CONTRIBUTION à l’étude de la bibliothèque de l’architecte Joseph-Jean-Pascal Gay (1/2)

S’arrêter en si bon chemin eût été un crime…
Raymond Roussel, L’Étoile au front

Dans le cadre d’une recherche en cours sur la formation de la Bibliothèque du Palais des Arts, cette ancienne section des arts et des sciences de la Bibliothèque municipale de Lyon, nous avons été amenés à nous intéresser à la bibliothèque formée par Joseph-Jean-Pascal Gay (1775-1832)[1] l’un des membres fondateurs de deux sociétés savantes de notre ville, le Cercle littéraire, devenu la Société d’Histoire de Lyon, et la Société Académique d’Architecture.

Celui qui a exercé les fonctions d’architecte en titre de la Ville, sous l’Empire, et qui fut le premier à enseigner cette discipline dans la nouvelle école « spéciale » (entendre : spécialisée) de dessin créée à la suite d’un décret de Napoléon, était un excellent dessinateur en même temps qu’un lettré, ainsi qu’en témoigne le catalogue[2] de sa bibliothèque dispersée plus d’un an après sa mort, survenue le 16 mai 1832.
Ce catalogue a été dressé avec soin par Joseph Janon (?-1837) qui exerça le métier de libraire avant de mettre ses connaissances au service de la bibliothèque de la Ville. Janon utilise alternativement l’expression de cabinet (de livres) (dans le faux-titre et dans titre) et de bibliothèque (dans le titre de la p. [1]), partagé qu’il est entre le désir de promouvoir le caractère choisi et rare des livres rassemblés par l’architecte et celui de rendre compte de la variété des domaines couverts par cette collection.
Conformément à la tradition de l’Ancien Régime, Janon organise son catalogue selon la classification dite des libraires de Paris, qui répartit les titres en cinq classes : Théologie, Jurisprudence, Sciences et Arts, Belles-Lettres et Histoire. En vérité, ces divisions se veulent surtout commodes et ne prétendent pas indexer exactement le contenu des ouvrages. Peu importante chez Gay, la classe Jurisprudence a ainsi été gonflée avec telle Histoire des perruques (lot 95) et telle édition ultra-portative d’une règle dite de saint Bernard (lot 98). Une table alphabétique des auteurs et des ouvrages anonymes compense en partie les inconvénients de la classification.

Il est inutile d’insister sur le fait qu’un catalogue de vente n’offre pas une image absolument fidèle du contenu d’une bibliothèque. Le bibliophile a pu se défaire d’une partie de ses livres antérieurement à la vente. Souvent, lui-même ou ses héritiers ont négocié à part des pièces de choix. Signalons, ainsi, qu’un ouvrage enrichi d’annotations par Gay, est passé en vente ces dernières années, alors qu’il ne figure pas dans le catalogue de Janon. Il s’agit de l’édition originale des Entretiens sur les vies et sur les ouvrages des plus excellens peintres anciens et modernes, par Félibien, avec une page de titre rafraîchie (Paris, Delaulne, 1690) et la mention de seconde édition[3].

La bibliothèque de Gay a retenu d’abord l’attention de Léopold Niepce (1813-1898) qui lui a consacré une notice dans son histoire des bibliothèques lyonnaises[4]. Niepce identifie à tort l’auteur de la préface du catalogue avec Fleury Richard (1777-1852), le peintre de Valentine de Milan, alors que les initiales P.R. appellent naturellement le nom de Pierre Révoil (1776-1842), l’autre ténor du Style troubadour, dont les collections d’objets d’art du Moyen Âge et de la Renaissance, sans oublier les livres rares, ont fait passer le nom à la postérité plus sûrement, peut-être, que son œuvre peint et dessiné. La confusion de Niepce trouve son explication dans le fait que Richard avait salué publiquement la mémoire de son ami de jeunesse[5]. Non content de cet hommage, il confia à Auguste Flandrin (1804-1842) le soin de reproduire en lithographie le portrait de Gay qu’il avait dessiné en 1798.

En établissant le catalogue des écrits de François Artaud (1767-1838), directeur du musée et de l’école des Beaux-Arts de Lyon, nous avions noté qu’un exemplaire portant un envoi de l’archéologue à Gay montrait une marque de possesseur cryptée : une petite étoile tracée à l’encre rouge en haut de la page de titre[6]. Si, comme nous aurons l’occasion de le démontrer tout au fil de cet article, cette même marque figure sur d’autres livres de la vente Gay identifiés par nos soins, elle est absente d’une traduction latine d’Antoine Péricaud (1782-1867) enrichie d’un envoi de l’auteur à l’architecte que signale le catalogue en ligne de la Bibliothèque municipale[7]. L’ouvrage en question étant inconnu de Janon, il est permis de penser que Péricaud a renoncé à son intention première.

Devant cette étoile rouge, comment ne pas penser à l’étoile flamboyante que la tradition ésotérique fait remonter au pentagramme révéré par les Pythagoriciens ?[8]
Cette figure d’inspiration maçonnique, à la fois singulière et anonyme, a valeur aussi d’emblème. Daniel Ligou, qui nous sert ici de guide, fait remarquer que le Rituel du Suprême Conseil de France donne, en regard du grade d’Intendant des Bâtiments (le 8e du Rite Écossais Ancien et Accepté), l’explication suivante pour l’étoile à cinq branches : « Pour manifester les Cinq Ordres d’Architecture employés dans la construction du Temple[,] pour représenter les Cinq Points de la Félicité, pour symboliser les Cinq Sens sans lesquels aucun homme n’est parfait, pour personnifier les Cinq Lumières de la Maçonnerie ».
Initié peut-être dans une loge de la capitale, Gay parvint aux « hauts grades » dans la loge lyonnaise d’Isis, affiliée au Rite Écossais[9]. Sur un diplôme de maître délivré par cette loge, diplôme possiblement gravé d’après un dessin de l’architecte, un écu orné d’une étoile donne au symbole l’apparence d’armoiries [10].

Diplôme de la Loge d’Isis à l’Orient de Lyon, 16 mai 1810 – inv. 53-718. © Musées Gadagne

Près du sceau de cire rouge, marqué également d’une étoile, on lit la signature de Gay enfermant dans la grande boucle de l’initiale les mentions de son grade d’ex-maître et de celui de G.A.B.E.N. dont nous n’avons pu résoudre l’acronyme (on connaît un Grand Architecte au 7e degré du Rite Écossais Rectifié). Le musée des Beaux-Arts conserve un projet de décoration maçonnique de Gay pour une mystérieuse loge des Muses, décoration ou « bijou » qui affecte également la forme d’une étoile[11]. La marque de possesseur de Gay figure sur plusieurs brochures de caractère maçonnique que conserve la Bibliothèque municipale en provenance du bibliophile Louis Coste (1784-1851). À titre d’exemple, mentionnons le Tableau des frères composant la R.: L.: du Parfait-Silence, séante à l’O.: de Lyon, pour l’année maçonnique 5808, Lyon, chez les F.: Pelzin et Drevon, 5808 [1808][12]. Ou bien encore le poème d’un instituteur lyonnais, du nom de Nicolas Barret, par ailleurs « orateur » de la loge précédemment mentionnée, Una dies, carmen triumphale in festis solemnibus exercitûs invicti, c’est-à-dire Une journée, chant triomphal pour les fêtes solemnelles [sic] de la Grande Armée (Lyon, s.n., [1806])[13].

Gay, semble-t-il, apposait cette marque sur tous ses livres imprimés, quelle qu’en soit la rareté ou le format. Nous l’avons reconnu également sur un manuscrit qui figure dans le catalogue de la vente de 1833, le recueil des lettres autographes envoyées par Guy Patin (1601-1672) au médecin Belin, de Troyes, et aux Lyonnais Charles et Jacob Spon (lot 617) que conserve la Bibliothèque nationale de France sous la cote Français 9358 (en ligne sur Gallica). Donné, en 1695, à l’avocat et échevin Claude Brossette (1671-1743) par le libraire Antoine Briasson, le manuscrit est passé ensuite dans les mains de Pierre Jouvencel (1717-1779), conseiller à la Cour des monnaies, puis du docteur Jean-Baptiste Antoine Rast de Maupas (1732-1810), à la vente de qui Gay l’a acheté en 1812. Comme nous le confirme Antoine Péricaud, il s’agit bien du même recueil qui fut acquis pour la Bibliothèque royale, en 1834, par Jacques-Joseph Champollion-Figeac (1778-1867), alors conservateur du département des Manuscrits de cette institution[14].

Lorsqu’en 1989, nous avons inventorié le fonds d’atelier du peintre Fleury Richard acheté par le musée des Beaux-Arts de Lyon, fonds dans lequel se retrouvent 35 feuilles signées ou attribuées à Gay, un carnet de croquis et un album factice contenant 29 dessins du même artiste, nous avons suggéré que le peintre, par fidélité à la mémoire de l’architecte, son ami, avait cherché à se procurer quelques pièces de sa main lors de la vente de 1833 où les portefeuilles de plans, de dessins et d’estampes sont signalés sommairement[15]. Néanmoins, nous n’avons pas retrouvé la petite étoile rouge sur les plans de l’architecte, non plus que sur des dessins ou des gravures que nous supposons lui avoir appartenu.

L’identification que nous avons proposée, en 1986, au sujet de la marque de possesseur apposée par Gay sur les ouvrages de sa bibliothèque, est passée inaperçue, alors que le bibliophile et certains de ses livres ont suscité de nouvelles études. Le 25 janvier 1996, Dominique Bertin, que nous venons de perdre, hélas ! en faisait l’objet de son intervention au séminaire de Sylvie Deswarte sur La Bibliothèque artistique idéale : bibliothèques d’artistes et d’amateurs (XVIe-XXe siècles), dans le cadre du Diplôme d’études approfondies (DEA) de l’Institut d’histoire de l’art de l’université Lumière Lyon 2 pour l’année universitaire 1995-1996, séminaire resté malheureusement inédit[16]. L’historienne de l’architecture et de l’urbanisme lyonnais du XIXe siècle se promettait de consacrer une monographie à Gay qu’elle n’a pas eu le temps de mener à bien. Grâce aux annotations portées sur un exemplaire de la première édition française de L’Architecture de Léon Alberti (Paris, J. Kerver, 1553), ouvrage repéré dans les collections de la bibliothèque municipale de Lyon, Marie-Agnès Ibar et Anne-Bérangère Rothenburger ont attiré l’attention sur la démarche de Gay comme glossateur du célèbre traité italien [17].

L’Architecture et art de bien bastir du Seigneur Leon Baptiste Albert […] traduicts de latin en français par deffunct Ian Martin, Paris, J. Kerver, 1553. – Rés 158268. © Bibliothèque municipale de Lyon

Le possesseur s’identifiait lui-même ainsi :

« J.J.P. Gay architecte lyonnais a écrit ces remarques sur cet excellent traité de Leon [sic] Baptiste Alberti, d’après la version de Jan Martin. Cette traduction n’est point exacte, elle parait [sic] avoir été faite à la hâte, ainsi que le lecteur peut s’en convaincre en la collationnant avec l’original, mais je m’en suis servi, parce que l’édition latine dont j’ai fait usage ne m’appartenait pas, et que je ne pouvais ecrire [sic] sur les marges. ». (p. 1 r°).

Gay, qui possédait suffisamment le latin pour composer des inscriptions dans cette langue à l’occasion des cérémonies publiques, a peut-être eu l’ambition de donner une nouvelle édition du traité de Vitruve, si l’on en juge par le nombre important d’éditions qu’il avait recueillies. N’écrivait-il pas, en marge de l’Alberti dont il vient d’être question que les écrits de Vitruve « sont si obscurs, que malgré la foule de ses commentateurs, bien des passages sont encore inintelligibles » (p. [100 v°]) ? À propos d’un exemplaire de l’édition augmentée des Annotationes de Guillaume Philandrier, édition imprimée à Lyon, en 1552, chez Jean I de Tournes, et entremêlée d’extraits du texte vitruvien, Janon écrit : « Bel exemplaire collationné par M. Gay avec un ms. de la Bibl. roy[ale] ; les variantes qu’il a recueillies, sont très-proprement écrites en [sic] encre rouge » (lot 267). Le même exemplaire se retrouve, une vingtaine d’années plus tard, dans le catalogue de vente des livres rares et précieux de Louis Coste[18]. Nous apprenons, à cette occasion, que le manuscrit de Vitruve, d’où Gay a tiré des leçons pour enrichir son édition lyonnaise de 1552, est le Latin 7227 de la Bibliothèque nationale de France, manuscrit sur parchemin daté du XIe siècle.

(à suivre)

Par Gérard BRUYERE, membre de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon


[1]
L’acte baptistère (Arch. mun. Lyon, 1 GG 122, n° 456), est daté du 15 avril 1775, c’est-à-dire du lendemain de la naissance. Le futur architecte est fils d’Étienne Gay, négociant, et de Liduvine [sic] Baliguet, son épouse. La signature maçonnique (aux trois points) pourrait être celle du parrain, le négociant Joseph Marie Claude Gay.

[2] Catalogue des livres imprimés et manuscrits composant le cabinet de feu M. Gay, architecte […], rédigé et mis en ordre par J[oseph] Janon, préf. de P[ierre] R[évoil], Lyon, Paris, octobre 1833, 112 p., 957 n°. Il existe des exemplaires sur papier vélin fort (BnF DELTA-7815).

[3] Vente ERA–Enchères Rhône-Alpes, Villefranche-sur-Saône, samedi 20 juin 2009, commissaires priseurs : Me Guillaumot, Breuilh et Munsch ; expert : Edgard Daval, n° 28. En ligne : http://www.bibliorare.com/cat-vent_villefran20-06-09-cat.pdf. Consulté le 15 mai 2010.

[4] Léopold Niepce, Les Bibliothèques anciennes et modernes de Lyon, Lyon, H. Georg, s.d. [1875], p. 288-290.

[5] Fleury François] Richard, « Joseph Jean Pascal Gay, architecte », Nouvelles archives statistiques, historiques et littéraires du département du Rhône, t. I (1832), p. 310-318, sous la rubrique « Nécrologie ». Cette notice a connu également une publication à part sous le titre : Notice historique sur J.J.P. Gay, architecte (11 p.).

[6] Gérard Bruyère, Essai de bibliographie descriptive de François Artaud (1767-1838), archéologue, directeur du musée et de l’école des beaux-arts de Lyon ; suivi de l’inventaire de sa correspondance et d’une chronologie : une source pour l’archéologie et l’histoire de l’art à Lyon et dans le Midi de la France, mémoire de maîtrise d’histoire de l’art, université Lumière Lyon 2, Institut d’histoire de l’art., octobre 1986, p. 26, à propos de l’exemplaire de la Description de la mosaïque de M. Macors, par F. Artaud, Lyon, Impr. de Ballanche père & fils, 1806, 14 p., in-8° (lot 881 de la vente Gay), provenant de Louis Coste (1784-1851) et coté 353820 à la Bibl. mun. Lyon.

[7] Plaidoyer pour Servius Sulpicius, contre L. Muréna, composé en latin par Aonius Paléarius, et traduit pour la première fois en français par A. Péricaud, Paris, Lefèvre, 1826. Envoi ms. au verso de la garde blanche : « Gage d’amitié offert par l’auteur à M. Gay. » Bibl. mun. Lyon, 353670 (Coste 16809).

[8] Daniel Ligou, Dictionnaire de la franc-maçonnerie, éd. revue, corrigée et augmentée par Charles Porset et Dominique Morillon, Paris, Presses universitaires de France, 2006 (coll. Quadrige), art. « Étoile flamboyante », p. 428-429.

[9] Outre les tableaux des loges conservés dans le fonds Coste de la Bibl. mun. Lyon, voir Arch. dép. Rhône, 4 M 827, État nominatif des personnes composant la Loge de Montauban sous le titre d’Isis, signé par Gay (signature non autographe car il s’agit d’une copie), président par intérim, le 15 mars 1811.

[10] Musées Gadagne, Fonds Justin Godart, inv. 53-718, diplôme pour Philippe Hilaire Richan, en date du 16 mai 1810.

[11] Plume et encre noire, lavis de couleur, effet d’aquarelle (inv. 1988-4.IV.24). Cf. Gérard Bruyère, « Le fonds Richard au musée des beaux-arts de Lyon », Bulletin des musées et monuments lyonnais, 1989, n° 3, p. 64, fig. 50.

[12] Bibl. mun. Lyon, 350399 (n° 3589 du catalogue Coste). Soit discrétion en raison du sujet, soit opuscule négocié avant la vente aux enchères, le titre ne figure pas dans le catalogue de la vente de 1833.

[13] Bibl. mun. Lyon, 350987 (n° 458 de la vente Gay ; n° 6107 du catalogue Coste par Vingtrinier).

[14] Biographie universelle Michaud, nouv. éd., t. 16, Paris, C. Desplaces, 1856, art. J.J.P. Gay, p. 69 (la notice est de Péricaud, d’après Arch. dép. Rhône, Fonds Galle, Ms 85, f. 65-67).

[15] Gérard Bruyère, « Le fonds Richard au musée des beaux-arts de Lyon », Bulletin des musées et monuments lyonnais, 1989, n° 3, en particulier p. 8, 30-32 et 53-58, ill.

[16] Voir aussi Dominique Bertin et Nathalie Mathian, Lyon : silhouettes d’une ville recomposée : architecture et urbanisme, 1789-1914, Lyon, Éd. lyonnaises d’art et d’histoire, 2008, p. 154.

[17] Marie-Agnès Ibar et Anne-Bérangère Rothenburger, Inventaire des livres d’architecture du XVIe siècle conservés à la bibliothèque municipale de Lyon, mémoire de recherche pour le diplôme de conservateur de bibliothèque, sous la dir. de Frédéric Barbier et de Jean-Michel Leniaud, Villeurbanne, École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques, 2001, en particulier p. 10, 25-26, 31 (cat. 3). En ligne sur le site de l’ENSSIB. Provenant de la Bibliothèque du Palais des Arts, l’exemplaire porte la cote Rés. 158268. Il s’agit du lot 293 de la vente de 1833.

[18] Catalogue des livres rares et précieux de la bibliothèque de feu M. J.L.A. Coste, conseiller à la cour royale de Lyon ; dont la vente aura lieu le lundi 17 avril 1854 et jours suivants [à Paris], Me Bonnefons de Lavialle, commissaire priseur, Paris, L. Potier, P. Jannet, Lyon, A. Brun, 1854, p. 79, n° 531.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *