PATRIMOINE/Remarquable nécropole paléochrétienne découverte

Un vaste chantier de fouilles - Photo M. Mordant

Un vaste chantier de fouilles – Photo M. Mordant

Dans le cadre du projet de complexe immobilier « Lugdunum » implanté le long du  Chemin de Choulans, depuis la place Wernert à Lyon, dans le 5e arrondissement,  les archéologues de l’Inrap fouillent une zone de 2 400 m² de terrain, autrefois propriété des sœurs du Bon Pasteur et révélant la présence d’environ 800 tombeaux entiers.

Ces recherches font suite à un diagnostic archéologique qui a révélé un vaste espace funéraire établi entre les deux églises paléochrétiennes de Saint-Irénée et de Saint-Just entre le IVe et le VIIe siècle.

En effet, au cours du XXe siècle, des investigations archéologiques ont été réalisées sur ce terrain :
– en 1950-51, dans la rue des Macchabées,
– en 1980, 79 sarcophages ont été découverts au sud de la basilique de Saint-Just ainsi que place Eugène Wernert et plus récemment en 2000, place Saint Irénée.
Ces différentes fouilles archéologiques ont bien confirmé la présence de cette vaste nécropole et ont montré la succession des tombes romaines puis chrétiennes.

Les archéologues et anthropologues de l’Inrap vont pouvoir observer la densité des tombes suivant les époques par rapports aux deux églises.
Les pratiques funéraires varient avec des inhumations de tous types : cercueils en bois, sarcophages en pierre faits de demi-cuves accolées, amphores ayant contenu des nouveau-nés, coffrages de tuiles, jusqu’aux tombes en pleine terre.

Ces sépultures remploient parfois des fragments d’architecture plus anciens : la cuisse d’une statue en marbre marque l’emplacement d’une tombe, une frise comportant un griffon a été retaillée pour la fabrication d’un sarcophage… En effet, les matériaux étaient souvent réemployés. Quelques fragments d’inscriptions funéraires paléochrétiennes indiquant l’âge ou le nom de défunts ont été retrouvés, sans pouvoir les associer précisément à une sépulture.

Les archéologues fouillent Photo par M. Mordant

Les archéologues fouillent
Photo par M. Mordant

Grâce aux efforts constants des archéologues, aussi bien de l’Inrap que du Service Archéologique de la Ville de Lyon et à l’intérêt du CIL Comité de quartier de Saint Just Saint Irénée Fourvière et des MJC de la ville de Lyon pour transmettre au grand public l’importance des découvertes, des habitants et de nombreux scolaires ont été invités à des visites pédagogiques sur le terrain.
Cet intérêt historique donne de l’importance à cette nécropole. Tout va être prélevé pour être étudié au centre archéologique de Bron. Les archéologues y étudieront et détermineront le sexe, la stature, l’âge du défunt, mais également les maladies ayant conduit à sa mort. Puis les dépouilles seront stockées. Les pièces les plus intéressantes seront confiées au musée Gallo-Romain de Fourvière.

A l’époque romaine, l’endroit est hors de la ville, non loin de la voie antique dite de la Favorite qui est bordée de tombes monumentales. À partir du IVe siècle, avec l’édification de l’église Saint-Irénée qui abrite les corps des premiers évêques martyrs sanctifiés de Lyon (saint Irénée et saint Just), la vocation funéraire du lieu se renforce et s’étend aux parcelles voisines. Le cimetière perdure jusqu’au VIe voire jusqu’au VIIe siècle.

Découverte émotion - Photo M. Mordant

Découverte émotion – Photo M. Mordant

Sur la partie du terrain non concernée par le chantier de construction, les sols ne seront pas fouillés. Cela permet de protéger le patrimoine.

« Une zone non fouillée, ce sont des vestiges protégés ».

Ces fouilles sont financées par le promoteur qui a accepté la prolongation des travaux des archéologues.

La résurrection de la noble cité de Lugdunum n’a pas fini d’être mise en lumière grâce à l’archéologie  préventive, nous dévoilant de précieux indices sur notre passé dans une ville en pleine expansion.

Par Marielle BILLARD DE SAINT LAUMER, Membre du CA du Cil Comité de Quartier de Saint Just Saint Irénée Fourvière
cil.saintjust@gmail.com

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. pcarry@adeli.biz dit :

    MERCI du texte et des images l’accompagnant !
    La notion d’archéologie préventive est importante en effet à expliquer.
    C’est tout-à-fait passionnant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.