MUSIQUE/La vie musicale à Lyon au 18e siècle (1/5)

L’engouement pour la musique baroque à l’aube de XXIe siècle, pour des raisons variées, ne cesse de grandir : peur de perdre notre identité européenne en pleine mondialisation ? Impuissance de la musique contemporaine à nous émouvoir ? Modifications du goût ?
Quoi qu’il en soit, les fonds de la bibliothèque municipale de Lyon, d’une richesse insoupçonnée, ont failli dormir éternellement, nous privant d’œuvres qui aujourd’hui nous émeuvent encore (1).
Où s’exerce la vie musicale à Lyon au XVIIIe siècle ?

Les représentations d’opéras et de pièces de théâtre ne sont pas alors données dans des lieux distincts. “En 1677, J. Hardouin-Mansart envisage de construire à Bellecour deux théâtres circulaires, l’un couvert, l’autre ouvert. On continue d’utiliser des locaux de fortune : salle de la rue Pizay (de 1687 à 1689); maison Chaponay dite Salle de l’opéra (de 1689 à 1711); salle de l’Hôtel du Gouvernement (de 1711 à 1722); salle de la Raquette royale (de 1722 à 1756); jeux de paume qui accueillent bateliers et comédiens ambulants, comme ceux de Molière, jusqu’à la construction de la Salle des spectacles (1756, J.G. Soufflot & M. Munet)”(2).

Plusieurs de ces salles n’ont pas été encore situées avec précision: salle “de Saint-Clair”, de la place des Jacobins (chapelle de Notre-Dame de Confort ?), de la place des Cordeliers (chapelle de pénitents ?), avant la construction de la salle du concert, achevée en 1726 sur les plans de Pietro Santa, désaffectée en 1773, vendue en 1791, transformée en habitation et finalement démolie en 1856 lors de la construction du Palais du Commerce.

Derrière une façade rococo décorée de pots à feux, de lions et de masques sculptés par Marc II Chabry s’étendait au rez-de-chaussée une salle de 20 x 10 m environ, “une sorte de conque propre à distinguer les voix, dont les murs sont tenus par des tirants afin de prévenir tout mouvement”(3).

Salle du Concert, élévation de la façade © Archives municipales de Lyon

Quant à la salle de Bellecour, dite de l’Opéra, supposée par erreur du côté Sud (4), elle était en fait côté Saône; en bord de la rivière, jouxtant l’actuelle rue du Plat ainsi que le montre un plan levé en 1700 sous la direction de Robert de Cotte (5).

D’autres manifestations occasionnelles et insolites se reproduisent à Lyon et dans la capitale, comme la procession-défilé qui accompagne le rachat des chrétiens enlevés par les musulmans. Deux ordres religieux ceux de la Trinité et de la Mercy payaient la rançon.

Sabatier (6) en 1785 en fait une relation détaillée:

“Le Lundi 12 du mois de Septembre 1785, cent douze des trois cent treize François esclaves dans la Régence d’Alger, rachetés par les Commissaires des deux ordres de la Trinité & de la Mercy arrivèrent à Lyon… Le lendemain, à huit heures & demie du matin, la procession solennelle sortit de l’Eglise de la Trinité; les trompettes, les tymbales de la ville la précédoient à cheval. La Bannière de la Très-Sainte Trinité de la Rédemption des captifs portée par un des esclaves étoit à la tête de la première division… La marche de cette magnifique & attendrissante procession étoit fermée par MM les Commissaires du Roi… Ils portoient chacun une palme cueillie sur les côtes d’Afrique, symbole de leur œuvre méritoire. MM les Chanoines réguliers de la Trinité… terminoient cette majestueuse procession en chantant le beau psaume In excite Israël… Indépendamment de la musique militaire… il y avoit au-devant de chaque division un corps de symphonie…”(7).

Cette relation nous apprend que, outre tous les types de musiques alors en usage dans ces circonstances, il était chanté des psaumes, un en particulier qui s’imposait par son sujet: In excite Israël (Psaume 113): “Lorsque Israël sortit de l’Egypte et la maison de Jacob du milieu d’un peuple barbare…”

Par Hyeja GARDES-SONG
(à suivre)

NOTES
1 Hyeja Gardes-Song, Restitution et commentaire d’œuvres dramatiques du fonds musical de la Bibliothèque municipale de Lyon : Échantillon du goût musical en France au XVIIIe siècle, Thèse de Doctorat, 1993, Université Lumière Lyon II, Musicologie, deux volumes.

2. GARDES G., Lyon l’art et la ville, Paris, Lyon 1988, II, p.58.

3. Ibidem.

4. Trois siècles d’opéra à Lyon, 1982, p.26.

5. Paris, BN, Estampes, voir MARCEL-LEVI P., Inventaire des papiers manuscrits du cabinet de Robert de Cotte… Mâcon, 1906, n°603 (cliché 73 c 58359). Gardes G., La décoration de la place royale de Louis Le Grand (Place Bellecour), 1686-1793, IV Les plans et les façades, Bulletin des Musées et Monuments Lyonnais, volume V, 1975, n° 3 page 354/64, (voir figure 2 du présent article).

6. TRICOU J., Notes et souvenirs d’Antoine Sabatier sur les églises et chapelles de Lyon (1768-1770), Lyon, 1923.

7. Relation du passage à Lyon des esclaves français rachetés à Alger…, Lyon, 1785.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 21/03/2016

    […] : 1. Analyse du dictionnaire Le Robert. 2. Voir HISTOIRE/La vie musicale à Lyon au 18ème siècle (1/3) et HISTOIRE/La vie musicale à Lyon au XVIIIe siècle (2/3) 3. Joseph François SALOMON […]

  2. 17/05/2016

    […] 1 Voir MUSIQUE/La vie musicale à Lyon au 18e siècle (1/4), MUSIQUE/La vie musicale à Lyon au 18e siècle (2/4), MUSIQUE/La vie musicale à Lyon au 18ème […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.