PEINTURE/ZAO WOU-KI (Chine 1920 – Suisse 2013)

«SANS TITRE»
A L’ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE DE LYON CONFLUENCE DE SAVOIRS

« Un tableau : immédiat, entier. Puis on va à gauche, à droite, comme on veut, où l’on a envie, selon ses trajets, et les pauses ne sont pas indiquées. Dès que l’on désire, l’oeil le tient à nouveau, entier. Dans un instant tout est là »
Henri Michaux : Lecture de huit lithographies de Zao Wou-ki, R. Godet, 1950

« Peindre, peindre, toujours peindre, encore peindre, le mieux possible, le vide et le plein, le léger et le dense, le vivant et le souffle»
Zao Wou-Ki

En 1987, lors de la délocalisation à Gerland de l’ENS de Saint-Cloud, Lyon a su grâce « au 1 % artistique » accueillir une oeuvre contemporaine d’un peintre d’origine chinoise Zao Wou-ki né Image 1 BMO 7 DECEMBRE 2015habitué depuis les années 1950 à seulement dater sans titrer son labeur.

Spécifiquement conçue pour le site scientifique Monod, l’huile monumentale oubliée (280 × 460 cm), ce « sans titre », vient d’être revalorisée pour ce nouveau millénaire dans le cadre du master-class « patrimoine de l’ENS de Lyon » par un précieux panonceau que l’on pouvait apprécier lors des Journées Européennes du Patrimoine 2015 dont la thématique était « Le patrimoine du XXIe siècle, une histoire d’avenir », thème prolongé le 27 octobre 2015 par les cinq académies de l’Institut de France : « La transmission, maître et disciples ».

Image 2 BMO 7 DECEMBRE 2015 in Zao Wou-ki Carnets de voyages 1948-1952, Albin Michel,
«1987», créé en six mois par ce peintre alors âgé de 67 ans, fait partie des 21 collections publiques répertoriées en France.

La force créatrice de «1987» émane d’un parcours artistique à l’amplitude planétaire débuté à l’extrémité de l’Eurasie, à Pékin, en 1921, An VIII de la 1ère République chinoise. A l’âge de 27 ans, afin de découvrir momentanément l’Ouest artistique alors symbolisé par un Montparnasse cosmopolite, lieu appris par ses compatriotes avides de l’École de
Paris à l’orée du XXe siècle, le peintre pétri de culture millénaire dénuée de lithographie et peinture à l’huile avait sciemment choisi de quitter son pays en s’embarquant à Shanghai le 26 février 1948.
Vingt ans après la Révolution culturelle qui, définitivement, le fixa dans la Ville-lumière, Zao Wou-ki le peintre, vu « déviant » lors de son 1er audacieux retour en 1973, est reconnu en 1983 au musée national de Pékin où les trois sinogrammes de son nom ont été simplifiés en Image 3 BMO 7 DECMEBRE 2015.

Depuis sa 1ère exposition en 1941 à Chongqing « ville-montagne » de la province intérieure du Sichuan, capitale de repli à plus de 1300 km de la République de Nankin lors de la guerre sino-japonaise, Zao tôt nourri au bord du lac de l’ouest à la nouvelle école des arts de Hangzhou de la province maritime du Zhejiang, non loin du melting-pot des concessions internationales, a bravé de multiples murailles pour des échappées balayées par vents d’est et d’ouest, sous d’immenses ciels d’ailleurs à vertu pédagogique.

D’Europe aux États-Unis, de musées en galeries, il adopte la romanisation Zao de son patronyme figurant dans le prestigieux Livre des Cent noms de lignée matriarcale. Il appartient à la famille impériale de la dynastie des Song révélée à l’Europe savante du XVIIIe siècle par la traduction partielle du père de Prémare d’un drame chinois de Ji Junxiang L’orphelin de la famille Zhao Image 4 BMO 7 DECEMBRE 2015où le 1er sinogramme du titre chinois est celui du patronyme de Wou-ki.

Ce cheminement géographique, pérégrination de quatre décennies hors de son pays natal, parfois lié à de profondes césures personnelles, a nourri une recherche artistique acharnée auprès de grands mouvements artistiques loin de l’engouement des chinoiseries du XIXe siècle. Après son passage à l’académie de la Grande-Chaumière avec Othon Friesz, son 1er prix d’un concours de dessin aux Beaux-Arts de Paris et sa 1ère exposition française à la galerie Greuze en 1949, ses 1ères lithographies sont remarquées par Henri Michaux (1899-1984) qui lui propose un dialogue poétique dès 1950 (Lecture par H. M. de huit lithographies de Zao Wou-ki).

