ARCHIVES/Le fonds chinois du Général Jacques Guillermaz

UN QUE SAIS-JE À EXPLORER

Selon le calendrier lunaire 2016, la diaspora chinoise célèbre depuis le 8 février l’année du singe. Le singe, 9ème animal d’une course mythique, est également un des héros d’un roman fantastique du XVIe siècle attribué à Wu Cheng’en dont le titre Xiyouji est traduit en français par Pérégrination vers l’Ouest, Voyage en Occident ou bien Le Singe pèlerin.
Ce singe-héros, Sun Wukong, est le compagnon d’un moine chinois de la dynastie Tang Chen Xuanzang parti en Inde à la recherche de sutras sanscrits pour les ramener à la traduction chinoise.

Ce roman  photo1 est présent dans des éditions ponctuées de 1931 et de 1935 au fonds chinois de la BM de Lyon issu de l’ancienne bibliothèque constituée par les pensionnaires de l’Institut franco-chinois du Fort Saint Irénée.
Ce trésor multilingue de l’époque républicaine chinoise s’est vu augmenté en 1990 d’une collection du Général Jacques Guillermaz (1911-1998). Il s’agit de sa bibliothèque personnelle constituée depuis sa première affectation en 1937 à la Légation de Pékin.

En parcourant la Chine républicaine dite moderne dans tous les sens à l’instar des traits multidirectionnels des sinogrammes millénaires qu’il a appris, le saint-cyrien Jacques Guillermaz n’avait surtout pas délaissé la Révolution littéraire poétique engagée à l’heure de la Grande guerre. Sur cette terra extrêmement incognita pour lui, alors parsemée de concessions internationales, Guillermaz avait rencontré certains des fondateurs de l’Institut du Fort Saint Irénée dont le Ministre de l’éducation Cai Yuanpei (1868-1940), Ier Président de la Ière université impériale (1898) et Li Shizeng (1881-1973) proche des milieux anarchistes parisiens dès 1905, tous deux fondateurs en 1936 du Centre franco-chinois d’études sinologiques de Pékin avec André d’Hormon présent depuis 1906.

Cataloguée par Jean-Louis Boully (Catalogue des ouvrages du Fonds Guillermaz, Lyon, Bibliothèque Municipale de Lyon, 1993), cette donation comporte plus de 2000 volumes concernant la Chine du XXe siècle, sous tous ses aspects. Outre ses propres essais [Un Que sais-je en 1959 sur La Chine populaire, en 1968 Histoire du Parti communiste chinois : 1921-1949, en 1972 Le Parti communiste chinois au pouvoir, 1er octobre 1949-1er mars 1972 et en 1989, Une Vie pour la Chine], la collection rassemble des œuvres classiques qu’il a parfois traduites et des œuvres marquantes des intellectuels de la Chine moderne.

Le fonds chinois initial comporte une édition de Shanghai ponctuée mais non datée des Contes extraordinaires du Pavillon Liao LiaozhaizhiyideP’ ou Song-ling photo2, lettré de la dynastie mandchoue Qing.
Guillermaz a laissé une traduction de 26 de ces contes publiée pour la première fois en français en 1969. Ce travail effectué à partir du chinois classique sera le 31ème volume de la série chinoise de la collection « Connaissance de l’Orient », créée en 1956 par René Étiemble (1909-2002), en tant que série orientale de la Collection UNESCO d’œuvres représentatives.
L’équipe de six traducteurs (Y.Hervouet, Max et O. Kaltenmark, Li Tche-houa, R. Ruhlmann et Tchang Fou-jouei), est issue d’une sinologie française pionnière née dans la sinosphère Chine-Japon-Corée-Indochine de la fin du XIXe siècle.
Li Tche-houa et Tchang Fou-jouei deux chinois francophiles avaient à Paris retrouvé dès 1951 Jacques Guillermaz revenu d’une mission diplomatique commencée peu avant le Ier octobre 1949puis les quatre traducteurs français expulsés en 1953 de la nouvelle République populaire de Chine.

Le premier des contributeurs chinois de cette traduction est Li Tche-houa (1915-2015). Il est le 424ème ancien pensionnaire de l’Institut arrivé en 1937, avec 14 autres chinois désireux de s’inscrire à l’Université lyonnaise dont sept d’entre eux soutiendront une thèse. Ancien élève, à l’institut franco-chinois de Pékin, du professeur de français Shen Baoji, 252eme pensionnaire arrivé à Lyon une décennie plus tôt, en 1928, Mr Li était déjà traducteur pour les n° 8 et 18 de cette prestigieuse collection avec Contes anciens à notre manière de Lu Xun en 1959 et en 1963 du Signe de patience et autres pièces du Théâtre des Yuan de Tcheng T’ing-yu et de Ts’inKien-fou. Le second chinois, Tchang Fou-jouei (1915-2006), sera l’un des plus grands contributeurs à l’Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire.

Le fonds Guillermaz renferme également plusieurs œuvres de l’écrivain révolutionnaire Lu Xun dont certaines sont marquées du sceau rouge chinois du Général. Le fonds initial de l’Institut comportait déjà des ouvrages de Lu Xun publiés dans les années 1920 et les années 1930. Guillermaz confie de nouvelles éditions de 1946, 1947 et 1953.
Elles témoignent ainsi dès les premières années de la République populaire de la renommée de cet intellectuel, fondateur de la Révolution littéraire poétique à l’heure de la Grande guerre et fondateur de la Ligue des écrivains de gauche en 1930.
Le Général considérait Lu Xun décédé juste avant son arrivée à Pékin « comme un grand écrivain violemment anticonservateur mais mal rallié si jamais au communisme … Mais la nouvelle langue écrite est encore trop peu formée pour donner de grands stylistes, peut-être à l’exception de Lu Xun ». La signature « Lu Xun », nom de plume de Zhou Shuren (1881- 1936), avait soudainement surgi au bas de sa première nouvelle Le Journal d’un fou Kuangrenriji, titre inspiré d’une des nouvelles de Gogol.
Transgressant la tradition de l’écriture classique des lettrés, Lu Xun l’avait publiée en langage vernaculaire dit vulgaire, après la révolution bolchevique de 1917, dans la revue bilingue Nouvelle jeunesse le 5 mai 1918. Elle sera le fer de lance du tsunami patriotique du 4 mai 1919 suite au traité de Versailles pro-japonais. Ce texte fondateur de la Révolution littéraire figure dans son premier recueil, Cris, Nahan (1923), également donné par Guillermaz dans une troisième édition shanghaienne de 1946, en pleine guerre civile, trois ans avant le 1er octobre 1949. Il a confié également une somme de textes de l’écrivain, textesissus de conférences données entre 1927 et 1929.

Autre exemple de l’intérêt du fonds Guillermaz : Wu Han : Études sur Hai Rui » (hairuibaguan), Pékin, 1961. Hai Rui était un lettré- fonctionnaire inspecteur du XVIe siècle qui, après avoir condamné un fils d’une puissante famille de lettrés pour défendre les intérêts d’une famille de paysans, avait renoncé à tout mandarinat. Wu Han (1909 -1969), grand historien de la dynastie Ming, a été durant la seconde guerre mondiale professeur d’histoire à l’université du Yunnan, alors province limitrophe de l’Indochine. Cette sphère où s’étaient réfugiés nombre d’écrivains et artistes non communistes après la célèbre Longue marche a été pour Guillermaz, lors de sa 2ème affectation à la Légation de Chongqing de 1941 à 1943, source de multiples rencontres.Wu sera, après 1945, professeur à l’université de Qinghua et vice-maire de Pékin en 1949, année où le Général reviendra. Écrit en 1961, le texte de Hai Rui baguan, Hai Rui démis de son mandarinat selon la traduction de Guillermaz, est considéré comme le texte littéraire déclencheur de la Révolution culturelle.

Le fonds chinois de la BM de Lyon attire toujours des chercheurs de cette sinosphère.
Au XXIe siècle, Guillermaz est à son tour devenu un sujet d’études en Chine. Mme Ruan Jieqing a publié en 2012 dans les revues Sciences sociales d’outre-mer et Questions d’enseignement de l’Histoire, deux articles sur Guillermaz : « Un pionnier de la recherche sur l’histoire de la Chine moderne et contemporaine en France — Jacques Guillermaz »photo3 et « Jacques Guillermaz et le “ Centre de recherches et de documentation sur la Chine Contemporaine»  photo4.

Ces articles précèdent sa thèse d’histoire soutenue en 2013, à l’École Normale Supérieure de l’Est de la Chine et intitulée Histoire du Centre Chine et Etudes sur la Chine moderne et contemporaine en France  photo5.
Dans l’énoncé des deux articles apparait en trois sinogrammes simplifiés (depuis la réforme de Mao) le patronyme Guillermaz  photo6.
Ces sinogrammes signifiant inscrire-Asie-élégance choisis pour les syllabes chinoises ji-ye-ma imitant celles de Guillermaz renferment photo7 trois des 214 clés sémantiques, dites clés de lecture de l’Empereur Kangxi dont la clé de la soie mi n°120, et la clé du jade yu n° 96. Soie et jade, deux marqueurs prestigieux de la civilisation chinoise, gravent ainsi avec élégance l’œuvre diplomatique en Asie du Général Guillermaz, fondateur en France des études sur la Chine contemporaine.

Cependant, le patronyme de Guillermaz se retrouve, en sinogrammes non simplifiés, sur la couverture d’un roman écrit par le 47ème pensionnaire de l’Institut, Hsu Sung-nien. Hsu Sung-nien de la province maritime du Jiangsu, né en 1902 sous l’avant dernier empereur mandchou Guangxu et ancien élève de l’Université jésuite Aurore de Shanghai est arrivé dès 1921. Il restera dix ans au cours desquels il épousera une française et soutiendra sous la direction du responsable de l’Institut, Maurice Courant alors Ier professeur de chinois à la Faculté des Lettres de Lyon depuis 1913, une thèse sur Le poète Li Thai-po (701-762), thèse éditée à Lyon chez Bosc Frères & Riou en 1935.
Une décennie après son Voyage en Occident, Hsu Sung-nien dédicace en Chine ce premier roman photo8 au Général Guillermaz.
La dédicace lue à l’instar des anciens livres, en lignes verticales parallèles, de droite à gauche donne en 13 sinogrammes le lieu et la date : 16 août 1949 à Nankin, Nankin où Hsu Sung-nien enseignait à l’université, encore sous la Ière République chinoise. On s’aperçoit que Hsu Sung-nien transcrit le patronyme, certes en trois sinogrammes mais dont deux sont différents : le 2 et le 3ème.
Pour la syllabe ma il a choisi le sinogramme du cheval, lui-même clé sémantique n°187 et pour la syllabe ye il a opté pour le sinogramme de « diplômé » avec la clé n°75 de l’arbre. Ce patronyme élargi à 32 traits  photo9 était une création très prestigieuse.

En choisissant de donner son « Voyage en Extrême-Orient » au fonds chinois de la BM de Lyon, le Général Jacques Guillermaz, parti sur la terre du moine Xuanzang à la recherche des manuscrits de la Chine du XXe siècle, avait souhaité le soumettre au questionnement des générations futures. Il avait voulu également honorer le rôle des Institutions lyonnaises dans la préservation de documents et travaux séculaires liés à la diplomatie sino-française depuis l’envoi en 1245 à Karakorum de franciscains par le pape Innocent IV alors réfugié.
Cette généreuse initiative était rapidement suivie par les jésuites responsables de la collection des Fontaines et de la collection d’André d’Hormon, puis au XXIe siècle par Michelle Loi, Michel Soymié, Danielle Li et le traducteur Li Che-houa.
Des sommes de Que sais-je ? à explorer.

La devise de Montaigne, « je ne sais »duLivre  II des  Essais a été sans discontinuité celle du Général durant son périple d’un demi- siècle afin de garder en équilibre les deux plateaux de la balance, sur le fil toujours tendu de la scène internationale.

Par Chantal-Marie AGNES, sinologue

 


Vous aimerez aussi...

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *