PERSONNAGE/Georges Martin Witkowski…

Tout au long du mois de juin, dans le cadre du Challenge AZ, nous vous proposons d’explorer les ressources disponibles dans les fonds des Archives municipales de Lyon.

Aujourd’hui, W comme Witkowski…
…Georges Martin de son prénom.

witkoski

Georges Martin Witkowski – Archives municipales de Lyon

La répression sévère de l’insurrection des Polonais contre le partage de leur pays entre la  Russie, l’Autriche et la Prusse, en 1830, par l’armée russe pousse, entre janvier et novembre 1831, dix mille émigrés polonais vers la France, en majorité des diplomates ou militaires dont Lucien Witkowski.

Peu avant 1840, après son mariage avec Justine Léveillée, Lucien Witkowski s’installe à Angers et devient professeur de piano. Une de ses trois enfants, Blanche, se marie en 1862 au capitaine de Hussard Martin. De ce mariage naquis en 1867, à Mostaganen, Georges-Martin Witkowski.

A la suite du décès de Martin, Blanche retourne en 1869 à Angers . G.-M. Witkowski est élevé surtout par son grand-père Lucien. C’est en souvenir de cette éducation que Lucien demande à Georges de porter son nom.

Blanche quitte Angers et s’installe à Rennes comme professeur de chant. Elle y épouse l’organiste de la cathédrale et ami de césar Franck et d’Alexandre Guilmant, Eugène Henri.

Au collège Saint-Vincent-de-Paul, à Rennes, l’élève G.-M. Witkowski rencontre pour la première fois Guy Ropartz, comme lui élève d’Eugène Henri.

Après le collège de Rennes, âgé de dix ans, G.-M. Witkowski est inscrit au Prytanée militaire de la Flèche. C’est à cette époque que se situe sont premier contact avec la direction d’orchestre et la composition.

En 1887, âgé de vingt ans, G.-M. Witkowski entre à l’école militaire de Saint-Cyr.

Il profite de ses dimanches pour se rendre à Paris, à Saint-Sulpice, écouter César Franck. Ce dernier, sous la recommandation du beau-père de G.-M. Witkowski, Eugène Henry, l’accueille à sa tribune pendant les offices. Witkowski traduit son admiration pour Franck en plaçant sur son bureau de Paladru le portrait de l’auteur des Béatitudes.

Witkowski passe l’année 1890 à Saumur. Il participe comme à Saint-Cyr, à la fête des élèves avec une nouvelle composition Saumuropol, opertte-bouffe en deux actes. De ces cinquante pages de musique, il n’a été publié que la Ronde de la nuit sur un air populaire, l’une des trois œuvres jouées sous la direction de Luigini aux concerts Bellecour en 1891 et 1892.

Pendant l’été 1890, Witkowski compose le Maître à chanter , un petit opéra-comique qui reçoit à Nantes, au théâtre Graslin, un accueil favorable.

A la sortie de Saumur, G.-M. Witkowski est envoyé en Garnison à Lyon. Il y trouve une certaine activité musicale lui permettant de faire jouer ses œuvres.

Après son mariage, le 4 octobre 1892, avec Jehanne Giraud, G.-M. Witkowski passe régulièrement ses étés à la Combarrière, maison familiale des Giraud à Paladru.

Le compositeur

« Il a laissé une œuvre imposante, lourde de science, qui pour l’instant reste dans l’ombre. On la découvrira un jour et l’on aura la révélation d’une maîtrise de l’écriture, d’une profonde richesse lyrique… »

Ennemond Trillat, cahier de souvenirs

Jacques Durand organise, entre 1910 et 1913, sous le patronage de Saint-Saëns et d’Indy, salle Gaveau, plusieurs concerts où le nom de Witkowski côtoient, sans heurt, ceux de Ravel et Debussy.

En 1911, à la Société nationale, G.-M Witkowski crée avec les musiciens de l’orchestre Lamoureux sa deuxième symphonie, dédié à Edouard Aynard, qu’il dirige le 13 mai 1911. Ravel et Debussy en salue la qualité et la profondeur musicale.

On y discerne à tout instant, un musicien profond, vivrant, vibrant qui a su accepter sans révolte la discipline et les macérations qui lui furent imposées au nom de je ne sais quels dogmes absurdes.

Maurice Ravel dans  S.I.M., 15 février 1912

A partir de 1912, G.-M. Witkowski passe à une nouvelle étape de son activité créatrice. Il s’inspire d’une œuvre littéraire, les poèmes de Louis Mercier, pour une composition impressionniste.

A l’automne de 1919, la commission du  prix Lasserre attribue son prix au Poème de la Maison

En donnant  aujourd’hui le  Poème de la maison, la Société des Grands concerts a voulu faire œuvre de décentralisation artistique. Il fallait, en effet, que la première audition de cette œuvre de deux auteurs lyonnais fut réservée à Lyon, où d’ailleurs seize années de labeur ont réalisé des moyens d’exécution qu’on trouverait difficilement réunis à Paris en ce moment.

G.-M. Witkowski, Programme du concert du 26 janvier 1919

Le chef d’orchestre

Dès les premières années de l’orchestre, les avis sur les capacités de Witkowski à diriger sont favorables. En 1924, Il est envoyé à Prague par l’administration des Beaux-Arts pour diriger les œuvres de musiciens contemporains, de Schmitt, d’Honegger, de Stravinsky et de Roussel.

Sa carrière de compositeur, solidement établie, s’achève avec sa dernière composition, le Docteur Ox, qu’il dirige peu de temps avant sa mort, à la salle Rameau.

Witkowski était un autodidacte de la baguette. Son souffle ardent ne pouvait compenser une absence de formation technique qui d’ailleurs ne s’apprenait pas en France.

Ennemond Trillat, Cahiers de souvenirs.

Si le chef d’orchestre aime ce qu’il dirige[…] il le dirige bien…avec tout son cœur […] s’il n’aime pas ce qu’il dirige, inutile de faire quoi que ce soit, tout ce qu’on dira ne fera que rendre l’exécution plus inexpressive.

G.-M. Witkowski à Florent Schmitt, 23 novembre 1913

Le fondateur de la salle Rameau

Pour la construction d’une nouvelle salle de concerts, Witkowski exploite un important réseau lyonnais de disponibilités pour le domaine musical. Il propose un projet réunissant la Ville de Lyon, propriétaire d’un terrain près de la place Sathonay, la Compagnie immobilière du première arrondissement qui construit l’édifice et des souscripteurs.

La dépense est estimée à 500.000 francs nécessitant un emprunt de 300.000 francs, divisé en soixante bons de 5000 francs, remboursable sur soixante années par tirage au sort. Chaque bon donne droit à un fauteuil gratuit à toute les séances de l’abonnement pendant une durée de soixante années. Parmi les souscripteurs, figurent des personnalités connus à Lyon par le mécénat.

Le 19 mai 1907, le Président de la République, M. Fallières, en visite officielle à Lyon, pose la première pierre de la nouvelle salle. A la fin de l’année 1907, la salle prend est baptisée salle Rameau. L’inauguration a eu lieu le dimanche 8 novembre 1908 par un le 3ème acte des Fête d’Hébè de Rameau.

Depuis huit jours, Lyon possède une salle de concert, une salle spacieuse, sonore et commode, une salle où la musique est chez elle….Paris sera bientôt la seule ville en France qui n’ait point de salle de concert [….] Witkowski a réussi,  par son initiative, a doter Lyon d’une salle de concerts et ce dernier n’est pas le moindre de ceux qu’il rendus la musique dans la seconde ville de France.

Pierre Lalo, Le Temps

 Lyon a une salle de concerts. Paris n’en a pas. Telle est la mélancolique constatation de M. Pierre Lalo, l’éminent critique du Temps. Elle est de nature à satisfaire pleinement l’amour-propre lyonnais.

Louis Buyat, Assemblée nationale 1909.

L’heureux M. Witkowski compositeur et chef d’orchestre des Grands Concerts de Lyon a su acquérir d’emblée son immeuble. Il est chez lui dans une salle faite pour lui, qui porte le nom du plus grand des musiciens français : Rameau.

Louis Buyat, Assemblée nationale 1909.

Par Noëlle CHIRON-DOREY, archiviste aux Archives municipales de Lyon

Archives de Lyon

Point de rencontre entre le centre historique et le nouveau quartier de la Confluence, les Archives de Lyon conjuguent passé et modernité. Derrière une grande verrière, au coeur de l’ancien centre de tri postal entièrement réhabilité se trouvent plus de huit siècles de mémoire lyonnaise. Les archives produites par l’administration municipale depuis le Moyen-âge sont précieusement conservées sur des kilomètres de rayonnages. Des archives de familles, d’entreprises, d’associations, de syndicats, d’architectes, de photographes viennent compléter ces sources de l’histoire de Lyon, et rendre compte de la diversité sociale et culturelle du territoire au fil du temps.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *