DANSE/Quand la ville fait corps

LE DEFILE DE LA BIENNALE DE LA DANSE

Le présent exposé fait suite à l’article sur la Maison de la Danse (Histoire racontée par  ses pionniers) publié sur ce blog le 21 septembre 2015 
Pour rappel, le 17 juin 1980 nait à Lyon la première Maison de la Danse en France sous l’impulsion de cinq chorégraphes Lyonnais dans l’ancienne Salle des fêtes de la Croix-Rousse (l’actuel Théâtre). Le succès est immédiat.
En 1984, Guy Darmet crée la Biennale internationale de la danse. En 1992, « la Maison » emménage dans l’emblématique Théâtre du Huitième. Puis, quatre ans plus tard, « Le Défilé » rassemble des milliers de danseurs déambulant dans la ville à l’occasion de la fameuse Biennale consacrée au Brésil.

Les origines du Défilé

Lorsque nait le premier Défilé de la Biennale Internationale de la Danse le 15 septembre 1996, on est bien loin d’imaginer l’immense succès, relayé par les médias, qu’il suscitera chez les lyonnais. Initié là aussi par Guy Darmet, Directeur de la Maison de la Danse de 1980 à 2011, fédérant les quartiers de Lyon, les villes de sa périphérie et maintenant de toute la région, le Défilé se déroule depuis tous les deux ans.

La danse hip-hop issue des quartiers populaires de l’est lyonnais, mouvement culturel et esthétique urbain né au début des années quatre-vingt aux Etats-Unis, a directement inspiré l’invention du Défilé de Lyon.

De résonance d’abord locale, régionale puis internationale, l’événement contribue depuis 22 ans à donner une image largement positive de la danse et d’autres arts comme le cirque, le théâtre ou la musique se déroulant dans l’espace public. Il est d’ailleurs démontré que l’apport des quartiers populaires a beaucoup joué en faveur du développement culturel de l’agglomération.

Favorisant la « canalisation des dynamiques créatives », le Défilé offre dès lors une visibilité et une légitimité au statut des danseurs amateurs qui sont de plus en plus considérés comme des danseurs à part entière.

Pour sa onzième édition, le 18 septembre 2016, sous la direction artistique de Dominique Hervieu à la tête de la Maison de la Danse depuis 2011, la plus grande parade chorégraphique d’Europe mettra en scène le Stade historique de Gerland construit par Tony Garnier, s’élançant sur une piste de danse éphémère en réunissant 5 000 danseurs de tout horizon et quelques 40 000 spectateurs.

Lyon, du décors au corps de la ville

La ville bimillénaire a longtemps été et est toujours un lieu de vie créative et féconde. Aussi, qu’il soit historique, artistique, urbain, architectural, naturel ou mental, le patrimoine de Lyon se décline en de multiples niveaux de lecture.

Jouant le rôle d’un interface entre la ville décors et la ville corps, le Défilé se veut à cet égard une déambulation à travers l’histoire, l’image mobile de la ville immobile que le temps de la création artistique sublime et rend vivante.

En mai 2015, Dominique Hervieu crée « Babel 8.3 » et fonde les bases du nouveau spectacle collectif, muti-culturel et citoyen en mettant en scène à la Maison de la danse 300 amateurs de toute origine et leur propre ville. Cette dernière devient « (…) un personnage au même titre que les corps. Et qui retracent, en filigrane, l’histoire architecturale et ô combien fondatrice du tissu social (…) .» (Maïté Darnault)

Populaires et fédérateurs, à l’instar de la Fête des Lumière, les spectacles urbains permettent en effet de prendre véritablement conscience de la beauté et du rôle sociologique du patrimoine de la ville-centre et des quartiers périphériques.

La ville mise en scène

"Happy Hop" en 2014, ou "Tout contre" en 2016, quand Vénissieux fait honneur au Défilé  © Jean-Charles Lemeunier

« Happy Hop » en 2014, ou « Tout contre » en 2016, quand Vénissieux fait honneur au Défilé
© Jean-Charles Lemeunier

De la Croix-Rousse à Mermoz, des Minguettes à Rillieux, de Décines à Sainte-Foy-les-Lyon, la danse est devenue un des éléments identitaires de la ville, une autre façon de la découvrir, de la faire connaître et de l’enrichir.

Dans ce registre, la chorégraphe et danseuse lyonnaise Annick Charlot s’efforce de donner vie à différents lieux en s’infiltrant dans le réel de la cité. De même, on se souvient des « Créations civiles » de Pierre Deloche investissant la place des Terreaux en impliquant les citadins ou des spectacles urbains de Traction Avant. Du hip-hop animant le péristyle de l’Opéra aux tangos, salsas et flashmob sur les places, à Lyon la danse descend dans la rue, contribuant à donner son autre visage à la ville, plus artistique, dynamique et participative.

Car la danse est un excellent médium de communication entre diverses populations au delà des générations et des origines culturelles. De fait, tout art est relationnel servant notamment à  inventer de nouveaux modes d’être en société.

« Les moments où la ville et ses espaces rencontrent les habitants et leurs espoirs sont précieux. » (Michel Delpuech*)

Vecteur de cohésion sociale et républicaine, de reconnaissance réciproque, de tolérance et de liberté, l’art fait partie intégrante du langage de la ville, produisant d’infimes révolutions dans l’ordinaire et de multiples possibilités d’exister. Il permet de sublimer les réalités sociales pour les transformer en richesses. Fondateur de dialogue et d’union, il aide à surmonter les épreuves de barbarie et à combattre les idées noires.

Ensemble pour … !

« Fusion d’un imaginaire urbain en une vision contemporaine, le Défilé fabrique un espace public. C’est un « rituel d’agglomération » où s’éprouve la prise de parole dans cet espace. » (Dominique Hervieu)

Difficile dès lors d’imaginer qu’un tel événement, dont la Métropole de Lyon favorise assidûment le développement, ne puisse avoir lieu, notamment à l’heure où surgissent des idéologies et des actes visant à distiller la peur dans notre société.

A l’issue du Défilé, la Tarentelle offrira l’occasion de vibrer au rythme d’une « rumba métissée » entrainant danseurs et public dans son sillage après que Yoann Bourgeois ait présenté une œuvre « hors norme » au public pour clore cette journée « ensemble » !

La Samba Tarentelle 10ème anniversaire place Bellecour et ses 15 000 danseurs est l'affiche du Défilé 2016 "Ensemble pour..." © Stéphane RAMBAUD

La Samba Tarentelle
10ème anniversaire place Bellecour et ses 15 000 danseurs est l’affiche du Défilé 2016 « Ensemble pour… »
© Stéphane RAMBAUD

Que la fête se prolonge donc dans le vivre et surtout dans « le faire ensemble », dans l’émotion de l’instant qui n’en finit pas, lui, de danser pour nous et pour nos sens. Le temps de quelques heures, la danse entrera dans l’histoire toujours en mouvement de la ville, de son patrimoine et de ses habitants.

Par Philippe CARRY

 

(*) Michel Delpuech est Préfet de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

 

Les Défilés de la Biennale de la Danse

1996 : Aquarela do Brasil
1998 : Mediterranea, un cercle ouvert sur le monde
2000 : Les routes de la Soie, routes du rêve, routes de dialogue
2002 : Du Rio Grande à la Terre de Feu, sur les chemins de la liberté
2004 : L’Europe des grands récits
2006 : Le monde des villes, les villes du monde
2008 : Légendes d’avenir
2010 : La vie en rose !
2012 : Entre ciel et terre
2014 : Happy birthday Mister Défile
2016 : Ensemble pour…

 

Liens et sources

– Site officiel de la Maison de la danse :  www.maisondeladanse.com

– Programme de la Biennale Internationale de la Danse 2016 – Dominique Hervieu

– Programme du Défilé 2016 – Dominique Hervieu

– Le syndrome des vitrines – Stéphane Lebard (Lyon, une ville en mutation / Éditions du Club de la Presse, 2003

– Quand la ville danse, la naissance d’un défilé – Jean Dujardin, Gilberte Hugouvieux, Sonia Bove / Éditions Lyonnaises d’Art et d’Histoire, 2000

– Babel, l’esprit de corps – Maïté Darnault / Journal Libération, 30 mai 2015

– Réinventer la ville : artistes, minorités ethniques et militants au service des politiques de développement urbain – Lionel Arnaud / Presses Universitaires de Rennes, 2012

– Esthétique relationnelle – Nicolas Bourriaud / Les presses du réel, 2001


Philippe CARRY

Philippe Carry est "L'Horloger de Saint-Paul", maître horloger d'art, restaurateur, conservateur du patrimoine agréé Monuments Historiques. Membre de l'Institut National des Métiers d'Art de France, il est par ailleurs passionné d'art vivant, d'histoire sociale, de mémoire urbaine et auteur.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. carine calzat dit :

    Comme toujours c’est si bien écrit ! Bravo Philippe pour ta générosité , ta passion de la danse et de sa transmission dans des valeurs humaines magnifiques, vibrons dansons vivons et amusons nous dimanche !!! à très vite ! Carine

  2. Traction Avant Cie dit :

    Bel article, bravo ! Dimanche c’est la danse qui donnera le tempo à la ville !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.