PERSONNAGE/Louis Joseph Eusèbe CAVEROT, Archevêque de Lyon

Eusèbe Casero ©Collection privée

(né le 26 mai 1806 à Joinville, décédé le 23 janvier 1887 à Lyon)

« La droiture de l’esprit et du cœur, que Dieu me la conserve jusqu’à mon dernier jour »

Des nombreux cardinaux de Lyon, Monseigneur Caverot semble peu connu mais grâce à l’ouvrage de J. Déchelette[1], son contemporain et vicaire général, on découvre un pasteur qui a marqué notre ville.

Son père, de bonne bourgeoisie bourguignonne, est un des mille français volontaires « otage de la liberté du Roi » (Louis XVI) après son retour de Varennes, offrant leurs têtes en garantie à ceux qui craignent une nouvelle évasion. Après un an de prison, il ne doit la vie sauve qu’à la mort de Robespierre. Par la suite, conservateur des hypothèques de Chatillon sur Seine, décoré de la Légion d’honneur par le futur Charles X, il élève son fils dans l’amour de la France des cathédrales.

Formé par les jésuites près d’Amiens, bachelier ès-lettres en 1824, il montre à Dôle son courage, sauvant un enfant de noyade dans le Doubs.
Il entre au noviciat des jésuites en 1825 mais cela ne lui correspond pas et décide d’étudier le droit à Paris. Une courte expérience d’employé du ministère de la Guerre ne le convainc pas plus. Son passage à Paris lui permet de côtoyer Lamartine ou le jeune Montalembert chez l’abbé de Rohan.

En 1828, il trouve sa voie et entre au séminaire de Saint-Sulpice au moment de l’expulsion des jésuites de l’enseignement par Charles X. Tonsuré en 1829 à Besançon, ordonné prêtre le 19 mars 1831 à Dijon, après un passage en paroisse il rejoint, à 29 ans, l’abbé de Rohan devenu cardinal à la cathédrale de Besançon.

Comprenant toute l’importance de la formation de la jeunesse, il est chargé de refondre le catéchisme de son diocèse. En 1846, il en devient vicaire général.
Attaché à la liberté de l’enseignement, il n’hésite pas à interpeller le Roi Louis-Philippe qui la combattait alors.

Le 16 mars 1849, sur proposition du Président de la République (futur Napoléon III), il est nommé évêque de Saint-Dié. Depuis le Concordat, toute nomination est validée par le Président et son ministre des cultes, limitant ainsi l’autonomie du Pape, dans la pure tradition gallicane. Il occupe le siège occupé de 1835 à 1843 par Mgr de Jerphanion issu d’une vieille famille lyonnaise.

Comme à son habitude, il ne cesse d’insister sur la formation, au travers des séminaires, des écoles, ou des paroisses. Il aide les congrégations malmenées par la Révolution, notamment les Sœurs de la Providence œuvrant à l’éducation des enfants des paroisses les plus pauvres.

Ayant toujours fait preuve d’indépendance et de courage politique, il s’oppose à Napoléon III qui censure la bulle papale de 1860. Il fait lire en chaire cette bulle condamnant la prise des Etats du Pape soutenant ainsi les zouaves pontificaux. Il fait l’éloge des vaincus de Castelfidardo « Pour assurer l’indépendance du Saint Siège… une phalange héroïque s’était formée…descendants de ses plus nobles familles …sous le simple uniforme du soldat avec les fils de ses artisans et de ses laboureurs…généreuses victimes… A vous nos louanges…notre admiration et notre impérissable reconnaissance. »

Durant 27 ans évêque de Saint-Dié, il laisse un diocèse modernisé et reconstruit. Par lettre du 20 avril 1876 du ministre de la justice et des cultes,il apprend le décret le nommant Archevêque de Lyon.S’attendant si peu à cette nomination, il avait commencé à préparer sa tombe dans la cathédrale de Saint-Dié.

L’installation officielle a lieu dans l’église primatiale le 12 août 1876.
Des salves d’artillerie annoncent à la ville son arrivée. En chaire, il rappelle le glorieux passé de l’église de Lyon rougie par le sang de Pothin mais aussi son dynamisme présent, et félicite l’œuvre de Pauline Jaricot «grâce au sou hebdomadaire de la Propagation de la foi, nous voyons s’étendre les conquêtes pacifiques des missionnaires… œuvre sublime …conçue par une de tes filles priant au pied de l’un de tes autels ».

Cardinal revêtu de la pourpre le 12 mars 1877, il reçoit la barrette le 22 mars à l’Elysée des mains du Président de la République, Maréchal de Mac Mahon.
Il reçoit le 25 juin, le chapeau à Rome des mains du Pape Pie IX qui le nomme ensuite curé de la Trinité des Monts. Une de ses premières missions est de participer au conclave et participe à l’élection de Léon XIII, le « Pape des ouvriers ».

A cette époque, le diocèse de Lyon administrait les 2 départements, 1 300 000 habitants, 2 000 prêtres et 700 paroisses, 5 petits séminaires et comme le disait Saint-François de Sales « Ce ne sont pas des eaux, ce sont des torrents que les affaires de ce diocèse[2] ».

Il remet en vigueur les examens des jeunes prêtres, acquisition permanente des « connaissances qui, jointes à la sainteté de la vie, assurent l’honneur et la fécondité de nos ministères » tout comme les retraites tous les deux ans pour chaque ecclésiastique et annuelle pour les jeunes prêtres.A côté des formations, il continue à aider les œuvres diocésaines destinées aux plus pauvres.

La loi du 12 juillet 1875 organise la liberté de l’enseignement supérieur.
Dès novembre, la faculté libre de droit, fondée sous son prédécesseur,est ouverte avec à sa tête M. Brac de la Perrière, Président général des conférences de Saint-Vincent de Paul[3]. Le cardinal Caverot n’a de cesse d’œuvrer à son développement. « Notre reconnaissance à ces catholiques dévoués qui, dans la ville des œuvres, ont courageusement inauguré l’institution devenue à l’heure présente l’œuvre des œuvres, nous voulons dire l’Université libre catholique…. Nous travaillerons avec vous à perfectionner votre œuvre…. »

Il y rattache tous les diocèses du sud-est de la France, 26 archevêques ou évêques. Le 4 novembre 1876, une lettre pastorale est lue pour amener les professionnels à enseigner et récolter les fonds utiles.En mars 1877, les évêques réunis à l’Archevêché de Lyon créent le département des lettres et sciences, l’année suivante la théologie. En 1880 survint un fort courant anticlérical et la loi interdit le nom d’Université.
C’est là que le soutien du cardinal à la « Faculté » prend tout son sens.

Les lois Ferry interdisent d’enseignement les religieux, membres de congrégation. Fermeture des établissements jésuites sous 3 mois, 6 pour les autres.
Le cardinal Caverot se lève énergiquement pour condamner ces attaques à la liberté religieuse et soutient les jésuites « nulle part je n’ai rencontré prêtres … plus respectueux des lois du pays, plus étrangers aux querelles politiques[4] » Après les Jésuites, les Carmes, Dominicains, Capucins, Maristes… de Lyon sont chassés. Des troubles à l’ordre public, manifestations pour les uns, contre les autres, sont dramatiques avec la mort d’un manifestant.

Certains veulent réduire le champ d’enseignement de la nouvelle faculté.
Le cardinal soutient au contraire le maintien ambitieux de l’œuvre. Son mémorialiste écrit qu’ « après le gouvernement de son diocèse, rien ne l’occupait davantage ».  Le cardinal lui-même reconnait « les facultés catholiques m’ont fait passer plus d’une nuit sans sommeil !… Mais qu’est-ce que cela, en comparaison de toutes les consolations que je leur dois ? »
En reconnaissance de son puissant appui, il est nommé chancelier des facultés catholiques.

Il n’hésite jamais à visiter les villages de son diocèse, allant jusqu’à Ouroux pour remettre le pallium à Mgr Marchal, en profitant pour aller séjourner chez la famille Berloty, dont il était proche.[5]

Le 19 mars 1881, il fête ses noces d’or, cinquantième anniversaire de son ordination et reçoit le fameux calice de l’orfèvre lyonnais Thomas-Joseph Armand-Calliat, offert par les œuvres réunies de Lyon[6].
La communion distribuée par le cardinal dure plus d’une heure et quart tant la foule est nombreuse pour l’entourer. Bénédiction papale, compliments des évêques et cardinaux, repas avec le clergé, avec la société lyonnaise…

Lors de l’épisode du retrait des croix monumentales des cimetières[7], le cardinal s’oppose à ce qu’il considère comme une impiété. Il  ordonne des prières réparatrices et de fait, lance la manifestation qui réunit plus de 10 000 hommes le jour des Rameaux.

En 1882, la loi interdit l’instruction religieuse des programmes du primaire.
Le cardinal, estimant que cela empêche l’accès des familles les plus pauvres au catéchisme, soutient l’œuvre des catéchistes volontaires. Il rappelle au clergé l’importance d’enseigner, s’implique sur les horaires, les lieux, les méthodes, les livres à suivre … Les écoles catholiques s’ouvrent alors et près de 60 voient le jour à Lyon. Il soutient la création des écoles libres dans les campagnes, à l’initiative de curés ou de notables.

Une fois par siècle, la cathédrale se pare pour le jubilé de Saint-Jean, le grand pardon, jour commun de la fête du Saint-Sacrement avec celle de Saint-Jean-Baptiste.
Après 1451, 1546, 1666, et 1734, du 23 au 26 juin 1886 la primatiale est revêtue des bannières des paroisses de Lyon, d’oriflammes aux armes de papes et d’archevêques. A l’occasion, le Vatican restitue à Lyon la croix des anciens comtes de Lyon. Dom Pothier, restaurateur des chants grégoriens, vient de Solesmes et dirige la maîtrise.

Les fastes du Grand Pardon sont les derniers moments importants de sa fonction. Il meurt le 23 janvier 1887.
Le mardi 1er février, le cercueil est porté par les élèves du grand séminaire en procession dans la presqu’île et jusqu’à Saint-Jean. 600 prêtres, 21 archevêques et évêques, le général Davoust, gouverneur de Lyon, les corps militaires, civils et judiciaires, les notables de Lyon défilent pendant plus de 2 heures pour ce dernier hommage.

Le cardinal Caverot lègue 100 000 francs pour fonder une chaire.
Une chaire à son nom est créée dès sa mort avec vocation de perpétuer le souvenir de ce cardinal qui a tant aimé cette faculté catholique de Lyon dont l’année 2015 a vu l’installation dans ses nouveaux locaux de Perrache.

Cet article est fondé sur les écrits du secrétaire de l’Archevêque Caverot.

Par Gerbert RAMBAUD, avocat à la Cour

Notes 

[1] Edition Vittet en 1890.
[2] Lettres spirituelles, T 1er, p. 143, Vivès.
[3] Œuvre fondée par Frédéric Ozanam, lyonnais.
[4] Histoire du cardinal Caverot, p. 315, p.327 et s.
[5] Famille dont est issu le père Bonaventure Berloty, jésuite et grand mathématicien et à laquelle sera allié Joseph Rambaud, professeur de droit, d’économie à la faculté catholique. Bulletin Municipal Officiel du 13 octobre 2014.
[6] Ce calice a été légué par le cardinal au trésor de Fourvière.
[7] Cf. Bulletin Municipal Officiel du 6 avril 2015.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.