DÉCOUVERTE/Stage lyonnais de deux Pékinois au siècle de Pierre Poivre (1719-1786)

Jusqu’à La Renaissance, le lien culturel sino-européen reste ténu.
En France, en septembre 1684, le Mercure galant annonçait à ses lecteurs : « Vous serez sans doute bien aise d’apprendre que le Père Couplet jésuite est de retour de la Chine, où il était allé travailler aux Missions, et qu’il en a amené un jeune Indien de Nankin, capitale de la province du même nom »[1]. Cet « Indien de Nankin », un converti versé en latin, est le premier sujet connu de l’Empire céleste présenté à Versailles le 15 septembre 1684. Avec Philippe Couplet, un des six mathématiciens de Louis XIV envoyés auprès du 2ème empereur mandchou Kangxi, il symbolise l’ouverture d’une mission diplomatique française initiée par les disciples d’Ignace de Loyola et veillée par cette dynastie de la Chine et de la Tartarie oscillant entre intolérance et tolérance religieuse depuis 1644.

En ce temps de renouveau missionnaire, la vie intellectuelle à Lyon, ville manufacturière sans parlement et sans université, s’anime autour de jésuites guidant le Collège royal de la Trinité. Un de leur mécène, l’imprimeur Horace Cardon, présentait en 1616 l’édition princeps française de la mission pionnière conduite à Pékin par Matteo Ricci (Macerata 1552-Pékin 1610)[2]. La diffusion européenne de cette volonté inédite d’introduire les sciences occidentales avec une christianisation permanente intégrant des rites millénaires confucéens provoque aux deux extrémités de l’Eurasie une interrogation parmi les ordres concurrents et les élites philosophiques. Toutefois, ces controverses dites « Querelle des rites chinois » ne freineront nullement l’engouement pour cette extrême-Asie qui, contre toute attente, va se poursuivre selon de singulières péripéties au siècle de Pierre Poivre, gone né en rue Grenette et baptisé en l’église Saint-Nizier le 23 août 1719.

À l’orée de ce XVIIIe siècle névralgique, après une scolarité sous les auspices de la nouvelle congrégation des joséphistes née en 1659, le jeune Pierre poursuit son cursus à la Société des Missions étrangères de Paris (MEP), instance religieuse apparue en 1663 respectant l’interdiction papale des rites chinois.
Pourtant, 10 ans après l’édit antireligieux de 1724 du 3ème empereur Yongzheng, la France des Lumières pense toujours cet Orient selon les références épistolaires jésuites[3] rassemblées en 1735 par un Jean-Baptiste du Halde[4] qui n’est jamais « allé à la Chine » selon l’expression alors en vigueur.
Ainsi, Louis XV découvre aux côtés des secrets de la porcelaine de Jingdezhen la première traduction partielle du Petit orphelin de la famille Zhao, œuvre théâtrale chantée composée à l’ère mongole par le pékinois Ji Junxiang[5], et voit un Pierre Poivre souhaitant également « aller à la Chine » après son noviciat parisien « hors jésuites ».

Le premier périple maritime vers les Indes orientales de l’apprenti missionnaire âgé de 21 ans débute en janvier 1741 au port de Lorient et se termine six mois après au comptoir portugais de Macao, zone d’attente obligatoire avant d’atteindre Guangzhou (Canton) toujours unique port ouvert aux étrangers à l’ère du 4ème empereur Qianlong. Le sieur Lepoivre ainsi dénommé[6] ne reviendra qu’en 1748 banni des MEP et privé de son bras droit pulvérisé par un canon anglais lors de son rocambolesque retour[7] pour repartir l’année suivante.

Vingt-cinq ans après cette première expérience décisive arrivent dans la capitale des Gaules deux jésuites pékinois présents en France depuis mars 1752 : Louis Ko et Etienne Yang.Aussitôt, l’ancien drapier du quartier Saint- Nizier, Melchior Parent devenu 1er commis du ministre Henri Bertin récent intendant de la généralité de Lyon (1754-1757) reçoit à Paris : « Mr votre frère [Pierre Parent] nous a reçu avec bien de la bonté et a toute sorte d’attention pour nous conduire au but de notre voyage »[8].
Ces deux chinois nés à la fin de l’ère Yongzheng respectivement Guo (Ko) Leisi  PHOTO-1et Yang Dewang   PHOTO-2 ont appris avec leurs précepteurs jésuites à l’abri des persécutions le français et le latin[9], indispensable formation linguistique à l’accès – non aux concours mandarinaux – mais à ce long périple vers l’Est débuté le 7 juillet 1751.
Ils poursuivent leur formation selon le ratiostudiorum de deux Collèges jésuites royaux : Henri IV à La Flèche puis Louis Le Grand à Paris. Ils visitent les manufactures royales de porcelaine et de la Savonnerie. Cependant, ils n’auront pu assister à la première représentation à la Comédie Française le 20 août 1755 de L’orphelin de la Chine, réinterprétation en cinq actes versifiés du Petit orphelin de la maison Zhao par un Voltaire plus enjoué par un Kangxi mandchou sinisé que le Montesquieu des Lettres persanes récemment décédé ou qu’un Diderot encyclopédique.

Dès le vendredi 21 septembre 1764, le diligent Poivre voué « à la perfection de nos arts »[10] devenu membre de l’Académie et de la Société royale d’agriculture de Lyon «abandonne tout à sa campagne où la besogne ne manque pas » pour établir avec Pierre Parent un judicieux programme en ce temps de vendange. Les deux chinois sont aussitôt conduits à la bibliothèque du Collège royal alors repris par les Oratoriens depuis 1762 : « je veux qu’ils voyent la grande et belle histoire manuscrite de la Chine en 32 volumes du jésuite Joseph de Mailla », fruit de 45 années pékinoises[11]. Puis, ils se consacrent à « tout ce qui regarde la soye, c’est-à-dire le devuidage, le doublage et le moulinage […], tout ce qui regarde la teinture, c’est-à-dire les cinqcouleurs primitives », objet essentiel dira le fils du teinturier étudiant à Pondichéry la peinture des toiles[12]. Le tirer à l’argue d’un M. Pitra et la mécanique des moulins performants d’un M. Jentet leur sont expliqués. Poivre les mène aussi à sa nouvelle villégiature jouxtant une ancienne chapelle, la Fréta de Saint-Germain-au-Mont-d’Or acquise en 1758, pour leur dérouler l’art du filage autour de son rouet de célibataire et de tous ses ustensiles et la passion de ses curiosités : tapisserie en papier de chine, collection d’objets chinois, pavillon et jardin chinois, toutes disparues depuis 1885. Par ailleurs, le tandem jésuite sollicite « une petite bagatille »[13] auprès de Bertin : voir en Dauphiné la récolte des soies et dans le Forez le travail de l’acier et du charbon.

Leur stage pédagogique sur l’ample savoir-faire d’une sphère lyonnaise achevé à la satisfaction générale, ils regagnent le 10 novembre 1764 un Paris expurgé de jésuites.Leur séjour se prolonge afin de s’assurer auprès du Roi d’une protection financière ultérieure. Quinze ans après leur arrivée à Lorient, ils retournent en Chine en janvier 1766 dûment munis de précieux spécimen de l’art lyonnais à remettre à l’empereur Qianlong et d’une série de 52 questions sur leur pays élaborées par un Turgot (1727-1781) soucieux de formation et de distribution des richesses. A Pékin, ils retrouvent les jésuites Jean Attiret ancien résident à Lyon avant son noviciat, et Michel Benoist, concepteur de l’horloge d’eau du nouveau Palais d’été impérial et désormais gestionnaire de la pension royale[14].
Une décennie après, en dépit de la suppression de leur Compagnie en 1773 par le bref de Clément XIV, il s’ensuit une nouvelle série de publication dont le premier tome est introduit en français après de « longues et pénibles recherches » par Aloys Kao alias Louis Ko, soucieux de vouloir perfectionner nos arts royaux « par les connaissances qui viendront dans la suite de la Chine ». Suite des Lettres édifiantes et curieuses interdites depuis 1776,les Mémoires de ces derniers jésuites de Pékin publiées sous le vocable neutre de missionnaires[15] seront avec cette précieuse signature chinoise la référence incontournable sur l’Empire céleste au-delà de la Révolution, jusqu’à la création en 1814 de la 1ère chaire de langues et civilisations chinoises et tartare-mandchoues au Collège de France.

En 1812,une huile sur toile, technique encore inconnue en Chine, du peintre Anicet Lemonnier met en scène pour l’impératrice Joséphine le siècle de Poivre avec un Le Kain déclamant pour une élite mixte L’orphelin de la Chine[16] sous le buste de son ami Voltaire assenant dès 1764 dans son dictionnaire portatif : « Nous n’avons aucune maison en Europe dont l’antiquité soit aussi bien prouvée que celle de l’empire de la Chine ».

Au XXe siècle, à Lyon,une plaque en la basilique Saint-Martin d’Ainay rappelle la singulière fortune de Poivre sans en mentionner sa toute 1ère lointaine destination « à la Chine »[17]. Pourtant, 80 ans après l’arrivée de « l’indien de Nankin » alias Shen Fuzong  PHOTO-4, le stage pionnier en Lyonnais de Louis Ko (1732 -1790) et d’Etienne Wang (1733 – 1798) et leur correspondance publiée de leur vivant sont des fils significatifs sur la trame de l’Histoire sino-européenne[18].
La promotion en 1921 de l’Institut franco-chinois par l’orientaliste Maurice Courant détenteur en 1900 de la 1ère chaire de sinologie de la toute nouvelle Université de Lyon confirme durablement l’originalité de ces regards croisés[19]. Ce lien multiséculaire assure au XXIe siècle un rôle de premier plan à la métropole de Lyon qui accueille des milliers d’étudiants chinois pouvant ainsi découvrir au fort Saint-Irénée le nouveau centre pour la promotion des relations avec leur pays toujours investi dans les sciences occidentales et l’enseignement du français et du latin.

