DEBATS/Quel devenir pour le calvaire de Lyon ?

Beaucoup de Lyonnais ne connaissent pas le Calvaire de Saint-Irénée, ou Calvaire de Lyon, comme on l’a longtemps appelé. C’est pourtant le seul monument de ce type subsistant en pleine ville en France. De Perrache, il suffit de lever les yeux pour apercevoir, à l’est du clocher carré de l’église Saint-Irénée, les trois croix dressées au-dessus de la cité.
Le plan scénographique de Lyon établi dans les années 1550, montre un premier calvaire en haut de la Montée Saint-Barthélémy, au centre d’une patte d’oie correspondant à notre actuelle place de l’Antiquaille. Détruit en 1562 lors de l’occupation protestante de la ville, ce calvaire ne fut jamais reconstruit.

Il faut attendre 1687 pour qu’un nouveau calvaire soit édifié sur un lieu proche, si l’on en croit Nicolas Nivon, « chanoine & infirmier de Saint-Irénée », qui fit paraître en 1731 un ouvrage de piété, réédité plusieurs fois au cours du siècle : Le Voyage du Saint Calvaire sur la Montagne des Martyrs de Lyon, à Saint-Irénée. Situé au sommet de la colline, le calvaire était la IXe station d’un chemin de croix qui partait de l’église paroissiale de Sainte-Croix à côté de la cathédrale Saint-Jean. Sous le calvaire se trouvait une chapelle souterraine, image du Saint-Sépulcre, qui constituait la Xe station.

Le Calvaire de Lyon à Saint-Irénée ©Josette Frolon

Comme son prédécesseur, ce calvaire fut saccagé pendant la Révolution. Au début du XIXe siècle, grâce à la générosité de divers bienfaiteurs, dont le manufacturier Christophe Guillaud, il fut relevé, modifié et transformé en chemin de croix de  quatorze stations entièrement sur place. Mais au fil du temps, le calvaire sans doute mal entretenu et fragilisé par les intempéries, s’est dégradé. On n’y prête guère attention lorsque, en 1863, l’architecte diocésain et architecte en chef de la Ville de Lyon, Tony Desjardins, procède à la restauration de la crypte de l’église Saint-Irénée.

Le 7 mars 1868, le très catholique Écho de Fourvière fait un constat amer : « La piété des pères l’avait érigé, l’insouciance des enfants l’a laissé périr« . Le journal lance une souscription publique qui permet de réunir la somme de cinq mille francs. Le sculpteur Joseph Fabisch est approché et son projet est finalement retenu. Le 24 octobre 1868, L’Echo de Fourvière peut annoncer triomphalement : « La restauration du Calvaire de Saint-Irénée touche à sa fin ».

Le calvaire se compose des trois croix monumentales du Christ et des deux larrons, entourés des saintes femmes et de l’Apôtre Jean. Un chemin de croix réduit, constitué de douze édicules de pierre abritant des bas-reliefs en terre cuite, a été reconstitué sur le site. Le calvaire et la chapelle souterraine du Saint-Sépulcre forment les XIIe et XIVe stations. La pratique du chemin de croix en plein air a perduré à cet endroit jusque dans les années 1960.

Si on fait l’effort de venir voir sur place cet élément singulier du patrimoine lyonnais, on s’aperçoit aussitôt qu’il est dans un état très délabré. De plus, nous ne pouvons plus accéder, pour des raisons de sécurité, à l’esplanade semi-circulaire qui offre une vue somptueuse sur Lyon, l’accès à la chapelle souterraine est aussi condamné. Les sculptures de Fabisch sont fort abimées.

Depuis 1862, seules l’église et la crypte sont classées Monuments historiques, mais l’ensemble du site, avec le calvaire, fait partie du périmètre de la ville inscrit au patrimoine mondial par l’UNESCO depuis le 5 décembre 1998. Si l’on excepte une intervention limitée en 1900 et une autre en 1921, aucun ouvrage d’entretien du calvaire n’a été réalisé.
En 1994, une association est créée pour promouvoir la connaissance des deux sanctuaires de Saint-Irénée et Saint-Just et travailler à leur sauvegarde. En 1998, elle obtient une subvention exceptionnelle du Conseil Général du Rhône qui permet de financer une étude préalable, confiée à Didier Repellin, Architecte en Chef des Monuments Historiques, en vue de la réhabilitation du calvaire. Le montant des travaux envisagés est estimé à 2.800.000 francs de l’époque, soit environ 427.000  €, montant qu’il faudrait fortement majorer à ce jour. Ce chiffre peut paraître élevé mais des solutions de cofinancement et d’étalement dans le temps pourraient être recherchées.

L’étude de Didier Repellin aurait besoin d’être réactualisée. Elle mériterait de ressortir des tiroirs où elle sommeille depuis bientôt vingt ans.
La question reste posée : quel devenir pour le calvaire de Lyon ?

Par Josette FROLON, Vice-Présidente du CIL Saint-Just Saint-Irénée-Fourvière

Le Cil Saint-Just Saint-Irénée-Fourvière, Association d’habitants loi de 1901 née en 1977 ayant, entre autres, pour but la sauvegarde des richesses de nos quartiers, est heureuse de faire partager l’histoire de ce Calvaire unique à Lyon. Nous œuvrons pour sa sauvegarde et remise en état.

Monique MORDANT, Présidente

Sources
– Le Calvaire de Lyon, mars 1996, par Simone Wyss, Henri Hours, Bernard Bourrust, avec préface de Régis Neyret

  • Association culturelle des Sanctuaires de Saint-Irénée et Saint-Just

Pour aller plus loin :


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.