PERSONNAGE/Lucius Munatius Plancus

Honneur au fondateur de Lugdunum 

La Ville de Lyon vient de décider de donner le nom de Lucius Munatius Plancus à la voie piétonne reliant le parc de la Visitation au site des théâtres antiques de Fourvière. Elle a aussi fait déplacer, pour l’installer à l’intérieur de ce parc, le petit monument érigé en 1958, lors des festivités commémorant le bi-millénaire de la fondation de Lugdunum.
Ce monument se présentait sous la forme d’une stèle portant un médaillon et une inscription. Il était placé dans une sorte de « splendide isolement », au pied d’un mur pignon d’un immeuble du bas de la rue Cléberg. Ce manque de visibilité, aggravé plus tard par la disparition du médaillon (heureusement remis en place récemment) avait conduit deux associations (Renaissance du Vieux-Lyon et le CIL Saint-Just-Saint-Irénée-Fourvière) à demander aux édiles que la Ville de Lyon accordât plus d’importance à celui qui l’avait fait naître, en 43 av. J.-C. Ce vœu est accompli, et Lucius Munatius Plancus se voit enfin honoré à la hauteur de ses mérites.

Mais qui était Lucius Munatius Plancus ?

Pour mieux connaître le fondateur de Lugdunum, il nous suffit aujourd’hui de recourir au Dictionnaire historique de Lyon (éditions Stéphane Bachès, 2009). C’est Patrice Béghain, ancien directeur régional des Affaires culturelles, ancien adjoint de la Ville pour la Culture et le Patrimoine, qui a rédigé la notice concernant ce Romain, né entre 90 et 85 av. J.-C. à Tibur (aujourd’hui Tivoli) et décédé avant 15 av. J.-C. à Gaète, entre Rome et Naples, où un imposant mausolée dédié à sa mémoire s’élève au bord de la mer Tyrrhénienne.

Patrice Béghain nous apprend que le garçon, « d’origine plébéienne, a bénéficié de l’enseignement de Cicéron, ami de son père, avec lequel il continuera à être en relations », mais qu’il « choisi la carrière militaire, aux côtés de César », qu’il accompagne en Gaule et dont il sera l’un des fidèles, recevant notamment la mission de gouverner la Gaule chevelue. Après l’assassinat de son protecteur, Munatius Plancus va devoir se situer par rapport aux troubles nés de la succession de César et, plus particulièrement, au conflit entre Marc-Antoine et le Sénat :

« Au milieu de multiples volte-face et trahisons, il décide de prendre en charge des colons militaires chassés de Vienne (Isère) par les Allobroges et, soucieux de son côté de fixer en Gaule les vétérans restés fidèles à César, il les installe au plateau de la Sarra, sur la hauteur de Fourvière, à proximité du confluent de la Saône et du Rhône, sur le territoire des Ségusiaves. (…) L’emplacement présente des qualités géographiques et stratégiques exceptionnelles que Plancus a déjà pu apprécier, en raison de la convergence des voies fluviales et terrestres largement ouvertes sur la Gaule. (…) Une fois qu’avec l’aide de Cicéron, il a obtenu un décret du Sénat conforme à ses vœux, qui fait de la future colonie une colonie de pleine citoyenneté romaine, il peut, après les premiers travaux, procéder à la cérémonie rituelle de fondation. (…) [Il] donne à la cité nouvelle, alors une ville de terre et de bois, son nom : Colonia Copia Felix Munatia. Ensuite, il rentre à Rome pour exercer la charge de consul pour laquelle il a été désigné deux ans plus tôt. D’abord partisan d’Antoine, il se rallie à Octave ; c’est lui qui, en 27, propose au Sénat que lui soit attribué le nom d’Auguste ; il en est récompensé par de nombreuses marques d’honneur. »
Il aurait donc été dommage que Lyon en restât à une marque d’honneur d’une visibilité plutôt médiocre vis-à-vis de son fondateur.

Même si les recherches archéologiques récentes (fin du XXe, début du XXIe siècle) ont révélé l’existence, dans la plaine de Vaise notamment, d’un peuplement celte nettement antérieur à celui de la colonie militaire installée par Lucius Munatius Plancus après les incidents de Vienne, c’est tout de même cette fondation qui marque véritablement le début du développement remarquable de notre ville, devenue en peu de temps capitale des Trois Gaules, aimée et visitée par Auguste, et vouée par la suite, malgré les aléas de l’histoire, à jouer à plusieurs reprises un rôle important, voire majeur, au cours des siècles et jusqu’à aujourd’hui, où son rayonnement se poursuit et se diversifie.

Une promenade

La voie piétonne dédiée à Lucius Munatius Plancus porte le nom d’allée, un mot qui invite à la promenade. Partant de la rue Roger Radisson, celle-ci pénètre dans le parc de la Visitation, longe le bel édifice en pierres dorées construit au milieu du XIXe siècle par Pierre-Marie Bossan au bénéfice de la congrégation des  Visitandines (édifice aujourd’hui reconverti en hôtel), puis traverse un petit bois avant d’aboutir au site gallo-romain des théâtres.

Les hôtes d’un jour (ou de plusieurs jours) qui ont choisi de faire étape ici ne manquent pas de faire cette promenade, photographiant la plaque et la stèle commémoratives et s’attardant ensuite à contempler, depuis le haut des vestiges antiques, l’imposante construction de la ville, un panorama qui leur offre une lecture partielle du développement continu de Lyon : à leurs pieds, masqué par les frondaisons, s’étend le site historique inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco ; plus à l’est se dressent les hauts immeubles et les tours de l’époque contemporaine, dont l’une d’entre elles, la tour Part-Dieu (qui fut la première à s’élancer) pointe le Mont Blanc émergeant des brumes lointaines.

Les hôtes d’un soir et les autres promeneurs auront-ils remarqué, sur la scène du grand théâtre romain, une fillette sautant à la corde devant les colonnes de marbre ? Peut-être… Peut-être pas… Pour achever cet article, le photographe leur offre cet instantané de la vie quotidienne d’aujourd’hui pris dans un cadre deux fois millénaire.

Telle est, un soir d’avril 2016, une façon de redécouvrir Lyon en honorant son fondateur.

Par Yves NEYROLLES, ancien président de la Renaissance du Vieux-Lyon  

 

 

 


yvesneyrolles

né le 29 août 1942 à Nantua (Ain). Photographe, écrivain.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 19/07/2018

    […] PERSONNAGE/Lucius Munatius Plancus […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.