LITTERATURE/Les très riches heures de quelques bibliothèques lyonnaises

©Michel Loude

©Michel Loude

VÉRITABLES MAISONS DE LA CULTURE ENTRE 1945 ET 2000 A LYON.

Le fil directeur de cet article est simple : rendre un hommage appuyé à quelques librairies qui ont marqué l’histoire lyonnaise avant et surtout  après la 2° guerre mondiale, établissements qui ont aujourd’hui disparu au grand dam des amoureux des livres, car ces librairies étaient de véritables institutions, foyers, à la fois, de culture artistique, de contestation, de réserves historiques.


La Galerie- Librairie La Proue

©Michel Loude

©Michel Loude

L’une des plus fameuses fut incontestablement la Galerie- Librairie La Proue, sise rue Childebert, qui a ouvert ses portes en mai 1947 avec, à sa tête des jeunes gens volontaires qui allaient se lancer dans « une aventure passionnante et exaltante à tous égards… » : dirigée par Françoise, Georges, et Raymond Péju, famille connue à Lyon pour s’être illustrée dans la Résistance.
1947, l’époque est enivrante : la France sort à peine des années noires, des années de plomb et de silence forcé, la France retrouve sa voix, la parole est libre, comme le chantent Aragon et Eluard…
Dans les ruines encore bien visibles s’élèvent les moments éblouissants de la Libération, faits d’espoir, de renouveau, de renaissance ! La civilisation occidentale se remet en route : les arts, les lettres germent tels les blés au printemps : une pulsion de vie se fait jour comme 25 ans plus tôt avec les « Années folles » !

On découvre des écrivains allemands, espagnols, américains. La Librairie la Proue, au nom symbolique, veut aller de l’avant, tracer un sillon, et instaurer une nouvelle forme de librairie en favorisant les jeunes auteurs, les courants littéraires naissants, la poésie, le théâtre, le nouveau roman, mais surtout privilégier une relation amicale avec les lecteurs : la librairie devenant un lieu exceptionnel dans lequel étudiants, chercheurs et les lecteurs passionnés se rendent comme dans une bibliothèque de recherche. On trouvait, rue Childebert, caverne aux mille trésors, des opus rares, des écrits poétiques venant de toutes les nations, des revues du monde entier souvent très engagées, des revues d’art, des revues politiques contestataires, les écrits des romanciers exilés, des magazines introuvables ailleurs…

©Michel Loude

©Michel Loude

Ce qui frappe à La Proue, c’est l’esprit de la Résistance qui continue.
On venait échanger avec Georges et Françoise, toujours au fait de leurs arrivages. On venait aussi aux nombreuses rencontres dans la grande salle du 3ème étage (l’espace Garamond) dévolue aux signatures, aux conférences, aux vernissages des expositions thématiques : patrimoine photographique industriel, Lyon et son histoire, ou rendre hommage à des personnalités littéraires françaises et étrangères de premier plan telles qu’Henri Michaux, Blanc et Demilly, Amable Audin, Raymond Depardon, Pablo Neruda, Frantz Kafka, Sidney Bechet, Sartre, Desnos, et des centaines et centaines d’autres…

Je me souviens de cet engouement pour assister aux conférences de Pierre Péju, de René Basset, de Bernard Simeone, de René Dumont, de Jean-Yves Loude, etc…

Véritable temple de l’esprit, La Proue a su guinder ses choix littéraires vers les sommets de l’exigence, et ce, pendant 51 ans.

Les nouveautés

Autre pole d’attraction, une librairie traditionnelle, avec un important département de livres d’art. Là, également, des signatures prestigieuses ont été réalisées où les habitués se pressaient en nombre.
Ambiance feutrée, studieuse, on était accueilli amicalement par Robert Bouvier et Claude Lebrun avec lesquels il faisait bon discuter sur les dernières parutions. On y croisait Charles Juliet, Raymond Grandjean, André Mure, statue du commandeur, arrivant majestueusement… En fait, tout ce que Lyon comprenait d’esprits éclairés se retrouvait aussi aux Nouveautés, petite académie du savoir. Je revois René Bragard, Pierre Dardun, André Mure signant leurs ouvrages au fond du magasin dans une sorte de petite retonde surélevée, toujours fleurie, comme les vitrines.

La librairie des Charles Gourdin, rue Gasparin

Entre 1965 et 1975, rue Gasparin, se trouvait la librairie de Charles et Marthe Gourdin, spécialisée dans les livres d’art, la littérature romanesque française et étrangère, mais également dans l’ésotérisme. Une clientèle avertie fréquentait cette belle librairie dont l’ambiance était celle d’un salon avec tables anciennes où étaient déposés les ouvrages, des fauteuils clubs pour consulter confortablement les opus convoités. La politique des ventes : conseiller, guider, faire découvrir à des clients souvent connaisseurs, exigeants, faisant partie de professions libérales, les nouveautés, les livres rares.

Des signatures prestigieuses ont eu lieu : Reverzy, Calaferte, Duby, Bouget, le docteur Hochmann, psychiatre. Une prestation mémorable, celle de Lanza del Vasto, qui attira tant de chalands qu’il fallut faire la queue sur le trottoir. Avec la librairie de Charles Gourdin, nous sommes aux antipodes des supermarchés du livre tels qu’ils ont fait florès dès les années 80 !

La librairie Saint-Augustin Crozier, rue d’Algérie : un centre de la Résistance lyonnaise.

Une vénérable institution que cette librairie, sise rue d’Algérie, qui a eu pignon sur rue depuis la fin du XIXème siècle. Un hommage a été rendu par Jean-Luc de Uffredi à son oncle Pierre Crozier, propriétaire de la dite librairie(1), lequel dirigea l’établissement aux heures sombres de l’Occupation et fut l’un des premiers à organiser la Résistance à Lyon, et la librairie y joua un rôle décisif.
De nombreux documents ont été laissés par Pierre Crozier : photos, lettres, cartes d’identité de l’époque, ce qui donna l’idée à son neveu de les rassembler pour faire un livre qui raconte par le menu en un beau travail d’anamnèse, la vie terrible de ces jeunes gens, ces héros de l’ombre, qui ont lutté sans merci pour que la France retrouve sa liberté.

La librairie de Pierre Crozier a été tout au long de cette période de plomb le carrefour des premiers rendez-vous des Résistants. Dans l’arrière du magasin se fabriquaient les feuilles clandestines « les petites ailes », édition officielle du MLN (Mouvement de Libération Nationale), créées par Henri Frenay. Bien vite, la librairie devint suspecte et Pierre Crozier fut arrêté, mais relâché.

La paix retrouvée, la librairie a continué sa route jusqu’en 1977, date à laquelle elle fut vendue à M. Nicolas, une autre figure lyonnaise, libraire et surtout bouquiniste, qui la gérait, il y a peu de temps encore, et chez lequel on pouvait trouver des ouvrages anciens épuisés, des livres rares, des estampes, des essais, des peintures, mais surtout, toute une littérature inépuisable sur Lyon et sa région.

La librairie du Bât d’Argent

Souvenirs d’adolescent : Perlette Chartier tenait, rue du Bât d’Argent, une vaste librairie, la Librairie du Bat d’Argent, connue comme le loup blanc et fréquentée par d’innombrables habitués que la patronne observait avec attention, tirant des observations précieuses qu’elle a transcrites dans un bel ouvrage « Jadis libraire, rue du Bat d’Argent », Lyon 1984.

Elle impressionnait par sa stature droite, impérative, rigide, son chignon haut placé, ses lunettes à la «Marcel Achard». Elle semblait être une institutrice surveillant ses livres et ses clients d’un œil inquisiteur. On trouvait de tout dans cette librairie où l’on pratiquait encore la location de livres. Sous le magasin, la cave avait été aménagée pour des soirées de lecture. Un escalier assez raide menait à ces catacombes littéraires où se trouvaient des fauteuils confortables pour une dizaine de personnes, c’était « le cercle des poètes du Bat d’Argent » : Perlette déclamait les textes des poètes de la fin du XIXème siècle, les symbolistes entre autres. Venaient là des poètes qui cherchaient leur voie : ils déclamaient, on se liait amitié dans ce lieu de conspirateurs de la poésie moderne…

La presqu’île, lieu de ma jeunesse, m’a offert d’innombrables promenades studieuses pour fureter dans les bacs de ces magasins extraordinaires qu’étaient les librairies, à la recherche de trésors inconnus, de rencontres inattendues, librairies formatrices du goût de ceux qui les pratiquent attisés par la continuelle curiosité. Elles avaient toutes leur odeur, leur style de présentation des ouvrages, leur décoration, leurs habitués. Ce qui frappe pour toutes, c’était la présence d’un être humain en la personne du libraire avec lequel un dialogue pouvait s’engager : insigne chance que ces contacts, ces échanges.

L’après guerre fut le temps béni des librairies à visage humain.

Par Michel LOUDE, écrivain

1 – Jean Luc de Uffredi : Une famille de libraires dans la Résistance (1939-1945) Librairie Crozier-Saint-Augustin, Lyon. Editions Les Passionnés de Bouquins, Tassin-la-Demi-Lune.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.