DÉCOUVERTE/Prolonger la rue de la République : l’arlésienne urbaine de Lyon

Un des éléments marquants de l’histoire de la rue de la République (anciennement rue Impériale) est la volonté constante depuis la fin des grands travaux urbains instigués par le préfet Claude-Marius Vaïsse (seconde moitié du XIXe siècle)  de prolonger cet axe principal jusqu’aux hauteurs de la colline de la Croix-Rousse ou en direction du quartier Saint-Clair sur les bords du Rhône.

Les archives conservent de nombreux témoignages de ces desseins, tant écrits (souvent des correspondances) que figurés (principalement des plans). Quantité de projets ont été envisagés sans qu’aucun n’aboutisse réellement, généralement pour des questions financières.

Les projets du XIXe siècle

Dès les premiers aboutissements des grandes percées voulues par Claude-Marius Vaïsse, la Ville de Lyon commence déjà à réfléchir aux possibilités de prolongement avec un projet de Gustave Bonnet (octobre 1859) établissant une liaison entre la place de la Comédie et le cours d’Herbouville, avec la création de nouveaux immeubles en remplacement des espaces verts de la station Croix-Paquet.

Gustave Bonnet, 1859, AML 1 S 89.

Gustave Bonnet, 1859, AML 1 S 89.

Un second plan est dessiné en 1861, aux modifications de l’ordre de l’infime, montrant l’intérêt accordé par la municipalité pour un tel tracé, bien qu’il n’aboutisse pas.

En 1864 est proposé un plan qui prévoyait l’élargissement de la rue de la Charité au sud à 22m, et faisait continuer l’axe urbain en direction du quartier Saint-Clair au nord pour aboutir sur la place du même nom. Plusieurs architectes présentèrent à leur tour des projets comme Thoubillon, Mollard en 1904 ou la même année Édouard Guillon, directeur de la compagnie OTL, avec une nouvelle voie de 50m de largeur exactement dans l’axe de la rue de la République.

En 1892, l’architecte Jules Cumin publie dans l’édition du 1er juillet de la revue La Construction Lyonnaise, son projet pour la création d’un quartier de la soierie à Lyon avec une gare de voyageurs et de marchandises.
Le même projet est republié avec plus de détails en 1895.

Jules Cumin (architecte), 30 octobre 1895, AML, 453 WP 007

Jules Cumin (architecte), 30 octobre 1895, AML, 453 WP 007

Dans un souci de conformité aux principes de salubrité et de confort indispensable aux développements des grandes affaires commerciales, l’architecte envisage de prolonger la rue de la République par la rue du Griffon élargie où les façades des édifices sont ainsi mises à l’alignement et reconstruites. Cette nouvelle avenue monte en direction de la place Croix-Paquet, où la gare de Lyon-Terreaux est édifiée à côté du bâtiment du funiculaire afin d’être située dans l’axe central. Mais cette étude resta à l’état des premières esquisses.

Les projets de la première moitié du XXe siècle

Alors que les projets du XIXe siècle semblent s’intéresser davantage à un prolongement en direction du quartier Saint-Clair, ceux du siècle suivant vont plutôt proposer de rejoindre le plateau de la Croix-Rousse. Un plan anonyme de 1904, probablement tracé par les services municipaux de la Voirie, imagine de prolonger en biais la rue de la République en coupant au travers des immeubles des pentes de la Croix-Rousse pour arriver sur la place du même nom.

anonyme, 1904, AML, 453 WP 007

anonyme, 1904, AML, 453 WP 007

Une place ovale est dessinée pour réduire la monotonie du tracé urbain en même temps que sont prévus de nouveaux immeubles en bordure d’îlot, avec une répartition stricte des classes sociales : les plus aisées sont installées sur les hauteurs, tandis que le bas des pentes est réservé aux ouvriers de la Fabrique.

Parmi les projets les plus aboutis, il faut compter celui qu’engage la Ville à partir de 1919 avec la volonté d’associer ce prolongement à la création d’un monument aux morts sur les hauteurs de la Croix-Rousse, pour lequel Tony Garnier avait d’ailleurs déjà fait des propositions en 1918. Reprenant le dessin pour le monument funéraire de ce dernier, Camille Chalumeau projette un nouvel axe qui passe à côté des jardins de la place Croix-Paquet et aboutit à hauteur de la place de la Croix-Rousse, devenue esplanade monumentale.

Camille Chalumeau (architecte), 1919, Extrait de la Vie Lyonnaise, édition du 26 juillet 1919, AML, 453 WP 007

Camille Chalumeau (architecte), 1919, Extrait de la Vie Lyonnaise, édition du 26 juillet 1919, AML, 453 WP 007

Il modifie également le site de l’Hôtel de Ville et du Grand Théâtre avec un élargissement de la rue Puits-Gaillot et de nouveaux travaux de percement, pour établir une liaison entre la rue de la Martinière et la place Tolozan.

Édouard Guillonet l’architecte Georges Trévoux présentent à nouveau pour cette occasion un projet datant de 1909 comportant plusieurs points communs avec celui de C. Chalumeau, mais la nouvelle rue se profile dans le tracé exact de celle de la République avec, en perspective finale au niveau de la place Bellevue, un monument aux morts surmonté d’une victoire ailée.

Georges Trévoux (architecte) et Edouard Guillon, (gauche : 1909, AML, 38 Ph 240 / droite : 1919, Extrait de La Vie Lyonnaise, édition du 26 juillet 1919, AML, 453 WP 007).

Georges Trévoux (architecte) et Edouard Guillon, (gauche : 1909, AML, 38 Ph 240 / droite : 1919, Extrait de La Vie Lyonnaise, édition du 26 juillet 1919, AML, 453 WP 007).

É. Guillon et G. Trévoux prévoient même de placer la fontaine Bartholdi sur la place de la Comédie agrandie avec de nouveaux immeubles à façade en quart de cercle.

Mais ces deux plans n’aboutirent à aucuns travaux, d’autant plus que c’est le parc de la Tête d’or qui est finalement choisi comme site d’accueil du monument aux morts.

A suivre : partie 2, des années 1930 au projet Martinière-Tolozan des années 1960

 

Par Julien DEFILLON,
Doctorant, Université Lumière Lyon 2, Chercheur, service patrimoine et inventaire, Région Bourgogne – Franche-Comté

 

Sources et bibliographie

Archives municipale de Lyon : 1 S 89, 925 WP 073, 453 WP 007

Bertin Dominique,
Les transformations de Lyon sous le préfet Vaïsse, thèse de doctorat, université Lyon 2, 1986.
De la rue Impériale à la rue de la République. Archéologie, création et rénovation urbaines, Lyon, Archives municipales, 1991.


Julien Defillon

Chercheur, service Inventaire du Patrimoine - Conseil régional Bourgogne - Franche-Comté Chargé de cours, Université Lumière Lyon 2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *