PATRIMOINE/Aqueducs romains de Lyon….

Tout au long du mois de juin, dans le cadre du Challenge AZ, nous vous proposons d’explorer les ressources disponibles dans les fonds des Archives municipales de Lyon.

Aujourd’hui, Y comme Yseron, l’un des aqueducs romains de Lyon…

Lugdunum, une ville qui manquait d’eau

La colonie de Lugdunum est fondée sur le site de Fourvière par Lucius Munatius Plancus, proconsul en Gaule, en 43 avant notre ère. Elle est stratégiquement placée sur un promontoire à 300 mètres d’altitude. Cette particularité l’isole de la Saône, du Rhône et des sources présentes sur les versants de la colline. Seules les eaux de pluie et celles présentes dans le sous-sol alimentent alors la colonie.
Lugdunum se développe, la cité bénéficiant d’attentions de la part du pouvoir impérial, et devient la capitale des Gaules sous l’empereur Auguste. Elle semble compter plusieurs dizaines de milliers d’habitants.

L’augmentation de la population accroît le besoin en eau qui occupe une place centrale dans le mode de vie romain (thermes, fontaines, bassins…). Or les ressources disponibles sont insuffisantes. Les Romains ont donc recours à la construction d’aqueducs permettant de capter l’eau des sources situées dans les massifs montagneux à l’ouest de Lugdunum et de la conduire jusqu’aux réservoirs construits dans la cité.

Alimenter la ville en eau

Un aqueduc est un canal maçonné construit en pente faible pour que l’eau s’y écoule lentement. Il est étanchéifié par un enduit de mortier et couvert par des dalles ou par une voûte selon ses dimensions. Le canal est en grande partie souterrain mais repose aussi sur des arches, des ponts, ou traverse des tunnels selon le relief de son parcours. A Lyon, le franchissement de profondes vallées contraint les Romains à construire des ponts-siphon. Ces ouvrages acheminaient l’eau d’un versant à l’autre grâce à des conduites forcées (dans des tuyaux de plomb) et à des réservoirs selon le principe des vases communicants. Le réseau des aqueducs de Lyon compte 9 siphons (soit près du tiers des siphons connus dans le monde romain) ce qui explique que des chercheurs qualifient la ville de
« capitale des siphons ».

Restes d’aqueduc à Chaponost – 8PH_0319 ©Archives municipales de Lyon

A ce jour, quatre réseaux d’aqueducs ont été identifiés: celui du Mont d’Or long de 26 km, celui de l’Yzeron de 27 km, celui de la Brévenne de 70 km, et celui du Gier de 86 km. L’ensemble formait, avec celui de Rome, l’un des meilleurs équipements du monde romain.
Les travaux archéologiques en cours ne permettent pas encore de dater précisément la construction des ouvrages, mais il semblerait que les aqueducs du Mont d’Or et de l’Yzeron aient précédé ceux du Gier et de la Brevenne.
Leur utilisation cesse lorsque le site originel de Lugdunum est délaissé au profit des bords de la Saône, de la presqu’île et de la colline de la Croix-Rousse.

La problématique de l’’eau au 18e siècle

Au 18e siècle, Lyon s’est largement étendue en plaine et sur la colline de la Croix-Rousse. A la veille de la Révolution c’est une ville dynamique de près de 150.000 habitants. Elle bénéficie des eaux de la Saône et du Rhône, des sources des versants, et de nombreux puits. Pourtant la distribution de l’eau en ville reste un problème qui nécessite une réflexion constante. L’Académie de Lyon pose la question de l’approvisionnement en eau dans le cadre de concours ouverts à tous qu’elle réitère plusieurs fois jusqu’au milieu du 19e siècle.

En 2016, les Archives municipales de Lyon consacraient une exposition aux relevés d’aqueducs romains réalisés l’architecte Guillaume Marie Delorme au 16e siècle.
> Découvrez le livret consacré à cette exposition

Par Melody ANGEVIN, chargée de l’exposition « Monument de papier »aux Archives municipales de Lyon

Archives de Lyon

Point de rencontre entre le centre historique et le nouveau quartier de la Confluence, les Archives de Lyon conjuguent passé et modernité. Derrière une grande verrière, au coeur de l’ancien centre de tri postal entièrement réhabilité se trouvent plus de huit siècles de mémoire lyonnaise. Les archives produites par l’administration municipale depuis le Moyen-âge sont précieusement conservées sur des kilomètres de rayonnages. Des archives de familles, d’entreprises, d’associations, de syndicats, d’architectes, de photographes viennent compléter ces sources de l’histoire de Lyon, et rendre compte de la diversité sociale et culturelle du territoire au fil du temps.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.