EVENEMENTS/La Foire de Lyon a cent ans

Un des stands de la foire sur la place Morand © Collection particulière Bruno Benoit

Un des stands de la foire sur la place Morand
© Collection particulière Bruno Benoit

Le changement de positionnement des élites de la ville en faveur d’une dimension plus internationale que coloniale est antérieur à la Grande Guerre, le tournant se situant autour de 1910. En effet, la mort d’Ulysse Pila en 1909, principal artisan de l’action coloniale lyonnaise, puis celle d’Édouard Aynard en 1913, chef d’orchestre de la bourgeoisie entrepreneuriale locale et enfin l’élection d’Édouard Herriot, non lyonnais de naissance, en tant que maire en 1905 vont changer la donne et faire que la dimension coloniale, sans disparaître, s’efface devant la volonté internationale que Lyon veut désormais associer à son image.
En effet, Herriot arrive à Lyon après la grande messe coloniale de 1894 et est plus préoccupé de marquer son territoire municipal avec des réalisations internationales qu’en agitant la dimension impériale qui est davantage liée à son prédécesseur Victor Augagneur qui, à partir de 1910, tente de récupérer la mairie de Lyon.

La première affirmation de ce basculement vers l’international aux dépens du colonial est l’exposition internationale de Lyon de 1914[1].
Réélu maire en 1912 et la même année élu sénateur, Herriot va pouvoir enfin passer à la vitesse supérieure, celle de mettre en chantier un grand projet pour la ville de Lyon dont il a découvert le potentiel économique, l’attente de la Chambre de commerce et le besoin de renouer avec un passé glorieux. Herriot se fait le maître d’œuvre de la renaissance internationale lyonnaise. Cette exposition internationale urbaine qui, en ouvrant le 12 mai 1914, ouvre également le XXe siècle international de Lyon.
Lors de l’ouverture de l’exposition, Herriot déclare : « Nous accomplissons une grande œuvre de paix en l’honneur de Lyon et de la France »[2].

Lors de cette manifestation, Herriot annonce la couleur, aussi bien aux Lyonnais qu’aux hommes politiques nationaux, voire à l’humanité. C’est pour sa ville qu’il agit, pour le bonheur de tous, sachant qu’accroître la richesse sous-entend travail pour les ouvriers qui vivent mieux et profits pour les patrons qui sont satisfaits.
Sont déjà contenus dans cette association tous les éléments de l’herriotisme[3]. Il y a aussi cette idée de grandeur, chère aux Lyonnais, eux qui n’habitent qu’une ville de province, alors que leur ville a un passé brillant, ayant même abrité, aux XVe et XVIe siècles, quatre foires annuelles qui avaient permis à Lyon de s’affirmer comme une place commerciale et bancaire centrale dans l’Europe de l’époque, puisqu’y affluaient sur la rive droite de la Saône des marchands venus de tous les horizons, en particulier des Florentins, des Lucquois, des Allemands, voire des Levantins, dont certains s’installaient définitivement à Lyon.

Au moment où Herriot fait passer l’international avant le colonial,  où il pense à renouer avec la grandeur passée de la ville, l’économie lyonnaise a changé d’échelle.
Hier centrée sur la soie, elle s’est diversifiée dans des secteurs nouveaux, mais liés à la Fabrique par certaines techniques : la chimie et la mécanique. Tous les grands noms de l’industrie lyonnaise de la fin du XIXe siècle viennent de cette évolution : les Guimet, Gillet, Berliet, Lumière… Parallèlement, le capital accumulé à Lyon donne naissance à des banquiers et à des banques, dont les noms les plus connus sont Jean-Barthélemy Arlès-Dufour et Henri Germain pour Le Crédit lyonnais fondé en 1863, La Société lyonnaise de dépôt créée en 1865 et dont Édouard Aynard est l’administrateur qui en fait l’outil essentiel du capitalisme lyonnais à partir des années 1880, mais aussi les Saint-Olive, les Morin-Pons…

Le tramway qui permet de se rendre à la foire © Collection particulière Bruno Benoit

Le tramway qui permet de se rendre à la foire
© Collection particulière Bruno Benoit

Afin d’attirer à Lyon, comme au grand XVIe siècle, des entrepreneurs et des financiers venus de toutes parts, il faut une foire internationale.  La foire aux échantillons que crée Edouard Herriot lui a bien été inspirée par l’exposition internationale de Lyon, mais aussi par une poignée d’hommes comprenant Arlaud, photographe, Rivoire, président du Syndicat d’Initiative, Guichard, président de la Ligue de défense des intérêts économiques, et Coignet, président de la Chambre de commerce. Le 18 décembre 1915 est constituée la Société lyonnaise pour le développement du Commerce et de l’Industrie[4], dont le siège est à l’Hôtel de ville.

Parallèlement se met en place un Comité de la Foire, présidé par Herriot, qui a pour but de promouvoir cette manifestation.
En effet, pour Herriot, cette foire aux échantillons a une double ambition, celle d’une ville en quête de reconnaissance et celle d’un maire en quête de puissance. C’est pour cette raison que cette foire aux échantillons est lancée en pleine guerre, voire même au moment de l’attaque allemande sur Verdun. Sa création est donc patriotique, puisque Lyon n’étant pas une ville du Front, il lui faut exprimer son engagement patriotique de façon différente.

Lettre qui confirme l’inscription à la foire © Collection particulière Bruno Benoit

En procédant à ce lancement le 1er mars 1916, il concurrence la foire de Leipzig, prend sa revanche sur l’Allemagne qui a perturbé son exposition en 1914 et montre le dynamisme économique de l’industrie et des entrepreneurs lyonnais, tout en renouant avec un passé prestigieux, celui des foires de la Renaissance qui avaient fait de Lyon une des capitales européennes. Cette foire a aussi pour but de doter Lyon d’une institution qui valorise le patrimoine industriel et commercial lyonnais.
Ce coup double lui vaut de devenir ministre des Travaux publics, des transports et du ravitaillement en décembre 1916, mais aussi de satisfaire la Chambre de commerce et d’industrie de Lyon, détentrice d’un réel pouvoir à Lyon et qui ne sera pas ingrate envers Herriot tout au long de son long mandat municipal.

Cette première foire aux échantillons dure quinze jours et se tient dans la ville, tant sur les quais, les places que dans les « palais » de Lyon. Ce coup d’essai est un coup de maître et ce, malgré la conjoncture de guerre. En renouant avec les foires, Herriot écarte la colonisation comme référence et insiste sur Lyon, ville carrefour et d’échanges. Finis les pavillons folkloriques, les animations couleurs locales, le temps est désormais celui des entreprises qu’elles viennent de l’Empire ou d’ailleurs. La présence, en cette fin février 1916, à Lyon de Lyautey[5], porte-parole des intérêts marocains, illustre parfaitement cette nouvelle donne quand celui-ci, après les salutations  de rigueur, déclare : « Et maintenant, parlons de nos affaires », ce qui en langage cru veut dire « parlons business ».

Affiche de la 1ère foire aux échantillons de Lyon © Archives municipales de Lyon

Affiche de la 1ère foire aux échantillons de Lyon
© Archives municipales de Lyon

 

La foire aux échantillons créée en 1916 est l’expression la plus aboutie du rôle traditionnel de carrefour commercial et bancaire, mais aussi de pôle industriel acquis à partir du XVIe siècle de Lyon. L’existence d’une foire internationale à Lyon confirme également un de ses caractères pérennes, son cosmopolitisme. Cette foire est indispensable pour l’identité économique de la métropole lyonnaise qui depuis 1916 n’a cessé de faire évoluer ses entreprises vers les secteurs porteurs de croissance.

 

 

 

Le transfert de la foire des bords du Rhône à Chassieu en 1985 confirme également que le Grand Lyon hier et aujourd’hui la Métropole sont désormais le territoire naturel de la ville de Lyon.

En 1916, Herriot a utilisé les potentiels de la ville de Lyon pour s’imposer politiquement. Il est l’homme de la synthèse entre tradition et modernité, celui qui a compris le temps long de cette ville, ses aspirations à être autre chose qu’une grande ville de province et qui a su capter « les identités lyonnaises[6] ». Il est le maire qui correspond à la formule de Poincaré parlant de Lyon lors de l’exposition de 1914 : « Aussi est-il peu de ville où la vie municipale ait été plus intense et plus féconde »[7].

Caricature représentant Herriot (jeune) avec la légende suivante (Échantillon du Français qui fait quelque chose) © Collection particulière Bruno Benoit

Caricature représentant Herriot (jeune) avec la légende suivante (Échantillon du Français qui fait quelque chose)
© Collection particulière Bruno Benoit

 

 

Herriot, actif et fécond, a su répondre aux attentes lyonnaises. Désormais, sa notoriété va servir à la ville et Herriot et Lyon ne vont faire plus qu’un. Lyon a adopté Herriot et ne peut plus s’en passer. En grand architecte de lui-même, il s’est rendu irremplaçable. La foire de Lyon est bien l’acte d’union entre Lyon et Herriot.

Par Bruno BENOIT, Professeur des universités – IEP Lyon, Membre du LARHRA et président de l’APHG

[1] Consulter le catalogue de l’exposition 2013 sur celle de 1914 : Lyon, centre du monde, l’exposition internationale urbaine de 1914, Gadagne-Fage éditions, 2013.

[2] Le Nouvelliste, 13 mai 1914.

[3] Voir Bruno Benoit, Dictionnaire historique de Lyon, Stéphane Bachès, 2009.

[4] Elle émet 5000 actions de 500 francs chacune. En mai 1916, elle prend le nom de Société de la foire de Lyon et en 1917 de Société de la foire internationale de Lyon.

[5] Il faut dire que l’année précédente, Herriot avait soutenu l’initiative de Lyautey à Casablanca qui avait été le lancement d’une foire commerciale. Le 11 décembre 1944, le Conseil municipal de Lyon – Herriot est encore en captivité en Allemagne et c’est Justin Godart qui est maire provisoire – attribue à Lyautey une place dans le 6e arrondissement. En revanche, le projet de statue ne verra jamais le jour.

[6] Bruno Benoit, L’identité politique de Lyon, L’Hrmattan, Paris, 1999, 234 p. ; La lyonnitude, dictionnaire historique et critique, Lyon, Elah, 2000, 142 p. ; Le Roman de Lyon, Lyon, Elah, 2013, 160 p. ; avec Roland Saussac, Histoire de Lyon, Lyon, Éditions des Traboules, 2014, Lyon, histoire d’une ville, Lyon, Elah, 2015.

[7] Le Nouvelliste, 23 mai 1914.


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. elisabeth dit :

    Bonjour et merci pour cet article très intéressant.

  2. Louis Faivre d'Arcier dit :

    Signalons sur ce sujet la parution toute récente de l’ouvrage de Pierre Jourdan: Foire de Lyon (1916-2016). Cent ans d’histoires, édité par GL Events.

  1. 20/03/2017

    […] La Foire a 100 ans sur le site « Histoires lyonnaises » : le blog des passionnés d’histoires lyonnaises. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.