Une décennie plus tard, à la suite de décors et costumes conçus pour le ballet «La perle» de Roland Petit, d’expositions en Suisse où il découvre le Souffle de Paul Klee, le 1er chargé du nouveau Ministère d’État des Affaires culturelles A. Malraux lui commande 10 lithographies destinées à la 2e édition (1962) de sa Tentation de l’Occident (1926), prélude à sa naturalisation en 1964, année d’une reconnaissance diplomatique
avec la Chine populaire de Mao Zedong qu’il médite sous les toits à ciel ouvert de son 2e atelier aux murs aveugles plus spacieux que le 1er, proche de celui de l’exilé Alberto Giacometti. En ces deux étincelantes décennies,
Wou-ki s’échafaude progressivement vers les impétueux courants tourbillonnaires de La valse drapée.

Avec fougue et maîtrise, une maestria de couleur alors anime un art nouveau pour une pleine poésie de l’abstraction picturale. La vivacité des multiples pinceaux élancés ou raccourcis de l’artiste exilé circule sur la toile, un espace défini qu’il éclaire sans limite presque avec insolence en un temps non défini pour élargir et tendre vers le haut des espaces indéfinis.

Image 5 BMO 7 DECEMBRE 2015

«1987» ornant la couverture du Catalogue de exposition Zao Wou-Ki à la galerie nationale du Jeu de Paume en 2003.

« 1987 » symbolise ce refus de l’enfermement en irriguant des surfaces enchevêtrées à géométrie variable aux teintes nuancées d’une fluidité arachnéenne. Un camaïeu bleu violacé à l’image des fleuves, rivières et canaux de sa terre natale accompagnent des corails, espaces de loess ou de déserts à fleur de rosée. La composition semble être soutenue de ramifications grisées semblables aux craquements divinatoires de l’Antiquité chinoise repris dans les essais graphiques de Michaux (Par des traits, 1984).
Toutefois, les trois syllabes chinoises du chef d’orchestre Zao Wou-ki ne regardent que le ciel d’où venait le mandat céleste impérial. Formes et couleurs de« 1987 » seront miniaturisées pour l’émission d’un timbre-poste en 1995.

Image 6 BMO 7 DECEMBRE 2015

Le choix lyonnais fut judicieux. En honorant dans ce prestigieux lieu de recherche l’élan créateur de l’ancien pékinois, Lyon prolonge une singulière histoire multiséculaire avec une certaine sinosphère et s’inscrit dans le processus historique d’une nouvelle pédagogie chinoise initiée à la fin de l’Empire céleste. L’élan créateur de Zao Wou-ki est indissociable de celui de deux des grandes figures progressistes francophiles de l’intelligentsia de la Chine moderne naissante : Ts’ai Yuan-p’ei (Zhejiang 1868-Hong Kong 1940) et Lin Feng-mian (Guangdong 1900-Hongkong 1991). Ts’ai est un prestigieux lettré des examens impériaux, tout premier ministre de l’éducation de la 1ère République de Sun Yat-sen, promoteur des Sociétés d’éducation franco-chinoise et fondateur en 1928 de l’École des arts de Hangzhou dispensatrice alors d’une nouvelle discipline, l’art pictural occidental. Lin, un des précurseurs de l’art chinois moderne honoré en 2011 lors d’une exposition « Artistes Chinois à Paris (oeuvres de 1930 à 1958) » au musée de l’aventurier collectionneur Enrico Cernuschi (1821-1896), continuera l’enseignement inauguré dès son retour de France à une 2e génération dont Zao Wou-ki.
Les dessins et les écrits de ces pionniers nés à la fin de l’ultime dynastie impériale contribueront à étoffer la bibliothèque de l’Institut franco-chinois de Lyon qu’ils visiteront.

Le programme scientifique Cai Yuanpei (Ts’ai Yuan-p’ei) initié en 2009 par les ministères français des Affaires étrangères, de l’enseignement supérieur et le ministère chinois de l’éducation intéresse toujours les doctorants scientifiques de l’ENS Lyon. La présence de l’illustrateur d’A. Rimbaud, H. Michaux, R. Char, Saint John Perse… sur le campus Monod confirme l’ouverture artistique internationale de Métropole Lyon. Traversant les tumultueux courants internationaux du XXe siècle à l’image du « cheval en bronze au sabot volant sur un pied d’hirondelle », son oeuvre se grave durablement dans le nouveau millénaire en éclairant la porcelaine de Sèvres, les 14 vitraux du réfectoire indemne du XIe siècle du prieuré Saint-Cosme bruissant de la poétique ronsardienne. Le parcours interplanétaire de Zao Wou-ki présenté en de multiple expositions novatrices, est, aux côtés de ses compatriotes exilés, l’ancien élève de Lin fixé à Paris depuis 1955 Chu Teh-Chun (Anhui 1920-Paris 2014) et l’architecte concepteur du Louvre Ieoh Ming Pei (Guangdong 1917-201- ), reconnu en décembre 2002 par l’Académie des beaux arts de l’Institut de France, l’équivalent dans l’Empire céleste de l’ancienne Académie de la forêt des pinceaux de l’élu Ts’ai Yuan-p’ei.

Il ne viendrait aujourd’hui à l’idée de personne de romaniser les trois sinogrammes du peintre décédé en 2013 en Zhào Wújí selon les normes officielles de l’alphabet phonétique chinois de 1958. En supprimant les traits d’union si caractéristiques d’une translittération des noms de cette génération d’intellectuels dans la lignée de grands lettrés chinois venus découvrir l’Europe depuis le XVIIe siècle, on gomme la référence immédiate d’une incessante diplomatie créative sino-française incarnée par le grand traducteur devenu lyonnais Li Tche-houa, dernièrement décédé centenaire. « La transmission, maître et disciples » est assurée par les professeurs des diverses écoles provinciales dont ceux de Chongqing, aujourd’hui élevée au rang de 3e municipalité, devenus un temps disciples de l’ancien diplômé et enseignant Maître Zao, lors d’un de ses rares retours en Chine continentale.
Son alma mater, l’ancienne école de Hangzhou à nouveau proche du lac de l’ouest depuis 1946, est devenue Zhejiang Academy of Fine Arts sur un nouveau campus selon l’âme d’un Wang Shu prompte à réintégrer les matériaux des vieux quartiers démolis sans état d’âme. Basé sur la conception ancestrale chinoise du «vide et plein», l’acte incessant de transformer la toile de l’académicien des Beaux-Arts est incarné par les courbes de l’emblème taoïste du féminin, le tàijítú Image 7 BMO 7 DECEMBRE 2015où le 2e sinogramme ji est celui de son prénom Ki.
Ce pommeau de l’épée insuffle sous l’étroit cercle de la garde, l’espace carré de tout sinogramme où se dynamisent des traits rouges de l’antique écriture sigillaire de ses ancêtres recouvrant ainsi toute la sémantique d’une puissance civilisationnelle. L’ensemble guide la hampe effilée vernie d’encre de Chine d’un pinceau imaginaire. L’oeuvre de l’orfèvre géorgien Amachoukeli Goudji et du graveur Richard Texier immortalise Une vision de la spiritualité qui libère les sources de la vie selon François Cheng, son cadet de neuf ans, tôt rencontré à l’Alliance française.

Le slogan des lettrés chinois du XIXe siècle « savoir occidental pour la pratique savoir chinois comme fondement »Image 9 BMO 7 DECEMBRE 2015se métamorphose avec le déraciné Zao Wou-ki. Son oeuvre s’adresse au-delà de la sinosphère, à la planète entière, à tous les ciels, à tous les vents, à un au-delà des apparences, à une poésie où s’arrime le Souffle invisible.
Dans la civilisation chinoise, la peinture est nommée poésie silencieuse. A quand une exposition dédiée à celui qui, toujours les yeux enluminés, même face au deuil de la parole, au tout nouveau musée Confluence, réceptacle des collections de l’orientaliste lyonnais Emile Guimet ?
Pour une ample lumière fédératrice !

Par Chantal-Marie AGNES, conférencière et sinologue

 

Voir également du même auteur :
Lumières de Lyon Bulletin municipal officiel de Lyon n° 6087.
Le chant d’un ancien pensionnaire de l’Institut franco-chinois de Lyon, BMO Lyon n° 6074.
Premières étudiantes chinoises à Lyon, BMO Lyon n° 6107.
Musée des Beaux-Arts de Lyon : 1ère acquisition d’une chinoiserie du XXe siècle Malade fiévreuse : fresque d’un maquillage, BMO
L’Institut franco-chinois (1921-1946) : une institution originale au service de l’identité lyonnaise, BMO Lyon n° 6063.
Le fonds chinois de l’Institut franco-chinois : un exemple de fortune littéraire, BMO Lyon n° 5818.
A propos d’une étape méconnue et décisive de la Civilisation chinoise in Annales de l’Académie des Sciences, Belles-lettres et Arts, 2006.
Matteo Ricci : Genèse d’une transmission in Annales de l’Académie des Sciences, Belles-lettres et Arts de Lyon, 2012.
François Cheng : du boursier chinois à l’académicien français, in Annales de l’Académie des Sciences, Belles-lettres et Arts de Lyon, 2015.
Édouard Herriot promoteur d’une diplomatie sino-française, BMO Lyon n° 6120 et n° 6121.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.