DÉCOUVERTE/Les artistes de la rue Juiverie sous la Renaissance

L’entrée des italiens rue Juiverie sous la Renaissance (Reconstitution historique par les Pennons de Lyon) ©Philippe Carry

L’entrée des italiens rue Juiverie sous la Renaissance (Reconstitution historique par les Pennons de Lyon ©Philippe Carry

(article rectifié le 29 Août 2016)

La Renaissance à Lyon

De Charles VII à Henri IV, à aucune époque de son histoire la ville n’a été plus étroitement emmêlée aux grands courants de la civilisation européenne.

C’est le Lyon de la cour de France, des humanistes, des imprimeurs, des artistes, des savants et des poètes. L’établissement des foires franches fait de la ville « le grand entrepôt du monde » autour du « Bassin de Saône, avec ses ports et ses maisons ouvrant sur l’eau, les rues et places qui s’y desservent plus ou moins directement ». Ici plus qu’ailleurs, les italiens répandent l’esprit de la Renaissance et le sentiment de l’art.

La rue Juiverie

Une juiverie est, au Moyen-Âge, un quartier où habitent les juifs et non un ghetto qui suppose l’obligation de résidence. Louis le Débonnaire leur aurait donné l’autorisation de s’installer rue de la porcherie à Saint-Paul. Expulsés une première fois en 1250, ils reviennent quelques décennies après avant leur expulsion générale du royaume de France en 1394.
A partir de 1490, la rue Juiverie se transforme.
Avec l’afflux de marchands et banquiers italiens, elle devient l’une des plus belles de la ville. Alignant les façades pour l’agrandir, les familles nobles regroupent des parcelles et construisent des maisons plus vastes où logent les commis de toutes les nations.

Le rendez-vous des rois, des artistes et des savants

La rue Juiverie voit ainsi passer les rois, les reines et la cour.

Charles VIII, de retour de Naples, rapporte des œuvres d’art. Autour de François 1er, le « roi de la Renaissance », brille toute une phalange de beaux esprits, musiciens, lettrés, poètes et savants. A sa suite, le peintre Jehan Perréal revient illuminé de l’art de la Renaissance et fraye la voie nouvelle à nos artistes Clément Tyre, Salomon Bernard, Pierre Bérard, Corneille de Lyon, Pernette du Guillet, Clément Marot,…

 

Assisté du vénitien Sebastiano Serlio, le poète Maurice Scève organise « l’entrée » à Lyon du roi Henri II et de Catherine de Médicis venant, entre-autre lieu, rue juiverie pour consulter le fameux Nostradamus qui se fait imprimer dans la cité. Car si leurs ateliers sont installés rue Mercière et dans les rues adjacentes, les imprimeurs sont là : Guillaume Le Roy, Etienne Dolet, Sébastien Gryphe, Jean de Tournes, François Juste, et tant d’autres, dont les presses allaient changer le train du monde et faire de Lyon la capitale intellectuelle et littéraire.

Anne de Bretagne reçoit ses hôtes rue Juiverie : Jean de Paris, Cornelius Agrippa, médecin et astrologue, Symphorien Champier,… Plus tard, alors médecin à l’Hôtel Dieu, en quête de richesses et de personnages offerts à son imaginaire, François Rabelais se lie notamment à ces trois hommes. Gargantua et Pantagruel sont nés. C’est le merveilleux essor des lettres et des Arts.

A deux pas, la première fabrique de velours est fondée par les piémontais Barthélémy Nariz et Etienne Turquet, annonçant le véritable démarrage de la soierie lyonnaise.

La rue Juiverie, pas à pas

n° 23 : Maison Dugas où des têtes de lions bâtie en 1647 par Jérôme Lentillon. Sa façade à bossages est de style florentin. L’alchimiste Nicolas Flamel la désigne comme étant le lieu d’un trésor enfoui.
n°22 : Maison Baronnat, du nom de Jacques Baronnat ; demeure de 1446 aux grandes arcatures donnant sur les degrés du Change et tourelle en encorbellement à l’angle.
n° 21 : Avec ses galeries dont les garde-corps sont uniques, cette maison cache en son sous-sol une salle romane et une des rares caves gallo-romaines connues.
n°20 : Maison d’Étienne Grollier bâtie en 1493 ; fenêtre à double traverse et croisées d’ogives décorées de culots sculptés d’animaux fantastiques et de feuillages. Pierre Duxio achète la maison en 1576 y apposant son blason.
n°18 : Maison de Paris, une bâtisse du XIVème remaniée avec sa tour hexagonale.

La ruelle punaise (Gravure) © Joannès Drevret

La ruelle punaise (Gravure)
© Joannès Drevret

 

 

 

La ruelle Punaise ou le Rieu qui sert d’égout à ciel ouvert.

 

 

 

 

 

 

n°16 : Jacques Dodieu fait construire cette maison en 1493 ; façade rectifiée en 1655 d’où son portail en pierre de Villebois ; plafond peint restauré et classé MH.
n°10 : Dans cette maison, Antoine Grollier organise des fêtes somptueuses. Son imposante façade date de 1619 mais son escalier, les boiseries et cheminées de ses grandes pièces sont d’époque dont un plafond à caissons de bois datant de 1490.

La Galerie Philibert de l’Orme ©Philippe Carry

La Galerie Philibert de l’Orme ©Philippe Carry

 

n°8 : Galerie Philibert de l’Orme. En 1536, Antoine Bullioud fait appel au jeune architecte de retour de Rome pour construire une galerie sur trompes ornée de peintures intérieures murales. Dans l’ancienne salle de l’hôtellerie Sainte-Catherine, François 1er est accueilli par Louise Labé, la Belle Cordière, qui lui adresse un discours en vers. Ce lieu est aujourd’hui le « plus bel HLM de France ».

 

 

n°7 : Maison datant de 1493.
n°5 : Jacques Stella peint entièrement la façade de sa maison de scènes mythologiques de la plus grande richesse, aujourd’hui disparues.

L’Hôtel Paterin ou Maison Henri IV ©Philippe Carry

L’Hôtel Paterin ou Maison Henri IV
©Philippe Carry

 

n°4 : Maison Henri IV. Claude Paterin fait construire cette bâtisse où il reçoit François I. L’escalier monumental tournant autour d’un noyau de taille exceptionnelle mène aux galeries à arcades portées par des colonnes massives d’une grande pureté de ligne. Dans la cour, on trouve un puits nanti d’une pompe à volant, une coquille et un buste d’Henri IV.

 

Les blasons des échevins

Son passé prestigieux justifie la présence tout au long de la rue juiverie de 40 blasons de familles consulaires dont celles de :
Claude Bellièfre, un des premiers historiens de Lyon avec son Lugdunum Priscum,
Barthélémy Buyer qui introduit l’imprimerie, faisant tirer le premier livre lyonnais,
le Compendium Breve de Lothaire, futur pape Innocent III,
Pierre Sala, écrivain de la chambre du Roi,
Jean Grolier, mécène des gens de lettres.
Les célèbres reliures à sa devise J.Grolerii et amicorum marquent l’apogée des reliures du XVIème siècle.
Claude de Rubys, auteur d’une histoire véritable de Lyon.

Nobles, marchands, inventeurs, mécènes, artisans tailleurs de pierres, maçons, sculpteurs et autres maîtres de métiers, ils ont gravé leurs rêves dans la pierre et le temps, en témoignage de ces époques où les bâtisseurs façonnaient de leurs mains la matière de la ville et léguaient le « bel ouvrage » à la postérité.

Par Philippe CARRY


Autres personnages ayant séjourné ou habité rue Juiverie :
Frère César Ferrari, Marguerite de Beaucieu (la Dame de Vienne), Antoine Fulchiron, Pierre Jouvencel, André Clapasson, Jean-Marie Ranvier, Pianello de la Valette, Antoine Blancpignon, Horloger, Sébastien Hyberlin et Jean Pradel, peintres, Etienne Caykowski, dessinateur, le Seigneur de Poleymieux, le Juge des appeaux de Villefranche, le Capitaine Sala, les Gadagne, la Trésorière de Crémone, Antoine Gondi, le Sieur et la Dame du Perron, Claude Martellenchi, tailleur d’habits, etc…


Sources 
– Histoire du commerce, de l’industrie et des fabriques de Lyon – C.Beaulieu (1838)
– Notre vieux Lyon/Promenades historiques (…) – Baron Raverat (1881)
– Jean Perréal dit Jean de Paris, peintre de Charles VIII (…) – R.de Maulde La Clavière (1896)
– Le Lyon de nos pères (1901)/Vieilles pierres lyonnaises (1909) – E.Vingtrinier / J.Drevet
– Dictionnaire des lyonnaiseries (…) – L.Maynard (1932)
– Note sur les Juifs et les relations judéo-chrétiennes à Lyon à l’époque des conciles (…) – F. Delpech (1983)
– 8 rue Juiverie, la lumière élargie – A. Schefer/J. Salmon (1989)
– Rue Juiverie, rue aux Blasons, rue des artisans d’art – N. Noyer-Ohlmann (1995)
– Lugdunoscope/Le tour de Lyon en 80 chapitres – R. Neyret (2000)
– La Saône au cœur de Lyon – B. Voisin (2014)
– Lyon 5ème arrondissement, aux origines de la ville – A. Lioud et Y. Neyrolles, direction A. Pelletier (2015)
– Archives Municipales de Lyon

 


Philippe CARRY

Philippe Carry est "L'Horloger de Saint-Paul", maître horloger d'art, restaurateur, conservateur du patrimoine agréé Monuments Historiques. Membre de l'Institut National des Métiers d'Art de France, il est par ailleurs passionné d'art vivant, d'histoire sociale, de mémoire urbaine et auteur.

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Philippe CARRY dit :

    Bonjour Monsieur LOCATELLI,

    Bien heureux de votre présent message qui apporte des précisons à mon article.

    Il n’est pas écrit que les imprimeurs étaient installés rue juiverie mais qu’ils pouvaient s’y retrouver. Il n’est pas dit explicitement non plus que l’entrée royale de 1548 s’était déroulée juste en ces lieux mais que Catherine de Médicis s’y était rendue pour « consulter ». Aux temps des guerres d’Italie, la rue Juiverie et ses hôtels particuliers furent parmi les « centres de Lyon » un lieu où les échanges, la diplomatie et le commerce étaient bien évidemment très importants.

    La plupart des noms de personnages sont d’ailleurs cités dans le cadre plus large de leur activité à Lyon – qui englobait déjà une bonne partie de la ville actuelle – ou même en Europe.

    J’en profite pour vous exprimer mon grand respect pour le travail important que réalise « Sauvegarde et Environnement de Lyon », l’association que vous présidez.

    Bien amicalement,
    Philippe CARRY

  2. Les imprimeurs n’étaient pas installés dans la rue Juiverie à la Renaissance, mais plutôt rue Mercière et dans les rues adjacentes. L’atelier de Jean de Tournes à l’enseigne des deux vipères se situait rue Raisin (actuelle rue Jean de Tournes), une plaque subsiste à son emplacement. L’atelier d’Étienne Dolet était rue Mercière, il y a également une plaque commémorative.

    Lors de l’entrée à Lyon d’Henri II en 1548, le cortège n’est pas passé par la rue Juiverie. Il suffit pour cela de lire le compte-rendu de l’événement établi par Maurice Scève.

    • Briquelouip dit :

      Rectifications importantes en effet ! Dans cet article, il y a tellement d’erreurs si l’on vérifie …

      • Philippe CARRY dit :

        Bonjour,

        Je vous remercie pour votre commentaire.

        Le texte de l’article a été rectifié.
        Les précisions qu’apportent Monsieur Locatelli ont été prises en compte ainsi qu’une remarque sur la chronologie concernant le passage de Rabelais à Lyon.

        Ces observation de la part d’historiens sont grandement utiles aidant à une meilleure compréhension de l’article.

        Merci donc de votre aide.
        Philippe Carry

  3. briqueloup dit :

    C’est une bonne idée de décrire toutes les adresses de cette rue. A emporter comme un guide pour mieux apprécier les maisons qui sont vieilles de tant d’histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *