au niveau d’un Stella, d’un Charles Le  Brun, d’un Nicolas Mignard tout en gardant une vraie  personnalité» [5]. Le cadre à palmettes suggère que la toile puisse provenir de la collection Fesch puis avoir été déposée par le prélat au séminaire de Croix-Paquet.

Par Bernard BERTHOD,
Conservateur du Musée d’art religieux de Fourvière

[1] CLERUS DIOCESIS LUGDUNENSIS PRO RELIGIONE, REGE ET PATRIA SUPPLEX, DIE IV SEPTEMBRIS ULTIMA EXERCITIORUM SPIRITUALIUM ECCLESIASTICORUM MDCCCXVII.

[2] Je remercie MM. Arnaud Bréjon de Lavernée, conservateur général du Patrimoine et conservateur émérite du Mobilier national et Guillaume Kientz, conservateur au département des peintures du Musée du Louvre, en charge des peintures espagnoles, qui ont contribué à l’identification de cette toile.

[3] Les toiles réalisées pour la chapelle du couvent de Châlons sont conservées au Musée des beaux-arts et d’archéologie de Châlons-en-Champagne et pour partie à la Collégiale Notre-Dame-en-Vaux.

[4] Marie-Thérèse Laureilhe, « Le Frère Luc (1614-1685), Récollet, peintre de saint François », Bulletin de la société de l’histoire de l’art français, 1984.

[5] Arnaud Bréjon de Lavernée.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *