DEBATS/Fontaine Bartholdi

Lyon : La Fontaine Bartholdi (Place des Terreaux). - B01CP69000 000421 © Bibliothèque municipale de Lyon

Lyon : La Fontaine Bartholdi (Place des Terreaux). – B01CP69000 000421
© Bibliothèque municipale de Lyon

LES DEBATS SUR L’EMPLACEMENT DE LA FONTAINE BARTHOLDI

L’histoire est connue, la fontaine Bartholdi était à l’origine un élément d’un ensemble plus vaste prévu pour la ville de Bordeaux. Son déplacement lors des travaux de réaménagement de la place des Terreaux entre 1991 et 1994 a suscité une importante polémique et une partie des Lyonnais ne voit toujours pas l’intérêt de cette opération. Mais le débat sur l’emplacement de la fontaine n’est pas récent et remonte à l’époque de son acquisition par la Ville de Lyon lors de l’Exposition Universelle de 1889.

Le choix de l’installation

Confirmée par la municipalité directement auprès du sculpteur en 1889, la procédure d’achat est officiellement validée lors du Conseil municipal du 8 juillet 1890. Or, au cours de cette séance, sur « l’avis de l’Administration, […] partagé par M. Bartholdi… », il est prévu d’installer l’œuvre sur la place de la République.
Les services de la Voirie procèdent néanmoins à l’étude de différents emplacements.
La Commission pour l’installation de la fontaine rend son rapport le 13 novembre 1890 avec comme choix définitif celui de la place des Terreaux. Concernant les autres solutions envisagées, différents contre-arguments sont avancés. Pour le cours Perrache, c’est son cadre trop grand qui exigerait un second motif décoratif, tandis que la place de la République est finalement écartée à cause du projet Grolée qui doit en modifier l’aspect: « il est par conséquent peu prudent d’installer la fontaine dans un espace qui est voué à évoluer dans peu de temps ».
Le parc de la Tête d’Or isolerait trop l’ensemble qui se développerait mieux dans un cadre urbain et la nouvelle configuration du jardin des Plantes ne convient plus non plus. Pour la Préfecture, on considère que la fontaine boucherait l’escalier principal. Quant au projet de l’installer au débouché de la rue de la République, la commission estime qu’il faudrait replacer la sculpture au centre d’un nouveau motif décoratif, ce qui n’est pas envisageable pour des questions de budget.

Pour justifier le choix de la place des Terreaux, la commission met en avant l’axe frontal majeur de la fontaine qui prescrit une installation davantage à « l’extrémité d’une place qu’à son centre » et la façade du Massif des Terreaux, perçue comme un « fond heureux ». En outre, La commission argue qu’il est « intéressant dans une ville de rassembler sur un même point ce qu’elle peut présenter de plus beau. C’est ainsi qu’elle se fixe dans le souvenir de celui qui la traverse ». Le choix de cet emplacement illustre ainsi la volonté de condenser l’art urbain, la place devenant plus une vitrine qu’un espace de respiration.

Le 10 mars 1891, le Conseil municipal approuve l’installation de la fontaine sur la place des Terreaux. L’architecte en chef de la Ville rédige le projet d’érection en décembre 1891 et l’inauguration a lieu le 2 septembre 1892.

Il convient cependant de rappeler que le choix de cet emplacement ne parut pas évident pour tous.

Projet de prolongement de la rue de la République jusqu’à la Croix-Rousse - 38 Ph 240 © Archives municipales de Lyon

Projet de prolongement de la rue de la République jusqu’à la Croix-Rousse – 38 Ph 240
© Archives municipales de Lyon

Dès l’achat de la fontaine, des courriers sont adressés au maire plaidant pour une installation place de la Comédie, entre l’Hôtel de Ville et le Théâtre. Quelques années plus tard, Louis Maynard écrit dans son Dictionnaire de Lyonnaiseries (1932) que la fontaine « semble malheureusement un peu écrasée par les hautes façades des maisons situées du côté ouest de la place ». Entre-temps, les différents projets du début du XXe siècle pour le prolongement de la rue de la République jusqu’à la Croix-Rousse sont l’occasion pour le directeur de l’OTL Edouard Guillon et de l’architecte Georges Trévoux en 1909, de reprendre l’hypothèse d’une installation sur la place de la Comédie. Mais aucun travaux n’est finalement programmé.

Le déplacement à la fin du XXe siècle

En mai 1991, suite à l’étude lancée par Michel Noir pour la rénovation de la place des Terreaux, la COURLY engage une procédure de concours. Cinq finalistes sont sélectionnés et le 23 mars 1992, le jury retient le projet de l’équipe dirigée par l’architecte Christian Drevet et le plasticien Daniel Buren.

Maquette Projet Drevet-Buren, 1992 - P0740 FIGRPTL269 2. © Bibliothèque municipale de Lyon

Maquette Projet Drevet-Buren, 1992 – P0740 FIGRPTL269 2.
© Bibliothèque municipale de Lyon

Mais plusieurs voix s’élèvent contre leur proposition de déplacer la fontaine, dont celle de l’Architecte des Bâtiments de France Ferrieux. Ce dernier reprend les arguments de la commission de 1891 en affirmant que la façade du Massif des Terreaux est un arrière-plan idéal. Il poursuit son épître réquisitoriale, parfois contradictoire, en arguant que « la nouvelle implantation aurait tendance à mettre la fontaine en évidence comme élément principal de la composition alors qu’il ne faut pas d’élément essentiel » et « qu’elle diviserait la place en deux espaces. »

A contrario, la direction des affaires culturelles de la Ville soutient le déplacement dans l’axe de la façade du Palais Saint-Pierre qui favorise une nouvelle perspective depuis le jardin du musée. En outre, l’Inspecteur général des Monuments historiques, dans un rapport de septembre 1992, défend la nouvelle situation de la fontaine en justifiant cette proposition par le fait que les données d’utilisation de la place en 1992 n’ont plus les mêmes références qu’au XIXe siècle.

Entre-temps, la commission d’experts réunie le 27 juillet 1992 met un terme à la polémique.
Non contente d’énoncer que ses membres apprécient « le caractère créatif de ce projet, devant lequel, malgré leur légitimité, les arguments contre le déplacement de la fontaine doivent s’effacer», elle rappelle que dans la note d’orientation culturelle remise aux concurrents finalistes, le déplacement de la fontaine était proposé aux concepteurs. Aussi, revenir sur le bien-fondé de ce déplacement reviendrait à remettre en cause le concours et constituerait une source de contentieux. Il est alors demandé à l’ABF de prendre en compte ces considérations, ce dernier rendant finalement un avis favorable le 28 septembre 1992.

Déplacement de la fontaine Bartholdi, décembre 1992 - P0741 01369. © Bibliothèque municipale de Lyon

Déplacement de la fontaine Bartholdi, décembre 1992 – P0741 01369.
© Bibliothèque municipale de Lyon

 

Ainsi la première installation de la fontaine à l’ouest de la place des Terreaux ne fut pas une évidence, mais le résultat d’une longue réflexion.

Son déplacement près d’un siècle après peut alors être considéré comme la simple expression du besoin de la ville à se renouveler sur elle-même.

 

 

 

Par JULIEN DEFILLON
Doctorant Université Lumière Lyon 2
Chercheur, service Inventaire du Patrimoine, région Bourgogne



Sources
 :

Archives municipales de Lyon : 2CM86 ; 962 WP 008 ; 1509 WP 01 ; 1531 WP 019 ; 1531 WP 025 ; 1561 WP 003 ; 1797 W 133

Légendes illustrations :

Illustration 1 :
Premier emplacement de la fontaine à l’ouest, devant le Massif des Terreaux. Bibliothèque municipale de Lyon, B01CP69000 000421.
Illustration 2
Projet : Prolongement de la rue de la République jusqu’à la Croix-Rousse, 1909, AML, 38 Ph 240.
Illustration 3
Maquette du projet Drevet-Buren, 1992, Bibliothèque municipale de Lyon, P0740 FIGRPTL269 2.
Illustration 4
Déplacement de la fontaine Bartholdi, décembre 1992, Bibliothèque municipale de Lyon, P0741 01369.


Julien Defillon

Chercheur, service Inventaire du Patrimoine – Conseil régional Bourgogne – Franche-Comté
Chargé de cours, Université Lumière Lyon 2

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. incroyable ce projet de prolongement de la rue de la Ré, avec ce monument de la Victoire! Cela fait écho à l’allégorie place Carnot est tellement mal mise en valeur, que peu de monde sait qu’elle existe…

  2. Iro LeRokh dit :

    Je penserais encore et toujours que le déplacement n’était pas une bonne idée. Le point sur la perspective depuis les jardins du musée est caduque : faut-il encore entrer dans le jardin ! Alors qu’à son emplacement originel, le fond du Massif des Terreaux était parfaitement en accord avec la fontaine et on avait pas besoin de se mettre à un endroit précis pour apprécier la perspective.

    Je trouve le prolongement de la rue de la Ré superbe, malheureusement il aurait coûté bien trop cher. Et vu l’entretien de l’actuelle place des Terreaux, ce prolongement aurait également souffert.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *