MUSIQUE/La vie musicale à Lyon au 18e siècle (5/5)

Apollon en visite ou Le Rideau de la Salle des Spectacles de Lyon, 1756

Déjà, sur la Place Royale de Louis le Grand, place Belle Cour aujourd’hui1, l’urbanisme et la sculpture témoignent de l’omniprésence de la monarchie absolue à Lyon.
De 1756 à 1826, le « Théâtre de Lyon », ou « Salle des Spectacles », précède l’Opéra à son emplacement actuel.
Jacques Germain Soufflot2 le conçoit pour représenter les œuvres lyriques qui animent la vie musicale à Lyon3, Jean-Antoine Morand le construit sous son contrôle,
Pour cette architecture d’avant garde4, le pouvoir place l’iconographie sous le signe d’Apollon et étend à la province un parallèle entre monarchie française et olympienne commencé à Versailles.

Acte I.        

Au centre de la façade, le groupe d’« Apollon avec deux Génies » que sculpte Antoine Michel Perrache, dédie l’édifice à ce dieu5. En 1753, l’achèvement du décor intérieur de la salle complète cette métaphore filée, puis un prologue en vers libres donné le jour de l’inauguration, « Le Réveil d’Apollon », enfonce le clou doré de cette personnification du pouvoir.

Ainsi stimulée, il ne reste plus à cette divinité qu’à paraître le jour augural du 3 août 1756. Sous l’avatar du dieu des arts, le roi daigne accueillir «en personne» les spectateurs. Par la magie du Rideau d’avant-scène brossé par J. A. Morand, ils assistent à une visitation, « L’Arrivée d’Apollon chez Téthys », puis, au son des trois coups qui annoncent la représentation, à l’assomption des protagonistes vers les cintres stratosphériques !

Acte II.

Comment ce Rideau est-il connu ?
Disparue lors d’une réfection du théâtre (?), cette peinture n’est plus disponible6. Seule permet de s’en faire une idée une estampe en noir et blanc de F. J. Patras (1719-av.1801), datée de 1756, titrée Dessein du Rideau de la Salle des Spectacles de la ville de Lyon, tiré d’après le rideau même, gravée au burin par Antoine Le Clerc, auteur entre autres d’un Feu d’artifice de la Paix d’Utrecht (1713) et de la Machine qui a servi à élever la statue de Louis XIV place Bellecour7.

Défini vers 1750, le détail du sujet précise : « comme le Dieu du Jour descendant de son char, les Heures s’emparent de ses rênes et Téthys le reçoit à l’entrée de son palais »8 figuré par une colonnade.

Acte III.

Que signifie pour Lyon et le royaume cette arrivée d’Apollon chez Téthys ?

Placé devant ce tableau mythologique, l’auditoire contemple une scène idyllique prestement brossée. Elle évoque d’abord la Grotte des Etroits, station préromantique déjà renommée chez les adeptes du Grand Tour9. Distincte d’une anfractuosité proche (?) où dormit J.-J. Rousseau, bien avant qu’il ne la cite dans ses Confessions10 (1782), ce « bâillement de la terre », comme disait Marcel Proust à la suite de Luis de Gongora, est visible à courte distance du Théâtre, sur l’étroit chemin qui conduit à La Mulatière par la rive droite de la Saône, « servant au halage et aux gens à pied…, bordé  de plusieurs grottes curieuses… »11

Le courtisan qui fait halte à Lyon se remémore une autre Grotte fameuse, celle de Téthys à Versailles (1665-1684), qui abritait l’éclatant groupe monumental de marbre blanc d’Apollon et les Nymphes, sculpté par François Girardon et Thomas Regnaudin12.

Peut-être conserve-t-il aussi en mémoire que, dansant en 1653 sous les traits d’Apollon que précède l’Aurore entourée des douze heures du jour, dans le Ballet royal de la Nuit,

Louis XIV initia ce symbole de l’autocratie qui allait mettre la France au pas jusqu’à la Révolution. Une toile de Jean Jouvenet, Apollon sur son char se présente à Téthys (1701), donne un autre écho à cette métaphore.

Qui est Téthys (et non Thétis) ? Fille d’Ouranos (le ciel) et de Gaia (la terre), épouse de l’Océan, cette divinité marine engendre les Fleuves et les Nymphes. Peu référencée, sa relation avec Apollon est métaphore cosmique. Elle signifie qu’après avoir parcouru l’orbe d’une éclatante journée, le soleil (le royal Apollon), le soir venu va se repairer pour la nuit chez la déesse. D’où le thème poétique de la Ronde des Heures sur lequel A. Ponchielli compose en 1876 la musique d’un ballet…
Telle est la lecture première de cette arrivée d’Apollon chez Téthys, soudaine mais non pas impromptue.

Charles de La Fosse, Apollon et Téthys, château de Versailles, photo du Musée

Charles de La Fosse, Apollon et Téthys, château de Versailles, photo du Musée

Acte IV.

Apollon et Téthys13, tableau de Charles de La Fosse (1688) conservé  dans le salon des Malachites au château de Versailles, sert de source à la composition du Rideau lyonnais.

Couronné des lauriers de la Victoire, « beau comme un astre », éclatant comme le dieu de la jeunesse éternelle, il rayonne. Le rose délicat de son manteau baroque contrebalance sa nudité « à l’Antique » et l’accoutre comme un héros de salon ! Les regards convergent sur son visage juvénile, à commencer par celui de la généreuse Téthys, ravie. C’est l’occasion de représenter des nus des deux sexes, avec la retenue relative qui sied à la bienséance du temps, car l’artiste conserve un rien des habitudes de la peinture religieuse et semble assimiler la Nymphe à sainte Thérèse en extase, menacée elle aussi par Cupidon, telle que la représente une sculpture du Bernin !

Tout au contraire, résolument profane et rococo, l’Arrivée d’Apollon chez Téthys retient les éléments principaux de cette mise en page et privilégie le dynamisme. Nerveusement dessinée pour des spectateurs que guette l’ennui, la scène est enlevée !

Perspectif et temporel, un raccourci magique place l’œil du spectateur à la fois devant et derrière le Rideau. Installé dans une grotte inspirée des enrochements de De La Fosse et des Etroits, à connotation sexuelle discrète, il assiste à l’apparition soudaine d’Apollon qui « déchire… le voile obscur qu’opposait l’atmosphère à ses rayons. »14 Et les Parisiens de s’exclamer : « le fameux brouillard lyonnais ! », les  habitués des fêtes de corriger : « les boites  des feux d’artifice ! »

Nimbé d’une gigantesque coquille saint Jacques dorée, le radieux Apollon détient du Ciel son pouvoir et, comme le roi, soutient la religion, l’artiste (ou le graveur) allant jusqu’à oser (?) une semblance improbable avec Louis XV.

Descendu de son char15, Apollon consent que ses deux coursiers dételés, dont il retient négligemment les longues rênes, s’abreuvent.

Galamment, il avance la main vers Téthys, toute ébaudie et déjà conquise, avatar de la Ville de Lyon, bien qu’elle ne porte pas la traditionnelle couronne de remparts. Toutes deux règnent sur les fleuves Rhône et Saône, représentés au bas de l’angle droit. Lui, vieillard immortel, appuyé placide sur son aviron, verse l’urne de sa source inépuisable, tandis qu’elle, jeunette, éblouie par le Soleil-Roi, joint son eau à la sienne.

Cet entremetteur de Cupidon volète en éclaireur à la gauche de la divinité. Accompagné de trois autres Amours, (car près d’une douzaine de beautés entourent Apollon, seul mâle présent !) il brandit un ardent flambeau et désigne au dieu, Téthys objet de son amour et au roi la Ville de Lyon, lyonnaise épanouie qui lui tend les bras. Toutes deux se révélant personnage unique, l’artiste résout par la peinture un sempiternel quiproquo dramatique.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté, action, joie et volupté. Naïades et Heures au bain batifolent, sous l’œil brillant des chevaux dont l’un, « cabré », évoque déjà la fontaine Bartholdi.16 Contournant habilement la règle de l’unité de lieu, l’action se place à la fois sur la rive roselière du Rhône et sur les boulingrins de Versailles !

Rideau d’avant-scène de la Salle des Spectacle de Lyon, 1756, numérisation de Mohamed Graine d’après l’original, B.M.L. Chomarat_Est17629

Rideau d’avant-scène de la Salle des Spectacle de Lyon, 1756, numérisation de Mohamed Graine d’après l’original, B.M.L. Chomarat_Est17629

Lecture seconde, ce chiaroscuro flagorneur qui se voudrait surtout « clair-obscur qui tombe des étoiles », glorifie une politique qui fait d’un monarque bienheureux la peinture achevée !

Epilogue

Sous couvert de lumineux poème cosmique, cette fable pédagogique glorifie l’accueil fait au pouvoir en visite, jadis itinérant17, depuis sédentarisé à Versailles. Ce Rideau résume pour la postérité la vie musicale rêvée de l’époque18. Accessoire nécessaire et embellissement indispensable, il est à cette Salle des Spectacles ce que le grand domino19 est au visage de la monarchie, un masque, politique.

Mais est-ce l’unique signification de cette toile géante dédiée au lumineux Apollon et à l’Amour clairvoyant ? Chemin faisant l’artiste passe du luminaire au luminisme, puis du rayonnement censé illuminer une saynète à l’éclairement prémonitoire du siècle tout entier, corroborant son appellation de Siècle des lumières.

Au vu et au su de tous, ce rideau proclame la hardiesse d’une touche qui appose le minimum et annonce le maximum, le dit et le non-dit, paradoxe d’une société qui finalement transforme « l’immoral » en « moral » (et vice versa ?), un des caractères de la littérature du XVIIIe siècle. Politesse picturale, plaisir policé, poésie politique, animent cette comédie de mœurs. Parmi les spectateurs incognito, on ne serait pas surpris de compter la marquise de Merteuil, le chevalier Des Grieux ou même le portier des Chartreux qui habite à deux pas. Le Cupidon qui hausse une torche annonce aussi les développements d’une iconographie nouvelle.

Innombrables deviennent au XIXe siècle les allégories commerciales du porte-flambeau. Mais, la statue de la Liberté éclairant le monde qui guide l’humanité vers un havre nouveau, reste insurpassée.
Apollon libertin, préromantique, certes ; mais Apollon prométhéen et libérateur, assurément !

Par Gilbert Gardes

Voir MUSIQUE/La vie musicale à Lyon au 18e siècle (1/5)MUSIQUE/La vie musicale à Lyon au 18e siècle (2/5)MUSIQUE/La vie musicale à Lyon au 18ème siècle (3/5)La vie musicale à Lyon au 18e (4/5)

Notes :
1 Voir B.M.O., 8 juin 2015, bibliographie.
2 Gilbert Gardes, Jacques Germain Soufflot architecte 1713-1780, ou le goût français, Revue Centre Presqu’île, n°25, 1999.
3 Voir les 4 articles  du B.M.O. de Lyon : 30 novembre 2015 ; 1er février, 21 mars, 16 mai 2016.
4 Dans une lettre à Soufflot du 27 août 1756, le marquis de Marigny, directeur général des Bâtiments du roi, souligne la « satisfaction de toute une ville qui vous doit l’avantage d’être la seule en France qui ait un théâtre. »
Gilles Chomer, Le Théâtre, in L’Œuvre de Soufflot à Lyon, 1982, 99.
6 Rare aujourd’hui, ce type de rideau existe encore dans un théâtre de la capitale autrichienne. A-t-il pu être un trompe-l’œil en grisaille à Lyon ?
7 Voir note 1.
8 Ange Anezo, Soufflot et l’architecture théâtrale, in Soufflot et son temps, 1980, 68.
9 Gilbert Gardes, Le Voyage de Lyon, 39, 324.
10 Ibidem, p. 32, 36, 40, 43, 46, 184 etc.
11 Ibidem, p. 115, 167.
12 M. da Vinha et R. Masson, Versailles…, 2015.
13 Béatrice Sarrazin et A. Collange-Perugi, Charles de La Fosse…, 2015.
14 Gosselin, L’Antiquité dévoilée, 1812.
15 Le char s’inspire peut-être de celui décrit dans l’Enéïde, V, vers 816-826.
16 Gilbert Gardes, L’Art & l’Eau à Lyon, 1975, 2 vol., tome I, p. 346-353. – Lire la Ville, B.M.O., 12 janvier 2009.
17 Gilbert Gardes, Le Monument public français, l’exemple de Lyon, 1986, TOME III, Catalogue des Monuments éphémères, 508 pages.
18 Voir note 3.
19 Image 2, B.M.O. 21 mars 2016.

 

Légendes des illustrations: 1 Charles de La Fosse, Apollon et Téthys, château de Versailles, photo du Musée –2 Rideau d’avant-scène de la Salle des Spectacle de Lyon, 1756, numérisation de Mohamed Graine d’après l’original, B.M.L. Chomarat_Est17629.

 


Vous aimerez aussi...

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.