CONTRIBUTION à l’étude de la bibliothèque de l’architecte Joseph-Jean-Pascal Gay (2/2)

Suite de l’article précédent…
Gay n’avait laissé qu’une unique héritière, sa sœur Sophie, veuve de Claude Tarlet, ancien conseiller à la Cour de Lyon. C’est elle qui procéda à la vente de la bibliothèque et du fonds d’agence de l’architecte. Dans une étude que nous avons consacrée naguère à Louis Coste, dont la bibliothèque lyonnaise, rappelons-le, est aujourd’hui l’une des richesses du fonds ancien de la Bibliothèque municipale, nous avons évoqué l’intérêt du bibliophile pour les collections iconographiques de Gay[1].
Coste tenta de négocier avant la vente par le truchement d’Antoine Péricaud, bibliothécaire de la Ville, et l’un des anciens amis de l’architecte. Les lettres échangées par Coste et par Péricaud, en juin 1832, soit quelques semaines après la mort de Gay, nous font assister en direct aux tractations. Nous y voyons intervenir deux autres protagonistes, également intéressés par les documents iconographiques : Fleury Richard, déjà rencontré, et Louis-Sébastien Rosaz (1777-1849), collectionneurs de souvenirs lyonnais.

Tout récemment, Philippe Dufieux, s’est attaché à décrire la composition du catalogue de vente à travers force tableaux statistiques[2]. Dans cet article dédié à l’actuel directeur de l’École des Chartres, l’accent est mis, notamment, sur la richesse de la bibliothèque Gay en matière de manuscrits : « Toujours est-il que posséder près d’une trentaine de manuscrits mérovingiens et carolingiens au début des années 1830 donne la mesure de l’exceptionnelle collection réunie par l’architecte »[3].
En fait, si l’on vérifie ce décompte à partir des notices du catalogue de vente, notre seule source, ce sont cinq manuscrits seulement, sur une quarantaine, qui sont antérieurs au dixième siècle (lots 2, 44, 48, 53, 86). Au regard des compétences paléographiques supposées de l’architecte, cette proportion n’est pas invraisemblable, même si l’expert Janon avait eu soin d’ajouter dans un caractère italique qui avait valeur de mise en garde redoublée, d’ajouter, donc, au sujet de la date de ces mêmes manuscrits : « l’époque a été appréciée par M. Gay » (p. vj). Contentons-nous, ici, de faire remarquer que les manuscrits médiévaux et de la Renaissance de la vente Gay font l’objet de notices dans la base de données en ligne du Schoenberg Institute for Manuscript Studies (SIMS) de l’université de Pennsylvanie, et que l’on peut suivre certains d’entre eux jusqu’à leur lieu de conservation actuel.

Philippe Dufieux reste singulièrement peu disert au sujet la dispersion de la bibliothèque Gay. Il est à regretter que l’auteur n’ait pas mené des investigations de ce côté-là, ne serait-ce que pour démentir le pessimisme de sa remarque selon laquelle l’exemplaire de l’édition parisienne du traité d’Alberti, déjà mentionné, serait l’« ultime vestige de la bibliothèque de l’architecte »[4].

Conséquence de cette dispersion, les plans de l’agence Gay, plans de sa main ou annotés par lui, mais encore les plans et dessins réunis par le collectionneur se retrouvent dans les collections publiques, indépendamment de ceux qui ont été déposés, selon la voie ordinaire du versement administratif, dans les différents dépôts d’archives de Lyon et de Paris ou de sa région. Mentionnons, à titre d’exemple, tel Plan de l’archevêché de Lyon que conserve le Bibliothèque nationale de France[5]. Le magistrat Coste se procura le dossier de plans du palais de Roanne, siège des tribunaux lyonnais, dont les éléments ont été répartis, longtemps après l’achat de sa bibliothèque lyonnaise par la Ville, entre la Bibliothèque municipale et le musée des Beaux-Arts[6].
Rappelons que le Projet pour la Fête de la Raison dans la cathédrale Saint-Jean, à Lyon, transformée en Temple de la Raison, conçu par Gay et Philippe Auguste Hennequin, (1762-1833), vers novembre 1793, est une bonne prise de Coste[7]. La Bibliothèque du Palais des Arts, ouverte au public en février 1831, se rangea au nombre des acquéreurs de la vente de 1833. De là proviennent, sans doute, une partie des plans qui composent le Ms 2395 du Fonds général de la Bibliothèque municipale, notamment le Projet d’aménagement du palais Saint-Pierre, dressé par Gay en 1808. La Façade de l’abbaye des Dames de Saint-Pierre, relevée par l’architecte, appartient au même ensemble ; elle a été attribuée depuis au musée des Beaux-Arts (inv. 1962-219).

La Bibliothèque du Palais des Arts, toujours, ne pouvait manquer d’enrichir ses collections d’imprimés à l’occasion de la vente d’une bibliothèque spécialisée comme l’était celle de Gay. Outre le traité d’Alberti déjà mentionné, les collections de la Bibliothèque municipale renferment plusieurs ouvrages qui montrent la petite étoile rouge de l’architecte et le timbre humide de la Bibliothèque du Palais des Arts. Comme il se doit, ces titres se rapportent à des sujets artistiques. Reliées ensemble, les quatre publications posthumes de l’architecte italien Giovanni Battista Montano (1534-1621), qui mit au service de la connaissance de l’architecture antique un talent de dessinateur puissamment original, forment le lot 363 de la vente de 1833[8].

Signalons encore le célèbre répertoire de Gérard Audran (1640-1703), Les proportions du corps humain mesurées sur les plus belles figures de l’Antiquité (Paris, Chéreau, 1785), dans une édition postérieure de plus d’un siècle à l’édition originale et qui atteste le retour au canon antique à l’époque de la montée en puissance du néoclassicisme[9].

Gérard Audran, Les proportions du corps humain mesurées sur les plus belles figures de l'Antiquité, Paris, Chéreau, 1785 - 27436. © Bibliothèque municipale de Lyon

Gérard Audran, Les proportions du corps humain mesurées sur les plus belles figures de l’Antiquité, Paris, Chéreau, 1785 – 27436.
© Bibliothèque municipale de Lyon

Outre l’étoile rouge dessiné sur la page de titre, on remarquera les réparations faites au même feuillet. « Titre raccommodé », avait eu soin d’avertir Janon.

Les imprimés de la vente Gay se retrouvent pareillement dans des bibliothèques particulières. L’architecte possédait le traité de botanique, augmenté d’une description du Mont Pilat, que Jean du Choul, fils de Guillaume du Choul (v. 1496-1560), l’antiquaire lyonnais bien connu, avait consacré au chêne et qu’il avait confié aux presses de Guillaume Rouillé, en 1555 (lot 442). L’exemplaire Gay du De varia quercus historia dont Janon vante la beauté, était relié en maroquin rouge par Derome. Il y a apparence que c’est le même exemplaire que l’on retrouve dans la bibliothèque du grand Charles Nodier (1780-1844)[10].

Jacques-Antoine Lambert (1770-1850), qui avait réuni une précieuse collection d’antiquités et d’objets d’art, lui avait joint une assez belle bibliothèque. L’ensemble revint à sa mort à la ville de Lyon. Parmi les livres légués par Lambert, nous avons reconnu un lot de la vente Gay, le n° 729. Il s’agit d’un petit livre de piété, curieux par sa reliure du début du XIXe siècle, estampée à froid avec un fer imitant l’emblème de la confrérie lyonnaise des Pénitents de la Miséricorde, tel qu’il figure sur la page de titre : Processionaire pour les confreres de la Misericorde, Lyon, Antoine Briasson, [ca.1700][11]. La petite étoile rouge confirme le rapprochement.

François Lemée, Traité des statues, Paris, A. Seneuze, 1688, frontispice – 396354. © Bibliothèque municipale de Lyon

Un autre pourvoyeur de la Bibliothèque du Palais des Arts, le bibliophile et numismate Jean Bonaventure Rougnard (177.-1855), possédait au moins un livre qui avait appartenu préalablement à Gay (lot 884). Le Traité des statuës, publié par le juriste François Lemée, en 1688, chez le libraire parisien Arnoul Seneuze, est enrichi d’un frontispice gravé sur cuivre par Cornelis Vermeulen d’après Pierre-Paul Sevin (1650-1710)[12]. On y voit la place des Victoires, avec la Statue en pied de Louis XIV, œuvre de Martin Desjardins (1637-1694) qui fut inaugurée en 1686. L’’initiative de créer une place royale ornée de l’effigie du monarque revenait au maréchal de La Feuillade (1631-1691), à qui s’adresse, justement, l’épître dédicatoire qui ouvre ce petit volume commémoratif. Gay a dessiné sa marque au frontispice et à l’errata.

Gérard Audran, Les proportions du corps humain mesurées sur les plus belles figures de l’Antiquité, Paris, Chéreau, 1785 – 27436. © Bibliothèque municipale de Lyon

Décidément, l’histoire des bibliothèques lyonnaises, esquissée par Niepce, reste à écrire. À peine, ici, en avons-nous noirci une page.

Par Gérard BRUYERE*, membre de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon

* Que le personnel du fonds ancien de la Bibliothèque municipale veuille bien trouver, ici, l’expression de notre gratitude pour son aide constante. À l’exception de la figure 1 (document numérisé), toutes les illustrations sont des clichés de l’auteur.


[1]
Gérard Bruyère, « Pro Patria colligit : le bibliophile Louis Coste (1784-1851) et sa Bibliothèque lyonnaise », dans Union des sociétés historiques du Rhône, Actes des Journées d’études, XXVI (2013), Caluire-et-Cuire et sa région, [Lyon], USHR, 2013, p. 57-93, [4] ill. en noir, en particulier p. 68-69, ill.

[2] Philippe Dufieux, « ’Le rameau d’or et de science’ » : la bibliothèque humaniste de l’architecte Joseph-Jean-Pascal Gay (1775-1832) », Histoire et civilisation du livre : revue internationale, vol. 10, 2014, p. [207]-228, ill. Nous remercions l’auteur d’avoir signalé cet article à notre attention, persuadé qu’il était que nous le lirions « avec intérêt », sinon avec profit (courriel du 23 septembre 2014).

[3] Ph. Dufieux, art. cit., p. 218.

[4] Ph. Dufieux, art. cit., p. 216.

[5] BnF, Dép. des Estampes et de la Photogr., Va 69, t. 8, H 147 834. Le plan est attribué à Robert de Cotte (1656-1735). Il porte de la main de Gay l’annotation suivante, au crayon, b.g. : « Plan de l’archeveche [sic] de Lyon avant la restauration de M. Soufflot » ; ainsi que le n° 633, à l’encre rouge.

[6] Aimé Vingtrinier, Catalogue de la bibliothèque lyonnaise de M. Coste, Lyon, Impr. de L. Perrin, 1853, 2 vol., 1ère partie, Topographie, p. 22, n° 665 : « Palais de Justice de Lyon : esquisses, dessins, etc., relatifs au projet du Palais de Justice, par M. GAY. Quelques-uns de ces dessins sont au lavis et portent l’autorisation (autographe) de M. d’Herbouville, préfet du dép. du Rhône. 10 pièces in-fol. et in-4. ».

[7] Bibl. mun. Lyon, Fonds général, Ms 2394/1, n° 650 du catalogue Coste.

[8] Giovanni Battista Montano, Scielta di varii tempietti antichi con le piante et alzatte desegnati in prospettiva, In Roma, Apresso il sudetto Soria, 1624. Id., Diversi ornamenti capricciosi per depositi o altari utilisimi a virtuosi novamente inventati, In Roma, Apresso al detto Soria, 1625. Id., Tabernacoli diversi novamente inventati, In Roma, Soria, 1628. Id., Architettura con diversi ornamenti cavati dall’antico, In Roma, appresso al sudetto Calisto [Ferrante], 1636. Bibl. mun. Lyon, Rés Est 28339.

[9] Bibl. mun. Lyon, 27436. Lot 250 de la vente Gay.

[10] Catalogue de la bibliothèque de feu M. Charles Nodier, Paris, J. Techener, 1844, p. 17, n° 106. Voir aussi : Charles Nodier, Description raisonnée d’une jolie collection de livres […], Paris, J. Techener, 1844, p. 42, n° 106.

[11] Bibl. mun. Lyon, 390322 (Legs Lambert).

[12] Bibl. mun. Lyon, 396354 (Legs Rougnard).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.