IMPRIMERIE/Femmes dans la typographie lyonnaise (1850-1917)

Un atelier de femmes typographes, gravure © L’Univers illustré 1865

Traditionnellement considérée comme l’apanage des hommes, l’imprimerie a cependant employé des ouvrières tout au long de son histoire : des femmes restées anonymes, négligées pour leurs apports et généralement confinées dans d’humbles tâches[1]d’assistance de leurs homologues masculins.
A partir des années 1850, à la faveur du développement du machinisme, la corporation vit de profondes mutations technologiques qui libèrent les potentialités de travail féminin, non plus seulement dans des tâches subalternes, mais aussi dans la composition, jusqu’alors archétype du travail qualifié, donc masculin. Et la composition, œuvre de dextérité plus que de force musculaire, est, plus qu’une autre tâche, touchée par ce phénomène.

Le mouvement n’épargne pas la région lyonnaise où le puissant syndicat des typographes se trouve rapidement confronté à un changement de structure du marché du travail local qui favorisel’embauche de femmes compositrices.En réaction, les adhérents s’enferment – pour longtemps – dans une position dont la radicalitéapparait, à bien des égards, comme emblématique des tensions exprimées à l’encontre du travail féminin dans l’imprimerie. Pour lutter contre cette « menace » à la dimension masculine de leur métier, les typographes lyonnais ne reculent devant rien : les statuts du syndicat érigent même cet objectif en priorité. Les textes sont fermes, la réalité est encore plus rude, notamment à partir  de la fin des années 1860.

Larésistance à l’accès des femmes s’exprime alors de manière récurrente et véhémente. Ainsi, chaque fois qu’une d’entre elles est embauchée par une imprimerie lyonnaise, le syndicat coordonne méthodiquement la protestation pour mettre à l’index l’employeur récalcitrant et le contraindre au congédiement de la recrue[2]. Peu importe le contexte : les syndiqués employés dans les structures dissidentes sont (fortement) incités à quitter le travail pour désorganiser la production et un « secours chômage » quotidien compensant la perte de salaire, leur est alloué durant tout le temps nécessaire  à l’éviction des femmes. Le plus souvent, le syndicat gagne la partie : en 1914, le secrétaire du syndicat avoue ainsi, non sans fierté, avoir provoqué l’éviction de plus d’une centaine de typotes en une trentaine d’années de lutte !

En outre, le syndicat s’organise pour balayer toute initiative susceptible de légitimer le travail des typotes dans la ville : les embryons d’organisation syndicale féminine sont balayés[3] ; la formation leur est refusée : ainsi, en 1892, un projet de cours de typographie initié par l’école professionnelle La Martinière est dénoncé par le syndicat ; il  n’aboutira pas et l’apprentissage, enjeu de la profession demeure- encore pour quelques années – une affaire d’hommes à Lyon.

Enfin la voix du syndicat s’élève au niveau national, notamment lors des Congrès ouvriers, durant lesquels les délégués lyonnais se distinguent fréquemment en raison de leur stigmatisation du travail féminin.

Certes, jusque dans les années 1880, cette opposition épidermique de la profession à l’entrée des typotes dans les ateliers n’a rien de très original. Dans un contexte français de non-existence politique de la femme, la position s’inscrit dans la droite ligne de la Fédération du Livre et du mouvement syndical naissant pour lesquels la généralisation du travail de la femme est au mieux un mal, au pire une intrusion, contre-nature. Arguments moraux, humanitaires, économiques fusent pour le condamner : la femme d’abord épouse et mère, est garante de l’équilibre familial. Sa place est au foyer ; saprésence dans les imprimeries contre – nature, nuit à sa réputation, à son honneur et perturbe la marche de l’atelier en dévoyant les collègues masculins. Mais les femmes sont surtout vues comme des ennemies, des concurrentes illégitimes car bien souvent elles acceptent de travailler à des taux inférieurs à ceux des hommes, mettant ainsi à néant des tarifs obtenus, de haute lutte, par le syndicat. Elles sont ainsi considérées comme un instrument du patronat pour faire pression sur les salaires négociés et pour briser les grèves.

Mais là où se situe l’originalité – et la radicalité – de la section lyonnaise, c’est dans son opiniâtreté. Elle continue à s’arc-bouter dans sa posture réformiste anti –femmes, même dans les années 1913-1918, quand la main d’œuvre masculine  manque et que la profession commence à assouplir ses  points de vue sur la place de la femme dans l’atelier.

Le paroxysme est atteint en 1913 : récemment installé à Lyon, un couple précédemment syndiqué à Bordeaux demande son adhésion auprès de la section lyonnaise. Conforme à ses principes, cette dernière oppose un rejet à la conjointe (Emma Couriau) et il est demandé au mari de la dissuader d’exercer son métier. Louis Couriau refuse et il est lui-même radié pour n’être pas parvenu à dissuader sa femme d’exercer son métier ! L’affaire aurait pu se terminer ainsi mais Emma Couriau, la « médiatise », grâce à l’appui du mouvement féministe et du courant syndicaliste révolutionnaire.

Les mentalités ont alors évolué. La Fédération du Livre préconise désormais  la « temporisation » et la nuance : elle admet, depuis 1910, le travail des femmes pourvu que leurs salaires soient égaux à ceux des hommes ; elle autorise même l’adhésion des femmes au syndicat du livre, mais sans pouvoir obliger les sections locales à faire de même[4]. Et la section lyonnaise restera inflexible sur ce point jusqu’en 1919. Soucieuse de pacifier la situation, la Fédération procéde à une adhésion directe de Louis Couriau.

Qu’importe, « l’affaire Couriau » est lancée : le conflit oppose alors, dans une lutte acharnée, partisans et détracteurs de la position lyonnaise dans tout le pays. Les polémiques sont vives agitant syndicalistes réformistes et révolutionnaires, mouvements féministes et anti féministes. Sans échapper à l’ instrumentalisation, le « cas Couriau » demeure symbolique d’une rencontre des femmes ouvrières avec le syndicalisme,  sur la place publique.

Par Claire BONICI, Docteure en droit

 

[1] Brochage, levage de feuilles

[2]La maison Porte (1863), Le Courrier de Lyon (1878), Le Républicain du Rhône (1881), L’Action sociale (1891), Le Peuple (1891), Le Petit Lyonnais (1891, 1892), Le Salut Public (1897)en sont des illustrations.

[3]En 1891 et 1895.

[4]De fait, le syndicat lyonnais refuse (300 voix contre 337)  l’adhésion des femmes en 1913.


clairebonici

Docteure en droit. Recherches sur l'indemnisation des chômeurs aux XIXe siècle à Lyon, sur les ouvriers lyonnais (notamment dans la typographie), la chambre de commerce de Lyon, le mouvement coopératif, les femmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.