 Par Chantal-Marie AGNES de l’Institut Franco-Chinois de Lyon

Notes :

[1] Lettre contenant plusieurs particularités touchant le Père Couplet jésuite (1623 – 1693), arrivé depuis peu de la Chine avec un jeune Chinois in le Mercure galant, sept. 1684

[2] N. Trigault (1577 – Chine 1628) : Histoire de l’expédition chrétienne au royaume de la Chine, Horace Cardon (1565-1641), Lyon, 1616

[3] Lettres édifiantes et curieuses, écrites des Missions Étrangères par quelques Missionnaires de la Compagnie de Jésus, Paris, 1702-1776

[4] Du Halde (1674-1743) : Description géographique, historique, chronologique, politique et physique de l’Empire de la Chine et de la Tartarie chinoise, Paris, J-B Mercier, 1735

[5]PHOTO-3; J. de Prémare (1666 – Macao 1736) : Tchao-chi-cou-eul ou Le petit orphelin de la maison de Tchao, Pékin, 1731, Ms BNF

[6]A. Lefebvre : Court narré de la vie du Sieur Lepoivre, 1746, Ms MEP V800

[7] P. Poivre : Voyage d’un philosophe ou Observations sur les mœurs et les arts des peuples de l’Afrique, de l’Asie et de l’Amérique, Yverdon, 1768

[8] Lettre de Louis Ko à Melchior Parent du 27 septembre 1764 in H. Cordier (1849-1925) : Les correspondants de Bertin (1720-1792) in T’oung Pao, vol. 14, 1913

[9] Un premier dictionnaire latin – chinois de 7000 idéogrammes composé à Nankin entre 1694 et 1699 par le franciscain Basile de Glemona circulait sous forme manuscrite

[10] Discours de Pierre Poivre lu à l’Académie des Sciences Belles Lettres et Arts de Lyon Ier mai 1759, Ms 187 f°19

[11] Le manuscrit avant d’être déposé à la Bibliothèque nationale de Paris fut remis à l’abbé J.-B. Grosier qui en entreprend la publication posthume

Joseph de Moyriac de Mailla (1669 – Pékin 1748) : Histoire générale de la Chine ou annales de cet empire, 12 vol., Paris, 1777-1783

[12] P. Poivre : Recherches sur la méthode en usage de la côte de Coromandel dans la peinture des toiles de coton, lu à l’Académie de Lyon le 4 décembre 1760

[13] Lettre de Poivre à Melchior-François Parent, Lyon, le 27 septembre 1764 et Lettre de Louis Ko à Melchior Parent Lyon, le 27 septembre 1764

[14] Jean Attiret (1702 – Pékin 1768) est à Lyon de 1730 à 1733 avant son départ en Chine en 1738. Michel Benoist (1715 – Pékin 1774) est présent en Chine depuis 1744

[15] Mémoires concernant l’Histoire, les Sciences, les Arts, les Mœurs et les Usages des Chinois par les Missionnaires de Pékin, Paris, 1776-1814

[16] A. Lemonnier (1743-1824) : LaLecture de l’orphelin de la Chine chez Madame Geoffrin, Huile sur toile (H 1,300 ; L. 1,950), 1812, Musée national de La Malmaison

[17] Plaque inaugurée le 10 avril 1996 : « Le 8 janvier 1786 a été inhumé dans cette basilique Pierre Poivre né à Lyon le 23 août 1719 grand voyageur botaniste et intendant du       roi Louis XV pour les îles de France et de Bourbon »

[18] Au Moyen-âge, le pape Innocent IV alors réfugié à Lyon envoie des franciscains à Karakorum et Kubilai Khan envoie le chrétien nestorien Rabban Sauma à Paris

Fan Shouyi : Chinois ayant écrit un compte-rendu de son voyage en Europe ; il sera partiellement publié seulement en 1936

Shen Fuzong (1657- décès en mer à son retour 1692), proche de Thomas Hyde (1636 – 1704) a établi à Londres le catalogue de la Bodleian Library’s sinica

Arcade Huang alias Huang Jialue (Chine 1679 – Paris 1716) ramené par les MEP en 1704 sera l’auteur du premier dictionnaire chinois-français

[19] Agnes Ch-M. : Edouard Herriot, promoteur d’une diplomatie sino-française, Bulletin municipal officiel de Lyon n° 6120 et 6121


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Philippe Carry dit :

    Madame AGNÈS,
    Votre article est passionnant et formidablement documenté. Je le transmets à Christophe Comentale, Conservateur en chef du Musée de l’Homme et sinologue.
    Avez-vous des illustrations ?
    Grand MERCI !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *